Ouvrir le menu principal

Charles Ier d'Amboise

aristocrate français

Charles Ier d'Amboise
Image illustrative de l'article Charles Ier d'Amboise
Relevé d'un vitrail pour Gaignières de Charles d'Amboise

Titre Seigneur de Chaumont
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Souverains Charles VII
Louis XI
Distinctions Ordre de Saint-Michel Ordre de Saint-Michel
Biographie
Dynastie Maison d'Amboise
Naissance
Décès 22 février ou 16 mars 1481
Tours Blason tours 37.svg
Père Pierre d'Amboise
Mère Anne de Bueil
Conjoint Catherine de Chauvigny
Enfants François, Catherine, Marie, Catherine, Guy, Louis, Charles

Image illustrative de l’article Charles Ier d'Amboise

Charles Ier d'Amboise est un noble français né en 1430 et mort à Tours le 22 février ou 16 mars 1481. Il était seigneur de Chaumont, de Sagonne, de Meillant, de Charenton, gouverneur de l'Île-de-France, de Champagne et de Bourgogne, conseiller du roi, chambellan et chevalier de l'ordre de Saint-Michel[1].

BiographieModifier

DiplomateModifier

En 1462, il fut chargé par le roi Louis XI d'aller auprès le duc de Milan, en tant qu'ambassadeur, avec Bertrand de Beauvau et François Royer[2].

GouverneurModifier

Il était gouverneur de Langres lorsque Louis XI lui fit don, le 1er décembre 1473, des seigneuries de Sompuis et de Dampierre au bailliage de Chaumont, confisquées sur Waléran de Châtillon-Dampierre. Le roi lui donna également le comté de Brienne, le 1er janvier 1475[1].

Homme de guerreModifier

Charles d'Amboise est l'un des favoris de Louis XI qui le fait chevalier de l'ordre de Saint-Michel. Il participe à de nombreuses guerres dans l'est et le nord-est de la France. Il est qualifié capitaine châtelain de Pézenas dans une quittance qu'il donna le 12 juillet 1474, et capitaine de 80 lances dans une autre quittance du 30 juillet 1475[1].

Entre 1475 et 1480, il conquiert pour le compte de Louis XI, le duché de Bourgogne, le comté de Bourgogne, la Franche-Comté et le Duché de Luxembourg.

Le 2 octobre 1476, avec deux cents lances, il réussit à libérer Yolande de France, sœur de Louis XI, enfermée dans le château de Roveres par Charles le Téméraire. En raison d'une trêve avec ce dernier, cette mission était exceptionnellement difficile. Comme il était un excellent diplomate ainsi que militaire, il était capable de l'effectuer[3].

Sur les ordres de Louis XI, il descend en Morvan, en 1478, détruire les châteaux des seigneurs ayant pris le parti de Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, et notamment le château de Villarnoult à Bussières, et le château de Ruère dans l'Yonne[4].

Famille et descendanceModifier

Il est le fils aîné de Pierre d'Amboise et le frère de Georges d'Amboise, cardinal et premier ministre du roi Louis XII.

Il se marie à Catherine de Chauvigny-Déols-Châteauroux dame de Revel, fille d'André et petite-fille de Guy III de Chauvigny-Déols-Châteauroux, avec qui il a sept enfants :

DécèsModifier

Selon Anselme, tome VII, p. 125, il mourut le 16 mars 1481, mais sur sa tombe dont le dessin a été reproduit par Gaignières, figure la date du 22 février 1481. Il fut enterré dans l'église des Cordeliers d'Amboise, devant le grand-autel.

Titres et fonctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome II, p. 57, note no 4, Librairie Renouard, Paris 1885, d'après Anselme, tome II, p. 125
  2. « … ad vos presencialiter destinandos dilectos et fideles dominum de Chaumont et dominum de Beauveau, milites, consanguineos… » (Archives de Milan, publiée par Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome II, p. 57-58, Librairie Renouard, Paris 1885)
  3. Jean Favier, Louis XI p. 714, Fayard, Paris 2001
  4. Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand, tome III, p. 134

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Histoire des ordres royaux, hospitaliers, militaires, de Notre Dame de Sibet- p.246 à 251.
  • Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France..., par Anselme de Sainte-Marie (Père Anselme) - 1625-1694. Troisième édition, Tome VII, p.125.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier