Ouvrir le menu principal

Saint-Bonnet-sur-Gironde

commune française du département de la Charente-Maritime
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bonnet (homonymie).

Saint-Bonnet-sur-Gironde
Saint-Bonnet-sur-Gironde
La mairie de Saint-Bonnet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Pons
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Laurent Nivard
2014-2020
Code postal 17150
Code commune 17312
Démographie
Gentilé Saint-Bonnetais
Population
municipale
820 hab. (2016 en diminution de 4,54 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 19″ nord, 0° 39′ 32″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 87 m
Superficie 30,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-sur-Gironde

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-sur-Gironde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-sur-Gironde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-sur-Gironde
Liens
Site web www.saintbonnetsurgironde.com

Saint-Bonnet-sur-Gironde est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Saint-Bonnetais et les Saint-Bonnetaises[1].

Cette modeste bourgade établie aux confins de la Haute Saintonge et de la Guyenne est marquée par la proximité de l'estuaire de la Gironde, qui conditionne pour une grande partie ses paysages. De fait, un tiers du territoire communal est couvert de vastes étendues palustres — parfois surnommées « Petite Camargue saintongeaise » — qui lui confèrent son caractère particulier. Pour autant, la commune ne dispose d'aucune façade sur le fleuve, même si un chenal fait la jonction entre la Gironde et le hameau de Vitrezay, où un petit port a été aménagé.

Commune rurale, en marge des centres urbains et des petites agglomérations de la région (Mirambeau, Jonzac, Saint-Ciers-sur-Gironde, Saint-Genis-de-Saintonge, Blaye), Saint-Bonnet joue de plus en plus la carte du tourisme, secteur favorisé par la proximité des stations balnéaires de la Côte de Beauté, ainsi que des vignobles de Cognac et du Blayais et du Bourgeais. La commune, qui est une étape de la Route verte (axe touristique reliant Royan à Bordeaux) est également le principal accès à un des pôles-natures du département, le pôle-nature de Vitrezay (situé sur la commune de Saint-Sorlin-de-Conac).

Saint-Bonnet-sur-Gironde appartient à la Communauté de communes de la Haute-Saintonge, structure intercommunale regroupant 57 043 habitants (2006).

Sommaire

GéographieModifier

PrésentationModifier

« Sous un ciel d'été, s'enivrer de la marée exaltée par le fleuve; du port de Vitrezay, deviner les eaux qui verdissent à l'horizon de Meschers... »

— Pierre Siré, Le fleuve impassible

Établie dans la partie occidentale du Pays de Haute-Saintonge, à l'extrémité sud-ouest du département de la Charente-Maritime et au contact du département de la Gironde, sur la rive droite de l'estuaire du même nom, la commune de Saint-Bonnet occupe une situation privilégiée, étant proche de villes moyennes bien équipées (Royan, Saintes) et de petites villes jouant un rôle de relais (Mirambeau, Saint-Ciers-sur-Gironde, Jonzac, Saint-Genis-de-Saintonge…). Elle reste également proche de la grande métropole régionale qu'est Bordeaux, qui exerce son influence bien au-delà des limites du département de la Gironde. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

 
Position de Saint-Bonnet-sur-Gironde, au sud de la Charente-Maritime.

La commune appartient au canton de Pons depuis 2015 (au canton de Mirambeau avant cette date) et à l'arrondissement de Jonzac, petites villes situées à 7,2 km pour la première[3], 20,1 km pour la seconde[4]. Elle est en outre distante de 25,2 km de Blaye[5], de 26 km de Pons[6], de 41,8 km de Royan[7], de 43,7 km de Saintes[8], de 57,3 km de Bordeaux[9], de 69,5 km de Rochefort[10] et de 90 km de La Rochelle[11].

Présentant de nombreuses similitudes avec les communes estuariennes voisines, son territoire peut être décomposé en deux entités bien distinctes : au nord/nord-est, le plateau, constitué de croupes calcaires aux molles ondulations, couvertes de vignobles sur leurs versants les mieux exposés; leur produit donne cognac, pineau des Charentes (Saint-Bonnet est située dans les « Fins bois ») et vins de pays charentais. Au sud/sud-ouest, dans le prolongement du vaste estuaire girondin, s'étendent de grandes étendues humides, véritable sanctuaire ornithologique et conservatoire d'espèces animales et végétales rares[12].

Si elle constitue le prolongement naturel du plateau saintongeais, la partie « continentale » du territoire communal se rattache, d'un point de vue géologique, à la région du Blayais (terrains éocènes, par opposition aux terrains crétacés d'une grande partie de la Saintonge). Ses paysages sont vallonnés, présentant l'aspect de collines peu élevées mais, véritables « balcons » sur l'estuaire, présentant des points de vue parfois spectaculaires sur le fleuve et les deux rives girondines : Médoc, Blayais et jusqu'à la côte de Beauté par temps clair.

 
De vastes étendues palustres bordent l'estuaire de Saint-Seurin-d'Uzet à Blaye (ici, vue depuis Saint-Bonnet).

Le point culminant de la commune atteint 87 mètres, hauteur respectable pour la région, mais les autres collines sont plus modestes : elles atteignent 35 mètres à La Couture, 58 mètres Chez Dias, 59 mètres à La Berche[13]. Là où la vigne ne peut s'épanouir, sur les versants moins bien exposés, sont semées des céréales (maïs, blé). Ces hauteurs sont parfois couvertes de bois, comme aux Billaudries, principal massif de la commune. Le taux de boisement de Saint-Bonnet est cependant assez limité, et ne dépasse pas 12 %[12].

Le plateau est cisaillé par des combes, où coulent quelques modestes ruisseaux. Le riveau de Saint-Georges, qui serpente à travers le pré des Cadets, constitue la limite communale avec Saint-Georges-des-Agoûts et Saint-Sorlin-de-Conac; un peu plus à l'est, le Ferrat s'écoule tranquillement au pied des collines du Pérat et de Goizet[13].

La partie méridionale de la commune présente un aspect bien différent. En bord d'estuaire, façonnées par lui, de vastes étendues palustres forment ce que l'on appelle la « Petite Camargue saintongeaise » ou encore les « Marais de Gironde »[Note 1]. Ces zones humides, qui s'étendent de Saint-Seurin-d'Uzet et Mortagne à Blaye étaient autrefois couvertes par les eaux. Au moment de la transgression flandrienne, le niveau de la Gironde s'est élevé de plusieurs mètres, formant une grande lagune entre Saint-Thomas-de-Conac et Saint-Androny, séparée du fleuve par un chapelet d'îles et de bancs de sable (embryon du bourrelet alluvial toujours présent, au niveau du littoral actuel). Au fil du temps, les eaux se sont retirées, laissant place à des marais, où les paysans venaient faire paître leurs bêtes selon le principe de la vaine pâture. Assainis par l'homme à partir du XVIIe siècle, les marais sont sillonnés de canaux, parmi lesquels le canal de la comtesse (limite administrative avec la commune de Saint-Sorlin-de-Conac), le canal de ceinture et le canal du Boucaud[13].

En marge des grands axes routiers départementaux, Saint-Bonnet-sur-Gironde est cependant traversée par une route touristique, la route verte.

Communes limitrophesModifier

EnvironnementModifier

 
Le gorgebleue à miroir (luscinia svecica) est l'un des nombreux hôtes des marais girondins.

Une grande partie du territoire communal est intégré à une zone protégée en raison de la richesse de son écosystème (prairies semi-naturelles humides et mésophiles, tourbières, marais inondables du bord d'estuaire…). La préservation de la biodiversité a conduit à intégrer 41 % de la surface communale dans une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de classe II (grands espaces naturels riches) baptisée « Estuaire, marais et coteaux de la Gironde »[12]. On retrouve, au sein de cet ensemble, la zone de protection spéciale (ZPS) des marais de la rive nord de l'estuaire de la Gironde[14] et le site d'importance communautaire (SIC) des Marais de Braud-et-Saint-Louis et de Saint-Ciers-sur-Gironde, dont 5 % de la superficie se trouve en Charente-Maritime, dans la commune de Saint-Bonnet[15]. Ces territoires sont protégés dans le cadre du réseau de protection des espaces naturels de grande valeur patrimoniale Natura 2000.

Outre une incontestable richesse botanique, les marais du bord d'estuaire sont un site d'hivernage pour de nombreuses espèces ornithologiques, justifiant une protection des oiseaux sauvages et de leur biotope par la directive oiseaux sur 40 % de la commune[12]. Parmi les espèces répertoriées figurent l'avocette élégante (recurvirostra avosetta), le gorgebleue à miroir (luscinia svecica), la phragmite des joncs (acrocephalus schoenobaenus), l'hirondelle de rivage (riparia riparia) ou la rémiz penduline (remiz pendulinus). Outre ces espèces d'oiseaux, le site abrite également de petites communautés d'amphibiens, comme la cistude d'Europe.

ClimatModifier

Le climat dont bénéficie la Charente-Maritime est un climat océanique tempéré de type aquitain, marqué par un ensoleillement moyen assez important : avec 2 250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[16]. La pluviosité y est modérée, les précipitations ne dépassant pas 1200 mm par an. Les températures, quant à elles, varient en moyenne de +5°C en hiver à +20°C en été.

 
L'estuaire de la Gironde à Saint-Bonnet. Au dernier plan, les côtes du Médoc.

Les îles et l'ensemble du littoral de la Charente-Maritime se caractérisent par un climat particulièrement doux en hiver, et rafraîchissant l'été, grâce aux influences océaniques perpétuellement en mouvement (brise marine). Ces conditions climatiques favorables, toujours soumises aux influences de l'océan Atlantique, ont favorisé un véritable microclimat de type sub-aquitain et l'existence d'une végétation déjà méridionale. Ainsi la flore se caractérise-t-elle par la présence étonnante de lauriers-roses, eucalyptus, agaves, et même les mimosas se mettent à fleurir dès le mois de janvier. Aux essences déjà méridionales du chêne vert (ou yeuse) et du cyste, s'ajoutent une forte présence de palmiers, figuiers, orangers et même oliviers. Il existe toutefois un contraste entre le littoral, assez sec et ensoleillé et l'intérieur des terres, davantage pluvieux. La pluviométrie passe ainsi de 750 mm sur le littoral à 950 mm dans l'intérieur de la Haute-Saintonge.

Les relevés de la station météorologique de La Rochelle entre 1946 et 2000 permettent de déterminer quelques dates majeures au point de vue climatique en Charente-Maritime : ainsi, au cours de ce laps de temps, la température la plus froide est relevée le 15 février 1956 : -13,6°C.
Un pic de température (dépassé seulement au cours de la canicule de 2003) est atteint le 8 juillet 1982 avec près de 39°C à l'ombre.
Si 1953 est considérée comme l'année la plus sèche, 2000 est au contraire la plus pluvieuse[17].

 
Le pôle-nature de Vitrezay est un sanctuaire ornithologique et un conservatoire d'espèces animales rares.

À Bordeaux, géographiquement bien plus proche, les températures moyennes relevées sont de 6,4 °C en janvier et de 20,9 °C en août, avec une moyenne annuelle de 13,3 °C. Les records de chaleur enregistrés sont de 41,9 °C le 16/8/1892 et les records de froid de −16,4 °C le 16/1/1985. Le département de la Gironde connaît en moyenne 15 à 20 jours en été où les températures dépassent les 30 °C. Des températures extrêmes peuvent aussi être observées comme lors de l'été 2003 où la température a atteint 41 °C. Ce même été, il y a eu 12 jours consécutifs où les maximales ont atteint ou dépassé les 35 °C.

Charente-Maritime et Gironde ont cependant connu des hivers très froids en 1956, 1985, 1987 et 2012.

La région a été durement affectée par la tempête Martin du 27 décembre 1999. Les records nationaux de vents enregistrés sont atteints avec 198 km/h au nord de l'île d'Oléron (station de la pointe de Chassiron). Des pointes à 194 km/h sont relevées à Royan.

Un an après le passage de la tempête Klaus (janvier 2009), la commune est touchée par la tempête Xynthia (février 2010). Si de violentes bourrasques sont relevées sur la commune, le territoire est avant tout affecté par des inondations, ainsi que par quelques dégâts matériels (chutes d'arbres, de poteaux électriques, etc.).

Les tableaux suivants résument les principales données climatiques des stations de Météo-France de Bordeaux (environ 50 kilomètres au sud) et de La Rochelle (environ 100 kilomètres au nord-ouest).

Données météorologiques à BordeauxModifier

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,8 3,4 4,6 6,6 10,3 13 15,1 15,2 12,5 9,5 5,5 3,8 8,5
Température moyenne (°C) 6,4 7,6 9,6 11,6 15,4 18,3 20,8 20,9 18,1 14,2 9,4 7,3 13,3
Température maximale moyenne (°C) 10 11,7 14,5 16,5 20,5 23,5 26,4 26,6 23,7 18,8 13,4 10,7 18,1
Record de froid (°C) −16,4 −15,2 −9,9 −5,3 −1,8 2,5 4,8 1,5 −1,8 −5,3 −12,3 −13,4 −16,4
Record de chaleur (°C) 20,2 26,2 29,8 31,1 35,4 38,5 39,2 41,9 37,6 32,2 25,1 22,5 41,9
Précipitations (mm) 92 82,6 70 80 83,9 63,8 54,5 59,5 90,3 94,1 106,9 106,7 984,1
Source : Le climat à Bordeaux (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1880)[18]


Données météorologiques à La RochelleModifier

Données climatiques à La Rochelle
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,8 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Température moyenne (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18 12,6 9,2 16,1
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2 250
Précipitations (mm) 82,5 66,1 57 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de La Rochelle de 1961 à 1990[19].


UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

L'essentiel de l'habitat est concentré dans le bourg, ainsi que dans quelques hameaux et lieux-dits de plus ou moins d'importance (Vitrezay, le Pérat, la Combaudière, le moulin du Roc, la Font de Chenine…). Aux maisons traditionnelles dites charentaises, basses, à la toiture peu accentuée et couvertes de tuiles romanes, caractéristiques des régions méridionales, s'ajoutent quelques maisons de maîtres et immeubles bourgeois, élevés dans la seconde moitié du XIXe siècle, époque de grande prospérité dans les vignobles de la région, avant que la crise du phylloxéra ne mette à mal cette activité. Enfin, pavillons et lotissements modernes tendent à se développer aux abords du centre-bourg.

LogementsModifier

Le taux de personnes propriétaires de leur logement est supérieur à la moyenne nationale, soit 66 % (moyenne nationale : 55,3 %) ; parallèlement, 14,8 % des habitants de la commune sont locataires (moyenne nationale : 39,8 %). Le taux de personnes logées gratuitement est particulièrement important : 19,1 % (moyenne nationale : 4,9 %)[20].

Le parc immobilier de la commune est constitué de 453 logements (2008). Ceux-ci sont presque exclusivement des résidences principales (80,4 %), le reste étant partagé entre résidences secondaires (9,9 %) et logements vacants (9,7 %)[21]. La quasi-totalité des logements sont des maisons individuelles, lesquelles représentent 97,8 % du parc immobilier (moyenne nationale : 55,3 %). L'habitat est composé de demeures assez vastes, principalement des 5 pièces ou plus, qui constituent 40,7 % du parc immobilier de la commune (moyenne nationale : 31,5 %); suivent les 4 pièces (32,4 %), les 3 pièces (18,5 %), les 2 pièces (6,8 %) et les studios (1,5 %)[20].

ToponymieModifier

La commune doit son nom à Bonnet de Clermont, évêque de Clermont (623 – 710), canonisé par l'église catholique sous le nom de saint Bonnet, et à sa situation géographique à proximité de la Gironde. Il convient cependant de préciser qu'en dépit de l'indication sur Gironde, la commune ne dispose pas de façade sur le fleuve[Note 2].

HistoireModifier

Les plus anciennes traces d'occupation humaine remontent au second âge du fer, et se caractérisent par des restes de sites à sel tels qu'on en a découvert en de nombreux points du département (en bordure des anciens littoraux)[22]. Aménagés sur les rives de la grande lagune qui occupait l'emplacement des marais actuels, ils permettaient la cristallisation du sel de mer par évaporation dans de petits fours en forme de vases. Le sel était alors une denrée d'autant plus importante qu'elle était indispensable à la bonne conservation des aliments. C'est approximativement à la même époque qu'une peuplade celte venue sans doute du sud de l'Allemagne, les Santons, s'installent dans la région[23] , s'organisant autour d'un oppidum, ancêtre de la ville de Pons.

 
Extrait de la carte de Cassini montrant Saint-Bonnet et la région de Mirambeau au XVIIIe siècle.

Après la conquête romaine, un domaine (villa) est aménagé, embryon du village actuel. Une voie romaine, reliant Mediolanum Santonum (Saintes, devenue capitale de la province d'Aquitaine sous le principat d'Auguste) à Blavia (Blaye) via Le Fâ — probable Novioregum — (Barzan) passe par Saint-Bonnet[24].

Au Moyen Âge, Saint-Bonnet est une petite paroisse en bord d'estuaire, sans réel intérêt stratégique. Elle suit les destinées du reste de la Saintonge, est incorporée à plusieurs royaumes aquitains plus ou moins indépendants, puis au duché d'Aquitaine. Lorsque la duchesse Aliénor d'Aquitaine et le roi de France Louis VII se séparent, et qu'Aliénor se remarie avec Henri Plantagenêt, futur roi d'Angleterre (1152), la région passe sous influence anglaise[25]. Au moment de la guerre de Cent Ans, Saint-Bonnet est sans doute traversé par les armées de Henry de Grosmont, comte de Derby, au cours de sa furieuse « chevauchée » de 1345, pendant laquelle les châteaux voisins de Mirambeau et de Cosnac sont repris aux Français.

À la fin du conflit, Saint-Bonnet appartient à la châtellenie de Mirambeau[26], à la frontière avec le comté de Cosnac au nord et la seigneurie de Vitrezais au sud. Au sein de la châtellenie de Mirambeau, la seigneurie de Boisroche est attestée dès le XVe siècle. Elle est tenue à cette époque par les Du Breuil, seigneurs de Fontreau, et reste dans cette famille jusqu'en 1506. Elle passe ensuite à plusieurs familles nobles de la région, les Marchand, les Amyl, les Courillaud, les Michel, les Dupaty[27]

 
La rue de la Poste au début du XXe siècle.

En 1698, les registres d'imposition de la Généralité de La Rochelle révèlent que Saint-Bonnet-de-Mirambeau est abonnée pour 3550 livres à madame de Pardaillan. Le même document révèle que la paroisse produit essentiellement du blé et du vin, et nous apprend qu'elle est sujette « au logement des gens de guerre »[28]. Quelques années plus tard, en 1762, une enquête menée dans la subdélégation de Saintes indique que la paroisse de Saint-Bonnet « consiste en plusieurs qualités de fonds, la moitié de la première qualité, l'autre partie de terres médiocres (nb : les marais), que dans les bonnes terres ont y sème ordinairement du froment, du sègle (sic) et du bled d'Espagne (maïs) et (…) que les vignes qui font un objet assez considérable dans la paroisse sont passablements belles (…) »[29].

Sous la Révolution, la commune nouvellement créée prend le nom de « Bonnet-Rouge » . En 1790, sous l'impulsion du vicaire du village voisin de Saint-Thomas-de-Conac, Jacques Roux (« Le curé rouge », futur chef de la faction des Enragés), une petite troupe d'environ 200 personnes ravage les environs. Le château de Saint-Bonnet est incendié par les émeutiers, qui vident au passage les caves de la propriété et… embrochent et rôtissent sans autre forme de procès les dix chiens de chasse du propriétaire des lieux, le seigneur de Bellegarde, sous les yeux du curé, atterré, qui rapporte les événements[30]. À partir de 1793 et jusqu'en 1808, diverses personnalités locales luttent pour le pouvoir conféré par la République aux autorités du conseil d'administration municipal, parmi elles, André Laurent, François Bignon, Jean Griffon et Noël Jarnac. Le premier à signer les actes de la commune en tant que maire fut André Laurent de 1800 à 1802, cependant la lutte continua de 1802 à 1808 avant que Jacques Philippe Blanchet ne devienne maire de Saint-Bonnet. François Bignon fut, à son tour, plusieurs fois maire de la commune.

 
Vue de la place et de la Mairie au début du XXe siècle.

Sous le Second Empire, Saint-Bonnet, située au cœur des vignobles, profite de la signature d'un accord commercial avec le Royaume-Uni en 1860, qui entraîne un accroissement considérable des surfaces consacrées à cette activité et la formation d'une opulente bourgeoisie du bouchon[31]. De nouvelles propriétés sortent de terre, maisons de maître ou logis bourgeois, qui tranchent avec les maisons charentaises traditionnelles, au style plus simple. Cet âge d'or prend fin avec la crise du phylloxéra, qui ravage les vignobles saintongeais à partir de 1872[32]. Saint-Bonnet — qui devient Saint-Bonnet-sur-Gironde le 22 novembre 1923 — sombre alors dans une lente léthargie. Frappée par l'exode rural, la commune se vide peu à peu de ses habitants, passant de 1 509 habitants en 1881 à 1 373 habitants en 1911, 1 220 en 1946, 901 en 1975 et 819 en 1990.

Comme dans nombre de petites communes rurales voisines, de nombreux commerces ferment leurs portes ou se délocalisent dans le chef-lieu du canton, Mirambeau. Pour autant, depuis 2006, la commune gagne de nouveau des habitants : elle comptait ainsi 852 habitants en 2006 et 864 en 2009.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Résultats du second tour des élections présidentielles de 2007 :

Résultats des élections législatives de 2007 et 2002 :

Résultats des élections régionales de 2010 et 2004 :

Administration municipaleModifier

De 1789 à 1799, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune âgés d'au moins 25 ans, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt équivalent au moins à dix journées de travail.

 
Vue de la mairie en 1920.

De 1799 à 1848, la constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après les lois organiques de 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus au suffrage censitaire pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855. Après 1871, les maires sont de nouveau élus, sauf dans les chefs-lieux (de départements, d'arrondissements ou de cantons).

Ce n'est que le , qu'une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est votée, et qui régit le principe de l'élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l'importance de la commune (sauf pour Paris). La loi du 5 avril 1884 fixe le mandat à quatre ans, durée portée le à six ans[38].

La commune ayant moins de 3 500 habitants l'élection des conseillers municipaux est au scrutin majoritaire[39] plurinominal à deux tours, avec panachage :

  • au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits[40] ;
  • au second tour, la majorité relative suffit. Les listes ne sont pas obligatoires. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé.

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[41]). Lors du scrutin de 2008, Roland Pelletant est élu conseiller municipal au second tour puis nommé maire par celui-ci. Le taux de participation a été de 78,89 % au premier tour et de 75,81 % au second[42].

Liste des mairesModifier

Liste des maires depuis 2001
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Philippe Perdriaud    
2008 2012 Roland Pelletant    
2012 en cours Laurent Nivard PS Fonctionnaire

RégionModifier

À la suite de la mise en application de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Instances judiciairesModifier

Article connexe : Justice en Charente-Maritime.

Saint-Bonnet-sur-Gironde dépend du tribunal d'instance de Jonzac, du tribunal de grande instance de Saintes, et de la cour d'appel de Poitiers. Elle dépend par ailleurs du tribunal pour enfants de Saintes, du conseil de prud'hommes de Saintes, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux[43].

FiscalitéModifier

Fiscalité localeModifier

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Bonnet-sur-Gironde en 2009[44]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 7,27 % 4,80 % 6,75 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 14,11 % 1,59 % 13,28 % 3,32 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 29,97 % 4,57 % 27,65 % 8,63 %
Taxe professionnelle (TP) 10,98 % 1,59 % 8,85 % 2,51 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[45]).

JumelagesModifier

Au 1er janvier 2012, Saint-Bonnet-sur-Gironde n'est liée par aucun accord de jumelage[46].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[47]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[48].

En 2016, la commune comptait 820 habitants[Note 6], en diminution de 4,54 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4801 4031 4321 6331 5551 4611 5601 6011 645
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7431 6841 5951 5151 5071 5091 4761 4471 437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4541 4331 3731 3191 3421 2841 2921 2201 128
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0181 003901899819838852856859
2013 2016 - - - - - - -
838820-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La commune de Saint-Bonnet-sur-Gironde se caractérise par une certaine vitalité démographique, qui se traduit par une bonne représentation des plus jeunes générations — la classe d'âge 0-14 ans (enfants et jeunes adolescents). La part des + de 60 ans est également importante, dépassant les moyennes départementales. La part des 15-29 ans est en revanche largement déficitaire au regard des chiffres départementaux.

Pyramide des âges à Saint-Bonnet-sur-Gironde en 2008 en pourcentage[51].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
2,1 
13,8 
75 à 89 ans
16,5 
19,3 
60 à 74 ans
21,9 
21,4 
45 à 59 ans
19,5 
17,0 
30 à 44 ans
16,5 
10,5 
15 à 29 ans
8,8 
17,5 
0 à 14 ans
14,7 
Pyramide des âges de la Charente-Maritime en 2008 en pourcentage[52].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
8,8 
75 à 89 ans
12,2 
16,8 
60 à 74 ans
17,4 
21,1 
45 à 59 ans
21,0 
18,9 
30 à 44 ans
18,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,5 
17,2 
0 à 14 ans
15,1 

EnseignementModifier

Saint-Bonnet-sur-Gironde dépend de l'académie de Poitiers. La commune dispose d'une école élémentaire, le groupe scolaire Jean Jaurès. Il a été rénové au début des années 2010 (pose d'un revêtement de sol anti-feu et installation de toilettes à l'intérieur) afin de le rendre conforme aux normes de sécurité, notamment en cas d'ordonnance de confinement à la suite d'un éventuel accident nucléaire.

Les élèves de Saint-Bonnet-sur-Gironde relèvent ensuite du collège de Mirambeau. Quant aux lycées les plus proches, ils sont situés à Blaye (Lycée Jaufré Rudel), à Jonzac (Lycée Jean Hyppolite), à Pons, à Saintes ou à Royan (enseignement général et professionnel dans ces deux dernières villes).

SécuritéModifier

La commune a jusqu'à présent (2012) fait l'objet de neuf arrêtés de catastrophes naturelles, essentiellement pour des inondations : à la suite de crues (trois arrêtés), de ruissellements (trois arrêtés) ou d'une marée de tempête (un arrêté)[12]. Les tempêtes synoptiques parfois violentes qui affectent la région (Martin, Klaus, Xynthia) causent généralement des inondations dans les marais, mais ne font pas systématiquement l'objet d'arrêtés de catastrophe naturelle. Deux arrêtés de catastrophe naturelle ont en outre été pris pour cause de mouvements de terrain, phénomène commun à beaucoup de communes du département, soumis à des périodes de sécheresse récurrentes en été.

La commune est dans une zone de surveillance particulière (Plan particulier d'intervention) en raison de la présence à quelques kilomètres au sud-ouest de la centrale nucléaire du Blayais (risque technologique répertorié dans le dossier départemental sur les risques majeurs)[53]. Dans les 19 communes situées dans un rayon de 10 kilomètres autour de la centrale, la population se voit distribuer, de façon préventive, des pastilles d'iode[54]. En cas d'accident nucléaire, il est recommandé de se mettre à l'abri et de suivre les consignes de sécurité de la protection civile à la radio.

SantéModifier

En raison de la petite taille de la commune, la palette de soins médicaux disponibles est réduite mais suite à la récente création d'une maison médicale, de nouveaux praticiens vont s'installer. Un médecin est installé dans la commune (médecine généraliste), un kinésithérapeute, des infirmiers; des spécialistes sont en revanche implantés dans les principales villes de la région (Saintes, Blaye, Royan…). Les centres hospitaliers les plus proches sont ceux de Jonzac et de Blaye, les cas les plus graves étant directement transportés au CHU de Bordeaux.

SportsModifier

Article connexe : Sport en Charente-Maritime.

La commune dispose d'un stade municipal (football), baptisé « stade Gilbert-Bonneau », du nom de l'ancien secrétaire du club de football de la commune, décédé le 6 janvier 2011[55].

Le club de football de la commune s'est transformé en USSTBC (Union sportive de Saint-Thomas-de-Conac, Saint-Bonnet-sur-Gironde, Saint-Ciers-du-Taillon) par suite d'un regroupement avec les clubs de Saint-Thomas-de-Conac et de Saint-Ciers-du-Taillon. En 2005, l'USSTBC a fusionné avec les clubs de Mirambeau, de Courpignac et de Boisredon, prenant le nom de FCCM (Football-Club du canton de Mirambeau)[56].

Plusieurs clubs de sport sont implantés à Saint-Bonnet : parmi ceux-ci figurent notamment une association de gymnastique, un club tennis et une société de ball-trap.

FestivitésModifier

La commune organise depuis 2009 les « jeux de Vitrezay » qui voient s'affronter des participants de plusieurs communes avoisinantes dans des épreuves physiques (ski sur herbe, tir à la corde, course, course de canoë, jeu de cible…), de culture générale (questions-réponses) ou gustatives (épreuve culinaire)[57].

MédiasModifier

TélévisionModifier

L'émetteur de Bordeaux-Bouliac permet la réception des 19 chaînes gratuites de la télévision numérique terrestre (TNT)[58], dont le décrochage régional de France 3 Aquitaine, France 3 Bordeaux-Métropole. Le décrochage régional de France 3 Poitou-Charentes souffre de perturbations par voie hertzienne dans cette partie du département depuis le passage de la région Poitou-Charentes au « tout numérique » en octobre 2010 (l'émetteur le plus proche étant celui de Pons, de portée limitée[59]); il reste accessible par satellite, par l'intermédiaire du bouquet gratuit Fransat, ainsi que sur la plupart des réseaux ADSL. L'émetteur de Bordeaux-Bouliac diffuse également une chaîne de télévision locale, TV7 Bordeaux. Cet émetteur de forte puissance a débuté la diffusion d'un multiplex permettant la réception de chaînes de télévision haute définition (HD).

RadioModifier

La plupart des radios nationales présentes dans le département peuvent être écoutées dans la commune. Les informations départementales sont relayées par la station de radio publique France Bleu La Rochelle; cependant, France Bleu Gironde peut également être reçue sans difficultés. Les stations de radio locales pouvant être écoutées dans la commune sont principalement Wit FM (généraliste, émettant depuis Bordeaux) et Mixx radio (techno, dance et musiques électroniques, émettant depuis Cognac et reprise par le réémetteur de Jonzac)[Note 7].

PresseModifier

La presse locale est représentée par le quotidien Sud Ouest, dont le siège est à Bordeaux[Note 8], ainsi que par l'hebdomadaire Haute Saintonge, dont le siège est à Jonzac.

Internet haut débitModifier

Un répartiteur téléphonique est implanté sur la commune. En 2012, il n'est dégroupé par aucun opérateur alternatif (SFR, Free…); seul l'opérateur historique, Orange (France Télécom) est disponible[60].

CultesModifier

Saint-Bonnet-sur-Gironde appartient au diocèse catholique de La Rochelle et Saintes, lui-même subdivision de la province ecclésiastique de Poitiers depuis 2002 (de la province ecclésiastique de Bordeaux avant cette date) et au doyenné de Haute-Saintonge.

ÉconomieModifier

Revenus de la populationModifier

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 12 745 €, ce qui plaçait Saint-Bonnet-sur-Gironde au 30 878e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[61].

Entreprises et commercesModifier

Saint-Bonnet-sur-Gironde est une petite commune rurale intégrée à la zone d'emploi Sud-Charentes et au bassin de vie de Mirambeau, espace économique faiblement autonome qui concentre les principales entreprises du secteur à Mirambeau (supermarchés, commerces, services). Il subit l'influence forte des villes voisines de Jonzac, modeste mais dynamique poumon économique du Sud-Saintonge, de Montendre et de Blaye[62], tandis que nombre d'actifs effectuent quotidiennement des déplacements pendulaires, partant travailler dans les grandes agglomérations de la région (Saintes, Royan, mais également Bordeaux, métropole régionale et principal pôle économique) avant de regagner leurs foyers le soir venu.

Si, à l'instar de nombre de petites communes du sud du département, Saint-Bonnet-sur-Gironde a perdu une grande partie de ses commerces de proximité ces cinquante dernières années, elle conserve quelques entreprises, souvent liées à l'agriculture, à l'artisanat, aux services ou au tourisme (chambres d'hôtes, camping municipal), secteur en pleine progression du fait d'une situation privilégiée, à peu de distance de la côte de Beauté et des exploitations viticoles du Bordelais. L'Insee dénombrait quelque 124 établissements actifs au 31 décembre 2009, soulignant cette part prédominante du secteur de l'agriculture (65,3 %) et, dans de moindres mesures, de la construction (14,5 %), du commerce et des services (12,1 %) et de l'industrie (3,2 %). Ces entreprises sont essentiellement des très petites entreprises (TPE) : 16,9 % ont des effectifs compris entre 1 et 9 salariés, 2,4 % ont plus de 10 salariés[21].

Le secteur de l'aide aux personnes est représenté par une maison de retraite, principal employeur de la commune, forte de 35 salariés[63]. Enfin, la commune est située à peu de distance de la centrale nucléaire du Blayais, qui, avec ses 1200 salariés EDF et ses 250 prestataires permanents, constitue un des premiers employeurs du secteur : en 2009, 40 nouveaux employés y ont été recrutés, 60 en 2010[64]. Dans un autre registre, elle jouxte également le pôle-nature de Vitrezay, implanté sur un terrain en bord d'estuaire. Cet espace protégé, aménagé par le conseil général de la Charente-Maritime, constitue un endroit touristique de premier plan en Haute-Saintonge : près de 50 000 visiteurs s'y sont pressés au cours de l'année 2011[65].

EmploiModifier

La commune abrite une population moins active que la moyenne nationale (39,4 % contre 45,2 %), avec cependant un taux d'activité des 25-59 ans un peu supérieur aux chiffres nationaux (83 % contre 82,2 %). En prenant pour base un taux d'activité des 15-64 ans, les chiffres de l'Insee donnent 67,4 % d'actifs en 2008, un chiffre en léger progrès par rapport à 1999 (66,7 %)[66].

Les catégories socio-professionnelles les mieux représentées sont les ouvriers (34,6 %), suivis des agriculteurs (26,9 %, à mettre en parallèle avec la moyenne nationale : 2,4 %) et des employés (24,4 %). Artisans, commerçants et chefs d'entreprise et professions intermédiaires représentent chacun 5,1 % des actifs. Viennent ensuite, en dernière position, les cadres et professions libérales (3,8 %)[67].

Le taux de chômage était inférieur aux chiffres nationaux en 1999 (10,1 % contre 12,9 %), touchant alors 33 personnes. Il s'élève désormais à 12 % en 2008, passant au-dessus de la moyenne nationale (11,6 % à la même période[68]), affectant 38 personnes. La part des femmes parmi les chômeurs était conséquente en 1999 (54,5 %), et a encore sensiblement augmenté en 2008 (65,8 %)[66]. L'agence Pôle emploi (ex ANPE) pour la recherche d'emploi la plus proche est localisée à Jonzac.

Les actifs forment la principale composante de la population (39,4 %), suivis par les retraités (25,8 %) et les jeunes scolarisés et les étudiants (17,9 %)[67].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Saint-BonnetModifier

 
L'église de Saint-Bonnet-sur-Gironde.

L'église de Saint-Bonnet-sur-Gironde est placée sous la protection de saint Bonnet, évêque de Clermont à la fin du VIIe siècle. Ses parties les plus anciennes datent du XIIe siècle, époque qui voit « fleurir » de nombreux sanctuaires romans dans toute la Saintonge, comme du reste dans de nombreuses autres provinces françaises.

La disposition de l'édifice indique qu'il était à l'origine en forme de croix latine : l'ancien transept, avec sa coupole sur pendentif et la voûte en plein cintre du croisillon nord, sont toujours présents. Le chevet plat est postérieur d'au moins un siècle, et témoigne d'influences cisterciennes. Remplaçant sans doute une abside hémicyclindrique, il est percé d'une grande baie gothique au remplage rayonnant.

 
Église et place de Saint-Bonnet vers 1900.

Le clocher, d'une grande austérité, a de faux-airs de donjon (comme, du reste, à Saint-Thomas-de-Conac); il pourrait avoir été refait au moment de la guerre de Cent Ans. Un nef collatérale a été adjointe à l'édifice à une période indéterminée; sa présence est certaine au XVIIe siècle, époque où elle est refaite, de même que la façade[27]. Celle-ci conserve la marque de ces remaniements, et permet de constater deux époques de construction différentes : la partie droite est en effet la plus ancienne, conservant des modillons médiévaux. La pierre utilisée présente également des différences : gros blocs ajustés à droite, petit appareil à gauche (voir article détaillé).

L'intérieur de l'édifice témoigne d'une grande simplicité : ornementation limitée, voûtes en plâtre (nef)… L'ensemble de la construction, mis à part les remaniements successifs, donne l'impression d'une maison forte à l'instar des églises massives du Nord-Cotentin. Le portail ne revêt pas non plus l'aspect travaillé et richement décoré des églises romanes de la région, mais une simplicité apparentée à la rigueur protestante. L'église abrite un tableau[69] de Mme Beaufils représentant saint Jean acquis par transfert successif depuis l'église de Coux en 1842, puis Montendre en 1843 et enfin Saint-Bonnet en 1844.

L'église a bénéficié d'une campagne de restauration qui s'est achevée en septembre 2011.

VitrezayModifier

Article détaillé : Port-Vitrezay.

Vitrezay désignait autrefois une juridiction située le long de la côte de la Gironde appartenant au duc de Saint-Simon. Depuis bien longtemps, il ne s'agit plus que du nom du port de Saint-Bonnet. Il reprend les caractéristiques de la plupart des ports estuariens des environs (Port des Callonges, Port-Conac, Port-Maubert, Port des Monards…) : de taille modeste, il se déploie dans un chenal relié à la Gironde, et abrite une petite flotte composée de quelques filadières, yoles et chalutiers, mais surtout des bateaux de plaisance.

 
Vedette touristique « Le Saintongeais » à Port-Vitrezay.

Le port de Vitrezay est réaménagé au XIXe siècle. Le 21 août 1893 « Le conseil d'arrondissement de Jonzac renouvelle le vœu relatif à l'embarcadère de Vitrezay. Il serait utile, en effet, d'établir cet embarcadère. Une tentative d'adjudication pour cette construction a échoué une première fois; elle pourra être renouvelée; mais en attendant un résultat plus heureux, le conseil général croit devoir demander, et comme travail urgent, que le curage du port de Vitrezay soit immédiatement effectué. Il ajoute que l'établissement d'un éclusier chargé d'un service journalier serait un des moyens les plus sûrs pour assurer le bon état d'entretien de ce chenal. »

Le port de Vitrezay, qui conserve quelques maisons traditionnelles charentaises, est la porte d'entrée du pôle-nature de Vitrezay. En suivant le chemin qui borde le chenal, on accède à une jetée où se trouve un petit phare. Une table d'orientation permet de mieux appréhender le paysage qui s'offre au visiteur : on y apprend que la largeur de l'estuaire est ici de 5,7 kilomètres et que le port de Vitrezay est utilisé pour la pêche aux pibales, ces minuscules alevins d'anguille particulièrement prisés dans le sud-ouest de la France et en Espagne[70]. Des carrelets (cabanes de pêche typiques des côtes charentaises et girondines) peuvent être observées à proximité. Elles servent à attraper des petits poissons et des crustacés.

En saison (mai-septembre), des circuits de découvertes sont proposés au départ de Vitrezay. Le bateau de croisière « Le saintongeais » effectue ainsi des liaisons régulières avec Port-Maubert (Saint-Fort-sur-Gironde), avec le port de la Maréchale (Saint-Seurin-de-Cadourne), Saint-Estèphe ou Pauillac, centres viticoles réputés, sur la côte médocaine, avec l'« archipel girondin » (île de Patiras et île Nouvelle) ou encore avec Blaye.

Aux alentoursModifier

 
Le terrier de Beaumont, sur la commune de Saint-Fort-sur-Gironde : un balcon sur l'estuaire.

Les environs de Saint-Bonnet recèlent de nombreux sites touristiques. Au nord, aux villages et petits ports pittoresques du bord d'estuaire (Saint-Thomas-de-Conac, Saint-Fort-sur-Gironde, Port-Maubert, Mortagne ou encore Talmont-sur-Gironde) succèdent les stations balnéaires de la côte de Beauté, dont Royan, ville d'art et d'histoire, est la plus célèbre et la plus fréquentée.

À une vingtaine de kilomètres à l'est de Saint-Bonnet, la petite cité de Jonzac est une station thermale, abritant par ailleurs un complexe touristique comprenant un lagon artificiel, un centre de remise en forme et un casino, les Antilles de Jonzac. Non loin de là, Pons est une cité médiévale renommée, conservant notamment un imposant donjon et un hôpital des pèlerins classé au patrimoine mondial de l'humanité.

Enfin, au sud de Saint-Bonnet, répondant au vignoble de Cognac, s'étend le domaine des vins de Bordeaux (côtes-de-blaye), où de nombreuses propriétés proposent des dégustations de leurs produits. Centre névralgique de cette avenante région viticole, la ville de Blaye est connue pour sa citadelle, monumentale œuvre de Vauban, classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

Patrimoine culturelModifier

Article connexe : Culture en Charente-Maritime.

Langue saintongeaiseModifier

 
Aire linguistique du Saintongeais.
Article détaillé : Saintongeais.

La commune est située dans l'aire linguistique du saintongeais, un dialecte faisant partie de la famille des langues d’oïl, branche des langues romanes, qui comprend également le français, l’angevin le picard et le poitevin avec lequel il est souvent regroupé dans un domaine plus vaste, le poitevin-saintongeais.

Le saintongeais (saintonjhais) est la langue vernaculaire parlée en Saintonge ainsi que dans une partie de l'Aunis, de l'Angoumois, mais aussi dans quelques enclaves de Guyenne (Pays Gabay ou Grande Gavacherie, Petite Gavacherie autour de Monségur dans l'Entre-deux-Mers et enclave du Verdon, en Médoc). On l’appelle parfois aussi le charentais ou encore le patois charentais. Les locuteurs sont dits patoisants.

Le saintongeais a fortement influencé l’acadien et en conséquence, par ricochet, le cadien ; quant au québécois, il a été influencé par les parlers tels que le normand, le francien et le saintongeais.

La langue saintongeaise présente de nombreux traits communs avec des langues telles que le cadien ou l'acadien, ce qui s'explique par les origines saintongeaises d'une partie des émigrants vers la Nouvelle-France au XVIIe siècle.

GastronomieModifier

Article détaillé : Cuisine charentaise.
 
Le pineau des Charentes est un vin de liqueur produit traditionnellement dans la région.

La gastronomie saintongeaise est principalement axée sur trois types de produits : les produits de la terre, les produits de la mer et les produits de la vigne.

Les préparations à base de viande de porc occupent une place prépondérante dans la cuisine régionale : ainsi des gratons ou des grillons, sortes de rillettes à base de viandes rissolées et confites dans leur graisse, du gigorit (ou gigourit), un civet mêlant sang, gorge, foie et oignons, ou de la sauce de pire, à base de fressure, d'oignons et de vin blanc de pays[71].

La cuisine saintongeaise intègre tout naturellement de nombreuses recettes à base de « cagouilles », le nom local de l'escargot petit-gris. Animal tutélaire de la Saintonge, il est notamment cuisiné « à la charentaise », c'est-à-dire cuit dans un court-bouillon agrémenté de vin blanc, d'ail et de mie de pain.

 
Zone de production du cognac et du pineau.

Parmi les autres spécialités locales, il convient de noter également les pibales (alevins d'anguille pêchés dans la Gironde, spécialité de Mortagne et de Blaye), les huîtres de Marennes-Oléron, les sardines de Royan, les « thyeusses de gueurnouilles » (cuisses de grenouilles), la « sanglette », une galette préparée à base de sang de poulet et d'oignons cuits, le farci saintongeais (varante du farci poitevin), le lapin au pineau, le foie gras ou encore les confits.

Les desserts traditionnels sont issus de la cuisine paysanne : millas (gâteau à la farine de maïs, qu'on retrouve dans une grande partie du Sud-Ouest de la France), galette charentaise, au beurre Charentes-Poitou, ou encore « merveilles » (beignets).

Les vignes de la région servent à la confection d'eaux-de-vie réputées, telles que le pineau des Charentes et plus encore, le cognac. La commune de Saint-Bonnet-sur-Gironde est ainsi intégralement située dans la zone de production des « fins bois ».

En passant la limite administrative avec le département de la Gironde et la région Nouvelle-Aquitaine, on entre dans le domaine des vins de Bordeaux, et plus particulièrement des côtes-de-blaye.

La région de Saint-Bonnet-sur-Gironde produit des primeurs, notamment des melons, des asperges (spécialité du Blayais tout proche) et, de manière plus surprenante, des kiwis[72].

AssociationsModifier

Le tissu associatif de la commune est composé du comité des fêtes, d'un club de l'amitié, de l'association « La ruche » (animations pour les jeunes), d'une association communale de chasse agréée (ACCA), d'une association de pêcheurs au carrelet (technique de pêche traditionnelle)[73], d'une association baptisée « Westuaire » (contraction de western et estuaire) qui s'inspire des traditions de l'ouest américain (randonnées à cheval, musique et danse country[74]…) et de l'association « Les amis de la Saintonge romane » qui cherche à promouvoir la musique classique dans les communes rurales[75].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Hector Eveille, maire de la commune, docteur en médecine, conseiller général, chevalier du mérite agricole, officier d'académie.

HéraldiqueModifier

À ce jour (2012), la commune ne s'est dotée d'aucun blason.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. On parle parfois aussi de « Camargue charentaise » ou de « Camargue girondine »
  2. Cette dernière étant accaparée par Saint-Sorlin-de-Conac
  3. Maire Provisoire par intérim
  4. Président de la Commission administrative
  5. Président de la Commission municipale
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  7. La station médocaine Aqui FM peut également être reçue, mais de façon aléatoire, en fonction des conditions climatiques
  8. Des agences locales sont présentes à Jonzac et à Blaye

RéférencesModifier

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le Midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Mirambeau », sur le site lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  4. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Jonzac », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  5. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Blaye », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  6. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Pons », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  7. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Royan », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  8. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Saintes », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  9. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Bordeaux », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  10. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et Rochefort », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  11. « Distance orthodromique entre Saint-Bonnet et La Rochelle », sur www.lion1906.com (consulté le 2 mars 2012)
  12. a b c d et e « L'environnement à Saint-Bonnet-sur-Gironde », sur le site du Sigore (consulté le 2 mars 2012)
  13. a b et c Carte IGN de la commune sur Géoportail
  14. « FR5412011 - Estuaire de la Gironde : Marais de la rive nord (ZPS) », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 2 mars 2012)
  15. « Description du site du SIC des marais de Braud-et-Saint-Louis et de Saint-Ciers-sur-Gironde », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 2 mars 2012)
  16. Préfecture de Charente-Maritime : Météo France
  17. Relevés Météo-France de 1946 à 2000, sur le site Bernezac.com
  18. « Météo stats »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  19. « Climatologie mensuelle à La Rochelle », sur infoclimat.fr (consulté le 22 octobre 2009)
  20. a et b Données immobilières sur L'internaute
  21. a et b Chiffres clés de la commune de Saint-Bonnet-sur-Gironde, site de l'Insee
  22. Saint-Thomas-de-Cônac, une histoire en bord d'estuaire, Dominique Rousseau, p.11
  23. Laurence Tranoy, « Mediolanum Santonum, Saintes : de la fondation à l’époque julio-claudienne », Roma. La época de la expansión exterior de Roma. Cartago. Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2007, p 223-225
  24. Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois, sur Histoire-Passion
  25. Albert Malet, Nouvelle Histoire de France, p.62-63
  26. La Haute-Saintonge, ouvrage collectif publié sous la direction de François Julien-Labruyère, éditions Le Croît vif, p.667
  27. a et b Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, p.468
  28. « Registres d'imposition de la Généralité de La Rochelle »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  29. La Haute-Saintonge, ouvrage collectif publié sous la direction de François Julien-Labruyère, éditions Le Croît vif, p.185
  30. Saint-Thomas-de-Cônac, une histoire en bord d'estuaire, Dominique Rousseau, p.117
  31. François Julien-Labruyère, Cognac Story
  32. Charente-Maritime, encyclopédies Bonneton, p.74
  33. Résultats des élections présidentielles de 2007 à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site du ministère de l'intérieur
  34. Résultats des élections législatives de 2007 à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site du ministère de l'intérieur
  35. Résultats des élections législatives de 2002 à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site du Ministère de l'Intérieur
  36. Résultats des élections régionales de 2010 à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site du ministère de l'Intérieur
  37. Résultats des élections régionales de 2004 à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site du Ministère de l'Intérieur
  38. La décentralisation, site de l'Assemblée nationale
  39. art L. 252 du code électoral
  40. art L. 253 du code électoral
  41. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  42. « Résultats élections municipales 2008 à Saint-Bonnet-sur-Gironde », sur linternaute.com
  43. « Juridictions de Saint-Bonnet-sur-Gironde », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 20 février 2012)
  44. « Impôts locaux à Saint-Bonnet-sur-Gironde », taxes.com
  45. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  46. « Charente maritime », sur Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures (consulté le 20 février 2012)
  47. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  48. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  51. « Évolution et structure de la population à Saint-Bonnet-sur-Gironde en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 février 2012)
  52. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 février 2012)
  53. Dossier départemental sur les risques majeurs de la Charente-Maritime
  54. Clin d'œil - Lettre d'information de la commission locale d'information nucléaire
  55. Un succès pour le premier challenge Gilbert-Bonneau, in Sud-Ouest, 1er septembre 2011
  56. Histoire du Football-Club du canton de Mirambeau
  57. Vitrezay accueillera ses Jeux d'été, in Sud-Ouest, 21 novembre 2011
  58. « TDF - Ma TNT, commune de Saint-Bonnet-sur-Gironde »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  59. « Localisation des émetteurs de Charente-Maritime »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  60. « Déploiement ADSL à Saint-Bonnet-sur-Gironde », sur Degroupnews (consulté le 23 février 2012)
  61. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 2 mars 2012)
  62. L'espace rural à la loupe des bassins de vie, site de l'Insee
  63. Canton de Mirambeau sur France, le trésor des régions
  64. Emploi : la centrale du Blayais recrute, article de Anne-Claire Parola paru dans Haute-Gironde, 8 octobre 2010
  65. Très bel été sur tous les sites de Haute-Saintonge, article de Marie-Laure Gobin paru dans Sud-Ouest, 12 novembre 2011
  66. a et b Résultat du recensement 2008 à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site de l'Insee
  67. a et b Données économiques sur le site de L'internaute
  68. Résultats du recensement 2008 en France, site de l'Insee
  69. Saint-Bonnet-sur-Gironde sur la base Arcade du Ministère de la Culture
  70. Port Vitrezay et le Pôle-Nature de Vitrezay, site Bernezac.com
  71. Charente-Maritime, encyclopédie Bonneton, p. 106-107
  72. Commune de St Bonnet : Généralités
  73. Associations à Saint-Bonnet-sur-Gironde, site de la commune
  74. Cavaliers et danseurs, in Sud-Ouest, 18 octobre 2011
  75. Un concert d'inauguration, in Sud-Ouest, 20 septembre 2011

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • La Haute-Saintonge, ouvrage collectif publié sous la direction de François Julien-Labruyère, éditions Le Croît vif.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :