Tafraoui

commune d'Algérie

Tafraoui
Noms
Nom arabe طفراوي
Nom berbère ⵜⴰⴼⵔⴰⵡⵉ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Oran
Daïra Oued Tlelat
Code ONS 3112
Démographie
Population 12 679 hab. (2009[1])
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 28′ 59″ nord, 0° 31′ 38″ ouest
Superficie 182,00 km2
Localisation
Localisation de Tafraoui
Localisation de la commune dans la wilaya d'Oran.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Tafraoui
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Tafraoui

Tafraoui est une commune algérienne de la wilaya d'Oran ainsi que le nom d'une base aérienne de l'Armée de l'air algérienne, située au sud de la ville d'Oran.

GéographieModifier

La commune est située au Sud de la wilaya d'Oran.

ToponymieModifier

Le nom pourrait dériver soit de la marque de l'appartenance, soit du pluriel collectif en berbère du toponyme « ifri » (grotte, escarpement)[2].

Une autre hypothèse rapproche le nom de Tafraoui au substantif Tafraout qui signifie "bassin, cuvette" en berbère[3]. le [i] final pourrait avoir remplacé le [t] en marque d'appartenance.

HistoireModifier

En , durant la guerre d'Algérie, a eu lieu la Bataille de Sidi-Ghalem, à la veille de l'Aïd el-Fitr entre un groupe de moudjahidines et des troupes l'armée française[4].

L'aviation à TafraouiModifier

La BAN française de LartigueModifier

Située à proximité du village de Tafaraoui dont elle a initialement porté le nom, la base aérienne française de Lartigue a fonctionné de 1940 à 1964. Elle fut nommée ainsi en l'honneur du contre-amiral Jean Lartigue, tué à Rochefort lors d'un bombardement allemand le . Initialement affectée à l'armée de l'air, elle a été cédée à la Marine en et elle a accueilli des formations venues de France métropolitaine au moment de l'armistice, notamment des escadrilles de Dewoitine D.520, Martin 167 réarmés en LeO 45 en 1941.
En , l'U.S. Army Air Force a occupé le terrain et y a installé un centre du Coastal Command allié.
La base a été réarmée par la marine française en . Située à 111 m d'altitude la base était dotée de deux pistes parallèles : une piste principale de 2 440 m, une piste secondaire, dite piste de secours, de 1 200 m[5].

Le la flottille 22F quitte définitivement Lartigue pour Nîmes. Les couleurs françaises sont rentrées solennellement une dernière fois le en présence du Capitaine de Vaisseau Rebut, commandant la Marine à Mers el-Kébir [6]

L'ESA - École Supérieure de l’Air algérienneModifier

L"ancienne base militaire de Lartigue de l’OTAN a été récupérée par l’ANP en 1964 et, dès 1977, la base a pris le statut d'École Supérieure de l’Air (ESA) destinée à former des officiers pilotes, des ingénieurs et des techniciens nécessaires aux forces aériennes algériennes[7].

CultureModifier

Chaque année, les habitants organisent la waâda de Sidi Ghalem, l'ancêtre fondateur de la tribu Sidi Ghalem[8].

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Population de la wilaya d'Oran sur le site internet de la DPAT. Consulté le 14/02/2011.
  2. Mostefa Lacheraf, Des noms et des lieux. : Mémoires d’une Algérie oubliée., Alger 1998, Casbah Édition, , 278 p.
  3. Pierre Vermeeren, Maghreb : la démocratie impossible ?, Fayard, , 430 p. (ISBN 978-2-213-65815-5, lire en ligne)
  4. « Culture : l’historique de Sidi Ghalem revisitée | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 11 novembre 2020)
  5. Henri Robin, L'Aéronautique navale en Algérie (1954-1962), Paris, ARDHAN, , 399 p. (ISBN 2-913344-06-2)
  6. Henri Robin op.cit.
  7. Algérie Défense, « Ecole Supérieure de l’Air ( ESA ) : de Tafraoui Oran », sur http://www.algerie-defense.org/, (consulté le 29 mars 2011)
  8. « La waada de Sidi Ghalem », sur Djazairess (consulté le 11 novembre 2020)

Articles connexesModifier