Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir pinot noir.

Pinot noir
Pinot noir (cépage)
Cépage Pinot noir en Bourgogne.
Caractéristiques phénologiques
Débourrement 2 jours après le chasselas
Floraison à compléter
Véraison à compléter
Maturité 1re époque, 1/2 semaine après le chasselas
Caractéristiques culturales
Port à compléter
Vigueur à compléter
Fertilité à compléter
Taille et mode
de conduite
taille courte (gobelet, cordon de Royat) ou longue (guyot simple ou double)
Productivité à compléter
Exigences culturales
Climatique continental
Pédologique argilo-calcaire
Potentiel œnologique
Alcoolique à compléter
Aromatique Cerise et mûre, framboise, cerise noire, cassis, prune, groseille, violette, rose, cannelle, poivre, réglisse, sous-bois, cuir, café, cacao, fumée.


Le pinot noir ou pinot[N 1] est un cépage de vigne français.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le pinot est vraisemblablement originaire du Nord-Est de la France et connu de très longue date en Bourgogne, comme le montre, par exemple, la variabilité génétique de ce cépage. Il pourrait provenir de vignes sauvages sélectionnées et cultivées au moment de l'arrivée des Romains[1], il aurait été répandu ensuite dans toute l’Europe par ces derniers sous le nom Allobrogica, vin des Allobroges.

Les Romains trouvèrent des plantations lorsqu’ils occupèrent la Gaule ; les écrivains Columelle et Pline l'Ancien les citèrent avec éloge[2]. Le premier cite par ailleurs le cépage vitis allobrogica, ainsi nommé car cultivé par les Allobroges dans une région allant du Dauphiné au lac Léman. Ce cépage a été vu par l'ampélographe Louis Levadoux comme un ancêtre de la mondeuse noire (proto-mondeuse) et de la syrah[3]. Or, les travaux de l'équipe de Jean-Marie Boursiquot de l'INRA de Montpellier, ont démontré que le pinot noir est « l'arrière-grand-père » de la syrah[4] et le « père » du chardonnay B et du gamay R[5]. Si ces études ne permettent pas d'affirmer l'existence du pinot dès l'époque romaine, elles permettent de prouver son antériorité sur nombre de cépages de cette région dont il est le géniteur[N 2].

Au Moyen Âge, son histoire se confond avec celle des monastères clunisiens qui contribuèrent à la plantation et à la sélection du vignoble bourguignon et champenois.

Sous le règne des quatre derniers ducs de Bourgogne (1364-1477) furent édictés des règles destinées à favoriser la qualité des vins. En l'an 1395, le duc Philippe II le Hardi interdit la culture du « vil et déloyal gamay » au profit du pinot noir dans ses terres.

Chaque village conserve jalousement sa variété de pinot, créant au fil des mutations une grande variété de familles. Au cours de sa diffusion, il a été croisé avec d'autres cépages donnant une multitude de cépages qui sont toujours cultivés actuellement. La diffusion de ce cépage dans les régions d'influence germanique (Allemagne, Suisse (1420), Autriche, Alsace, Roumanie, Belgique, etc.) date de cette époque.

L' introduction du plan de pinot noir (ou ses variétés Clevner, Blauburgunder, Samtrot, Spatburgunder) dans les nouveaux pays viticoles (Australie, États-Unis...) est lié à l'émigration germanique dans ces pays.

Le pinot tire son nom de la forme en pomme de pin des grappes de raisin[6].

 
Grappe de pinot noir à Saint-Martin-sous-Montaigu (AOC mercurey).

RépartitionModifier

  • En France, il s'est imposé dans le Nord-Est, en Bourgogne, Alsace et Champagne et en complément dans le vignoble du Jura. Il a donné toutes ses lettres de noblesse aux grands crus de la Côte d'Or. On le trouve aussi dans la vallée de la Loire dans les appellations Touraine, Cheverny, Sancerre, Menetou-Salon ou encore Reuilly, ainsi que dans le Languedoc et plus précisément à Limoux (dans l'Aude).
  • En Allemagne, il est en constante augmentation[1] avec plus de 11 000 hectares.
  • En Suisse, le pinot noir est le principal cépage rouge. Il apparaît dans la région de Saint-Prex dès 1420. Dans le canton de Neuchâtel, on en fait également un célèbre rosé appelé Œil-de-perdrix.
  • Aux États-Unis, le pinot noir est le principal cépage cultivé dans l'État de l'Oregon, État plus frais, tempéré et humide que la Californie située au sud. En Californie, où il est de plus en plus populaire grâce notamment au film Sideways sorti en 2004 et la volonté de nombreux producteurs et domaines voulant se démarquer ou innover par rapport aux autres, le pinot noir est cultivé notamment dans les secteurs de la Central Coast, la Sonoma et la Russian River Valley (formant le Wine Country). Il apparaît déjà dans d'autres États comme sur Long Island près de New York. Les vins à base de pinot noir aux États-Unis sont fruités et faciles à boire pour de jeunes consommateurs[7],[8],[9].
  • Au Canada, le pinot noir se retrouve notamment en Ontario, avec des producteurs comme Inniskillin, Norman Hardie, Château des Charmes, Reif Estate Winery, Calona Vineyards[10].
  • En Nouvelle-Zélande, le pinot noir est également cultivé avec beaucoup de succès, notamment dans les régions de Central Otago, de Marlborough, de Martinborough et de Waipara[11],[12],[13].
  • En Australie, le pinot noir est entre autres cultivé avec succès dans les régions vinicoles des Central Tablelands, plus particulièrement dans les régions d'Orange et de Mudgee, dans la Yarra Valley, en Tasmanie et dans la presqu'île de Mornington.

Caractères ampélographiquesModifier

 
Pinot noir au Clos Vougeot
 
Jeunes feuilles duveteuses.

Les jeunes feuilles sont de couleur verte ou jaune. Les feuilles adultes sont de couleur vert foncé à très foncé, entières, à 3 ou 5 lobes avec un sinus pétiolaire peu ouvert ou fermé, des lobes s'opposant vers la face inférieure en "crête de coq", des dents courtes, un limbe tourmenté fortement bullé et, en face inférieure, une faible densité de poils couchés.

L'extrémité du jeune rameau présente une densité moyenne à forte de poils couchés. Les rameaux ont des entre-nœuds à raies rouges.

Les baies sont arrondies ou légèrement elliptiques. La grappe est petite et compacte.

Composés phénoliquesModifier

Composés phénoliques du pinot noir[14]
Phénols tot.
(mg/L)
Flavonoïdes tot.
(mg/L)
Anthocyanes tot.
(mg/L)
Resvératrol
(μg/kg)
39,68 30,18 4,98 42,1

AptitudesModifier

  • Culturales : cépage qui nécessite un terroir qui affaiblit sa vigueur. Il nécessite un ébourgeonnage soigné pour limiter la production de grapillons.
  • Sensibilité : c'est un cépage sensible aux maladies, particulièrement au mildiou, à la pourriture grise et aux cicadelles.
  • Technologiques : les grappes et baies sont de petite taille. Cépage exigeant sur les conditions pédologiques et climatiques, il affectionne le climat continental et les sols argilo-calcaires. Il produit des vins rouges de grande qualité alliant finesse, puissance, intensité et complexité aromatique. Il stocke bien le sucre, mais son acidité est parfois un peu juste à pleine maturité. Sa couleur est peu intense mais se maintient bien au vieillissement. Il peut être utilisé pour l'élaboration de vin de base pour vin effervescent (champagne, crémant de Bourgogne)

Cycle végétatifModifier

Concernant son cycle végétatif, la durée de celui-ci est fonction de la température extérieure mais il est généralement observé une période de 223 jours entre le débourrement printanier et la chute des feuilles en automne. Mais de manière générale, au cours d’une saison sans extrême, il est possible de dire que son cycle débute lorsque la température moyenne de l’atmosphère franchit les 10 °C. Le pinot noir possède un débourrement précoce (traditionnellement entre fin avril et première semaine de mai) ce qui le rend, aux latitudes de la Champagne, très sensible aux gelées de printemps. Ces gelées ont pour conséquences une nouaison défectueuse (c’est-à-dire la formation des grains de raisin au sortir de la fleur) et l’apparition du phénomène de coulure ou de millerandage (formation défectueuse du fruit). Le pinot noir est un cépage à maturité précoce, c’est-à-dire que ces grains de raisins atteignent leur maturité (composition optimale en sucre, acidité, anthocyanes ou aux composés phénoliques) à peu près 45 jours après la véraison (phénomène au cours duquel les grains de raisin se colorent)[15].

GénétiqueModifier

Ce cépage présente une variabilité forte, liée à sa longue histoire. Cinquante clones sont agréés, dont quinze réellement multipliés.

Clones de Pinot Noir
Clones Provenances Agréments TAVP[N 3] Remarques
111 Colmar 1973
112
113 Colmar 1971
114 Colmar 1975 élevé Vins tanniques, production irrégulière.
Pour assemblages.
115 Colmar 1975 élevé Production régulière, clone de qualité.
162 Colmar 1972
163 Cosne-Cours-sur-Loire 1972
164 Cosne-Cours-sur-Loire 1972
165 Cosne-Cours-sur-Loire 1972
236 Villeneuve-lès-Maguelone 1973 Rendement élevé
292 Dijon 1973 Rendement élevé
372 Dijon 1973
373 Dijon 1975
374 Dijon 1975
375 Mâcon 1975 Rendement élevé
386 Épernay 1975 moyen Pour crémants, rendement élevé, baies charnues
388 Épernay 1975 Rendement élevé
389 Épernay 1975 Rendement élevé
459 Dijon 1976 Rendement élevé
460 Dijon 1976
461 Dijon 1976
462 Dijon 1976
521 Épernay 1976 moyen Pour crémants
528 Cosne-Cours-sur-Loire 1976
583 Dijon 1978 Rendement élevé
617 Cosne-Cours-sur-Loire 1979
665 Épernay 1980 Rendement élevé
666 Épernay 1980 Rendement élevé
667 Dijon 1980
668 Épernay 1980 Rendement élevé
743 Épernay 1981
777 Dijon 1981 élevé Clone de très bonne qualité, faible rendement
778 Dijon 1981
779 Épernay 1981
780 Épernay 1981
792 Épernay 1984
828 Mâcon 1985 Faible rendement
829 Mâcon 1985 Rendement élevé
870 Épernay 1986
871 Épernay 1986
872 Épernay 1986
927 Épernay 1988
943 Dijon 1989

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Avec un problème d'homonymie : voir Pinot.
  2. voir les articles famille des Sérines et famille des Noiriens.
  3. Titre alcoométrique volumique potentiel (Degré d'alcool)

RéférencesModifier

  1. a et b Rühl, Schmid et Schumann, Editions Eugen Ulmer, 1997. (ISBN 2-84138-059-9)
  2. Marcel Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Librairie Arthème Fayard, (ISBN 2-213-02202-X), p. 36
  3. Louis Levadoux, Jacques André, « La vigne et le vin des Allobroges », Journal des savants, vol. 3, no 3,‎ , p. 169-181 (lire en ligne)
  4. José Vouillamoz, « Arbre généalogique de la Syrah », Académie internationale du vin, (consulté le 15 septembre 2010).
  5. Michel de PRACONTAL, « Vins, les saveurs du métissage », Le nouvel observateur,‎ (lire en ligne).
  6. Henriette Walter et Pierre Avenas, La Majestueuse Histoire du nom des arbres, Robert Laffont, , 576 p. (ISBN 978-2221136225)
  7. Julien Lefour, Comment les cépages de tradition française deviennent des vins californiens ?, Communications, no 77, 2005, 16 p. (Centre Edgar Morin - EHESS). Consultable et téléchargeable gratuitement sur http://www.persee.fr
  8. http://blog.vignetage.com/film-sideways-le-merlot-le-pinot-noir-et-les-choix-de-vie<
  9. http://www.vinography.com/archives/2008/08/the_best_pinot_noir_in_califor.html
  10. http://www.bringmywine.ca/canadian-pinot-noir.html
  11. http://www.wineanorak.com/nzpinotnoir.htm
  12. http://www.winereviewonline.com/new_zealand_pinot_noir.cfm
  13. http://www.winesofnz.com
  14. (en) « Phytochemical profiles and antioxidant activities of wine grapes », Food Chemistry, vol. 116, no 1,‎ , p. 332–339 (ISSN 0308-8146, DOI 10.1016/j.foodchem.2009.02.021, lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018)
  15. http://www.refletdesbulles.ch/le-pinot-noir/