Ouvrir le menu principal

Le Grand-Pressigny

commune française du département d'Indre-et-Loire

Le Grand-Pressigny
Le Grand-Pressigny
L'église.
Blason de Le Grand-Pressigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Descartes
Intercommunalité Loches Sud Touraine
Maire
Mandat
Christophe Le Roux
2014-2020
Code postal 37350
Code commune 37113
Démographie
Gentilé Pressignois
Population
municipale
937 hab. (2016 en diminution de 5,35 % par rapport à 2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 16″ nord, 0° 48′ 13″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 135 m
Superficie 39,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Grand-Pressigny
Liens
Site web le-grand-pressigny.net/

Le Grand-Pressigny est une commune française, située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire[1].

Sommaire

GéographieModifier

Ce village se trouve à 31 km au sud-ouest de Loches, à 60 km du parc de la Brenne, à 20 km du parc animalier de la Haute-Touche, à 51 km du Futuroscope, et à 25 km de Châtellerault. Il est au confluent de la Claise, un affluent de la Creuse, et de l'Aigronne.

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes du Grand-Pressigny[2] sont les suivantes :

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Le Grand-Pressigny.

La Claise traverse la commune du sud-est vers le nord-ouest et parcourt 7,421 km sur le territoire communal. Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 50,77 km, comprend trois autres cours d'eau notables, l'Aigronne (6,229 km) et le Brignon (1,649 km) et la Muanne (3,063 km), et divers petits cours d'eau pour certains temporaires[3],[4].

La Claise, d'une longueur totale de 87,6 km, prend sa source à 146 mètres d'altitude sur le territoire de la commune de Saint-Maur, dans l'Indre, et se jette dans la Creuse à Abilly, à 42 m d'altitude, après avoir traversé 16 communes[5]. La station hydrométrique du Grand-Pressigny permet de caractériser les paramètres hydrométriques de la Claise. Le débit mensuel moyen (calculé sur 45 ans pour cette station) varie de 0,8 m3/s au mois d'août à 8,1 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 115 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 2,62 m le [6],[7]. Sur le plan piscicole, la Claise est classée en première catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de salmonidés (truite, omble chevalier, ombre commun, huchon)[8].

L'Aigronne, d'une longueur totale de 31,3 km, prend sa source dans l'Indre à Paulnay, se jette dans la Claise au Grand Pressigny en aval du bourg, après avoir traversé 7 communes[9]. Sur le plan piscicole, l'Aigronne est également classée en première catégorie piscicole

Le Brignon, d'une longueur totale de 26,3 km, prend sa source à 127 mètres d'altitude sur le territoire de la commune de Saint-Flovier et se jette dans la Claise à Abilly, après avoir traversé 7 communes[10]. Il constitue sur une très petite longueur la limite séparative ouest avec la commune voisine d'Abilly. Sur le plan piscicole, le Brignon est également classé en deuxième catégorie piscicole[8].

La Muanne, d'une longueur totale de 14,6 km, prend sa source dans la commune de Charnizay et se jette dans la Claise au Grand-Pressigny, après avoir traversé 6 communes[11]. Sur le plan piscicole, la Muanne est également classée en deuxième catégorie piscicole[8].

Quatre zones humides ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le Conseil départemental d'Indre-et-Loire : « l'étang du Plessis », « l'étang Pelard », « la vallée de l'Aigronne à la Forge » et « la vallée de la Muanne à la Muanne »[12],[13].

UrbanismeModifier

Le parc immobilier en 2007 est constitué de 661 logements[14] dont 498 résidences principales (75,5 %), 74 résidences secondaires (11,3 %) et 88 logements vacants (13,3 %). Le taux de résidences secondaires est supérieur à la moyenne départementale de 4,7 %[15]. Sur les 498 titulaires de résidences principales, 71,8 % sont propriétaires, 25,3 % locataires et 2,9 % logés gratuitement.

Entre 1999 et 2007, le nombre de logements s'est accru de 2,2 %, passant de 647 à 661, soit 14 de plus. Le parc immobilier est composé à 6,2 % d'appartements et 93,8 % de maisons individuelles. Au 1er janvier 2006, la commune comptait 57 logements sociaux[16] soit 8,6 % du parc immobilier.

Evolution des logements 1968 1975 1982 1990 1999 2007
Ensemble des logements 543 567 633 640 647 661
Résidences principales 457 442 456 459 481 498
Résidences secondaires 30 51 88 113 91 74
Logements vacants 56 74 89 68 75 88
Nombre moyen d'occupants des résidences principales 3,1 2,8 2,6 2,4 2,3 2,1

Nombre de logements
source INSEE

 

ToponymieModifier

Dès le VIe siècle, Grégoire de Tours le mentionne sous la forme Prisciniacus[réf. nécessaire] dans la vie de Saint Nicet, dont il donna les reliques aux habitants de ce vicus[réf. nécessaire].

Au XVe siècle ce village portait le nom de Pressigny les Quatre Églises puis devint Pressigny-le-Grand. Les terres et l'église appartenaient, au IXe siècle, aux chanoines de Saint-Martin de Tours qui faisait partie de la viguerie d'Abilly.

C'est à la fin du XIIe siècle que le « Grand Pressigny » acquit le titre féodal qu'il garda jusqu'au XVIe siècle.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

 
Nucléus en « livre de beurre ».

La région du Grand-Pressigny est riche en silex turonien de très grande qualité et disponible sous forme de dalles de grandes dimensions. Ce silex a été exploité tout au long de la Préhistoire mais particulièrement à la fin du Néolithique. Les sites archéologiques sont nombreux sur la commune et dans les environs. Le Grand-Pressigny a donné son nom en particulier à l'industrie pressignienne.

De type Levallois, dès la fin du Néolithique, de 2800 à 2450 ans avant notre ère environ sur une durée de 4 à 5 siècles, le débitage pressignien produit de grandes lames par percussion indirecte pouvant atteindre près de 40 cm, débitées à partir de nucléus dits en « livre de beurre », par analogie avec la forme des mottes de beurre du XIXe siècle.

La région était un lieu de production et de diffusion important. Cette diffusion s'est faite en deux étapes : d'abord dans un rayon d'une à deux centaines de kilomètres puis bien plus loin, probablement en tant qu'objets de prestige étant donné leur fragilité[17]. À la fin du Néolithique, les silex pressigniens ont été exportés sous formes de lames brutes ou transformées en poignards jusqu'en Suisse et aux Pays-Bas[18]. La chaîne opératoire pressignienne bien adaptée aux silex disponibles localement a également été utilisée dans d'autres régions, notamment en Dordogne et dans le Vercors, où elle est moins bien adaptée aux matériaux disponibles sur place. Cela peut être interprété comme le signe d'une diffusion de savoir-faire technique, où des individus se déplaçaient jusqu'au site de Pressigny pour apprendre la technique pressinienne de taille[17].

Moyen ÂgeModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Au début du XIIIe siècle, Guillaume de Pressigny, un des chevaliers bannerets de Touraine sous Philippe Auguste, fut le premier propriétaire connu. Par son mariage avec Avoye/Avoise de Ste-Maure, il obtient aussi Sainte-Maure, et la maison du Grand-Pressigny prend désormais le nom de Sainte-Maure : voir l'article Ste-Maure. Ses descendants, en lignée masculine de la branche aînée, lui succédèrent jusqu'en 1302, où Amaury III de Craon (vers 1280-1333), marié en premières noces à Isabeau de Sainte-Maure de Pressigny (vers 1285/1290-† 1310 ; dame de Pressigny/Précigny, Ste-Maure, Nouâtre, Marcillac, Ferrière-Larçon, Ferrière, Verneuil-sur-Indre), fit entrer le domaine dans sa famille (par ailleurs, les Ste-Maure-Pressigny continuent par une branche cadette qui aura Montgauger, Nesle et Joigny, Montausier, Jonzac, Mosnac...).

L'arrière-petite-fille d'Amaury III de Craon et d'Isabeau de Ste-Maure-Précigny, Jeanne de Montbazon (dame, en plus des fiefs déjà cités, de Châteauneuf, Jarnac, et de Montbazon, Montsoreau, Villandry/Co(u)lombiers, Savonnières, du Brandon, Marnes et Moncontour), épouse en 1372 un cousin, petit-fils d'Amaury III et de sa deuxième femme Béatrix de Roucy de La Suze : Guillaume II de Craon (vers 1342/1345-† 1410), vicomte de Châteaudun et sire de Marcillac. L'héritage se partage essentiellement entre deux de leurs filles, Marguerite et Marie de Craon.

Si Marguerite assume la succession de Montbazon, Sainte-Maure, Nouâtre et du Brandon (hérités par les La Rochefoucauld : Guy VIII, puis les Rohan-Guéméné : Louis III, ensuite ducs de Montbazon en 1588), sa sœur Marie de Craon reçoit Montsoreau, Savonnières, Villandry/Co(u)lombiers, Marnes et Moncontour, Jarnac, Verneuil-sur-Indre, Ferrière(s)-sur-Beaulieu et/ou Ferrière-Larçon, et Précigny/Pressigny, qu'elle transmet à son deuxième mari épousé en 1404, Louis Ier Chabot (vers 1370-1422 ; fils de Thibaud IX Chabot de La Grève), seigneur de La Grève et de Chantemerle : leur deuxième fils Renaud Chabot fonde la branche des Chabot de Jarnac, alors que l'aîné, Thibaud X Chabot, † à Patay en 1429, sire de La Grève et de Ferrière-Larçon, baron de Montsoreau, Moncontour, Villandry/Coulombiers et Pressigny, continue les Chabot de La Grève en épousant en 1422 Brunissende d'Argenton. Mais le fils de Thibaud X, Louis II Chabot de La Grève, † 1486, frère de Jeanne Chabot de Montsoreau et de Catherine Chabot de Moncontour, cède Pressigny vers 1454 aux Beauvau.

Temps modernesModifier

La succession du Grand-Pressigny et de Ferrière-Larçon devient alors chaotique[19].

La ville du Grand-Pressigny portait des armoiries d'argent à la fasce de gueules (blanc avec un bandeau rouge horizontal).

La peste envahit Barrou au mois d'août 1632 et Le Grand-Pressigny au mois de juillet 1634. Les morts ne trouvaient plus de bras pour les transporter au cimetière. C'est devant leurs habitations, dans les jardins ou dans les champs qu'ils étaient ensevelis, le plus souvent par des mercenaires qui, pour se payer, prenaient le mobilier des victimes. Au Grand-Pressigny, on fit appel à une association connue sous le nom des Frères de la mort. En 1634-1635, la peste fit 85 victimes dans la paroisse.

Le village et ses environs furent frappés, le , par un ouragan catastrophique. Les grêlons atteignaient le poids d'une livre, et pendant les 6 heures que durèrent pluie et vent les champs étaient inondés et les arbres étaient déracinés . Les cultures furent détruites[20].

Époque contemporaineModifier

En 1821, le Grand-Pressigny annexe la commune d'Étableaux.

Politique et administrationModifier

Politique localeModifier

Liste des maires du Grand-Pressigny depuis 1942
Période Identité Étiquette Qualité
1942 1954 Louis Leger   Notaire
1954 1977 Fernand Berthouin Radical
puis MRG-PRG
Entrepreneur-député
1977 1989 Jacques Vezin SE Exploitant agricole
1989 1995 Michel Leclerc   Notaire
1995   Jacques Vezin SE Retraité
2008 2014 François Nicolas Joannes   Pharmacien
2014 En cours Christophe Le Roux SE Artisan

Tendances et résultats politiquesModifier

IntercommunalitéModifier

Le Grand-Pressigny faisait partie,jusqu'au , de la communauté de communes de la Touraine du Sud qui regroupe 21 communes situées dans la pointe sud de la Touraine entre le Poitou et le Berry. Créée le 14 décembre 2000, elle comprenait 15 624 habitants en 2007 pour une superficie de 639,39 km2, soit une densité de 24 habitants au km2. Elle est, depuis le , rattachée à la nouvelle communauté de communes Loches Sud Touraine.

FiscalitéModifier

L'imposition des ménages et des entreprises au Grand-Pressigny en 2009[21]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2009 et en €
Taxe d'habitation (TH) 14,34 % 127 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 24,93 % 154 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 39,45 % 51 000
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 0

Le taux de la taxe professionnelle est de 0 car elle est totalement transférée à l'intercommunalité. Son taux est de 13,02 %.

Budget de la communeModifier

En 2010, le budget de la commune s'élevait à 862 000  et son endettement à 627 000 [22].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[22] :

 

Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[22] :

 

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

La commune du Grand-Pressigny comptait 1 012 habitants (population légale Insee) au 1er janvier 2009. La densité de population est de 26,4 hab./km2.

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2016, la commune comptait 937 habitants[Note 1], en diminution de 5,35 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9679531 1151 0981 7681 8701 8761 8281 909
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8401 8091 8321 6861 7021 7791 7741 7051 637
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6481 5691 5591 5561 5831 5591 5951 5951 580
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 4801 4151 2561 1851 1201 1191 0841 012941
2016 - - - - - - - -
937--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges au Grand-Pressigny en 2007 en pourcentage[27].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
1,6 
10,3 
75 à 89 ans
17,5 
19,9 
60 à 74 ans
17,9 
23,7 
45 à 59 ans
24,4 
16,7 
30 à 44 ans
14,7 
12,6 
15 à 29 ans
10 
15,9 
0 à 14 ans
14 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[28].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

EnseignementModifier

Le Grand-Pressigny se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Loches.

L'école primaire et le collège Louis Léger accueillent les élèves de la commune.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Château du Grand-Pressigny
  • Musée départemental de la préhistoire du Grand-Pressigny, ouvert en 1922[29] par le docteur Édouard Chaumier et présenté de façon claire et agréablement didactique, il expose le produit des recherches dans les abris sous roche et dans les nombreux ateliers préhistoriques qui, à l'époque néolithique, exportaient des silex dans toute l'Europe. Les collections de silex taillés, de haches, de pointes de flèches et de polissoirs comptent parmi les plus importantes du monde et constituent un centre capital d'études scientifiques de l'âge de la pierre.
  • Ses ruelles montant vers le château y sont bordées d'anciennes maisons aux Bassies.
  • Le cadran solaire de 1613 donne toujours l'heure.
  • L'église Saint-Gervais-Saint-Protais dont la construction s'est étagée du XIIe siècle au XVIe siècle.
  • L'exposition retraçant l'évolution du Grand-Pressigny à partir de cartes postales.

Événement culturelModifier

Les Paysages Nocturnes, festival de théâtre qui a lieu en juillet chaque année. Éteint en 2010, le festival reprend ses droits en 2013 sous le nom de Arts scéniques et vieilles dentelles[30].

Personnalités liées à la communeModifier

  • François Étienne Émile Marie Bonamy

Né le 14 janvier 1916 au Grand-Pressigny. Interne des hôpitaux de Tours. Résistant, membre du réseau Saint-Jacques. Déporté « Nuit et Brouillard » le 24 août 1942. Successivement interné à la prison de Düsseldorf, à celle de Breslau, au camp d'Offenburg dépendant du KL de Flossenburg, puis finalement au KL de Flossenburg. Décédé le 21 avril 1945 au camp de Flossenburg – deux jours avant la libération du camp, très vraisemblablement lors des marches d’évacuation du camp.

  • André Goupille (1897-1983), passeur et résistant durant l'Occupation, il exerçait alors la profession de vétérinaire au Grand Pressigny.

HéraldiqueModifier

Les armes du Grand-Pressigny se blasonnent ainsi :

Gironné d'or et d'azur, au pal brochant contrepalé d'azur et d'or de quatre pièces, à la fasce brochante contrefascée d'or et d'azur de quatre pièces, sur le tout: de gueules à la croix d'argent chargée d'une moucheture d'hermine de sable en chef[31].

L'écusson de gueules à la croix d'argent chargée d'une moucheture d'hermine correspond au blason de la famille de Savoie-Villard, seigneur du Grand-Pressigny au XVIe siècle.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. (fr) « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 22 juillet 2010)
  2. Visualiseur InfoTerre
  3. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 1er février 2019)
  4. « Carte hydrologique du Grand-Pressigny », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  5. « Fiche Sandre - la Claise », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 1er février 2019)
  6. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  7. « Station hydrométrique L6202030, la Claise au Grand-Pressigny », sur le site de la banque Hydro (consulté le 1er février 2019)
  8. a b et c (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  9. « Fiche Sandre - l'Aigronne », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 1er février 2019)
  10. « Fiche Sandre - le Brignon », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 1er février 2019)
  11. « Fiche Sandre - la Muanne », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 1er février 2019)
  12. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 1er février 2019)
  13. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 1er février 2019)
  14. « Enquête annuelle de recensement 2007 », sur www.statistiques-locales.insee.fr (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  15. « Carte des résidences secondaires en Indre et Loire en 2006 » [archive du ], sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  16. « Carte des logements sociaux en Indre et Loire en 2006 » [archive du ], sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  17. a et b Anne Lehoërff, Préhistoires d'Europe - De Néandertal à Vercingétorix, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 608 p. (ISBN 978-2-7011-5983-6), chap. 6 (« Franchir les espaces. Voyager, échanger sur les terres et sur les mers »)
  18. La conservatrice du Musée de la Préhistoire du Grand Pressigny nous parle de ces lames de silex dans le reportage http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources-multimedias/Emissions-de-radio/Le-Salon-noir/Radio-Le-Salon-noir-archives-2009/p-9686-Le-Musee-du-Grand-Pressigny-haut-lieu-de-la-prehis.htm
  19. « Le Grand-Pressigny », sur Wikisource
  20. « Communication orale en séance », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. XVII,‎ , p. XXXVIII (lire en ligne).
  21. Taxe.com
  22. a b et c les comptes des communes sur le dédié du Ministère des Finances
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  27. Pyramide des âges du Grand-Pressigny en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20/07/2010.
  28. « Pyramide des âges d'Indre-et-Loire en 2007 sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/07/2010.
  29. Musée Préhistoire Grand-Pressigny, sur prehistoiregrandpressigny.fr
  30. histoire du festival du Grand Pressigny.
  31. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :