Armes des Cossé : Écu de forme antique, vairé d'azur et d'or de 4 tires, alias vairé de sable et d'or
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cossé.

DescriptionModifier

Les documents locaux nous la font connaître du XIe siècle au XIIIe siècle.

Vivien, fils d'Hugues de Cossé, est témoin vers 1070 de la fondation du prieuré de Montreuil (près Vitré). Vivien de Cossé — est-ce le même ? — fonde le prieuré d'Origné, acte que Guy de Laval confirme en 1151 ; il était moine de l'abbaye de la Roë quand Hugues et Raoul, ses fils, y paraissent eux-mêmes comme témoins vers 1150.

Hugues, époux d'Ofrasie, eut pour fils aîné Vivien qui donna à Marmoutier la dîme de ses moulins d'Origné en 1189, qui parut dans les principaux actes de Guy V de Laval, 1196, 1199, et qui enfin céda aux Bonshommes de la forêt de Craon, du consentement d'Isabelle, sa femme, et d'Hugues, son fils aîné, un bourgeois de Cossé, nommé Jean Tardif, avec Pétronille, sa femme, et leur tenement à Cossé, 1210. Ce dernier acte portait le sceau armorié de Vivien de Cossé vairé d'or et de sable[1].

La génération ici indiquée est la dernière qu'on connaisse de la famille de Cossé, mentionnée dès le XIe siècle, distincte de la maison de Cossé-Brissac. Quand on sait que la Famille d'Anthenaise prétendait au XIIIe siècle à la seigneurie de Cossé, et qu'elle aussi alors avait un écu vairé, il n'est peut-être pas impossible de supposer que les deux familles soient d'une souche commune. Dans ce cas, ce sont les Cossé qui seraient une branche des d'Anthenaise ; car on connaît très bien l'origine de ces derniers, venus du Haut-Maine. Ce n'est d'ailleurs pour Alphonse-Victor Angot qu'une hypothèse.

Notes et référencesModifier

  1. Écu de forme antique, vairé d'azur et d'or de 4 tires, alias vairé de sable et d'or. — Peinture dans la lettre initiale d'une donation aux Bonshommes de Craon, acte de 1210, d'après une copie du XVe siècle (Cartul., fol. 190). — Famille de Cossé, Maine.

SourceModifier