Bob Bondurant

pilote automobile
Bob Bondurant
Description de cette image, également commentée ci-après
Bob Bondurant en 2007.
Biographie
Nom complet Robert Bondurant
Date de naissance
Lieu de naissance Evanston (Illinois)
Date de décès (à 88 ans)
Lieu de décès Paradise Valley (Arizona)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Carrière
Années d'activité -
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
North American Racing Team
Reg Parnell Racing
Team Chamaco Collect
Anglo American Racers

Statistiques
Nombre de courses 11 (9 départs)

Robert Bondurant, dit Bob Bondurant (né le à Evanston (Illinois) et mort le à Paradise Valley (Arizona)[1]), est un pilote automobile américain qui s'est illustré en Formule 1 et en endurance. Il a couru pour Shelby, la Scuderia Ferrari et Eagle.

BiographieModifier

Pendant sa jeunesse, Bob Bondurant débute en moto sur Indian sur des circuits ovales[2]. En , à 23 ans, il débute sur quatre roues sur une Morgan puis attire l'attention en remportant (avec 18 victoires en 20 courses) le championnat de la côte Ouest des États-Unis des voitures de production de catégorie B sur une Chevrolet Corvette[3].

En , il est recruté par Shelly Washburn, distributeur Shelby de Santa Barbara, pour piloter une Corvette C1 de 1959 puis une Corvette C2 de 1963 dans le championnat du Sports Car Club of America. Pendant cette période, il lui arrive de piloter également des Ferrari, Austin Healey, Triumph, Porsche, Ford et autres voitures américaines bricolées.

 
Bondurant sur Cobra au Nürburgring en 1964.

En , il rejoint l'écurie de Carroll Shelby qui engage des AC Cobra[4]. Dès sa première course, il remporte la victoire en Grand Tourisme, au Continental Divide 150 disputé sur le Continental Divide Raceway, dans le Colorado[3],[5].

Dès l'année suivante, Bob Bondurant est dépêché en Europe pour participer au championnat du monde des voitures de sport organisé par la FIA. Sur des Cobra de 4,7 l (289 ci)[6], il se présente à la Targa Florio, aux 500 km de Spa, aux 1 000 kilomètres du Nürburgring ainsi qu'aux 24 Heures du Mans[7] où il termine quatrième, remportant la victoire en GT, associé à Dan Gurney.

Bob Bondurant poursuit son engagement en Grand Tourisme avec l'écurie Shelby. Dans le championnat du monde des voitures de sport, il participe à la victoire de Shelby sur la Scuderia Ferrari et ses 250 GTO en catégorie GT de plus de 2,0 litres ; Jo Schlesser remporte avec lui la catégorie GT aux 12 heures de Sebring et aux 12 Heures de Reims[8]. À la fin de la même année, le North American Racing Team, qui engage officiellement les monoplaces Ferrari en Amérique du Nord, l'invite à participer à la manche américaine du championnat du monde de Formule 1[9],[6], terminant neuvième[réf. nécessaire]. Il prend ensuite le départ du Grand Prix du Mexique sur une Lotus 33 appartenant à Reg Parnell, mais il abandonne[3].

Recruté comme consultant technique sur le tournage du film Grand Prix de John Frankenheimer, Bob Bondurant est chargé d'entraîner James Garner, premier rôle du film, au pilotage des monoplaces de Formule 1 dans les séquences de course[10]. En 1966, il poursuit en Formule 1 et commence la saison sur une BRM P261 du Team Chamaco Collect par une quatrième place à Monaco mais ne concrétise pas, abandonnant ou terminant hors des points. Il termine la saison, en Amérique du Nord sur les monoplaces d'Anglo American Racers. Au Grand Prix des États-Unis, son Eagle-Climax ne démarre pas et il est poussé au départ, ce qui lui vaut d'être disqualifié. Au Mexique, le moteur à quatre cylindres en ligne Climax de son Eagle est remplacé par un moteur à douze cylindres en V Weslake ; peu après le tiers de la course, il est trahi par son alimentation et abandonne.

 
Bob Bondurant enseignant le pilotage à James Coburn en 1972.

En , Bob Bondurant abandonne la Formule 1 et se consacre au championnat CanAm et aux 24 Heures du Mans. Quelque temps plus tard, dans une course à Watkins Glen, il sort de la piste avec sa McLaren à près de 240 km/h et est gravement blessé[11] dans la série de huit tonneaux dont il a été victime. Les médecins lui prédisent qu'il ne marchera plus jamais mais il parvient à recouvrer ses capacités. Pendant sa convalescence, il décide de fonder une école de pilotage de haut niveau, la Bob Bondurant School of High Performance Driving, profitant de l'expérience acquise en la matière pendant le tournage du film Grand Prix. L'école ouvre ses portes en [12] et acquiert rapidement le soutien officiel de Datsun[5]. Outre James Garner, il enseigne le pilotage à des acteurs tels que Paul Newman[13], Clint Eastwood[14], Robert Wagner[10], James Coburn[3], Tim Allen, Tom Cruise[13] ou Nicolas Cage[6].

Revenu à la compétition en dans le championnat CanAm[15], Bob Bondurant consacre sa fin de carrière à piloter majoritairement dans des courses d'endurance en Amérique du Nord. En , il est introduit au temple américain de la renommée du sport automobile[16].

Bob Bondurant fait une apparition dans l'album 13 de la série Michel Vaillant, Concerto pour pilotes[réf. nécessaire].

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Palmarès de Bob Bondurant en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1965 North American Racing Team
Reg Parnell Racing
Ferrari 158
Lotus 33
Ferrari V8
Climax V8
Dunlop 2 0 Nc.
1966 Team Chamaco Collect
Anglo American Racers
BRM P261
Eagle T1F
Eagle T1G
BRM V8
Climax L4
Weslake V12
Goodyear 7 3 14e

Résultats aux 24 heures du MansModifier

Année Équipe Voiture Équipiers Résultat
1964 Shelby American Inc AC Cobra Daytona Dan Gurney 4e
1965 RRC Walker Racing Team Ford GT40 Umberto Maglioli Abandon
1966 North American Racing Team Ferrari 365 P2 Masten Gregory Abandon
1967 Dana Chevrolet Inc Chevrolet Corvette Dick Guldtsrand Abandon

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bob Bondurant » (voir la liste des auteurs).
  1. (en-US) « Bob Bondurant 'iconic American racing hero' dies at 88 in Paradise Valley », sur fox10phoenix.com
  2. (en-GB) James Elson, « Renowned racing instructor Bob Bondurant dies »  , sur Motor Sport Magazine, (consulté le )
  3. a b c et d Gilles Gaignault, « BOB BONDURANT EST DÉCÉDÉ »  , sur Autonewsinfo, (consulté le )
  4. (en) Taylor Jackson, « 2 American Racing Legends: Bob Bondurant and the Shelby Cobra Reunited »  , sur Energy.gov, (consulté le )
  5. a et b (en) Khris Bharath, « Racing Legend Bob Bondurant Passes Away At Age 88 », sur Top Speed, (consulté le )
  6. a b et c Bruno Palmet, « Auto. 24 Heures du Mans : décès de Bob Bondurant, pilote et formateur de Paul Newman . Sport » [html], sur lemans.maville.com, (consulté le )
  7. « In Memoriam : Bob Bondurant (1933 - 2021) », sur Endurance Info, (consulté le )
  8. Nicolas Anderbegani, « Décès de l’ancien pilote et instructeur Bob Bondurant », sur leblogauto.com, (consulté le )
  9. Pierre Van Viliet, « Décès de Bob Bondurant », sur f1i.autojournal.fr, (consulté le )
  10. a et b (en-US) Richard Sandomir, « Bob Bondurant, Car Racer Who Tutored Actors on the Track, Dies at 88 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [html], consulté le )
  11. (en-GB) « Obituary: driver, coach and all-round good guy Bob Bondurant », sur Magneto, (consulté le )
  12. (en-US) « Bondurant High Performance Driving School Evolves into Radford Racing School », sur Radford Racing School, (consulté le )
  13. a et b (en-US) Greg Evans, « Bob Bondurant Dies: Racecar Instructor To Paul Newman, Tom Cruise, Other Film Stars Was 88 », sur Deadline, (consulté le )
  14. (en-US) « Bob Bondurant, race car champion who taught the stars how to drive fast, dies », sur Los Angeles Times, (ISSN 0458-3035, consulté le )
  15. (en-US) « Hulme Wins 3d Can‐Am Race in Row at Mid‐Ohio With Record 95.18 M.P.H. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne  , consulté le )
  16. (en) « Champion race car driver, top instructor Bob Bondurant dies », sur KOB 4, (consulté le )

Liens externesModifier