Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alain.

Alain III de Bretagne
Illustration.
Titre
Duc de Bretagne
Prédécesseur Geoffroi Ier
Successeur Conan II
Comte de Rennes
Prédécesseur Geoffroi Ier
Successeur Conan II
Biographie
Titre complet Duc de Bretagne
Dynastie Maison de Rennes
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Vimoutiers
Père Geoffroy Bérenger
Mère Havoise de Normandie
Fratrie Éon Ier de Penthièvre
Conjoint Berthe
Enfants Conan II de Bretagne Red crown.png<lbr />Havoise de Bretagne, Geoffroy Grenonat (illégitime)
Héritier Conan II de Bretagne Red crown.png

Alain III dit Rebrit ou Ruibriz[note 1] (vers 997- ), fils et successeur de Geoffroy Bérenger, comte de Rennes et duc de Bretagne, et d’Havoise de Normandie, fut duc de Bretagne de 1008 à 1040. Descendant d’Erispoë, il s’attribua parfois le titre de roi de Bretagne.

RégenceModifier

Agé d'environ 11 ans à la mort de son père, en 1008, c'est sa mère, Havoise de Normandie († ), qui exerce la régence[1]. Elle s'appuie sur les évêques Gautier II de Nantes, l'oncle d'Alain Judicaël de Vannes, ainsi que sur l’archevêque Junguené de Dol-de-Bretagne. Richard II de Normandie, frère d'Havoise, est leur tuteur[2].

Durant cette période, comme ils n'ont cessé et ne cesseront de le faire durant les Xe et XIe siècles, les Normands tentent des avancées en Bretagne. En 1009, Richard II, bien que tuteur d'Alain, prend le contrôle de l'abbaye du Mont-Saint-Michel remplaçant Maynard II (qui s'était replié à l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon) par Hildebert Ier[3]. En 1014, à la demande de Richard II, Olaf Haraldson[4], s'empare de Dol de Bretagne[5]. Les conflits entre Bretons et Normands permettront à ces derniers de repousser la frontière de la Sélune au Couesnon vers 1027-1030.

La minorité du duc est aussi marquée par une révolte paysanne qui selon la vita de saint Gildas écrite au XIe siècle [note 2] oblige Félix, le moine de l'Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire qui avait été chargé par le duc Geoffroi Ier de Bretagne de recréer l'Abbaye Saint-Gildas de Rhuys de repartir précipitamment. Une révolte nobiliaire éclate également ; elle aurait été conduite par un certain « Judicaël fils de Cham » (Gleudennus Judicael Cham filius) qu'Arthur de la Borderie identifiait sans doute à tort avec l'évêque Judicaël de Vannes fils de Conan le Tort qui jouera jusqu'à sa mort un rôle important à la cour ducale[6].

Le jeune duc renouvelle la vieille alliance de Rennes avec les comtes de Blois en choisissant comme épouse Berthe de Blois[note 3] qui selon une tradition, aurait été enlevée pour son compte à son père par Alain Canhiart [7], avant d'accéder au pouvoir vers 1024/1025 et de réaffirmer la place des comtes de Rennes dans le duché. Dans un acte des années 1013-1025 Alain et son frère Eudes, qui semble exercer une corégence, se qualifient de « monarques des Bretons » (Britannorum monarchi)[2].

RègneModifier

Sous le règne d'Alain III l'autorité ducale se consolide. Le duc laisse 32 actes authentiques dont treize chartes, six notices et onze actes privés rédigés par les abbayes bénéficiaires mais aussi à Rennes par l'archidiacre Moïse chancelier de l'église et membre de la cour ducale [8]. Son action militaire dépasse largement les limites de son duché: En 1027 il assiège Le Lude et la Ferté-Bernard, il épouse Berthe la fille d'Eudes II de Blois, à Pâques 1032 il parait même à Orléans dans l'entourage du roi de France[9].C'est également sous le règne d'Alain III qu'apparaissent dans les actes ceux que l'historiographie qualifie d'ascendants des principales lignées de seigneurs du Rennais: Riwallon de Combourg, Mainguéné de La Guerche, Riwallon « le Vicaire » dont les descendants s'installent à Vitré, Briant Ier de Châteaubriant, Giron Ier de Châteaugiron et Alfred ou Auffroy dont la lignée contrôle Fougères [10]

Alliance avec le MaineModifier

Alain III appuie le comte du Maine, Herbert Éveille-Chien [11] qui était en conflit avec la puissante famille de Bellême qui contrôlait l'évêché du Mans et avait fait construire sur le domaine comtal le château de Donneau. En 1027 Alain III qui participe à la coalition unissant le roi Henri Ier et le comte de Blois contre Foulques Nerra vient assiéger le même année un second château construit par l'évêque à La Ferté-Bernard. Le château est pris mais une réconciliation sous l'égide de l'évêque Fulbert de Chartres met fin aux hostilités. Alain III intervient ensuite dans le sud du Maine pour libérer des chevaliers manceaux détenus en otages par Foulques Nerra. L'alliance avec le Maine perdurera avec le mariage vers 1045/1047 de Berthe la veuve d'Alain III avec Hugues IV du Maine le fils d'Herbert Éveille Chien[12].

Contrôle de NantesModifier

Après un conflit assez confus en 1031 avec Alain Canhiart il se réconcilie avec lui. Il soutient ensuite l'évêque Gautier II de Nantes contre le comte Budic: en 1033, grâce aux négociations menées par Junguené, archevêque de Dol, le comté de Nantes abandonne son allégeance à Foulques Nerra et revient dans la fidélité des ducs de Bretagne [13].

Relations avec la NormandieModifier

En 1030 il entre en conflit avec son cousin, le duc Robert Ier de Normandie qui lance une expédition en Bretagne. Alain riposte dans l'Avranchin mais il est repoussé avec de lourdes pertes[14]. Leur oncle Robert le Danois archevêque de Rouen sert de médiateur lors d'une entrevue au Mont-Saint-Michel au cours de laquelle il doit lui prêter l'Hommage vassalique [15]. Robert, après leur réconciliation, lui confia la tutelle de son héritier Guillaume le Bâtard lors de son départ pour le pèlerinage de Jérusalem en 1034 [16]

Relations avec l'égliseModifier

Lors des troubles du début du règne le moine Félix avait quitté la Bretagne pour regagner son Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire mais l'abbé Gauzlin de Fleury le renvoie après lui avoir conféré la dignité abbatiale relever l'Abbaye Saint-Gildas de Rhuys et son prieuré de Locminé où il meurt en 1038. Un autre moine Teudon avait été désigné comme successeur à Maynard II à l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon, un troisième moine nommé Thion échoue à réformer l'Abbaye Saint-Melaine de Rennes face à l'hostilité des membres de la « dynastie épiscopale » de la cité qui avaient accaparé cet établissement[17].

Alain III fonde avec son frère le prieuré de Livré (1013 à 1022). Il fait des dons au prieuré de Gahard dépendant de l'abbaye de Marmoutier (1015 à 1032) et donne même le tiers de l'église de Servon à Marmoutier (1015 à 1026). Il est présent lors de la formation du prieuré de Marcillé-Robert par son vassal Riwallon le Vicaire[18].

Entre 1024 et 1034, en 1032 selon la date traditionnelle[note 4] Alain III établit sa sœur Adèle ou Adella († 1067) qui était déjà religieuse comme abbesse, et lui donne « porcion de sa comté de Rennes laquelle il luy octoya, et à la requeste d'elle la fist consacrer et dédier en abbaye perpétuelle en l'honneur de Saint-Georges martyr »[19]. La duchesse Havoise le comte Eudes et les principaux barons de Bretagne dont Alain Canhiart, le baron de Vitré les sires de Porhoët et de la Guerche ainsi que l'archevêque de Dol et neuf évêques bretons ratifient la donation ducale [20].

Constitution de l'apanage d'EudesModifier

Après la mort de leur mère, Havoise, son frère Eudes « comte de Bretagne », revendique un large apanage dans les évêchés de Saint-Brieuc et Tréguier avec pour centres Lamballe et Guingamp. La médiation de Judicaël de Vannes († 1037) et de Robert de Normandie aboutit en 1035 à la constitution de l’apanage de Penthièvre pour Eudes qui en sera le premier comte. Son ambition le poussera rapidement à tenter d'étendre ses domaines vers l'est dans les évêchés de Saint-Malo et de Dol-de-Bretagne [21].

Fin de règne et mortModifier

Robert le Magnifique meurt en 1035 sur le chemin de retour de son pèlerinage, Alain III doit alors intervenir en Normandie en prétextant la protection des droits du futur roi d’Angleterre, Guillaume, menacés par la révolte d’une partie de la noblesse normande. En fait, il revendique le duché pour lui-même comme petit-fils du duc Richard Ier par sa mère. L'expédition est un échec. Il meurt pendant cette campagne, à Vimoutiers le [22], victime d’un empoisonnement. Il est inhumé avec les premiers ducs de Normandie dans la salle capitulaire de l'Abbaye de la Trinité de Fécamp[23]

Union et descendanceModifier

Marié en 1018 avec Berthe, fille du comte Eudes II de Blois, il a deux enfants :

  1. Conan, duc de Bretagne 1040 à 1066 sous le nom de Conan II,
  2. Havoise de Bretagne, qui épousera Hoël de Cornouaille, qui succèdera à Conan II en 1066 sur le trône de Bretagne.

D'une concubine inconnue, Alain III laisse également un fils illégitime :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Rebrit, Ruibriz ou Roebre signifique Roue Breizh, roi breton, en vieux breton
  2. Acta Sancti Gildæ Ruynensis cité par Dom Morice Preuves t. I col. 355 « Post mortem Gaufridi ducis...Britanni in seditionem vesi, bella commoverunt. Ham rustici insurgentes contro dominos suos congregantur »
  3. sa mère Havoise était normande et sa grand-mère Ermengarde angevine
  4. l'acte contenant les donations primitives n'est pas daté

RéférencesModifier

  1. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe – XIIIe siècle. Ouest-France Université Rennes (1987) (ISBN 9782737300141) p. 37.
  2. a et b Stéphane Morin, Trégor, Goëlo, Penthièvre. Le pouvoir des comtes de Bretagne du XIe au XIIIe siècle., Rennes, Presses Universitaire de Rennes & Société d'émulation des Côtes-d'Armor, , 406 p. (ISBN 978-2-7535-1012-8), p. 39-100
  3. Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac (sous la direction de) Breton et Normands au Moyen Âge. Rivalités, malentendus convergences Presses Universitaires de Rennes; Rennes (2008) (ISBN 9782753505636) p. 148
  4. identifié dans sa Saga avec le futur Olaf II de Norvège. Régis Boyer La Saga d'Olaf le Saint, (traduite et présentée par), Payot Paris (1987) (ISBN 2228132500), chap. XVI p. 35
  5. Julien Bachelier, « Une histoire en Marche : Fougères et la Normandie au Moyen Âge (début XIe – milieu du XIVe siècle) », Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, vol. 88,‎ , p. 423-529 (ISSN 0035-1342, lire en ligne)
  6. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op. cit. p. 37-38
  7. Arthur de la Borderie p. 8 André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op. cit. p. 38 estiment qu'il s'agit d'une « vision évidemment bien romanesque qu'aucune source ne vient étayer »
  8. Hubert Guillotel, Actes des Ducs de Bretagne (944-1148), Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753534988), p. 172-271
  9. Hubert Guillotel Op.Cit p. 49
  10. Michel Brand'Honneur Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes (XIe-XIIe siècles)' PUR Rennes (2001) (ISBN 2868475612) p. 145 .
  11. A. de La Borderie, Histoire de Bretagne, t. III, p. 7-8
  12. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre p. 40 .
  13. Arthur de la Borderie op. cit., p. 10.
  14. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre p. 41 .
  15. Arthur de la Borderie op. cit. p. 9.
  16. Joëlle Quaghebeur et Bernard Merdrignac op. cit. p. 148
  17. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre op. cit. p. 224-225
  18. Recueil d'actes inédits des duces de Bretagne « Règne d'Alain III (1008-1040) » p. 3-28
  19. Pierre Le Baud Histoire de Bretagne ch. XXII p. 149
  20. Les Abbayes Bretonnes, ouvrage collectif publié par la Biennale des Abbayes Bretonnes B.A.B & Fayard (ISBN 9782213013138) p. 269-278
  21. Stéphane Morin op. cit. « Des Comtes de Bretagne aux comtés castraux de Richmond, de Tréguier et de Penthièvre » p. 186-210
  22. Société d’Émulation des Côtes du Nord: Année 1913 t. LI p. 93 à 100 « Date de la mort d’Alain III »
  23. Arthur de la Borderie op. cit. p. 13

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier