Ouvrir le menu principal

Liste des vicomtes de Marsan

page de liste de Wikipédia
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsan (homonymie).
Situation de la vicomté de Marsan dans le duché de Vasconie

Les vicomtes de Marsan constituent une titulature attachée, à partir de la fin du Xe siècle, à la petite vicomté de Marsan en Gascogne, sur le bassin de la Douze et du Midou.

Sommaire

OrigineModifier

L'origine de la première famille de Marsan, localement puissante, fait l'objet de deux hypothèses. La plus connue, mais aussi la plus contestée, date du début du XXe siècle. Elle avance que les premiers vicomtes de Marsan seraient issus de la dynastie des ducs de Gascogne. La vicomté aurait été le fief accordé à Ezi-Sanche, septième enfant de Sanche III Garcia de Gascogne, qui serait ainsi devenu le premier vicomte de Marsan.

Une thèse plus récente s'oriente vers l'idée que le premier vicomte de Marsan serait un gros propriétaire alleutier, sur lequel le duc de Gascogne aurait souhaité s'appuyer à la fin du Xe siècle pour renforcer son contrôle sur la région[1].

La seigneurie fut dans un premier temps centrée sur Roquefort, avant la fondation de Mont-de-Marsan, qui en devint alors le centre politique et économique.

Famille de MarsanModifier

La lignée selon la première hypothèse exposée est la suivante :

  • Ezi-Sanche de Gascogne, vicomte de Marsan (septième enfant). Epouse X. Deux enfants.
  • Leur fils aîné, Aner I vicomte de Marsan, mort en 993. Epouse X. 2 enfants.
  • Leur fils aîné, Loup I vicomte de Marsan, mort en 1009. Epouse X. Un fils.
  • Leur fils, Guillaume I vicomte de Marsan. Epouse X. Trois enfants.

Deux fils :

  1. Raymond co-vicomte de Marsan.
  2. Géraud I co-vicomte de Marsan.
  • Le fils de Raymond, Aner II, et celui de Géraud, Guillaume II, co-vicomtes du Marsan
  • Aner II co-vicomte de Marsan. Epouse X 1 enfant:
  • Leur fils, Loup II vicomte de Marsan. Épouse X, 1 enfant:
  • Leur fils aîné, Centulle III comte de Bigorre et vicomte de Marsan (?-1185), épouse en 1155 Mabille, fille de Raymond seigneur de Baux. Un enfant.

Famille de CommingesModifier

Famille de MathaModifier

Famille de MoncadeModifier

(...)

Maison de Foix-GraillyModifier

Dès lors la vicomté suivit les dynasties successives qui se succédèrent dans sa possession jusqu'aux Bourbons.

  • Comtes de Foix : les descendants d'Archambaud abandonnèrent le nom de Grailly pour le titre de comtes de Foix (mais furent appelés en Pays de Buch les "Foix-Grailly").
  • Rois de Navarre : en 1479, les comtes de Foix prennent le titre de rois de Navarre.
  • Maison d'Albret : la vicomté de Marsan, avec les biens des Foix, passe à la Maison d'Albret.
  • Maison de Bourbon : les biens de la Maison d'Albret passent par mariage à la Maison de Bourbon en la personne de Henri de Bourbon, roi de Navarre.

Maison de FranceModifier

En 1589, Henri de Bourbon accède au trône de France sous le nom de Henri IV.

En 1607, il réunit à la Couronne la vicomté de Marsan avec le comté d'Armagnac.

Maison de LorraineModifier

 
Ex-libris aux armes de Charles-Louis prince de Pons
 
Ex-libris aux armes de Camille prince de Marsan

Louis XIV donne l'Armagnac avec Marsan à son Grand écuyer Henri de Lorraine, comte d'Harcourt (branche de la Maison de Guise), en 1646.

Marsan est alors transmis aux cadets de la Maison de Guise, branche des comtes d'Armagnac.

  • Gaston de Lorraine, comte de Marsan, dit le comte de Marsan, fils du précédent (1721-1753), a le titre mais pas la seigneurie de Marsan du vivant de son père. Comme il meurt avant ce dernier, il n'est jamais propriétaire de Marsan.

Notes et référencesModifier

  1. JM Fritz, Thèse de doctorat soutenue en décembre 2001 à Bordeaux 3 : Histoire, peuplement et occupation du sol de la vicomté de Marsan des origines au rattachement à la Couronne de France en 1607.
  2. "Prince de Marsan, Chevalier des Ordres du Roi, Lieutenant-Général des Armées du Roi, Gouverneur du Pays et Comté de Provence, des villes d'Arles, Marseille, Toulon et terres adjacentes." : Mercure de France, Nouvelles Littéraires - Oraison funèbre de Très Haut et Très Puissant Prince François-Camille de Lorraine, p. 114, Imprimerie Lambert et Baudoin, Paris, 1er novembre 1783.

BibliographieModifier

  • Article Marsan, Dictionnaire de la noblesse..., François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois et Badier, 3e éd., Schlesinger frères, 1868, Vol. 13.

Voir aussiModifier