Ouvrir le menu principal

Véretz

commune française du département d'Indre-et-Loire

Véretz
Véretz
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Montlouis-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Touraine-Est Vallées
Maire
Mandat
Danielle Guillaume
2014-2020
Code postal 37270
Code commune 37267
Démographie
Gentilé Véretzois
Population
municipale
4 441 hab. (2016 en augmentation de 5,29 % par rapport à 2011)
Densité 320 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 38″ nord, 0° 48′ 23″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 94 m
Superficie 13,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Véretz

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Véretz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Véretz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Véretz
Liens
Site web www.veretz.com

Véretz est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Le nom se prononce Véretss mais les anciens habitants de la région disent plus couramment Vérette, et ses habitants sont appelés les Véretzois, les Véretzoises.

GéographieModifier

Localisation et paysagesModifier

C'est un village au cœur de la Touraine, proche de Chenonceaux et d'Amboise. Il est situé sur le Cher, en amont de la ville de Tours (12 km).

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de Véretz.

La commune est traversée d'est en ouest par le Cher (4,155 km) dans la partie nord de son territoire. Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 9,49 km, comprend un autre cours d'eau notable, le Filet (3,096 km), et deux petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

Le Cher, d'une longueur totale de 365,5 km, prend sa source à 714 mètres d'altitude à Mérinchal, dans la Creuse et se jette dans la Loire à Villandry, à 40 m d'altitude, après avoir traversé 117 communes[3]. Le Cher présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon du Cher tourangeau[4], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [Pont Saint Sauveur]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 53 ans pour cette station) varie de 25,8 m3/s au mois d'août à 192 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 1 000 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 4,96 m le [5],[6]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 1] et 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [7],[8]. Sur le plan piscicole, le Cher est classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[9].

Le Filet, d'une longueur totale de 19,6 km, prend sa source dans la commune de Dierre et se jette dans le Cher à Tours, après avoir traversé 10 communes[10]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 1[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[7]. Sur le plan piscicole, le Filet est également classé en deuxième catégorie piscicole[9].

Deux zones humides[Note 4] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « le plan d'eau de Véretz » et « la vallée du Ruisseau du Filet »[11],[12].

ToponymieModifier

Le nom « Véretz » vient du bas-latin Virotius, qui est un nom de personne d’origine gauloise, le z étant muet et étymologiquement parasite.

Les anciennes attestations donnent successivement : De Verotio, 983 ; Vairetum, XIIe s. (Bibliothèque nationale de France, collection Dom Housseau, charte de Hugues d’Amboise) ; Vairet, Veret, XIIIe s. (Dom Housseau, charte du chapitre Saint-Martin de Tours) ; S. Pierre de Veretz, chevalier, XIIIe s. (Bibliothèque nationale de France-Manuscrit français 17.128, p. 37) ; In parochia de Varet, In parochia de Varez, début XIIIe s. (Cartulaire de l’archevêché de Tours, t. 2, no 312, Livre de Eschequeste, p. 291-292, 314) ; Veretz, décembre 1366 (Archives Nationales-JJ 97, no 49, fol. 22) ; Veretz, mai 1486 (Archives Nationales-JJ 218, no 7, fol. 3 v°) ; Verets, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

HistoireModifier

Une famille seigneuriale[13] du nom de Véretz existe dès les XIIe-XIIIe siècles, avec Josselin (fl. 1190), André (1208), Pétronille (1212), ou Geoffroi de Véretz (1219). Puis on trouve comme seigneurs Gervais Coron (1228) et Pierre Coron (1275).

Durant la guerre de Cent Ans, le , lors de la chevauchée du Prince noir l'armée anglo-gasconne traverse le Cher aux environs de Véretz.

Les XIVe-XVe siècles voient le règne de la famille Trousseau puis de ses descendants des maisons d'Avoir, de Bueil, de L'Isle-Bouchard et de La Trémoïlle : Guillaume Ier (1320) et Pierre Ier Trousseau († ~1340, chambellan du roi, seigneur de Launay-Trousseau — aujourd'hui Launay, commune de LubléChasteaux-en-Anjou, Vaujours). De sa première femme, qui nous reste inconnue, Pierre Ier Trousseau eut Guillaume II — marié à Marguerite de Beauçay — et Marguerite Trousseau, laquelle épousa Hardouin Ier d'Avoir sire de Château-Fromont : d'où Jeanne d'Avoir, femme de Jean II de Bueil (né vers 1320-† vers 1366) et mère de Jean III de Bueil (~1340-1405) ; de la seconde, la capétienne Isabelle de Dreux-Beu, il eut Pierre II Trousseau. Jeanne de Bueil, fille de Jean III et sœur de Jean IV († 1415 à Azincourt), transmit Véretz à son mari Jean Ier de L'Isle, seigneur de L'Isle-Bouchard, Doué, Rochefort et Gençay († 1415, lui aussi tué à Azincourt).

Catherine de L'Isle (-Bouchard) (vers 1390/1395-1474), fille héritière de Jean Ier de L'Isle, transmit Véretz à ses quatre époux successifs : 1° Jean des Roches, † 1416 ; 2° 1422 Hugues de Chalon comte de Tonnerre, † 1424 à Verneuil, de qui elle garde en douaire Selles ; 3° 1424 Pierre de Giac, favori de Charles VII, † exécuté en 1427 ; enfin 4° 1427 Georges de La Trémoïlle, également favori de Charles VII : d'où postérité, dont leur fils cadet Georges II (~1437-1481), et leur petit-fils Louis II de La Trémoïlle (1460-1525 à Pavie). Les La Trémoille cédèrent alors le fief à Jean de La Barre, † 1534, comte d'Étampes en 1526, un fidèle du roi François Ier.

Vinrent alors le frère cadet de Jean de La Barre, l'archevêque de Tours Antoine de La Barre (1490-1548), puis les gendres de Jean de La Barre : François Ier de Courtenay-Champignelles-Bléneau (1495-1561 ; x 1527 Marguerite de La Barre : Postérité), et Jean d'Estouteville-Villebon (fl. 1559 ; x 1523 Denise de La Barre. Postérité éteinte dès la 1° génération : notamment, leur fils Jean d'Estouteville † en août 1565). La famille de Varie acquit ensuite Véretz, avec Jean (fl. 1564/1567) puis Pierre de Varie (1570 ; x Renée de Prie-Buzançais), et son gendre Paul de Coué de La Roche-Aguet (x Denise, fille de Pierre de Varie), qui vendit le 16 février 1595 à Pierre Forget de Fresnes, † 1610. La seigneurie de Véretz se partagea ensuite entre les nombreux héritiers de Pierre Forget.

Puis Denis II Bouthillier de Rancé, président de la Chambre des Comptes de Dijon, mari de Charlotte Joly de Fleury, acquit progressivement l'ensemble du domaine entre août 1637 et 1639, avec Larçay. Ses fils Denis-François Le Bouthillier (1622-1640 ; aumônier du roi, abbé de Notre-Dame-du-Val, chanoine de Notre-Dame de Paris) et Armand-Jean Le Bouthillier (1626-1700 ; le célèbre abbé de Rancé) lui succédèrent à Véretz.

L'abbé de Rancé vendit en 1660 à Jean Coeffier de Ruzé d'Effiat (1622-1698), abbé de St-Sernin, de Trois-Fontaines et du Mont-St-Michel, frère benjamin du malheureux Cinq-Mars, contre 300 000 livres. Puis Véretz passe à son neveu Charles-Armand de La Porte (1632-1713), duc de La Meilleraye, de Mayenne et de Mazarin. Sa fille Marie-Charlotte de La Porte apporte Véretz à son époux le marquis Louis-Armand de Richelieu (1654-1730 ; fils de Jean-Baptiste Amador et petit-fils de François de Vignerot de Pont-Courlay, ce dernier étant un neveu du cardinal de Richelieu) : parents, grands-parents et arrière-grands-parents des ducs d'Aiguillon et d'Agenois Armand-Louis (1683-1750), Emmanuel-Armand (1720-1788) et Armand-Désiré de Vignerot (1761-1800).


HéraldiqueModifier

Les armes de Véretz se blasonnent ainsi :

De gueules au clocher adextré, accompagné en cœur de deux toits de château soutenus par un pont de trois piles senestré, le tout d'or soutenu d'une lettre V capitale du même supportant deux ondes aussi d'or[14].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Moïse Petibon[15]   Agriculteur
mars 1989 mars 2008 Yvon Thalineau DVG Psychologue scolaire
mars 2008 mars 2014 Philippe Fraysse DVD Cadre bancaire
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Danièle Guillaume DVG Retraitée de l'enseignement

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2016, la commune comptait 4 441 habitants[Note 5], en augmentation de 5,29 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
885876841855898966984919947
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
923935906845869860851779787
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
726703713621618630620708681
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8641 0091 3152 3132 7093 0203 8293 9424 056
2013 2016 - - - - - - -
4 3884 441-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

TourismeModifier

Véretz a renoué avec la tradition de la batellerie, en développant le tourisme fluvial avec son association « Les mariniers du Jean Bricau », du nom du dernier batelier ayant exercé au village. Cette association propose des balades sur le Cher dans un fûtreau de construction traditionnelle.

Art et cultureModifier

Situé au cœur du vieux village dans une demeure de vigneron de la fin du XVIIIe siècle, le centre d'Art contemporain le Tunnel 37 présente toute l'année des expositions thématiques en peinture, sculpture et céramique.

L'été l'exposition "Jardin d'Artiste" s'ouvre sur le jardin romantique niché au pied de la falaise de tuffeau.

Lieux et monumentsModifier

  • Château de Véretz, reconstruit au XIXe siècle, domine la vallée du Cher à l'entrée du village ;
  • « La Chavonnière », grande maison de vigneron à deux ailes en équerre qui appartint à Paul-Louis Courier ;
  • Monument à la mémoire de Courier qui date de 1876, sur la place centrale du bas-village (rénové) ; sa stèle funéraire de forme dite « en borne », identique à celle de son père, sont dans le cimetière communal ;
  • Manoir de « La Gagnerie » (XIIIe (bâtiment religieux)/XVe (métairie du château), extension XVIIIe) ;
  • Manoir de « La Pidellerie » (XVe/XIXe siècles) ;
  • Manoir de La Manse au lieu-dit la Guérinière (XXe siècle) ;
  • Église Notre-Dame du XVIe siècle : nef ogivale, chapelle seigneuriale formant tribune, transept saillant, chœur de deux travées, clocher à base XIIe et étages XVIe siècle.

Personnalités liées à la communeModifier

  • A.D.G., de son vrai nom Alain Fournier (1947-2004), journaliste d'extrême droite et auteur de romans policiers, né à Véretz le , inhumé au cimetière de la commune.
  • Gabrielle d'Estrées, favorite d’Henri IV née au château de la Bourdaisière en 1565, venait se déshabiller dans sa maison du quai Henri IV à Véretz pour se baigner dans le Cher.
  • Après y avoir passé une partie de son enfance et de sa jeunesse, c'est au château de Véretz que se retire Armand Jean Le Bouthillier de Rancé avant sa retraite définitive à La Trappe.
  • Madame de Sévigné, la célèbre épistolière du XVIIe siècle, rendit régulièrement visite à son ami l'abbé d'Effiat, dans le château de Véretz, qu'elle décrivait comme « la maison qui passe tout ce que vous avez vu de beau, d'agréable, de magnifique ».
  • En 1735, le duc d'Aiguillon aurait formé et fit imprimer sous ses yeux à Veretz, à un très petit nombre d'exemplaires, « un recueil des pièces les plus libres connues alors », sous ces mots : A Anconne, chez Uriel Bandant, à l'enseigne de la liberté (la reliure formant portefeuille est dotée d'une serrure et d'une clef) ; y figure, entre autres inédits, la traduction des Noels bourguignons de La Monnoye. L'exemplaire qui figura dans les bibliothèques du duc de La Vallière, du duc de Rivoli (vente de 1839), de Pierre Louÿs (vente de 1930) - que celui-ci enrichi de longues notes autographes sur l'ouvrage et son auteur - passa dans celle de Sacha Guitry (no 87 du catalogue de la vente du 25/03/1976 - arch. pers.).
  • Paul-Louis Courier, pamphlétaire français né à Paris en 1772 et mort assassiné dans la forêt de Larçay en 1825, a passé la dernière partie de sa vie vigneron de son état, dans la ferme de « La Chavonnière ».
  • Eugène Bizeau, poète anarchiste, né et décédé à Véretz (1883-1989) ; la salle des fêtes porte son nom.
  • L'actrice Mélanie Bernier a vécu à Véretz pendant son enfance[20].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  2. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  3. Le classement en liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  4. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Véretz », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  3. « Fiche Sandre - le Cher », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  4. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  5. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  6. « Station hydrométrique K6710910, le Cher à Tours [Pont Saint Sauveur] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 4 février 2019)
  7. a et b « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  8. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  9. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  10. « Fiche Sandre - le Filet », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  11. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  12. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  13. « Seigneurs de Véretz, p. 383-384 », sur Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de Touraine, t. VI, par Jacques-Xavier Carré de Busserolle, chez Rouillé-Ladevèze à Tours, 1884, mis en ligne par la BnF-Gallica
  14. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  15. A apporté son parrainage à la candidature de Michel Debré lors de l'élection présidentielle de 1981.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Mélanie Bernier a débuté le métier d’actrice chez elle… à Veigné », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :