Ouvrir le menu principal
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille d'Estouteville.

Famille d'Estouteville
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille d'Estouteville

Blasonnement Burelé d'argent et de gueules de dix pièces au lion de sable armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout.
Période XIe-XVIe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du Duché de Normandie Duché de Normandie
Demeures château de Valmont

La famille d'Estouteville (prononcez /de.tut.'vil/) est une ancienne famille de la noblesse normande. Elle prend racine en Angleterre après la conquête normande de 1066, ses membres anglo-normands devenant les Stuteville. Une branche de la famille s'installera également en Italie méridionale où elle s'enracinera, donnant naissance à la famille Tuttavilla[1], dans la région de Naples.

Historique de la familleModifier

 
Gisant de Nicolas, relevé par Roger de Gaignières.
 
Robert d'Estouteville, chevalier, mort en 1321 et Marguerite de Hotot, sa femme, morte en 1360, gisant de l'abbaye de Valmont.

La génération suivante, avec Robert III, revient en faveur auprès d'Henri II d'Angleterre et de ses fils[3].

Jean d'Estouteville, seigneur de TorcyModifier

Jean d'Estouteville, seigneur de Torcy, Ondeauville (Doudeauville) et Blainville, etc., né en 1405 décédé le est le fils de Guillaume d'Estouteville (1379-), chevalier, seigneur de Torcy, Blainville et Estouttemont, Beynes, baron d'Ivry, etc. et de Jeanne d'Ondeauville (Doudeauville) (?-1449) dame de Conches, Novion et Caumartin, fille de Jean du Bois dit «Mansart», seigneur de Doudeauville, Raincheval et Novion, et de Jeanne de Créquy[7],[8].
Frère de Robert VII d'Estouteville, Jean d'Estouteville était chambellan du Roi, chevalier de l'ordre de Saint-Michel, prévôt de Paris, capitaine du château de Caen et maître des arbalétriers de France.
Il avait 17 ans lorsque le roi d'Angleterre lui rendit en 1422, ainsi qu'à ses frères, les biens qui avaient été confisqués sur son père, pour avoir tenu le parti du roi de France.
Étant depuis rentré au service du roi, il l'établit à la garde de Fécamp et d'Harfleur. Il fut établi prévôt de Paris, en juillet 1446, mais se démit peu de temps après de cette charge en faveur de son frère Robert et fut nommé chambellan du Roi[9].
Il commanda les francs-archers au secours de Tournai et au retour fut pourvu de la charge de Maître des Arbalétriers de France en 1449, qu'il exerça jusqu'en 1461.
Il sert lors de la conquête de la Normandie en 1449 et 1450 et se trouve à la bataille de Formigny. Il est également présent à la bataille de Guinegatte, en 1479.
Il meurt le à l'âge d'environ 90 ans[10].

Jean d'Estouteville avait épousé Françoise de La Rochefoucauld, dame de Monbazon, fille d'Aymar de La Rochefoucauld, seigneur de Montbazon, Sainte-Maure et Nouâtre, et de Jeanne de Partieul-Martreuil dame d'Aizie, Hérisson et de La Saisine, La Libordière, Leigné, Argentières, Le Plessis-Olivier.
Ils eurent un fils unique :

  • Louis d'Estouteville, seigneur de Sainte-Maure et Nouâtre, mort avant son père en 1476.

Postérité du nom d'Estouteville après l'extinction de la familleModifier

 
Armes de François II et de Marie II de Bourbon-Saint-Pol. L'écu écartèle les fleurs-de-lys et la bande des Bourbon et le burelé et le lion des Estouteville

La dernière descendante de la famille est Adrienne d'Estouteville (21 octobre 1512 - † 15 décembre 1560 à Trie), fille de Jean d'Estouteville[11], épouse en 1534 le comte François Ier de Saint-Pol. La seigneurie d'Estouteville est alors érigée en duché d'Estouteville. Adrienne d'Estouteville et François de Bourbon-Saint-Paul ont deux enfants, qui reprennent les armes des Estouteville :

Le titre de duc d'Estouteville s'éteint en 1707, mais les descendants de la famille continuent à prétendre au titre. Le prince de Monaco est l'actuel prétendant au titre de duc d'Estouteville.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jacques Le Maho, « L'apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand Caux », in Archéologie médiévale, tome VI, 1976, p. 60.
  • Gabriel de La Morandière, Histoire de la maison d'Estouteville en Normandie, 1903, 663 p., [lire en ligne].]
  • Christophe Piel, « Clientèles nobiliaires et pouvoir royal. Les Estouteville, de l’occupation anglaise à la Ligue du Bien Public (vers 1415-vers 1465) », in Hypothèses, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 137-144, [lire en ligne].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) Nobili Napoletani : Famiglia Tuttavilla.
  2. Paul Dalton, Conquest, Anarchy and Lordship: Yorkshire, 1066-1154, Cambridge University Press, 2002, p.81-83
  3. a b et c Sidney Painter, « The Family and the Feudal System in Twelfth Century England », dans Speculum, vol. 35, n°1 (1960), p. 7.
  4. Sources:1°) Gabriel de la Morandière, Histoire de la Maison d'Estouteville en Normandie, Paris, Delagrave, . 2°) Orderic Vital, Historiæ ecclesiasticæ libri tredecem De Ordericus Vitalis, Benjamin Edme Charles Guérard, Léopold Delisle, p. 438)
  5. Jean Vallery-Radot, « 3e excursion. Valmont », Congrès archéologique de France, 89e session tenue à Rouen par la Société française d'archéologie en 1926, Picard, Société générale d'imprimerie, 1927, p.404
  6. Notice de la Lorraine d'Augustin Calmet p. 360.
  7. Maison d'Estouteville, page 15
  8. E. Montrot : Sainte-Maure de Touraine
  9. Jean Louis Chalmel : Histoire de Touraine jusqu'à l'année 1790, Volume 3 page 189
  10. Le Grand Dictionnaire Historique Ou Le Mélange Curieux De L'Histoire Sacrée page 787
  11. Jirí Louda, Michael McLagan, Lines of Succession: Heraldry of the Royal Families of Europe, Londres, Little, Brown and Co. (réimpr. 2nde éd. 1999), « table 68 ».