Anouk Grinberg

actrice française
Anouk Grinberg
Image dans Infobox.
Anouk Grinberg en 2016
Biographie
Naissance
(59 ans)
Uccle (Belgique)
Nationalité
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint
Parentèle
Louise Grinberg (nièce)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinctions

Anouk Grinberg, née le à Uccle (Belgique), est une actrice française, également peintre et écrivaine.

BiographieModifier

FamilleModifier

Son arrière-grand-père paternel, Maxim Vinaver (1863-1926), a joué un rôle éminent en tant que juif et dirigeant du parti libéral des cadets en Russie[1]. En 1919, il fuit la révolution bolchevique et se réfugie à Paris avec sa femme Rosa (1872-1951) et ses trois enfants : la radiologue Valentine Cremer (1896-1983), le professeur d'université Eugène Vinaver (1899-1979) qui émigre en Angleterre à la fin des années 1920, et l'avocate Sophie Vinaver (1904-1964).

Son père, l'écrivain, auteur de théâtre et ancien PDG de Gillette Michel Vinaver[2], de son vrai nom Michel Grinberg, est le fils de Leon Grinberg (1900-1981) et de Sophie Vinaver. Né à Paris en 1927, il s'exile avec ses parents aux États-Unis en 1940[3].

Anouk Grinberg a été pendant plusieurs années la compagne de Bertrand Blier, avec qui elle a eu un fils[4]. Depuis , elle partage la vie du mathématicien Michel Broué, qu'elle a épousé en 2016.

Sa nièce Louise Grinberg est, elle aussi, comédienne[5].

Carrière au théâtreModifier

Anouk Grinberg commence sa carrière au théâtre à 13 ans, dans Remagen d’Anna Seghers, mis en scène par Jacques Lassalle, metteur en scène qu'elle retrouvera vingt ans plus tard dans Chaos debout de Véronique Olmi. Très vite, on lui confie de grands rôles : sous la direction de Richard Foreman, elle joue le diable dans Faust ou la fête électrique de Gertrude Stein ; Eve dans La Cruche cassée de Heinrich von Kleist, puis Agnès dans L'École des femmes de Molière, mises en scène par Bernard Sobel. Elle travaillera à trois reprises avec Alain Françon, dans L'Ordinaire et Les Voisins de Michel Vinaver, puis dans Noises d’Enzo Cormann.

Elle fait sa première incursion dans le théâtre privé, sous la direction de Michel Fagadau dans Faut pas tuer maman (nomination aux Molières). Jean-Louis Martinelli lui confie le rôle de la putain dans l'adaptation de La Maman et la putain de Jean Eustache (Prix de la critique). Patrice Chéreau la dirige dans Le Temps et la chambre de Botho Strauss (Nomination aux Molières). Didier Bezace la met en scène dans Feydeau Terminus, trois pièces de Feydeau, avant de lui confier récemment le rôle d'Araminte (Prix de la critique et nomination aux Molières) dans Les Fausses Confidences de Marivaux aux côtés de Pierre Arditi. Autre passage dans le privé : La Preuve, mise en scène de Bernard Murat (Nomination aux Molières). Philippe Calvario lui confie le personnage principal dans Grand et petit de Botho Strauss. Elle conçoit un spectacle-lecture pour le Théâtre de l'Atelier à partir des lettres de Rosa Luxemburg Rosa, la vie, spectacle qui sera repris en 2009 au Théâtre de la Commune, puis en tournée. En 2014, elle a joué au Théâtre des Bouffes du Nord[6], puis en tournée, le célèbre dernier chapitre de Ulysse de James Joyce, Molly Bloom, mis en scène par Marc Paquien, avec la complicité de Blandine Masson (Nomination aux Molères). En 2016, elle interprète « La Révolte » de Villiers de l’Isle-Adam, dans une mise en scène de Marc Paquien, au Théâtre des Bouffes du Nord[6], puis en tournée. En 2018, elle interprète Natalia Petrovna dans Un mois à la campagne, de Tourgueniev, mis en scène par Alain Françon.

On la voit par ailleurs se produire dans des lectures publiques.

Cinéma et télévisionModifier

Elle tourne dès l'âge de 13 ans avec Michèle Rosier dans Mon cœur est rouge, puis quelques années plus tard avec Marco Pico, Claude Goretta Le Rapport du gendarme, Alain Tanner La Vallée fantôme ; Olivier Assayas L'Enfant de l'hiver et Philippe Garrel J'entends plus la guitare. Elle obtient le Prix d'interprétation féminine au Festival international du film de Thessalonique 1995 pour son rôle dans Sale gosse de Claude Mourieras.

Elle se fait connaître du grand public grâce à son rôle dans Merci la vie de Bertrand Blier (Prix SACD Suzanne Bianchetti, Prix Arletty 1991[7], Prix Michel Simon 1990, Nomination aux césars). Elle tourne avec lui deux autres films, Un, deux, trois soleil puis Mon homme qui lui vaut le Prix d'Interprétation Féminine au Festival de Berlin.

Malgré des rôles dans Entre chiens et loups de Alexandre Arcady, Les petites couleurs de Patricia Plattner ou Un héros très discret de Jacques Audiard, sa carrière se fait par la suite plus discrète au cinéma. Entre 2002 et aujourd'hui, elle participe à plusieurs fictions pour la télévision : Une preuve d'amour de Bernard Stora, Ma meilleure amie de Élisabeth Rappeneau, Le procès de Bobigny de François Luciani (elle y interprète Gisèle Halimi), Kaamelott - Livre V et VI de Alexandre Astier, Voici venir l'orage... de Nina Companeez, Camus de Laurent Jaoui, Joseph l'insoumis de Caroline Glorion, Le Sang de la vigne de Marc Rivière.

Prises de positionModifier

Elle co-signe en , parmi 1 400 personnalités du monde de la culture, la tribune « Nous ne sommes pas dupes ! », publiée dans le journal Libération, pour soutenir le mouvement des Gilets jaunes et affirmant que « Les gilets jaunes, c'est nous »[8].

FilmographieModifier

CinémaModifier

 
Anouk Grinberg au festival de Deauville en 2007.

TélévisionModifier

DocumentairesModifier

ThéâtreModifier

ComédienneModifier

 
Anouk Grinberg sur scène dans 'Molly Bloom.

Metteuse en scèneModifier

LecturesModifier

 
Anouk Grinberg en 2011 lors d'une lecture de L'Expérience totalitaire de Tzvetan Todorov.

Livres audioModifier

Exposition de peinturesModifier

  • 2009 : Exposition à la Galerie Berggruen à Paris (Commissaire : Louis Deledicq ; Catalogue : Robert Delpire)
  • 2012 : Exposition à la Galerie GNG à Paris[10]
  • 2012 : Exposition à la Galerie Fine Art Studio[11] à Bruxelles (Commissaire : Louis Deledicq)
  • 2014 : Exposition à la Galerie GNG à Paris[10]
  • 2014 : Exposition à la Galerie Storme [12]
  • 2014 : Exposition à l'Espace Commines [13]

À venir • 2017 (avril-juin) : Exposition à Flair Galerie [14] • 2017 (mai-juin) : Exposition à la Galerie GNG à Paris[10]

DistinctionsModifier

DécorationModifier

CinémaModifier

ThéâtreModifier

 
Anouk Grinberg lors de la cérémonie des Molières 2014.

Livres audioModifier

  • 2020 :
    • Coup de cœur Parole Enregistrée et Documents Sonores 2020 de l’Académie Charles-Cros pour la lecture de Lettres à Missy (extraits) de Colette, proclamé le 13 septembre 2020 au Jardin du Musée Jean de la Fontaine à Château-Thierry[15]
    • Coup de cœur Parole Enregistrée et Documents Sonores 2020 de l’Académie Charles-Cros pour la lecture de La Vagabonde, de Colette, proclamé le 13 septembre 2020 au Jardin du Musée Jean de la Fontaine à Château-Thierry[15]
  • 2021 : Prix du livre audio France Culture - Lire dans le noir, catégorie Non-fiction, pour la lecture de Lettres à Missy de Colette[16].

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « Maxim Vinaver, Famous Russian Jewish Leader, Dies in Paris at 63 | Jewish Telegraphic Agency », sur www.jta.org (consulté le )
  2. « La double vie de Michel Vinaver, le jour chez Gillette, le soir au théâtre », Le Parisien, 19 novembre 2015.
  3. La-Croix.com, « Michel Vinaver, sur le fil du temps et du rasoir », sur La Croix, (consulté le )
  4. « Bertrand Blier », VSD, 30 septembre 2008.
  5. « Louise Grinberg », interview dans Vogue Italie, 8 août 2013.
  6. a et b Site des Bouffes du Nord
  7. « Les prix Arletty - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  8. Des personnalités du monde de la culture, « Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes  ! », Libération, (consulté le )
  9. Vincent Bouquet, « « La Fin de l'homme rouge » : l'humanité à la renverse d'Emmanuel Meirieu », sur weekend.lesechos.fr, (consulté le ).
  10. a b et c Site de GNG
  11. Site de Fine Art Studio
  12. Site de Galerie Storme
  13. Site de Espace Commines
  14. « Mon premier cercle », sur flairgalerie.com.
  15. a et b « Coup de coeur Parole Enregistrée et Documents Sonores 2020 », sur Académie Charles-Cros (consulté le ).
  16. Radio France, « Communiqué de presse : Prix du livre audio France Culture/Lire dans le noir 2021 », France Culture,‎ (lire en ligne   [PDF])

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :