Forces aériennes algériennes

(Redirigé depuis Armée de l'air algérienne)

Forces aériennes algériennes القوات الجوية الجزائرية
Image illustrative de l’article Forces aériennes algériennes
Insigne officiel du commandement des forces aériennes algériennes

Création
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Allégeance Armée nationale populaire
Type Force aérienne
Effectif 25 000
Couleurs Roundel of Algeria.svg
Équipement 551 aéronefs[1] :
  • 102 chasseurs-bombardiers
  • 60 avions de transport
  • 87 avions d'entraînement
  • 268 hélicoptères
  • 45 hélicoptères d'attaque
Guerres Guerre des Sables
Guerre des Six Jours
Guerre du Kippour
Guerre civile algérienne
Rébellion salafiste au Maghreb
Commandant Général major Mahmoud Laraba

Les forces aériennes algériennes, en arabe : القوات الجوية الجزائرية), sont la composante aérienne de l'Armée nationale populaire.

Son histoire commence avec la création par Saïd Aït Messaoudène, pendant la guerre d'indépendance, d'un premier noyau de force aérienne avec la formation de pilotes et de personnel algériens auprès de pays amis. Ce noyau a donné naissance officiellement en 1962, au lendemain de l'indépendance, à la force aérienne algérienne.

L'actuel commandant des forces aériennes, le général major Mahmoud Laraba, succède au général-major Hamid Boumaïza en juillet 2020[2],[3].

HistoriqueModifier

ConstitutionModifier

 
Présentation des premiers officiers pilotes algériens dans El Moudjahid no 36 du 6 février 1959.

Le premier noyau des Forces aériennes algériennes est créé par Saïd Aït Messaoudène, major de la promotion 1955 de l’École de l’Air à Salon de Provence, pendant la guerre d'indépendance. À l'époque pilote de chasse dans l'armée de l'air française, après avoir été approché au Maroc , profitant des vacances , il regagne Bonn, puis transféré à Tunis , il envoie sa démission au Général de Gaulle, pour rejoindre l'ALN au Caire, où il est chargé de la création du noyau des forces aériennes algériennes, dont les éléments sont formés dans les pays alliés de la Révolution algérienne. Le 6 février 1959, El Moudjahid annonce la sortie de la première promotion de pilotes algériens[4].

Dans les premiers temps, les premiers contingents de pilotes et mécaniciens d’aviation ont commencé à occuper les écoles russes vers la fin de 1960, la formation s'effectue dans certains pays arabes du Moyen-Orient, dans le cadre d’un programme d’entraide arabe, qui avait pour but de former et d'équiper la jeune force aérienne algérienne. L'Algérie reçoit à ce titre 18 avions d’entraînement Al Joumhouria (La République) fabriqués en Égypte ainsi que 5 MiG-15 pour l’interception.

En novembre 1962, des experts et instructeurs est-européens arrivent en Algérie et du matériel plus récent est livré : 5 biplaces MiG-15UTI, 6 avions de transport IL-14 et 10 hélicoptères Mil Mi-4 Hound. Deux Beech D18S sont acquis pour le transport des officiels du gouvernement.

Après la guerre des sables, opposant l'Algérie au Maroc en 1963, l'Algérie décide de se lancer dans un vaste programme d’entraînement et d'armement parrainé par l'Union soviétique.

Première phase de modernisationModifier

En 1964, l'Algérie acquiert ses premiers avions offensifs : 5 MiG-15Bis et MiG-17F en plus de quatorze bombardiers tactiques Il-28, ainsi que de nouveaux avions de transport : 6 IL-14, 1 Il-18 pour le gouvernement et un An-12. Ces avions sont livrés avec des armes et des munitions pour les forces terrestres. L'URSS procède également à la modernisation de la base aérienne de Boufarik.

La même année, la promotion d'élèves pilotes PE64A1 de la base aérienne 709 de Cognac reçoit plusieurs stagiaires algériens du grade de sous-lieutenant, habillés en civil, puis revêtus de l'uniforme français d'aviateur, ils reçoivent successivement des galons de caporal, caporal-chef et sergent, afin de passer inaperçus parmi les aviateurs français qui ont en même temps avancé en grade, l'entrainement a lieu sur des avions d'entraînement T-6, de fabrication américaine. Certains de ces officiers algériens ainsi habillés en aviateurs français avaient déclaré piloter auparavant des avions Jodel d'aéroclub dans le département français d'Algérie[5].

En 1965, un coup d'État militaire amène Houari Boumédiène au pouvoir. Il met en place un programme de modernisation et de formation et renforce également la coopération militaire avec l'Union soviétique. L'Algérie acquiert par la suite deux escadrons de chasseurs bombardiers MiG-17F, deux autres hélicoptères Mi-4 pour le transport, les missions d’attaque au sol et pour les missions de reconnaissance d'artillerie, 16 autres bombardiers Il-28 et 6 avions supersoniques MiG-21F-13. 3 autres MiG-21 sont livrés en 1967.

Guerre des Six JoursModifier

Le premier engagement des forces aériennes algériennes a lieu en 1967 pendant la guerre des Six Jours, impliquant deux escadrons de MiG-17, un escadron de MiG-21 et un d’Il-28 au sein de la coalition arabe. Avec près de 10 appareils l’Algérie aligne la deuxième force aérienne sur le front égyptien. Les MiG-17 sont alors pilotés par des aviateurs algériens tandis que les MiG-21 sont censés être pilotés par des aviateurs égyptiens, plus expérimentés. Mais à leur arrivée, les 6 premiers MiG-21 se posent sur la base aérienne d’El-Arich dans la péninsule du Sinaï qui entretemps était passée sous le contrôle des Israéliens et sont capturés. Quatre des MiG-21 sont remis aux États-Unis afin de tester l'appareil qu'ils affrontent alors au Viêt Nam.

Après la défaite arabe et la supériorité confirmée des Israéliens dans les combats aériens, l'Algérie décide d’intensifier l’entraînement de ses pilotes avec l’acquisition d’un lot de 28 avions d’entraînement Fouga CM-170 Magister allemands, après une modernisation en France. 5 hélicoptères SA-330 Puma sont également acquis.

Au début de l'année 1971, la flotte compte près de 20 appareils avec comme avion principal le MiG-21, alors que les MiG-15 et MiG-17 ne font plus le poids face à des avions tels que le F-4 Phantom. À la suite d'un accord de partenariat militaire avec l'Union soviétique, l'Algérie acquiert des chasseurs bombardiers Su-7BMK afin de remplacer les MiG-17F.

Guerre du KippourModifier

Le deuxième engagement direct de l'Algérie dans le conflit israélo-arabe a lieu en 1973, lors de la guerre du Kippour, impliquant un escadron de bombardiers tactiques Su-7 escorté par un escadron de chasse MiG-21, ainsi qu'un troisième escadron équipé de MiG-17 pour des missions de soutien.

Trois appareils sont perdus, deux Su-7 dont les pilotes sont tués et un MiG-17 dont le pilote réussit à s'écraser près de sa base d’attache tout en s’éjectant et en évitant de se faire capturer.

Parallèlement, au début des années 1970 et avec l'aide de l'URSS, l'Algérie ouvre la première école militaire de pilotage à Tafraoui près d'Oran.

Guerre du Sahara occidentalModifier

En 1975, le Maroc prend le contrôle du nord du Sahara occidental à la suite du retrait de l'Espagne et les combattants du front Polisario prennent les armes contre l'armée marocaine.

Les deux seuls affrontements directs entre l'Algérie et le Maroc, lors des batailles d'Amgala[6], ne voient pas s'affronter les forces aériennes, et aucun affrontement aérien n'a lieu depuis ; l'Algérie renforce cependant ses moyens de défense à sa frontière ouest et sud-ouest.

Deuxième phase de modernisationModifier

 
Avion ravitailleur Ilyushin-78 (7T-WIH).

Au début de 1978, les forces aériennes algériennes sont composées de 5 000 hommes et équipée de 23 avions de combat. La flotte comprend alors 12 MiG-21MF, un escadron de chasseurs bombardiers équipé de 2 Su-7BMK, un escadron d’attaque équipé d'avions de chasse MiG-17, un escadron de bombardiers tactiques équipé de 4 Il-28 et un escadron de 2 CM-170 et 2 MiG-15 pour l'entraînement.

Vers la fin de la même année, le premier lot de 5 MiG-23 à géométrie variable est acquis, ainsi qu'un premier lot d'avions de chasse MiG-25 Foxbat, toujours employé dans les missions de reconnaissance aérienne.

Premiers contacts avec l’OuestModifier

En 1978, les systèmes d’entraînement sont restructurés et les premiers avions d’entraînement El Joumhouria sont remplacés par des T-34C acquis aux États-Unis[7].

En 1981, à la suite de sa médiation lors de la crise iranienne des otages, l'Algérie gagne la sympathie de l’Amérique qui lui offre 6 avions de transport tactique C-130H et restitue les 6 MiG-21 saisis en 1967 par Israël. D’autres C-130H et C-130H-30 seront acquis par l'Algérie dans les années 1980.

Durant cette même période, d'autres MiG-23 et MiG-25 sont acquis et la flotte de MiG-21F est échangée contre 120 MiG-21MF/Bis plus modernes. En 1980, l'Algérie acquiert 39 appareils de type L-39 de fabrication tchécoslovaque.

Guerre civile algérienneModifier

Dans les années 1990, l’Algérie entre dans une guerre civile. Du fait de la crise économique et de la disparition de l'Union soviétique, l'acquisition de nouveaux matériels est ajournée. Le départ de près de 500 techniciens soviétiques présents avant 1990 rend difficile le maintien de la flotte opérationnelle. Cette période voit l'acquisition d'avions de transport stratégique Il-76, alors qu'une commande de 30 SA-330 Puma est annulée à la suite du crash des deux seuls appareils à avoir été livrés.

Les opérations anti-terroristes voient l'engagement d'escadrons d’hélicoptères de combat AS-350, Mil Mi-17 et Mi-24MKIII, équipés partiellement d'équipements de vision nocturne, ainsi que des appareils de la 4e escadre pour des missions de bombardement de précision. L'introduction dans le conflit des 6 avions de reconnaissance Beech 1900DHisar a aussi joué un rôle important lors des combats contre des groupes islamistes, disposant de missiles sol-air portables de type Stinger.

Troisième phase de modernisationModifier

 
Avion multirôle Su-30MKA au-dessus de la base aérienne de Tamanrasset.
 
Su-30MKA.

La chute de l'URSS et l’absence de techniciens internationaux la pousse développer les compétences nationales dans l'entraînement et la maintenance du matériel militaire. À cela s'ajoute le vieillissement de la flotte des MiG-21 et MiG-23.

En 1997, suivant une décision sur la diversification de ses fournisseurs, les forces aériennes signent un contrat avec le constructeur sud-africain Denel pour l'acquisition de plusieurs drones Seeker de reconnaissance. L'Algérie acquiert parallèlement en Ukraine 3 MiG-25RBSH de reconnaissance et signe un contrat avec les États-Unis portant sur l’acquisition de 6 Beech 1900D Hisar pour la reconnaissance.

Dans la même décennie, à la suite de l'intérêt suscité par l'hélicoptère sud-africain Rooivalk, les Mi-24D sont équipés avec les mêmes systèmes d’armes que celui-ci, leur donnant une capacité d’emport d’armes de précision guidées au laser et de bombardement tout temps. Quarante autres Mi-24V sont importés d’Ukraine entre 1998 et 2001. 6 ravitailleurs Il-78 Midas sont également acquis.

À la suite de la réduction de la flotte conséquente au retrait des Su-22, des MiG-21, d’une grande partie de MiG-25 et de MiG-23, les forces aériennes acquièrent auprès de l'Ukraine et de la Biélorussie 6 Su-24MK, 16 MiG-29S et 9 MiG-25PDS, ainsi que 2 Su-24MK en service dans la Force aérienne russe modernisés au format Bis.

Organisation actuelleModifier

Grade de l’armée de l'airModifier

Tableaux synthétiques de l'évolution des différents grades de l'Armée de l'air algérienne[8],[9]
Officiers généraux Officiers supérieurs Officier subalterne
Code OTAN OF-8 OF-7 OF-6 OF-5 OF-4 OF-3 OF-2 OF-1 OF(D)
Patte
d'épaule
                  Pas d'insigne Pas d'insigne
Grade Général de corps d'armée Général major Général Colonel Lieutenant-colonel Commandant Capitaine Lieutenant Sous-lieutenant Aspirant Élèves-officiers
Abréviation GCA GDA GBA COL LCL CDT CNE LTT SLT ASP EO
En Arabe فريق لواء عميد مقدم أول مقدم رائد نقيب ملازم أول ملازم
Appellation Mon général Mon colonel Mon commandant Mon capitaine Mon lieutenant
Sous-officiers Militaires de troupes
Code OTAN OR-9 OR-8 OR-6 OR-5 OR-4 OR-2 OR-1
Patte
d'épaule
            Pas d'insigne
Grade Adjudant-chef Adjudant Sergent-chef Sergent Caporal-chef Caporal Soldat
Abréviation ADC ADJ SCH SGT CCH CPL SDT
En Arabe مساعد أول مساعد رقيب أول رقيب عريف أول عريف
Appellation Mon adjudant Mon sergent Mon caporal Soldat

Bases et escadronsModifier

Voici la répartition du matériel de guerre et de transport sur les différentes bases aériennes des Forces aériennes algériennes[10] :

  • Aïn Beida :
    • Escadre de chasse
    • Escadron de chasse : Su-30MKA
    • Escadron d’entraînement avancé : Yak-130
  • Aïn Oussera :
    • 110e escadron de chasse : MiG-25PDS, MiG-25UB
    • 5e escadre de reconnaissance et de guerre électronique
    • 510e escadron de reconnaissance : MiG-25RBSH, Su-24MR
  • Annaba :
    • 115e escadron d'hélicoptères : Mi-2
  • Biskra :
    • 1er régiment d'hélicoptères de combat
    • 421e escadron d'hélicoptères de combat : Mi-24V, Mi-24 III
    • 441e escadron d'hélicoptères de combat : Mi-24V, Mi-24 III
    • 451e escadron d'hélicoptères de combat : Mi-24V, Mi-24 III
    • Escadron de liaison : AS355B
    • 32e escadron de transport : C-130H, C-130H-30
    • 3e escadron de transport : C-130H, C-130H-30
  • Blida :
    • Escadre de liaison
    • Escadron de liaison : Ka-27, Ka-32
  • Wilaya d'Oran :
    • Base de Bousfer :
      • 3e escadre de défense aérienne
      • 193e escadron de chasse : MiG-29S, MiG-29UB
      • Escadron de liaison : Ka-27, Ka-32
  • Tafraoui :
    • 8e escadre d'entrainement
    • 640e escadron d'entraînement primaire : Beech 200
    • 68e escadron d'entraînement primaire : Beech C90B
    • 618e escadron d'entraînement avancé : L-39C, L-39ZA
    • 658e escadron d'écolage basique : Zlin 142C, Zlin 143
    • 678e escadron d'écolage basique : Zlin 142C, Zlin 143
  • Béchar :
    • 3e escadre de défense aérienne
    • 153e escadron de chasse : MiG-29S
    • Escadron de chasse : Su-30MKA
  • Boufarik :
    • Escadron : Be1900D
    • 1er régiment d'hélicoptères de combat
    • 1er escadron de liaison : AS355B
      • 2e escadre de transport tactique
    • 322e escadron de transport : C-130H, C-130H-30
    • 3e escadron de transport : C-130H, C-130H-30
    • 3e escadron de transport : Gulfstream IV, Gulfstream IVSP, Gulfstream V
    • 3e escadron de transport : Beech 200
    • 3e escadron de reconnaissance : Beech 200
      • 7e escadre de transport tactique
    • 347e escadron de transport : Il-76MD, Il-76TD
    • 357e escadron de ravitaillement en Vol : Il-78
    • 367e escadron de transport : Il-76MD, Il-76TD
  • Chlef :
    • 6e régiment d'hélicoptères de manœuvre
    • 436e escadron d'hélicoptères : Mi-171, Mi-8T, Mi-8PS
    • 456e escadron d'hélicoptères : Mi-171,Mi-8T, Mi-8PS
    • 6e escadron d'hélicoptères d'assaut : Mi-35K
    • Escadron de liaison : AS355
  • Mechria :
    • 2e escadre d'entraînement
    • 632e escadron d'instruction et d'appui « Tigre » : L-39ZA
  • Laghouat :
    • 4e escadre d'appui et de pénétration
    • 274e escadron d'appui et de pénétration : Su-24MK
    • 284e escadron d'appui et de pénétration : Su-24MK
    • 294e escadron d'appui et de pénétration : Su-24MK
    • Escadre de défense aérienne
    • Escadron d'interception : MiG-25MF, MiG-29s
    • Escadron d'interception : MiG-25MF, MiG-29s
  • Ouargla :
    • 11e régiment d'helicoptères de manœuvres
  • Sétif :
    • 9e régiment d'hélicoptères d'entraînement
    • 9e escadron d'entraînement : AS355
    • 9e escadron de Spécialisation : Mi-171
    • 9e escadron d'hélicoptères d'entraînement : Mi-2
  • Tindouf :
    • 3e escadre de défense aérienne
    • 113e escadron de chasse : MiG-29S
    • Escadron de chasse : Su-30MKA

Il est également à noter que les forces aériennes algériennes possèdent plusieurs unités terrestres, telles que les pompiers de l'air, les bataillons de fusiliers de l'air, qui s'occupent de la sécurisation des bases aériennes, ainsi que les régiments de fusiliers commandos de l'air dont le 772e RFCA qui est un régiment de forces spéciales.

AéronefsModifier

Avions de combatModifier

La visite du président russe Vladimir Poutine en 2006 en Algérie a été l'occasion de signer d'importants contrats en vertu desquels l'AAF devait recevoir dans l'intervalle de 2007-2010, des avions modernes appelés à remplacer le parc vieillissant de MiG-23 MF/BN, MiG-21 ou encore les MiG-29S acquis auprès de l'Ukraine et de la Biélorussie. Ces contrats prévoient la livraison de 28 Su-30MKA5, de 16 Yak-1306 et de 36 MiG-29SMT7.

Après avoir signé un contrat pour l'acquisition de chasseurs MiG-29SMT et la réception d'un premier lot de 15 unités, les techniciens de l'AAF ont émis des réserves sur la qualité des appareils réceptionnés, ce qui a conduit à la révision du contrat initial, impliquant l'annulation du contrat d'acquisition des MiG-29SMT et l'acquisition de 16 Su-30MKA supplémentaires[8]. Une autre commande ratifiée en septembre 2015 confirme la livraison de 14 SU-30MKA supplémentaires. Ces appareils seront livrés en 2016 et 2017.

16 Su-30MKA seront livrés à partir de 2021 en plus des 58 appareils existants actuellement, de plus l'armée de l'air algérienne a reçu un premier batch de MIG-29M/M2 en octobre 2020[11],[12].

Les appareils d'avion de combat en service en 2020 sont les suivants :

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
MiG-29   Ukraine
  Biélorussie
Avion de chasse 46[13]   Entre 20 et 35 MiG-29S et UB. 14 appareils MiG-29M/M2 en cours de livraison[14]. Modernisation : 2011-2013
Soukhoï Su-24   Union soviétique
  Russie
Avion bombardier (Reconnaissance et Guerre électronique) 37[15],[16],[17],[18]   Les Su-24MK2 algériens ont la particularité de disposer de liaisons de données et de logiciels améliorés pour les missiles guidés. En outre, ils possèdent de la technologie utile dans le domaine de la guerre électronique[19].
Soukhoï Su-30   Russie Avion multirôle 58[20]   Il s'agit d'un avion de chasse de quatrième génération (4+)

Futurs avions de combatModifier

Les appareils commandés par l'armée de l'air algérienne, sont respectivement les Su-35[21], Su-34[21] et Su-57[21], ces derniers faisant partie de la catégorie des avions de chasse de cinquième génération[22].

Ancien avions de combatModifier

Au cours du temps, certains modèles d'avions de combat ne rentrent plus dans les critères de l'armée de l'air algérienne en termes d'usage, ainsi des avions de combat comme le MiG-15, MiG-17 et d'autres ne sont plus utilisés à ce jour par l'armée de l'air algérienne. Voici la liste en détail des anciens avions de combat utilisés.

Avions de transport et ravitaillementModifier

Les appareils d'avions de transport et ravitaillement en service en 2020, sont les suivants :

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
CASA C295   Espagne Avion de transport 5[37]   5 appareils en service en 2021.
Iliouchine Il-76   Russie Avion de transport militaire 12[38]   L'Armée de l'air algérienne possède 3 exemplaires de type Iliouchine Il-76MD et 9 de type Iliouchine Il-76TD , ce qui fait bien au total 12 appareils, tous réceptionnés.
Lockheed C-130 Hercules   États-Unis Avion de transport militaire 15[39]  
Iliouchine Il-78   Russie Avion ravitailleur 5[40]  

Anciens avions de transport et ravitaillementModifier

Anciens avions de transport et ravitaillement :

Avions de liaisonModifier

Voici la liste des avions de liaison en service en 2020 :

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
Beech 90 King Air   États-Unis Avion d’affaires 8[45]   3 exemplaires Beech C90B et 5 Beech C90GTx
Beechcraft 200   États-Unis Avion d’affaires 15[46]  
Gulfstream IV   États-Unis Avion d’affaires 4[47]  
Gulfstream G550   États-Unis Avion d’affaires 1[48]  

Anciens avions de liaisonModifier

Anciens avions de liaison :

Avions de ligneModifier

Voici la liste des avions de ligne de l'armée de l'air algérienne en 2020 :

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
Airbus A340   Union européenne Avion de ligne à usage gouvernemental (Avion présidentielle) 1[55]   Il s'agit de l'avion utilisé par le gouvernement algérien, notamment le Président de la République algérienne démocratique et populaire. L'Italie en fait de même avec ce même modèle d'Airbus.
ATR 72   France
  Italie
Avions de transport régional 2[56]  
Beechcraft 1900   États-Unis Avions de transport régional 12[57]  

Anciens avions de ligneModifier

Anciens avions de ligne :

Avions de formation et d'entraînementModifier

Voici la liste des avions d'entrainement. Cette liste ci-dessous comprend les avions d'entraînement de base et les avions d'entraînement avancé, on peut constater l’apparition d'avions de construction algérienne.

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
Aero L-39 Albatros   Tchéquie Avion d'entraînement 55[63]   L’Algérie a reçu 10 L-39ZA en 1987, 10 L-39ZA en 1988, 12 L-39ZA en 1991 et 7 L-39C en 1991. Ces appareils ont équipé l’école d’entraînement avancé d’Oran. Ils ont depuis été regroupés au sein des 618e escadron d’entraînement avancé de Tafaraoui et 632e escadron d’instruction d’appui de Méchria. Dix-sept L-39ZA supplémentaires commandés en 1991 et stockés au nord de Prague ont été annulés en 2001. Ils ont depuis été regroupés au sein des 618e escadron d’entraînement avancé de Tafaraoui et 632e escadron d’instruction d’appui de Méchria.
Yakovlev Yak-130   Russie Avion d'entraînement avancé, et d'appui-feu 16[64].   16 Yak-130UBS (Usuel Biplace Strike) livrés[65].
Zlin Z-142   Tchéquie Avion d'entraînement 40[66]  
Firnas-142   Algérie Avion d'entraînement 46[67]   Fabriqués sous licence en Algérie
Safir-43   Algérie Avion d'entraînement 8[68]   Il s'agit d'une construction algérienne calque sur la technologie occidentale, notamment à partir du Zlín Z 42

Anciens avions de formation et d'entraînementModifier

Anciens avions d'entrainement ci-dessous :

DronesModifier

Voici la liste des drones. Ces derniers peuvent être considérés comme le fleuron de l'industrie militaire algérienne ; en effet l’Algérie construit les drones de façons complètement autonome et de plus en plus sophistiquée, cependant elle importe quand même certains drones de l’étranger, notamment en provenance essentiellement de Chine, ce pays via son industrie miliaire ayant connu un certain succès mondialement même si Pékin vend rarement de la haute technologie.

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
CH-4 Rainbow   Chine drone de combat et de reconnaissance 10[76]  
Yabhon United 40 (en)   Algérie
  Émirats arabes unis
drone de combat et de reconnaissance 2[77]   L’Algérie, avec les Emirats a mis au point ce drone qu'elle a renomme Aljazaïr 55[78].
Adcom Yabhon Flash-20 (en)   Algérie
  Émirats arabes unis
drone de combat et de reconnaissance 2[79]  
Denel Dynamics Seeker (en)   Afrique du Sud reconnaissance 10[80]  
Mirach 150 (en)   Italie reconnaissance 1[81]  
AL fajer L-10   Algérie reconnaissance 1 ou plus   De type HALE (High Altitude Long Endurance-), il peut voler jusqu'à 7 000 m d'altitude avec une autonomie de 36 heures. Il a une envergure de 2,3 m (7 pieds 7 pouces) et peut transporter une charge de 70 kg (150 lb) avec une puissance de 24 kW (32 ch).

Hélicoptères de combatModifier

Voici la liste ci-dessous des hélicoptères de l'armée de l'air algérienne en 2020 :

Nom Origine Type Quantité Photo Remarques
Aérospatiale AS350 Écureuil   Union européenne Hélicoptère liaison d'observation et de reconnaissance 6[82]  
Eurocopter AS355 Écureuil 2   France Hélicoptère d'observation et de reconnaissance 10[82]  
AgustaWestland EH101 Merlin   Italie Hélicoptère de transport de VIP 2   Deux exemplaires (7T-WVD et 7T-WVB) ont aussi été commandés pour le transport VIP pour la présidence algérienne. Ils ont été réceptionnés le [83] et affectés au Groupe de Liaisons Aériennes Ministérielles (GLAM) sur la base de Boufarik. Ces deux appareils remplacent deux Eurocopter EC225 Super Puma en version VIP qui ont été mis en vente à la suite d'un scandale lié à la découverte de composants israéliens[84].
AgustaWestland AW139   Italie Hélicoptère polyvalent 14[85]   14 appareils pour le Search And Rescue (SAR)[86].
Bell 412   États-Unis Hélicoptère de liaison et de transport 3[87].   3 appareils pour le transport de VIP[87].
AgustaWestland AW119 Koala   Italie
  Royaume-Uni
Hélicoptère d'entraînement et d'écolage 12[88]   8 AW119Ke livré entre 2012 et 2013 à la Force aérienne algérienne[88]
Kamov Ka-27   Russie Hélicoptère de lutte ASM 3  
Mil Mi-2   Russie Hélicoptère d'entraînement et d'écolage 15   En cours de retrait, il sera remplacé par le PZL W-3
PZL W-3   Pologne Hélicoptère d'entraînement et d'écolage 8[89]  
Mil Mi-17   Union soviétique
  Russie
Hélicoptère de transport et d'attaque 90  
Mil Mi-26   Russie Hélicoptère de transport lourd 14[90]  
Mil Mi-24   Union soviétique
  Russie
Hélicoptère d'attaque 39[91]   Modifiés par l"entreprise d'Afrique du Sud "Advanced Technologies and Engineering" au format MK3 (ATE)[détail 1],[92],[93],[94]
Mil Mi-28   Russie Hélicoptère d'attaque 42[95]  

Anciens hélicoptères de combatModifier

Anciens hélicoptères de combat :

MunitionsModifier

Missile air-airModifier

Missile air-sol/surfaceModifier

Missile anticharModifier


Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. * Mi-24 Super Hind Mk II - la première version a été développée en 1999 pour l' armée de l'air algérienne . La modernisation comprenait le remplacement de l'avionique (y compris le système GPS et la caméra FLIR) et l'adaptation de la cabine à l'utilisation de lunettes de vision nocturne. Les nouveaux systèmes électroniques provenaient de l'hélicoptère Denel Rooivalk. De plus, le nez de la machine a été redessiné et la cabine de l'équipage a été renforcée avec un blindage Kevlar. * Mi-24 Super Hind Mk III - la deuxième variante équipée avec de nouvelles armes (canon 20 mm GI-2 et Ingwe ATGM ou Mokopa ATGM), un nouveau système de défense et un système de réduction des vibrations numériques. Les Mi-24 Super Hind Mk II Algérienne ont été mis à niveau sur cette norme.

RéférencesModifier

  1. (en) « Algeria Military Strength », sur Global Firepower, (consulté le 30 avril 2017).
  2. http://www.aps.dz/algerie/78711-gaid-salah-installe-le-general-major-hamid-boumaiza-dans-ses-fonctions-de-commandant-des-forces-aeriennes-mdn
  3. ANP : le général-major Mahmoud Laraba nouveau commandant des forces aériennes, site tsa-algerie.com, 18 juillet 2020.
  4. « Le premier pilote algérien s'envole pour l'éternité » (consulté le 11 septembre 2016)
  5. L'histoire a paru dans le livre Secrets dévoilés auteur Peegee[réf. nécessaire] enregistré en 2008 à la Bibliothèque nationale de France et approuvé par le ministre de l'Intérieur, de l'Outre Mer et des Collectivités territoriales, ainsi que par le Président de la République française
  6. « Tout sur la défense au Maghreb: Top Secret! Amgala mon amour! », sur secret-difa3.blogspot.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  7. a et b A.J. Pelletier, p. 100
  8. a et b « RANK INSIGNIA - ARMY LAND FORCES », INTERNATIONAL ENCYCLOPEDIA OF UNIFORM INSIGNIA,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  9. « Algeria Algerian Army ranks military combat field uniforms dress grades uniformes combat algerie », INTERNATIONAL ENCYCLOPEDIA OF UNIFORM INSIGNIA,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  10. « Armée de l'air algérienne - Bases aériennes », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2020)
  11. « Military Watch Magazine », sur militarywatchmagazine.com (consulté le 23 février 2021)
  12. Akramov, « L'Algérie réceptionne ses premiers Mig 29 M/M2 », sur MENADEFENSE, (consulté le 23 février 2021)
  13. « World Air Forces 2014 » [archive du ], Flightglobal Insight, (consulté le 27 août 2014)
  14. Akram Kharief, « L’Algérie réceptionne ses premiers Mig 29 M/M2 », sur MENADEFENSE, (consulté le 26 octobre 2020)
  15. John Pike, « Algeria - Air Force - Equipment » [archive du ] (consulté le 14 novembre 2014)
  16. Dan Alex, « Sukhoi Su-24 (Fencer) - Long Range Strike / Attack Aircraft - History, Specs and Pictures - Military Aircraft » [archive du ], sur militaryfactory.com (consulté le 14 novembre 2014)
  17. Niels Hillebrand, « Sukhoi Su-24 Fencer » [archive du ], sur Milavia (consulté le 14 novembre 2014)
  18. http://www.armstrade.org/includes/periodics/news/2020/0217/102056736/detail.shtml
  19. a et b « L'as des as algérien », Histoires d'aviateurs,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  20. « Sukhoï Su-30MKA », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  21. a b et c Akramov, « L'Algérie serait le premier client export pour le Su-57 et le Su-34 », sur MENADEFENSE, (consulté le 23 février 2021)
  22. « L’acquisition de Su-57 par l’Algérie «est une révolution sur le flanc ouest de la Méditerranée» », Sputnik,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2019)
  23. « L’Algérie achète 14 Su-57 furtifs à la Russie, une première en Afrique », Sputnik,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  24. « Algeria Air Force Equipment », GlobalSecurity,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  25. (en) « Going Global: Russian Su-34 on the Way to Become Export Bestseller », sur sputniknews.com, (consulté le 12 septembre 2017)
  26. Yacine Babouche, « L'Algérie commande à la Russie 12 bombardiers Sukhoï-34 », TSA-Algerie.com, (consulté le 7 janvier 2016)
  27. « Mikoyan-Gourevitch MiG-15 (OTAN : Fagot, Midget) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  28. « Mikoyan-Gourevitch MiG-17 (OTAN : Fresco) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  29. « Mikoyan-Gourevitch MiG-21 (OTAN : Fishbed, Mongol) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  30. « NEUF MIG-21 LIVRÉS A L'ALGÉRIE », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 1966)
  31. « Mikoyan-Gourevitch MiG-23 (OTAN : Flogger) », aviationsmilitaires,‎ -- (lire en ligne)
  32. « SELON " AVIATION WEEK " Une quinzaine de Mig-23 soviétiques seraient basés en Algérie aux termes d'un accord secret », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 avril 1971)
  33. Hoyle Flight International 6–12 December 2016, p. 29.
  34. « Mikoyan-Gourevitch MiG-25 (OTAN : Foxbat) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  35. « Sukhoï Su-7 (OTAN : Fitter, Moujik) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  36. Gordon and Komissarov 1997, p. 20.
  37. « CASA C-295M », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  38. « Iliouchine Il-76 (OTAN : Candid) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  39. « Lockheed C-130 Hercules », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  40. « World Air Forces 2018 » [archive du ], Flightglobal Insight, (consulté le 16 décembre 2018)
  41. « Iliouchine Il-14 (OTAN : Crate) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  42. Chris Chant, The World's Air Forces, 1979, (ISBN 0-89009-269-9)
  43. « Iliouchine Il-18 (OTAN : Coot) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  44. « Antonov An-12 (OTAN : Cub) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  45. « Trade Registers », sur sipri.org
  46. Hoyle Flight International December 8–14, 2015, p. 32.
  47. « Gulfstream G-IV », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  48. « Gulfstream G-V », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  49. « Beech 55 Baron », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  50. « Beech 65 Queen Air », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  51. « Dassault Falcon 20 », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  52. « Dassault Falcon 900 », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  53. « Grumman G-1159 Gulfstream II », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  54. « Gulfstream G-1159A Gulfstream III », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  55. « Airbus A340 - MSN 917 - 7T-VPP Last Airline Algerian Government », Air fleets,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2008)
  56. Thisdell & Seymour Flight International 30 July – 5 August 2019, p. 34
  57. Hoyle Flight International 2020, p. 12.
  58. « Beech 18 Twin Beech », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  59. « Fokker F27 Friendship », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  60. « Trade Registers »
  61. « Lockheed L-1011 TriStar », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  62. Avrane 1981, p. 119.
  63. Gareth Jennings, « Aero rolls out first L-39NG » [archive du ], sur IHS Jane's 360, Londre, (consulté le 12 octobre 2018)
  64. Laurent Lagneau, « L’Algérie muscle sa défense », sur opex360,
  65. Laurent Lagneau, « L’Algérie muscle sa défense », sur opex360, .
  66. « Zlin Z-142 », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  67. « ECA Firnas-142 », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  68. « ECA Safir-43 », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  69. Rawlings 1971, p. 923
  70. « Beech 23 Muskeeter », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  71. « CURRENT STATUS », The PILATUS PORTER World,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2020)
  72. Taylor 1988, p. 329.
  73. « Bücker Bü 181 Bestmann », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  74. « Yakovlev Yak-11 (OTAN : Moose) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  75. « Yakovlev Yak-18 (OTAN : Max, Mouse) », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020)
  76. « China Has Already Won the Drone Wars », Foreign Policy,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2018)
  77. « Adcom adds to Algerian force », arabianaerospace,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2018)
  78. « Algeria shown to be operating UAE-developed UAVs », sur janes.com,
  79. « Algeria shown to be operating UAE-developed UAVs », Jane's Information Group,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2018)
  80. « SIPRI Arms Transfers Database » [archive du ], SIPRI (consulté le 3 mai 2014)
  81. « Denel Seeker », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  82. a et b « AS-355N2 [Ecureuil] - ForcesDZ », sur www.forcesdz.com (consulté le 23 février 2021)
  83. « EXCLUSIF: Les Merlins de la Présidence arrivés en Algérie », sur MenaDefense, .
  84. « Les Hélicoptères de la Présidence finalement mis en vente! », sur MenaDefense, .
  85. « World Air Forces 2018 », Flightglobal Insight, (consulté le 4 août 2018)
  86. http://armstrade.sipri.org/armstrade/page/trade_register.php
  87. a et b « Bell 412 », aviationsmilitaires,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2020)
  88. a et b (en) « AgustaWestland AW119 Koala », sur Helicopter History Site (consulté le 25 décembre 2018).
  89. « Sokol PZL W-3 A - Page 12 - ForcesDZ », sur www.forcesdz.com (consulté le 23 février 2021)
  90. Agence Ecofin, « L’Algérie commande 14 hélicoptères de type Mil Mi-26 auprès du groupe russe Rostvertol », sur Agence Ecofin (consulté le 23 février 2021)
  91. « Mi-24MKIII [SuperHind by ATE] - Page 65 - ForcesDZ », sur www.forcesdz.com (consulté le 23 février 2021)
  92. Mi_24 Leaflet.pdf « Wayback Machine » (version du 24 septembre 2015 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  93. « Азербайджан модернизирует вертолеты Ми-24 » (version du 17 octobre 2014 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  94. « MI-24 Super Hind Helicopter Gunship » (version du 21 janvier 2016 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  95. R. P. Defense, « L’Algérie opte pour les Mi-28 & Mi-26 », sur RP Defense (consulté le 23 février 2021)
  96. a et b « Trade Registers », sur armstrade.sipri.org
  97. « Des hélicoptères russes pour l’Algérie », sur Le Matin d'Algérie (consulté le 6 septembre 2020)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean-Pierre Husson, « L'armée de l'air algérienne : état des lieux », RAIDS-Aviation, no 25 (août-septembre 2016), p. 61-70

SourcesModifier

  • « Armée de l'air algérienne », AviationsMilitaires,‎ (lire en ligne)  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier