Grand Prix (film, 1966)

film de John Frankenheimer, sorti en 1966
Grand Prix
Description de cette image, également commentée ci-après
John Frankenheimer sur le tournage du film.

Réalisation John Frankenheimer
Scénario Robert Alan Aurthur
Musique Maurice Jarre
Acteurs principaux
Sociétés de production Douglas & Lewis Productions
Joel Productions
John Frankenheimer Productions
Cherokee Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame sportif
Durée 179 minutes
Sortie 1966


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Grand Prix est un film américain réalisé par John Frankenheimer, sorti en 1966. Consacré à la compétition en Formule 1, il a été tourné lors de saison 1966.

Succès critique et public (c'est l'un des plus gros succès au box-office de 1966 aux États-Unis[1]), le film a remporté trois Oscars en 1967 (meilleur montage de son, meilleur montage et meilleur mixage de son).

SynopsisModifier

Durant le championnat du monde de Formule 1 1966, le titre se joue principalement entre quatre pilotes. Le Français Jean-Pierre Sarti, chez Ferrari, a déjà remporté le championnat deux fois mais approche de la fin de sa carrière. L'Américain Pete Aron (d'abord chez Jordan puis chez Yamura) tente de renouer avec le succès et de faire oublier sa réputation de pilote imprudent et de second rang. Le Britannique Scott Stoddard, de l'écurie Jordan, se remet péniblement d'un violent accident qui lui a laissé plusieurs séquelles. Il est aussi dans une période compliquée avec un mariage qui bat de l'aile. Enfin, le charismatique et arrogant italien Nino Barlini, est second pilote chez Ferrari. Cet ancien champion de moto est promis à un bel avenir en Formule 1. Quelques femmes « gravitent » dans ce monde masculin. Bien qu'étant marié, Jean-Pierre Sarti entretient une liaison avec la journaliste américaine Louise Frederickson, pourtant peu intéressée par le sport automobile. Pete Aron a quant à lui une brève relation avec Pat, la femme de son coéquipier chez Jordan, Scott Stoddard.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

 
Yves Montand, ici dans la voiture, incarne Jean-Pierre Sarti
 
James Garner incarne Pete Aron.
Pilotes de Formule 1

N.B. : seuls Graham Hill et Phil Hill sont crédités au générique

ProductionModifier

 
Tournage du film

Genèse et développementModifier

Le réalisateur John Frankenheimer avouera plus tard qu'il avait à l'époque le choix entre un film dans la veine de Grand Hotel (1932) et un film comme Pilote d'essai (1938). Il a choisit le second[3].

Le film s'inspire de la réalité pour certains éléments du scénario. John Frankenheimer explique que le personnage de Pat Stoddard s'inspire de Louise Collins, une actrice mariée au pilote britannique Peter Collins, tué en course en 1958, seulement un an après leur mariage[4].

Distribution des rôlesModifier

Le rôle principal de Pete Aron est initialement proposé à Steve McQueen, grand passionné d'automobile. Après un rendez-vous avec le producteur Edward Lewis, l'acteur ne rejoint finalement pas le projet. Au passionné de sport automobile, Paul Newman sera un temps envisagé. Le rôle reviendra alors à James Garner. Apparemment, Steve McQueen en voudra beaucoup à James Garner, l'un de ses amis et proches voisins. Il ne lui adressera plus la parole pendant plusieurs années[4].

L'actrice suédoise Harriet Andersson est initialement choisie pour incarner Louise Frederickson. Pour des raisons inexpliquées, James Garner demande à ce qu'elle soit remplacée et le rôle revient alors à Eva Marie Saint. Le rôle avait également été proposé à Monica Vitti[4]. John Frankenheimer l'avait déjà dirigée quelques années plus tôt dans L'Ange de la violence.

Jean-Paul Belmondo a refusé le rôle de Nino Barlini, finalement tenu par l'Italien Antonio Sabàto dans l'un de ses premiers rôles[4].

Grand Prix est l'un des rares longs métrages de la chanteuse française Françoise Hardy[5].

L'acteur japonais Toshirō Mifune incarne le pilote Izo Yamura. Il refuse pour cela un rôle dans On ne vit que deux fois (1967). Il s'agit de son premier hollywoodien. Il sera redoublé en anglais par Paul Frees la version originale.

TournageModifier

 
Yves Montand à côté d'une Panavision Silent Reflex au cours du tournage

Le tournage à lieu en France (circuit de Charade, Gour de Tazenat et Royat dans le Puy-de-Dôme), à Monaco (circuit de Monaco), en Belgique (circuit de Spa-Francorchamps), Pays-Bas (circuit de Zandvoort), en Angleterre (circuit de Brands Hatch dans le Kent, Farnborough Hall dans le Warwickshire), en Italie (circuit de Monza), en Californie (Riverside) et dans l'État de New York (circuit Watkins Glen International)[6],[5]. Le tournage est assez collossal. Ainsi, les scènes tournées au circuit de Charade nécessitent près de 3 000 figurants et beaucoup de matériel[7].

La production du film nécessite de nombreuses caméras, utilisées en simultané. Ainsi, la plupart des caméras Panavision 65 mm existantes à l'époque sont ici nécessaires[4].

Le réalisateur John Frankenheimer, qui tourne ici son premier film en couleur, a voulu faire un film réaliste. Il souhaite que les véhicules roulent vite et ne veut surtout pas accélérer la vitesse au montage[4]. Les caméras sont installées sur des voitures de sport comme des Lotus 25, McLaren M2B, AC Cobra ou Ford GT40, la plupart du temps conduites par Phil Hill.

George Lucas participe au tournage du film[4].

AccueilModifier

Le film reçoit des critiques globalement positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 100% d'opinions favorables pour 11 critiques et une note moyenne de 7,7810[8]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 72100 pour 8 critiques[9].

Produit pour un budget de 9 millions de dollars, le film récolte plus de 20 millions de dollars rien qu'au box-office américain. Il est le 7e meilleur film au box-office nord-américain de 1966[1]. En France, il attire 996 315 spectateurs en salles[2].

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Voir en:1966 in film
  2. a et b « Box-office Grand Prix », sur JP's box-office (consulté le 17 octobre 2020)
  3. (en) Mann, R., « FRANKENHEIMER SPEEDS ON », Los Angeles Times,‎
  4. a b c d e f et g (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  5. a et b Archives du tournage du film - INA
  6. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  7. « « Le Grand Prix » : lorsque Hollywood filmait l'Auvergne », sur La Montagne, (consulté le 17 octobre 2020)
  8. (en) « Grand Prix (1966) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 17 octobre 2020)
  9. (en) « Grand Prix Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 17 octobre 2020)
  10. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :