Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Robert Delpire naît d'un père ouvrier [1] le 24 janvier 1926 à Paris 12e [2].

Il entreprend des études de médecine, joue au basket dans l'équipe universitaire et fréquente la Maison de la médecine, qui regroupe les activités culturelles et sportives des étudiants[3].

Auteur et éditeurModifier

En 1950, âgé de 23 ans, il se voit confier la responsabilité du journal de la Maison de la médecine[3],[4] : il transforme ce journal en une luxueuse revue culturelle d'avant-garde qu'il rebaptise Neuf [3],[4],[5],[1],[6] et qu'il finance grâce aux laboratoires pharmaceutiques[3],[4]. Il réunit dans cette revue littérature, photographie et dessin : sans être introduit dans les milieux culturels de l'époque, il entre en contact avec des écrivains comme Georges Duhamel, André Breton, Claude Roy, Henry Miller, Jacques Prévert, avec des photographes comme Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Brassaï et avec des dessinateurs comme André François, Saul Steinberg qu'il publie dans sa revue[3],[5]. De ses rencontres avec ces artistes naissent des amitiés artistiques et Robert Delpire abandonne ses études de médecine [3].

Dans la continuité de la revue Neuf qu'il animait, il fonde en 1951 une maison d'édition à son nom, à laquelle il associe comme directeur artistique Pierre Faucheux et fait collaborer le plasticien Jacques Monory et l'écrivain Alain Bosquet [3], puis il devient directeur artistique de la revue L'Œil [7] dont il invente la forme visuelle [6],[8]. Il reste huit ans à la direction artistique de L'Œil [8]. Aux éditions Delpire, il publie Brassaï, Cartier-Bresson et Josef Koudelka [3], il découvre Robert Frank dont il décide d'éditer un livre de photographies sur son prochain voyage aux États-Unis[4]. Ce livre, Les Américains, publié en 1958 dans le cadre de la collection « Encyclopédie essentielle », est un échec commercial [3],[6] mais deviendra un livre culte sur l'histoire de la photographie [3],[4],[6].

Robert Delpire publie également des dessinateurs comme son ami André François (Les Larmes de crocodile, 1956)[3] ou Maurice Sendak (Max et les maximonstres, 1967)[5].

En 1963, Robert Delpire ouvre une galerie à Saint-Germain-des-Prés où il expose photographes, illustrateurs et graphistes[4],[6]. Il produit également des films, en particulier Qui êtes-vous, Polly Maggoo ? (1966) et Cassius le grand de William Klein[5],[6],[8].

En 1964, Robert Delpire publie La Tour Eiffel, un album conçu à partir d'un texte de Roland Barthes.

Un publicitaireModifier

Les activités éditoriales et artistiques de Robert Delpire sont rendues possibles, financièrement, grâce à l'agence de publicité [3],[6] qu'il crée au début des années 1960 [8]. Cette agence emploie jusqu'à 140 personnes et pour les publicités, Robert Delpire fait travailler ses photographes favoris tels Marc Riboud, William Klein ou Sarah Moon, qui deviendra son épouse [3]. Les portraits de femmes romantiques réalisés par Sarah Moon pour Cacharel sont remarqués [4].

L'amitié entre Pierre Bercot, président de Citroën, et Robert Delpire, vaut à ce dernier de voir son agence chargée pendant près de quinze ans de la communication et de la publicité de la société Automobiles Citroën[9],[3], pour qui elle réalise de nombreux catalogues, marquant par leur esthétique en matière de graphisme et de photographie. Elle travaille aussi pour BNP et L'Oréal [3].

En 1976, l'agence de publicité Delpire est vendue à la société RSCG, dont l'un des associés, Jacques Séguéla, avait collaboré, quelques années auparavant, à l'agence Delpire.

Le Centre national de la PhotographieModifier

En 1982, Jack Lang confie à Robert Delpire la création du Centre national de la photographie (CNP) [3],[4]. Directeur du CNP jusqu'en 1996 [5],[6], Robert Delpire y organise plus de 150 expositions dans les 2 000 mètres carrés du Palais de Tokyo [4], qui devient le premier grand musée de France consacré à la photographie [1]. Par le choix des expositions, Robert Delpire manifeste son goût pour la photographie classique et narrative qu'il préfère à une photographie conceptuelle se rapprochant de l'art contemporain[3].

Comme directeur du CNP, Robert Delpire crée et dirige la collection « Photo Poche », collection de livres de petit format, à la couverture noire, à prix modéré et présentant des monographies de photographes [3]. Certains numéros de la collection sont de véritables succès de librairie, se vendant à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, comme celui consacré à Robert Doisneau ou celui sur Henri Cartier-Bresson [3],[1]. Robert Delpire conservera la direction de la collection Photo Poche lorsque celle-ci sera reprise par Nathan puis par Actes Sud[6],[10].

Robert Delpire est mort à Paris 14e, le 26 septembre 2017, à l'âge de 91 ans [3],[6].

Reconnaissance et hommagesModifier

En 1995, Robert Depire reçoit la médaille du centenaire de la Royal Photographic Society [11], il est lauréat du Prix pour l'œuvre d'une vie en 1997 et du Prix culturel de la Société allemande de photographie en 2007.

En 2009, les Rencontres d'Arles et la Maison européenne de la photographie lui consacrent une exposition, Delpire & Cie ; cette exposition est présentée à Arles puis à Paris [8],[12].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Yasmine Youssi, « Mort de Robert Delpire : l’édition photographique orpheline » publié sur le site de Télérama le 27 septembre 2017
  2. Robert Delpire dans le catalogue général de la bibliothèque nationale de France
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Claire Guillot, « Robert Delpire, inlassable promoteur de la photo », quotidien Le Monde du jeudi 28 septembre 2017, page 18
  4. a b c d e f g h et i Armelle Canitrot, « Robert Delpire, le passeur d’images, est décédé », publié sur le site de La Croix le 26 septembre 2017
  5. a b c d et e Clémentine Mercier, « Robert Delpire, mort d’un passeur de regards » publié sur le site de Libération le 26 septembre 2017
  6. a b c d e f g h i et j Magali Jauffret, « Hommage. Robert Delpire, le feu sacré de l’édition photographique » publié sur le site de L'Humanité le 28 septembre 2017
  7. Diane Lestage , « Robert Delpire, le père de l'édition photographique », publié sur le site du Figaro le 26 septembre 2017
  8. a b c d et e Robert Delpire sur le site des Rencontres d’Arles
  9. « Agence Delpire, catalogues Citroën (1961-1968) », sur le site de Signes, histoire et actualité du graphisme et de la typographie
  10. Gaëlle Morel, « Entre art et culture - Politique institutionnelle et photographie en France, 1976-1996 », Études photographiques, no 16,‎ , p. 32-40 (ISSN 1777-5302, lire en ligne)
  11. « Centenary Medal » [archive], Royal Photographic Society (consulté le 20 septembre 2015)
  12. Delpire & Cie sur le site de la Maison européenne de la photographie

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Robert Delpire, C'est de voir qu'il s'agit, Choix de textes et introduction par Michel Christolhomme, Editions Delpire 2017
  • Dictionnaire du livre de jeunesse, Cercle de la librairie, (ISBN 978-2-7654-1401-8), Entrée "Delpire, Robert", p. 268-269.
  • Delpire & Cie, Delpire, 2009 (ISBN 2851072455)
  • Cécile Boulaire (dir.) et Annie Renonciat (dir.), « Robert Delpire, éditeur », Strenæ, no 1,‎ (lire en ligne)
  • Patrick Roegiers, « Robert Delpire, un homme pressé », Clichés, n°22, décembre 1985.
  • Elvire Perego, L'intervista, Conversation avec Robert Delpire, Fotologia, n°20, 1999

Liens externesModifier