Maison de Cossé-Brissac

Maison de Cossé-Brissac
Image illustrative de l’article Maison de Cossé-Brissac
Blason de la Maison de Cossé-Brissac.

Blasonnement De sable à trois fasces d’or, denchées par le bas
Période XVe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Maine puis Anjou
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Demeures Château de Brissac
Charges
Fonctions militaires

La Maison de Cossé-Brissac (maison de Cossé possédant le titre de duc de Brissac) est une famille subsistante de la noblesse française.

Armes de Jean Paul Timoléon de Cossé, duc de Brissac, grand panetier de France.

Elle compte quatre maréchaux de France, des généraux, pairs de France, six chevaliers du Saint-Esprit, deux gouverneurs de Paris, des grands panetiers de France, des grands fauconniers de France, trois évêques, ainsi qu'un homme politique sous la cinquième République française.

HistoireModifier

Selon Gustave Chaix d'Est-Ange, la Maison de Cossé-Brissac tire son nom du bourg de Cossé-en-Champagne près de Laval en Mayenne dont elle possédait la seigneurie dans les dernières années du XIVe siècle[1]. Il écrit également qu'aux XIe siècle et XIIe siècle le château de Cossé avait déjà des seigneurs de son nom (Fiacre de Cossé était homme de logement du roi Philippe Auguste en 1180) mais qu'il n'est pas prouvé que ces seigneurs aient été les ascendants de la Maison de Cossé-Brissac[1].

Régis Valette retient pour preuves de noblesse l'année 1492[2].

Les Cossé-Brissac sont natifs de la Mayenne. Ils y possédèrent des seigneuries comme Cossé-en-Champagne, Mée (ou Ménil), ou encore le château de Craon qu'ils vendirent pour que l'une de leurs filles puisse fonder un couvent au siècle dernier. Au XVe siècle ils descendirent en Anjou, servirent la reine Jeanne de Laval (1433-1498)[réf. nécessaire]. En 1502, ils acquièrent de la famille de Brézé la seigneurie de Brissac, avec le château. Ils sont depuis fixés en Anjou. Par mariage ils acquirent plusieurs seigneuries bretonnes comme Assigné, Coetmen (baronnie), Châteaugiron et Malestroit (par le mariage en 1579 de Judith d'Acigné avec Charles II de Cossé, 1er duc de Brissac), le château de Pontcallec au XIXe siècle, ou La Guerche et Pouancé par acquisition de Timoléon de Cossé en 1562.

La devise de la famille est Virtute Tempore (Du courage et du Temps).

Elle a reçu le titre de duc (et pair) de Brissac en 1611. Certains de ses membres ont aussi porté le titre de duc de Cossé (parfois en titre d'attente de celui de duc de Brissac) ainsi que le titre espagnol de prince de Robech, reçu en 1860 par un mariage célébré en 1817, puis passé chez les Lévis-Mirepoix en 1925 à la suite d'un mariage de 1906.

La Maison de Cossé-Brissac a été admise à l'Association des anciens honneurs héréditaires[3].

PersonnalitésModifier

Militaires

Écrivains

  • Marie-Pierre de Cossé-Brissac (° 1925), romancière ;
  • Elvire de Brissac (° 1939), écrivain.

Autres

Arbre généalogiqueModifier

o Thibaud de Cossé († 1426), x Félice de Charno
  o René de Cossé de Brissac (vers 1460-1540), le Gros Brissac, gouverneur/lieutenant général en Anjou, Touraine et Maine, Grand-panetier et Grand-fauconnier de France, acquéreur de Brissac en 1502, fidèle des rois Valois, notamment du jeune Henri II dont il fut le gouverneur et qu'il accompagna dans sa captivité de Madrid ; x Charlotte, fille de Guillaume Ier Gouffier et Philippe de Montmorency
   o Charles Ier de Cossé, 1er comte de Brissac (1561), le maréchal de Brissac ou le beau Brissac (1505-1563), maréchal de France, x Charlotte d'Esquetot d'Estelan
       o Timoléon de Cossé, comte de Brissac (1545-1569), Grand-panetier et Grand-fauconnier de France, baron de La Guerche et Pouancé en 1562
       o Charles II de Cossé de Brissac (1550-1621), maréchal, 1er duc de Brissac, x 1579 Judith d'Acigné, dame d' Acigné, Coetmen, Châteaugiron, Malestroit, Mont(e)jean, Sillé-le-Guillaume
           o François de Cossé de Brissac (1585-1651), 2e duc de Brissac, x 2° 1621 Guyonne Ruellan (son 1°   mariage en 1618 avec Jeanne de Schomberg fut annulé)
               o Marie de Cossé-Brissac (~1621- , Paris), deuxième épouse (le , à Paris) de Charles de la Porte (1602 - , Paris), 1er duc de la Meilleraye, pair et maréchal de France, etc., fils de Charles de la Porte, et de Claude de Chamlais, veuf de Marie-Renée d'Effiat, fille de Charles d'Effiat et de Claude de Chamlais[5] ; Marie lègue sa baronnie de Montreuil-Bellay à son petit-neveu, le 6e duc de Brissac
               o Anne-Ursule de Cossé-Brissac († 20 oct. 1687), épouse 1° François Sabatier, veuf de Diane de Chasteigner de La Roche-Posay ; 2° Charles de La Porte, marquis de Vézins ; 3° Henri-Marc-Antoine Le Petit de Verno, seigneur de Chaussenaye-en-Poitou[5]
               o Louis de Cossé de Brissac (1625-1661), 3e duc de Brissac, marquis de Thouarcé et d'Acigné, x 1644 Marguerite-Françoise de Gondi, duchesse de Beaupréau, dame de Chemillé et de Tiffauges (sa sœur Catherine de Gondi est duchesse de Retz et dame de Machecoul, d'où la succession au duc Louis-Nicolas de Villeroy en 1716)
                   o Henri-Albert de Cossé de Brissac (1645-1698), 4e duc de Brissac, sans postérité de ses deux x avec Gabrielle-Louise de Rouvroy (en 1663) puis Elisabeth de Verthamon (en 1684)
                   o Marie-Marguerite, dame de Beaupréau (1648-1708), x 1662 François de Neufville de Villeroy
               o Timoléon de Cossé de Brissac (~1626- vers 1677), x Elisabeth (Le) Charron d'Ormeilles
                   o Artus-Antonin-Timoléon-Louis de Cossé de Brissac (1668-1709), 5e duc de Brissac, x 1692 Marie-Louise de Béchameil de Nointel
                       o Charles-Timoléon-Louis de Cossé de Brissac (1693-1732), 6e duc de Brissac, x 1720 Catherine Pécoil de La Villedieu
                          o Catherine-Françoise-Charlotte (1724-guillotinée le 4 thermidor an II, juillet 1794), x 1737 Louis de Noailles
                          o Anne-Françoise-Judith, x 1733 Armand-Louis de Béthune-Chârost (1711-1735)       
                       o Jean-Paul-Timoléon de Cossé de Brissac (1698-1780), 7e duc de Brissac, x 1732 Marie-Josèphe Durey de Sauroy
                         o Louis-Joseph-Timoléon de Cossé de Brissac (1733-1759), x 1756 Marie-Gabrielle Molé
                         o Louis-Hercule-Timoléon de Cossé de Brissac (1734-† massacré en septembre 1792), 8e duc de Brissac, x 1760 Adélaïde-Diane-Hortense Mancini-Mazarin du Nivernais
                          o Adélaïde-Pauline-Rosalie de Cossé de Brissac (1765-1820), mère du duc Casimir de Mortemart 
                         o Pierre-Emmanuel-Joseph-Timoléon de Cossé-Brissac, le marquis de Thouarcé (1741-1756)
                       o Emmanuel-Henri-Timoléon de Cossé-Brissac (1698-1757 ; jumeau), abbé de Fontfroide, évêque de Condom 
                       o René-Hugues-Timoléon de Cossé de Brissac (1702-1754), x 1744 Marie-Anne Hocquart de Montfermeil
                           o Hyacinthe-Hugues-Timoléon de Cossé de Brissac, duc de Cossé (1746-1813) (sans relever le titre ducal de Brissac), x 1771 1° Marie-Charlotte de Wignacourt (-branche champenoise), et 2° 1784 Françoise d'Orléans-Rothelin
                               o (1°) Augustin-Timoléon (1775-1848), 9e duc de Brissac, x 1° 1795 Elisabeth-Louise de Malide, et 2° 1828 Rosalie-Augustine de Bruc-Signy 
                                    o (1°) Marie-Artus-Timoléon (1813-1888), 10e duc de Brissac, x 1840 Angélique-Gabrielle Le Lièvre de La Grange
                                        o Roland (1843-1871), marquis de Brissac, x 1866 Jeanne-Marie Say
                                          o François (1868-1944), 11e duc de Brissac, x 1° 1894 Mathilde-Renée de Crussol d'Uzès, fille de la fameuse duchesse d'Uzès
                                              o Roland 1898-1936
                                              o Pierre (1900-1993), 12e duc de Brissac, x May Schneider
                                                o Marie-Pierre, romancière (° 1925), x 1° 1946 Simon Nora puis 2° 1964 Maurice Herzog
                                                o François (1929-2021), 13e duc de Brissac, x 1958 Jacqueline-Alice-Marie de Contades (née en 1940 ; François-Jules-Gaspard de Contades (1760-1811) est son quadrisaïeul)
                                                  o Charles-André (° 1962), 14e duc de Brissac, x 1993 Larissa de Széchényi de Sárvár-Felsövidek
                                                    o Laszlo (° 1994)
                                                o Gilles (1935-2001)
                                                o Elvire (° 1939), romancière
                                          o Diane (1869-1950), épouse le prince Ernest de Ligne
                               o (1°) Charles de Cossé de Brissac : Postérité
                               o (2°) Désiré-Emmanuel de Cossé de Brissac (1793-1870), x 1817 Henriette de Montmorency-Tancarville
                                   o Henri-Charles-Anne-Marie-Timoléon de Cossé de Brissac (1822-1887) : Postérité
                                   o Clotilde/Louise de Cossé de Brissac (1824-1866)
                                   o Marie-Berthe de Cossé de Brissac (1825-1896), x Emile de Robien : Postérité
                                   o Ferdinand de Cossé de Brissac (1826-1905) : Postérité 
                           o François-Artus-Hyacinthe-Timoléon de Cossé-Brissac (1749-1803), x 1781 Marie-Camille-Adélaïde de La Forest d'Armaillé : Parents d'Artus-Gabriel (1790-1857 ; x 1817 Marie-Antoinette-Gabrielle de Ste-Aldegonde), père lui-même de Stéphanie-Joséphine (1819-1872 ; x 1841 Charles-Antoine-Adrien duc de Rivière), et de Mathilde-Louise de Cossé-Brissac (1821-1898 ; x 1843 Amédée-Joseph, fils puîné d'Amédée-François de Pérusse des Cars) 
                   o la fratrie du 5e duc : Charles-Albert († 1712), vicaire général d'Angers ; et Guyonne-Françoise-Judith de Cossé, abbesse de St-Pierre de Lyon en 1708-1738
               o Charles de Cossé-Brissac (1628-1693), jésuite puis abbé de Notre-Dame de Mores[5]
               o François de Cossé-Brissac ( - † 1706), Grand Vicaire et Official de Chartres, dit l'abbé de Brissac[5]
               o Élisabeth de Cossé-Brissac († ), épouse François de Gontaut, marquis de Biron, baron de Saint-Blancard, lieutenant-général (fils de Jean II de Gontaut, maréchal de camp, et de Marthe-Françoise de Noailles)[5]
               o Marguerite-Guyonne de Cossé-Brissac († 13 juill. 1703 ou 1707[6]), religieuse bénédictine à Chelles, élue coadjutrice de Louise de Gondi, prieure de Poissy (), abbesse de Chelles (1671)[5]
               o Jean-Armand de Cossé-Brissac (° ~1634 - , Malte), chevalier de Malte[5]
       o deux sœurs de Timoléon et Charles II : Diane (x Charles de Mansfeld), et Jeanne de Cossé (x 1578 François d'Espinay-St-Luc)
   o Artus de Cossé-Brissac, le maréchal de Cossé (1512-vers 1582 ; frère cadet du comte Charles Ier), sgr. de Gonnor(d), comte de Secondigny, Grand-panetier et maréchal de France, x 1° Françoise du Bouchet de Puy-Greffier, fille de Charles du Bouchet et de Jeanne du Bellay-Thouarcé, et nièce de Jean du Bellay (vers 1480-vers 1523 ; sgr. de Gonnor par son mariage avec Renée-Catherine Chabot): Postérité par leurs filles cadettes Jeanne (x 1572 Gilbert Gouffier, duc de Roannais), et Madeleine de Cossé (x 1578 Jacques de l'Hospital de Choisy) ; leur fille aînée, Renée de Cossé comtesse de Secondigny, marie sans postérité Charles de Montmorency       
   o Philippe de Cossé († 1548), évêque de Coutances, Grand aumônier de France        
   o Anne-Catherine de Cossé, x René de Fonsèques de Surgères : Parents d'Hélène de Surgères, la muse de Ronsard. 


Les Brissac, princes de Robech (1860 à 1951)Modifier

Sans union, ni postérité, le titre de prince de Robech passe à sa nièce Marie Jeanne Henriette Elisabeth de Cossé-Brissac (1884-1951), fille de son frère cadet Charles Timoléon Anne Marie de Cossé-Brissac ( - Paris - Paris), comte de Brissac.

ChâteauxModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Cossé-Brissac (de).
  2. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, année 2002, page 68.
  3. « Familles admises » (consulté le 9 juin 2020)
  4. Lettre à l'Express, citée dans Le Monde du 8 juillet 1960, et dans Charlotte Delbo, Les Belles Lettres, Les Éditions de Minuit, 1961, réédit. 2012, p. 48-49.
  5. a b c d e f et g Étienne Pattou, « Maison de Cossé-Brissac », sur racineshistoire.free.fr, (consulté le 14 octobre 2017), p. 6.
  6. Marguerite-Guyonne de Cossé-Brissac : en conflit avec les religieuses à la mort de Louise de Gondi le 29 août 1661, elle cède ses droits en 1668 après sept ans de chicane à la dame de Chaulnes contre une pension de 3 000 livres). Elle est nommée abbesse de Chelles en 1671, et s’en démet ensuite en faveur de Jeanne de Scoraille de Fontanges contre une pension de 6 000 livres. Elle retourne à Chelles à la mort de Jeanne vers 1699. Dates de mort : 1703 selon Anselme, 1707 selon Aubert. Voir Pattou, p. 6.
  7. Emmanuel de Cossé-Brissac, fils puîné de Hyacinthe Hugues Charles Timoléon de Cossé-Brissac (, Paris - † au 8, rue du Pot-de-Fer, Paris Ve), duc de Cossé (), 1er comte de Cossé-Brissac et de l'Empire (1808), mestre de camp du régiment Royal-Roussillon, maréchal de camp (1788), lieutenant-général (1791), sénateur, grand chambellan de Maria Letizia Ramolino, inhumé au Panthéon ; et de Françoise Dorothée d'Orléans-Rothelin (), comtesse de Rothelin

BibliographieModifier