Dol-de-Bretagne

commune d'Ille-et-Vilaine

Dol-de-Bretagne
Dol-de-Bretagne
La Grand'Rue (en 2005).
Blason de Dol-de-Bretagne
Blason
Dol-de-Bretagne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Dol et de la baie du Mont-Saint-Michel
(siège)
Maire
Mandat
Denis Rapinel
2020-2026
Code postal 35120
Code commune 35095
Démographie
Gentilé Dolois
Population
municipale
5 767 hab. (2021 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2015en augmentation de 2,14 % par rapport à 2015)
Densité 371 hab./km2
Population
agglomération
5 651 hab. (2016[1])
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 59″ nord, 1° 45′ 03″ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 58 m
Superficie 15,53 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Dol-de-Bretagne
(ville isolée)
Aire d'attraction Saint-Malo
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dol-de-Bretagne
(bureau centralisateur)
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Dol-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Dol-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
Dol-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Dol-de-Bretagne
Liens
Site web www.dol-de-bretagne.fr

Dol-de-Bretagne est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Ses habitants, qui étaient 5 767 habitants au recensement de 2021[Note 1], sont appelés les Dolois et Doloises.

Géographie modifier

Dol-de-Bretagne est situé à mi-distance entre Saint-Malo et Le Mont-Saint-Michel en Bretagne dans le département d'Ille-et-Vilaine, au sud de Cherrueix et du Vivier-sur-Mer, communes en bord de mer. Rennes se trouve à 55 km au sud de Dol-de-Bretagne.

Dol-de-Bretagne est située sur le bord de la falaise, haute d'une vingtaine de mètres, que le flot venait encore battre au Xe siècle avant l'accumulation des dépôts marins qui permirent la construction de la digue du littoral, aujourd'hui tronçon de la route touristique Pontorson-Saint-Malo.

 
Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Dol-de-Bretagne
Mont-Dol
Roz-Landrieux   Baguer-Pican
Baguer-Morvan Épiniac

Hydrographie modifier

Dol-de-Bretagne est sur un coude du fleuve côtier le Guyoult, avec une ville implantée au nord-est de ce coude. Plusieurs ruisseaux présents sur le territoire de la commune confluent dans le Guyoult.

Hameaux, écarts, lieux-dits modifier

  • Faubourg de l'Abbaye-sous-Dol. La paroisse de L'Abbaye a été érigée en commune en 1790 avant d'être absorbée par la commune de Dol aux environs de l'an II.
  • Carfantain (ou Carfantin) est une ancienne paroisse rattachée à Dol pendant la Révolution française.

Voies de communication et transports modifier

Dol-de-Bretagne est desservie par la route nationale 176. La commune est labellisée Village étape depuis 2012.

La ville possède une gare desservie par les TER BreizhGo et par le TGV pour Saint-Malo (15 min), Rennes (30 min) et Paris (h 30).

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[3]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur », exposée à un climat médian, à dominante océanique[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 734 mm, avec 12,1 jours de précipitations en janvier et 6,9 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Pontorson à 18 km à vol d'oiseau[5], est de 11,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 821,3 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme modifier

 
Statue de Chateaubriand à Dol-de-Bretagne.

Typologie modifier

Dol-de-Bretagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11].

Elle appartient à l'unité urbaine de Dol-de-Bretagne, une unité urbaine monocommunale[12] de 5 693 habitants en 2017, constituant une ville isolée[13],[14]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Malo, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,9 %), zones urbanisées (17,8 %), zones agricoles hétérogènes (13,5 %), prairies (6,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,1 %), forêts (3,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,7 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Dolum[18] au VIIe siècle, Doli en 1158, Doul au XIIIe siècle.

Dol est un mot gaulois pour indiquer un « méandre »[19], ou du breton Dol « lieu bas, voire inondable et fertile qui peut se situer dans un méandre »[20]. Le noyau primitif de Dol est effectivement situé dans un méandre du Guioult.

Albert Dauzat rapproche Dol-de-Bretagne de Dol (Jura, Dola) ; Déols (Indre, Dolensis vicus VIe siècle, Dolus [monnaie mérovingienne]) ; Dolus-le-Sec (Indre-et-Loire, Dolos Ve siècle, vic. Dolensis IXe siècle, Dolum 1107, avec ajout d'une terminaison -us, issue d'un suffixe obscur)[18], car les formes anciennes sont identiques.

Histoire modifier

Préhistoire et Antiquité modifier

La région de Dol-de-Bretagne a été habitée depuis bien longtemps comme en témoigne le menhir de Champ-Dolent (mesurant 9,30 m, c'est un des plus hauts de Bretagne) qui date du Néolithique et se trouve à la sortie de ville en direction de Combourg.

Le territoire de Dol appartenait il y a plus de deux mille ans au peuple gaulois des Redones, puis à celui des Coriosolites[21].

À l'époque gallo-romaine, il fait partie de la Gaule lyonnaise où l'on trouve aussi le peuple des Diablintes[22].

Moyen Âge modifier

 
Sarcophage mérovingien (« auge de pierre ») dit de saint Budoc, trouvé à Dol-de-Bretagne (Musée de Bretagne, Rennes).

Dol-de-Bretagne devient au VIe siècle l'un des premiers évêchés de Bretagne. Samson de Dol, premier évêque de la ville, est l'un des sept saints fondateurs de Bretagne (mort à Dol vers 565). Il fonde l'abbaye de Dol et il est le patron du diocèse. À l'époque carolingienne, la ville, devenu chef-lieu, est une étape du pèlerinage médiéval des sept saints de Bretagne continentale appelé Tro Breiz (Tour de Bretagne).

En 848, Dol-de-Bretagne est érigé par Nominoë en archevêché (breton, non reconnu par Rome) et métropole, concurrent direct de Tours, et en 849, deux diocèses avec évêques (bretons) supplémentaires sont créés : Tréguier/Treger et Saint-Brieuc/Sant-Brieg. Le souverain des Bretons, Nominoë, est sacré à Dol en 848.

La ville est pillée par les Vikings au IXe siècle. En 936, à la suite du refus de Dudon, un vassal breton de la Manche, de rendre hommage au suzerain de Guillaume Ier de Normandie, le roi des Francs Raoul, Guillaume pénètre en Bretagne jusqu'au fleuve du Couesnon, frontière avec la Bretagne[réf. nécessaire]. Alors qu'il regagnait Rouen, les Bretons, après l'avoir suivi, sur ses arrières ravagèrent le Bessin entraînant la même année la riposte de Guillaume qui pénétra en Bretagne jusqu'à Saint-Brieuc et s'installa sur ces terres, obligeant le comte de Dol et de Rennes à lui faire hommage[23].

Cependant, les Normands sont délogés la même année lorsqu'Alain Barbetorte, un chef breton, fils de Mathuedoï de Poher, comte de Poher, réfugié avec son père en Angleterre auprès du roi Adelstan, qui fournit des vaisseaux pour une expédition punitive, débarque avec ses frères à Dol, bat les Normands[24] avant d'être élu duc des Bretons en 937. La menace viking continue néanmoins à peser sur la ville tandis que des Vikings de l'actuelle Normandie, les Normands, menacent également la ville et la prennent en 944. En 996, c'est un roi viking qui s'en empare, Olaf Lagman, un Norvégien qui règne sur les Hébrides et sur une partie de l'Irlande : Dol est une nouvelle fois pillée, saccagée et incendiée. En 1014, Olaf Haraldsson, futur roi de Norvège, débarque à la demande de Richard l'Irascible, duc de Normandie, pour combattre d'autres bandes vikings païennes retranchées dans Dol. Il a été baptisé à Rouen, peu avant ou peu après, par le propre frère du duc de Normandie, Robert le Danois.

La saga de ce roi viking, le Heimskringla, raconte ses exploits dans l'épisode de Dol :

« La troisième année, le roi Ethelred mourut et ses fils Edmund et Edward prirent le pouvoir. Alors le roi Olaf tira au sud par la mer, combattit dans le Hringsfjörðr (nom norrois de la baie du mont Saint-Michel) et prit à Hollar (Dol) un fjord que les Vikings occupaient. Il brûla le fjord. Ainsi dit Sigvat le scalde. Dans le beau Hringsfjörðr le nombre de dix fut atteint par les batailles, l'armée s'y rendit à la voile comme le héros l'ordonna. La haute citadelle de Hol, où se tenaient les Vikings, il la força ; ils ne souhaitèrent pas recommencer un pareil combat à l'arme de jet[25]. »

 
Scène 18 de la tapisserie de Bayeux. Et ils arrivèrent à Dol et Conan s'enfuit à Rennes.

Après que le nouveau duc de Bretagne, Alain III, succédant à son père, ait refusé l'hommage féodal au duc de Normandie, Robert le Magnifique, ce dernier ravagent alors la place de Dol et toute la région[26].

En 1064[27], Guillaume de Normandie mène une expédition contre la Bretagne à laquelle participe activement Harold Godwinson, qui sera ensuite son adversaire à la bataille d'Hastings. La tapisserie de Bayeux, scène 18 à 20, relate les prises successives des forteresses de Dol-de-Bretagne, Rennes (ou Conan II de Bretagne s'est réfugié après avoir fui Dol-de-Bretagne) et Dinan (où Conan rend les clefs de la ville au bout d'une lance). En 1076, Guillaume lance une nouvelle campagne militaire en Bretagne et investit Dol, dont le siège est levé par l’ost conduit par le roi des Francs Philippe Ier[28].

En 1167, Yseult de Dol héritière du vaste domaine des seigneurs de Dol et Combourg, épouse le Normand Hasculf de Subligny, arrière-arrière-petit-fils de Hugues d'Avranches. Hasculf fait ainsi tomber la ville de Dol entre les mains de l'une des plus anciennes familles de l'Avranchin. Ces seigneurs normands seront très actifs notamment dans la mise en valeur du marais de Dol et, surtout, ils seront les premiers artisans d'une poldérisation précoce de la baie du mont Saint-Michel à l'ouest du Couesnon, dès la fin du XIIe siècle[29].

La ville, dépendant du duché de Bretagne, fut prise et reprise lors de l'affrontement qui opposa Raoul II de Fougères, époux de Jeanne, fille ainée de Jean de Dol[Note 4], qui dès 1173 avait mis la place en défense, ne voulant pas reconnaitre comme duc de Bretagne Geoffroy, fils d'Henri II. Les troupes royales, le ban et l'arrière-ban du Cotentin, ainsi que le connétable Richard Ier du Hommet, renforcées par les Bretons de Conan, comte de Richemont, allié du roi s'emparèrent de la place qui sera reprise par Raoul de Fougères et, en 1173, à nouveau par Henri II[30].

La cathédrale de Dol reconstruite au début du XIIIe siècle est un bel exemple d'architecture anglo-normande et un témoignage relativement rare de l'architecture du XIIIe siècle en Bretagne. Avec son chevet plat, notamment, la cathédrale de Dol présente un plan qui se rapproche de plusieurs édifices anglais contemporains[31].

Au Moyen Âge, en l'absence d’égouts, des rues étaient destinées à l'évacuation des déchets et eaux usées à l'air libre, les natais. Leurs flux se mêlaient à ceux des ruisseaux et rivières aussi appelés « merderons »[32].

À la fin de la guerre de Cent Ans, la bourgade est très appauvrie : en 1437, un tiers de la population se retrouve sans logis, à la suite d'un incendie provoqué par les Anglais[33].

Temps modernes modifier

L'abbaye Notre-Dame du Tronchet possédait des biens dans la paroisse Notre-Dame de Dol[34]. Dol participe à la révolte du papier timbré survenue en 1675.

La paroisse de Dol faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de Saint-Samson puis de Notre-Dame. En 1772, la paroisse de Dol absorbe la paroisse du Crucifix.

Révolution française modifier

 
Vue de Dol-de-Bretagne, huile sur toile de Julien Le Blant, XIXe siècle.

Dol est chef-lieu du district de Dol de 1790 à 1795.

L’organisation des fêtes révolutionnaires témoigne de l’accueil favorable de la population de Dol aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur :

La cathédrale, siège de l’évêché de Dol supprimé en 1790, est vendue comme bien national à un bourgeois qui la transforme en écuries.

La commune de Dol est fondée en 1790. Elle absorbe rapidement la commune éphémère de L'Abbaye, puis le 8 floréal an II (), celle de Carfantain.

Du au , Dol et ses environs sont le théâtre d'une sanglante bataille entre les Vendéens et l'armée du général Rossignol. Les Vendéens sont restés maîtres du terrain.

XIXe siècle modifier

 
Vue de Dol-de-Bretagne, aquarelle de J.H. Eastwood, entre 1889 et 1908.

Le est mise en service la gare ferroviaire.

XXe siècle modifier

Première Guerre mondiale modifier

Le , la cloche de la cathédrale sonne à un rythme inhabituel, désignant l'entrée en guerre[41].

Le monument aux morts de Dol-de-Bretagne porte les noms de 153 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[42].

Entre-deux-guerres modifier

En 1924, Dol prend le nom de Dol-de-Bretagne[Note 5].

Seconde Guerre mondiale modifier

Le monument aux morts de Dol-de-Bretagne porte les noms de dix-huit personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[42]. Un autre monument, situé square des Déportés, porte les noms de dix résistants morts en déportation, dont Francis Charpentier (mort le à Bergen-Belsen), Louis Guelet (mort en à Ellrich), Alphonse Leparoux (mort le à Mauthausen)[43].

Fernand Derrien, né le à Dol-de-Bretagne, lieutenant FTPF dans le maquis de Vieux-Vy-sur-Couesnon est tué lors d'un combat le à La Selle-en-Coglès[44].

Le mercredi 2 août 1944, Un groupe de marins de l'US Navy venant du port de Cherbourg tombe dans une embuscade sur la route qui relie Baguer-Pican à Dol. Les marins résistent pendant trois heures à la pression allemande. Un avion de reconnaissance américain L4 est abattu alors qu'il survole le champ de bataille, l'un des deux occupants est tué, l'autre capturé est transféré à Jersey. Finalement, ils seront secourus par des éléments de la la 6ème division blindée après que deux des marins ait pu rejoindre et alerter le poste de commandement de cette division sité près de Pontorson.

Le jeudi 3 août 1944, n'ayant pas connaissance des évènements de la veille, une nouvelle unité se présente par la même route à l'est de Dol-de-Bretagne. Il s'agit de la Task Force A, une unité de circonstance composée de plusieurs unités distincts. Le 15ème groupe de cavalerie est en tête de la colonne, et arrive à 07h10 au lieu-dit Les Rolandières.La tête de colonne se retrouve sous un feu intense et une section est mise hors de combat, 3 hommes seulement de cette section sur une trentaine en ressortiront sain et sauf. Le commandant du 15ème groupe de Cavalerie est capturé avec d'autres soldats. Plusieurs ont été tués et d'autres faits prisonniers, ils seront également transféré à Jersey quelques jours plus tard.

Finalement, le vendredi , après quelques échanges de tirs avec des allemands isolés, Dol-de-Bretagne est libérée par le 330e régiment d’infanterie US, de la 83e division d’infanterie. Les allemands s'étaient retiré pendant la nuit vers la forteresse de Saint-Malo.

Les embuscades des 2 et 3 août 1944 ont coûtés la vie à 17 américains et à un nombre inconnu d'allemands. Un mémorial situé au lieu-dit Les Rolandières, rappelle les noms des victimes américaines.

L'après-guerre modifier

Six soldats originaires de Dol-de-Bretagne sont morts pendant la guerre d'Indochine et deux pendant la guerre d'Algérie[42].

Politique et administration modifier

Tendances politiques et résultats modifier

Liste non exhaustive des sénéchaux modifier

  • c. 1145 : Jourdain ou Jordan.

Liste des maires modifier

 
La mairie de Dol-de-Bretagne.

Depuis la Libération, six maires se sont succédé à la tête de la commune.

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
Victor Compagnon    
François Roptin[45]   Capitaine au long cours
Chevalier de la Légion d’honneur et du Mérite maritime
Yves Estève UNR puis UDR Notaire
Sénateur d'Ille-et-Vilaine (1948 → 1980)
Conseiller général du canton de Dol-de-Bretagne (1945 → 1976)

(décès)
Jean Hamelin UDR puis RPR Directeur d'usine chimique
Député de la 6e circonscription d'Ille-et-Vilaine (1965 → 1973 puis 1975 → 1986)
Conseiller général du canton de Dol-de-Bretagne (1976 → 1987)
Michel Esneu RPR puis UMP Professeur, directeur d'école d'agriculture
Sénateur d'Ille-et-Vilaine (1998 → 2008)
Conseiller général du canton de Dol-de-Bretagne (1988 → 2001)
Président de la CC du Pays de Dol-de-Bretagne [Quand ?]
En cours Denis Rapinel[46] UDI[47] Conseiller de gestion
Président de la CC du Pays de Dol et de la Baie du Mont-Saint-Michel(2017 →)

Jumelages modifier

  Reichelsheim (Allemagne).

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[48]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[49].

En 2021, la commune comptait 5 767 habitants[Note 6], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2015 (Ille-et-Vilaine : +5,32 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 2542 7873 6543 8973 9393 9904 0184 1374 181
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 3534 1914 2304 2514 4434 4434 5244 8144 762
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 7084 5884 8044 5634 5274 4734 5964 8614 773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
4 5114 4974 6244 6604 6294 5634 7744 7605 335
2015 2020 2021 - - - - - -
5 6465 7615 767------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2006[51].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie modifier

Dol-de-Bretagne vit de l'agriculture, du commerce et du tourisme. L'arrivée du TGV depuis quelques années a contribué à l'essor de la commune, qui se traduit par une hausse de la population[réf. nécessaire][52].

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
La cathédrale et la rue Ceinte.
 
La rue Ceinte.
 
La promenade Jules-Revert.

La commune compte sept monuments historiques et 426 bâtiments inventoriés[53] :

À noter également :

  • la promenade des Douves, parc public aussi appelé promenade Jules-Revert duquel on a un panorama exceptionnel sur le Mont-Dol et sur les marais ;
  • le musée de la Trésorerie, bâtiment du XVIe siècle ;
  • le quartier de la Cité situé autour de la cathédrale (rue de la Trésorerie (actuellement rue des Écoles), rue des Chantres (actuellement rue des Perrons) et le long de la partie nord de la rue Ceinte) est inscrit à l'Inventaire du Patrimoine[61] ;
  • des vieilles maisons autour de la cathédrale : dix sont Grand'rue des Stuart, douze rue Le Jamptel, six rue Ceinte, dont le manoir du Grand Chantre ;
  • Le Cathédraloscope, musée sur la construction des cathédrales.

Autres édifices religieux modifier

 
Le quartier de la Cité.
  • Église de l'abbaye, actuelle chapelle de l'hospice.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Carfantin.
  • Église protestante évangélique du Bon Berger.
  • Salle du royaume des témoins de Jéhovah.

Personnalités liées à la commune modifier

  • Augustin Desrée[63], minotier, qui possède un tombeau au cimetière communal (Albert Polart architecte[64], 1916).
  • Louis Maufrais (nė à D’OL en 1889), médecin de guerre sur les lignes du front de la Grande Guerre et écrivain.

Héraldique modifier

  Blasonnement :
D'or à trois losanges d'azur chargés chacun d'une billette d'argent surchargée d'une moucheture d'hermine de sable, au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or. L'ancien blason de la ville ne présentait que des mouchetures d'hermine[65].

Bibliographie modifier

  • Patrick Amiot, Dol de Bretagne d'hier à aujourd'hui, Tome I : « Regard sur son histoire à travers ses rues ». Dinan, P. Amiot, 1984, 319 p.
  • Patrick Amiot, Dol de Bretagne d'hier à aujourd'hui, Tome II : « Regard sur son histoire à travers sa cathédrale », Dinan, P. Amiot, 1986, 342 p.
  • Patrick Amiot, Dol de Bretagne d'hier à aujourd'hui, Tome III : « Regard sur son histoire à travers son évêché », Dinan, P. Amiot, 1990, 311 p. — Importante iconographie, portraits, armoiries, blasons des évêques de Dol.
  • Patrick Amiot, Dol-de-Bretagne guide touristique et historique, Dinan, P. Amiot, 1988, 120 p.
  • François Duine, Histoire Civile et Politique de Dol jusqu'en 1789, Paris, 1911 ; réédition, Marseille, Laffitte Reprint, 1975.
  • François Duine, Choses et gens du XVIe siècle breton, 1911, 18 p. — Notules ou documents relatifs à l'histoire religieuse de Dol.
  • J.-P. Letort-Trégaro, Dol de Bretagne, Rennes, Éd. Ouest-France, 1977, 32 p.
  • J.-C. Loyant, P. Marion, Dol de Bretagne et le marais dolois, Rennes, A. Sutton, 1994, 128 p.
  • Le Rouget (Association François Duine), Revue d'histoire et de folklore du pays de Dol.
  • Jean-Pierre Fontaine, Les Chouans de Baguer, Roman.
  • Dominique Martel, Les Stuarts et Dol de Bretagne, De Alan Sénéchal de Dol à la famille royale britannique (version Française/Anglaise) Dol-de-Bretagne, D. Martel, 2017, 72 p.

Articles connexes modifier

 

Les coordonnées de cet article :

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Population municipale légale en 2024.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Jean lui confia la garde de son autre fille, Iseult.
  5. Décret du , inséré au Journal Officiel des et .
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. Insee : évolution et structure de la population de l'aire urbaine de Dol-de-Bretagne.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Dol-de-Bretagne et Pontorson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Pontorson » (commune de Pontorson) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Pontorson » (commune de Pontorson) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Dol-de-Bretagne », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  18. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 243b.
  19. A. Meynier, Noms de lieux et continuité de la langue celtique en Gaule, Norois, Année 1966, Volume 52, Numéro 52, p. 611-612
  20. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, 2000, p. 66.
  21. Loïc Langouët, « Le marais occidental de Dol à l'époque gallo-romaine », Le Rouget de Dol n° 9 et 14,‎ .
  22. Frédéric Dibout, « Dol à l’époque gallo-romaine », Le Rouget de Dol n° 124,‎ .
  23. Davy 2014, p. 78.
  24. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-91454-196-1), p. 79.
  25. Jean-Christophe Cassard, Le siècle des Vikings en Bretagne, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1996, p. 100. (ISBN 2877472140).
  26. Davy 2014, p. 86.
  27. Stéphane William Gondoin, « Les châteaux forts au temps de Guillaume le Conquérant », Patrimoine normand, no 94,‎ juillet-août-septembre 2015, p. 41 (ISSN 1271-6006).
  28. Robert Favreau, in Jean Combes (dir.), Histoire du Poitou et des Pays charentais : Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Clermont-Ferrand, éditions Gérard Tisserand, , 334 p. (ISBN 2-84494-084-6, lire en ligne), p. 138.
  29. Marie Casset, « Les hommes contre la mer : la poldérisation de la baie du Mont-Saint-Michel au Moyen Âge », Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, 2009, t. 86, p. 197-202.
  30. Davy 2014, p. 114.
  31. Anne-Claude Le Boulch, La cathédrale de Dol, Rennes, 1999, 35-Rennes, Impr. de l'Université de Rennes, 2 245 p.
  32. Jean-Pierre Leguay, Les catastrophes au Moyen Age, Paris, J.-P. Gisserot, coll. « Les classiques Gisserot de l'histoire », , 224 p. (ISBN 978-2-877-47792-5 et 2-877-47792-4, OCLC 420152637)., p. 13.
  33. Leguay (2005), op. cit., p. 154.
  34. Déclaration de l'évêque de Dol en 1575;
  35. Dubreuil, Fêtes..., p. 398-399.
  36. Dubreuil, Fêtes..., p. 401.
  37. , p. 397.
  38. Dubreuil, Fêtes..., p. 397.
  39. Dubreuil, Fêtes..., p. 402.
  40. Dubreuil, Fêtes..., p. 405.
  41. Livre "J'étais médecin dans les tranchées" p. 27.
  42. a b et c Memorialgenweb.org - Dol-de-Bretagne : monument aux morts.
  43. Memorialgenweb.org - Dol-de-Bretagne : monument commémoratif des déportés.
  44. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/fusilles/tues-combat.htm
  45. Fiche biographique de ROPTIN François
  46. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688).
  47. « Résultats municipales 2020 à Dol-de-Bretagne », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  52. « Statistiques. Dossier complet, commune de Dol-de-Bretagne », sur INSEE, (consulté le ).
  53. « Liste des notices pour la commune de Dol-de-Bretagne », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. Notice no PA00090549.
  55. Notice no PA00090544.
  56. Notice no PA00090546.
  57. Notice no PA00090548.
  58. Notice no PA00090547.
  59. Notice no PA00090545.
  60. Notice no PA35000028.
  61. Notice no IA35001615.
  62. Hacherez GF, « Vénérable Frère Jean de Saint Samson : Carme, réformateur et écrivain aveugle » [PDF], sur nominis.cef.fr, Nominis (consulté le ).
  63. Notice no IA35001810.
  64. Tombeau d'Augustin Desrée.
  65. Nouveau Larousse Illustré de Claude Augé aux éditions Larousse, 1900 sur Carto-mondo.fr.