Ouvrir le menu principal

Station de sports d'hiver du Luz-Ardiden
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Localité Luz-Saint-Sauveur
Site web www.luz.org
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 02″ nord, 0° 03′ 51″ ouest
Massif Massif d'Ardiden (Pyrénées)
Altitude 1710m
Altitude maximum 2500m (col de la Cloze)
Altitude minimum 1680m (Béderet)
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 12
Téléphériques 0
Funitels et funiculaires 0
Télécabines 0
Télésièges 7
Téléskis 3
Tapis roulant 2
Débit 15 495 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 26
     Noires 3
     Rouges 15
     Bleues 4
     Vertes 4
Installations
Nouvelles glisses
Half-pipe, aire de jibs, stade de slalom
Ski de fond
Total des pistes 5 km
Neige artificielle
Canons 105

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Luz-Ardiden

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Luz-Ardiden
Route en lacet menant à la station.

Luz-Ardiden est une station de sports d'hiver des Pyrénées située sur la commune de Luz-Saint-Sauveur dans le département des Hautes-Pyrénées en région Occitanie. Elle est composée de deux secteurs interconnectés : Béderet (1680m) et Aulian (1730m).

Sommaire

GéographieModifier

Luz-Ardiden se trouve au nord du massif d'Ardiden dans la chaîne des Pyrénées. Située à 12 kilomètres du centre-ville de Luz-Saint-Sauveur, Luz-Ardiden (altitude 1700-2500 m) s'étend sur un domaine de 110 hectares et propose 60 kilomètres de pistes balisées tous niveaux[1].

Le secteur d'Aulian au sud de la station est sur les versants de la Soum d'Arrioune (2 572 m), Pic d'Aulian (2 480 m), Caperette (2 395 m) et Pic de Viscos (2 141 m)[2]. Quant au secteur de Bédérét, il monte sur le versant est de la Soum des Aulheres (2 168 m)[2].

HistoireModifier

Elle est imaginée en 1966 par les élus locaux des cinq communes de Luz-Saint-Sauveur, Grust, Sazos, Sassis et Viscos. Les travaux ont commencé avec l’ouverture de la route depuis Grust en 1970. La première ouverture de la station a lieu le sur le site du Béderet[3]. Le secteur d’Aulian est ouvert la saison suivante avec les téléskis Turon 1 et Pourtère 1 et 2.

Un accident mortel se produit le [réf. souhaitée] faisant 6 morts et 87 blessés. La rupture du massif d'ancrage du pylône d'arrivée de la gare du télésiège de la Caperette, inauguré en début de saison, a projeté au sol une cinquantaine de nacelles. Cet accident ainsi que celui de Vaujany a fait évoluer la réglementation concernant la maîtrise d'œuvre des remontées mécaniques (nouveau règlement du 17 mai 1989)[réf. nécessaire].

Autres activitésModifier

CyclismeModifier

La route qui mène à Luz-Ardiden finit dans un cul-de-sac, mais la montée étant particulièrement difficile, cela en fait souvent une arrivée d'étape du Tour de France. Partant de Luz-Saint-Sauveur (710 m), la montée jusqu'au secteur d'Aulian (1 720 m) fait 14,7 km de long. Le dénivelé est de 1 010 m, soit une pente en moyenne de 6,9 %, avec un maximum à 10 %[4]. Le Tour fait donc régulièrement étape à Luz, et la longue montée à la station de ski (col hors catégorie) en fait une étape très convoitée depuis sa 1re apparition au programme du Tour en 1985 et la rude bataille qu'y mena Bernard Hinault pour conserver son maillot jaune. Après le calvaire de Bernard Hinault, c’est Pedro Delgado déjà vainqueur en 1985, qui, en s'accrochant aux basques de Gilbert Duclos-Lassalle, consolida son maillot jaune en distançant définitivement Steven Rooks et Fabio Parra. Puis ce fut Claudio Chiappucci qui y connut le purgatoire, lui aussi vêtu du Maillot Jaune, en 1990 : après la charge de Greg LeMond, il ne lui restait plus que 5 secondes d’avance au général, tandis que Miguel Indurain venait de remporter la seconde étape de montagne de sa carrière, victoire qui annonçait une domination sans partage sur le Tour pendant les 5 ans suivants. Quatre ans plus tard, c’est à Luz-Ardiden que commençait, avec une première victoire d’étape après une longue échappée solitaire, le destin montagnard de Richard Virenque qui y gagna sa réputation de grimpeur en 1994. Lors de l’édition 2003, avec un classement général serré comme jamais pour le Texan, Lance Armstrong sut se relever d'une brève défaillance, d'une pédale cassée et d’une chute dans la montée et revenir sur Jan Ullrich, son dauphin de quelques secondes, avant de s’imposer au sommet et consolider son maillot jaune.

Année Étape Catégorie Départ de l'étape Distance (km) Vainqueur d'étape Maillot jaune
2011 12 Hors-Catégorie (HC) Cugnaux 211   Samuel Sánchez   Thomas Voeckler
2003 15 Hors-Catégorie (HC) Bagnères-de-Bigorre 159.5   Lance Armstrong   Lance Armstrong
2001 14 Hors-Catégorie (HC) Tarbes 144   Roberto Laiseka   Lance Armstrong
1994 12 Hors-Catégorie (HC) Lourdes 204.5   Richard Virenque   Miguel Indurain
1990 16 Hors-Catégorie (HC) Blagnac 215   Miguel Indurain   Claudio Chiappucci
1988 15 Hors-Catégorie (HC) Saint-Girons 187.5   Laudelino Cubino Gonzalez   Pedro Delgado
1987 14 Hors-Catégorie (HC) Pau 166   Dag Otto Lauritzen   Charly Mottet
1985 17 Hors-Catégorie (HC) Toulouse 209.5   Pedro Delgado   Bernard Hinault

RandonnéesModifier

L'été, depuis le parking de la station, on peut accéder au pic d'Ardiden (2 988 m)[5].

Notes et référencesModifier

  1. Information donnée sur le dépliant touristique de la station saison 2008-2009
  2. a et b « Carte topographique de la station (échelle 1:25000) » sur Géoportail (consulté le 7 octobre 2018)..
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Fiche
  4. climbbybike.com: Luz Ardiden
  5. Carnet de randonnées dans les Pyrénées, « Sélection de randonnées dans le massif d'Ardiden » (consulté le 26 octobre 2018).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier