Nicolas IV de Neufville de Villeroy

homme d'État français, secrétaire d'État pendant les guerres de religion
Nicolas IV de Neufville de Villeroy
VilleroyNicolas.jpg
Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, alors jeune secrétaire d'État sous Charles IX.
Fonctions
Secrétaire d'État de la Guerre
-
Secrétaire d'État de la Guerre
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Conjoint
Madeleine de l’Aubespine (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Distinctions

Nicolas IV de Neufville, né en 1542 ou 1543 à Paris et mort le à Rouen, marquis de Villeroy, est un homme d'État français, secrétaire d'État pendant les guerres de religion, puis principal ministre de la régente Marie de Médicis.

Il fit une très longue carrière ministérielle, d'abord en tant que secrétaire particulier et familier de Charles IX, puis en tant que conseiller influent d'Henri III. Spécialisé dans les affaires étrangères, il devint sous Henri IV, le principal ministre après Sully dont il provoqua la chute en . Sa prééminence ministérielle fut elle-même mise en difficulté par Sillery à partir de 1614.

BiographieModifier

Nicolas IV de Neufville est le fils de Nicolas III « Legendre » de Neufville[1],[2], seigneur de Villeroy et de Jeanne Prudhomme, fille de Guillaume Prudhomme, seigneur de Fontenay-en-Brie, qui fut trésorier de l'épargne, puis trésorier de France. Bienfaiteur de Magny-en-Vexin, dont il fit réparer les murailles à ses frais et à laquelle il fit attribuer le titre de ville. Bienfaiteur également de l'église Notre-Dame-de-la-Nativité.

Il fut élève du collège de Navarre[3].Le , il est nommé Secrétaire des finances[4] En , il est reçu conseiller notaire et secrétaire du roi.

 
Nicolas de Neufville, portrait par Pierre Dumonstier, musée national de Varsovie, vers 1590.

Entre le et le il est Secrétaire d’État en survivance de son beau-père, Claude II de L'Aubespine[5]. Catholique zélé, apprécié par Henri IV, il penche pour un rapprochement avec l'Espagne mais en évitant de rompre avec les Pays protestants[6].

  • 1577 : Négociateur pour la paix de Bergerac[7]
  • -1588 : Trésorier des ordres du roi[8]
  • 1580 : Négociateur pour la paix de Fleix

Il adhéra à la Ligue qu'il quitta lors de la conversion de Henri IV.

En 1593, il est commissaire à la conférence de Suresnes[9]

Du à 1617, il est à la fois Secrétaire d’État de la Guerre et Secrétaire d'État des affaires étrangères[10].

En , la terre, la seigneurie et la châtellenie de Villeroy sont érigées en marquisat[11].

Union et postéritéModifier

 
Statues funéraires de Nicolas III, Madeleine de l'Aubespine et son époux Nicolas IV, dans l'église de Notre-Dame-de-la-Nativité à Magny-en-Vexin

Il épouse en 1561 Madeleine de L’Aubespine, née le , morte le à Villeroy. Elle est la fille de Claude de L’Aubespine, seigneur de Chasteauneuf, secrétaire d’État, et de Jeanne Bochetel[12]. Elle lui donne[13] son fils unique:

ŒuvreModifier

Il écrit ses mémoires pendant la période où il est secrétaire d'état, dans Mémoires d'estat paru en 1622 et 1623.

TitresModifier

Il est seigneur de la Chapelle la Reine (), Chevannes, Fontenay-Le-Vicomte, Magny-en-Vexin, Champcueil et Saint-Fargeau.

ArmoiriesModifier

  Blasonnement :
D'azur au chevron d'or, accompagné de trois croisettes ancrées du même.

Notes et référencesModifier

  1. Nicolas III de Neufville, dit « Le Gendre » (15251598), seigneur de Villeroy, d'Alincourt et de Magny, conseiller au Conseil privé du Roi, prévôt des marchands (1566), chevalier de l'Ordre de Saint-Michel (1572), gouverneur de Melun, Mantes et Meulan, lieutenant au gouvernement de Paris, secrétaire d'État.; Source : Nicolas III Le Gendre de Villeroy sur roglo.eu Né en
  2. http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Neufville-de-Villeroy.pdf
  3. « Full text of "Villeroy, secrétaire d'état et ministre de Charles 9, Henri 3 & Henri 4 (1543-1610)" »
  4. http://ranumspanat.com/secretaries1.htm
  5. Nicolas Viton de Saint-Allais, « De l'ancienne France », sur Google Books, M. de Saint-Allais,
  6. Jean-Christian Petitfils, Louis XIII, Perrin, 2008, p. 139
  7. Nicolas Lefèvre Lezeau (sieur de) et Donald Atholl Bailey, « La Vie de Michel de Marillac (1560-1632): Garde Des Sceaux de France Sous Louis XIII », sur Google Books, Presses Université Laval,
  8. « Annuaire-bulletin de la Société de l'histoire de France », sur Google Books, Librairie Renouard,
  9. « Picot/hst Etats Genr V5 », sur Google Books, Ayer Publishing
  10. https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/archives.gb/dossiers/140ministres.gb/henri3_4/02.html
  11. Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, 1728, vol. 4, p. 732. [1]
  12. « Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France », sur Google Books, Vve Duchesne,
  13. Yann Lignereux, « Lyon et le roi: de la bonne ville à l'absolutisme municipal, 1594-1654 », sur Google Books, Editions Champ Vallon,
  14. Une fille de Charles, Catherine de Neufville-Villeroy, épouse, en 1620, Jean de Souvré; ces derniers sont les grands-parents d'Anne de Souvré qui épouse le marquis de Louvois en 1662, ce qui scelle une alliance durable entre les deux familles (voir Luc-Normand Tellier, Face aux Colbert : les Le Tellier, Vauban, Turgot ... et l'avènement du libéralisme, Presses de l'Université du Québec, 1987, 816 pages.Etexte).

BibliographieModifier

  • (en) Edmund H. Dickerman, Bellièvre and Villeroy : Power in France under Henry III and Henry IV, Providence (Rhode Island), Brown University Press, , XII-200 p. (présentation en ligne).
  • Joseph Nouaillac, Villeroy, secrétaire d'État et ministre de Charles IX, Henri III et Henri IV, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de la Fondation Thiers » (no 15), , XXIII-593 p. (présentation en ligne, lire en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) Nicola Mary Sutherland, The French Secretaries of State in the Age of Catherine de Medici, Londres, University of London, coll. « University of London Historical Studies » (no 10), , XIV-344 p. (présentation en ligne), [présentation en ligne]
  • Jérémie Ferrer-Bartomeu, L’État à la lettre. Institutions de l’écrit et configurations de la société administrative durant les guerres de religion (vers 1570 - vers 1610. Royaume de France), thèse de doctorat, dir. Olivier Poncet, École nationale des chartes, 2017. (consultable en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier