Démographie de la Charente-Maritime

La démographie de la Charente-Maritime est caractérisée par une densité moyenne et une population âgée qui croît depuis les années 1950.

Démographie de la Charente-Maritime
Dynamique
Population 661 404 hab.
(2021)
Évolution de la population +0,5 % (2020)[1]
Taux de natalité 8,3  (2020)[2]
Taux de mortalité 12,0  (2020)[3]
Flux migratoires (2020)
Solde migratoire 0,8 %

Avec ses 661 404 habitants en 2021, le département français de la Charente-Maritime se situe en 40e position sur le plan national.

En six ans, de 2015 à 2021, sa population s'est accrue de près de 21 500 unités, c'est-à-dire de plus ou moins 3 600 personnes par an. Mais cette variation est différenciée selon les 463 communes que comporte le département.

La densité de population de la Charente-Maritime, 96,4 habitants par kilomètre carré en 2021, est inférieure à celle de la France entière qui est de 106,5 hab./km2 pour la même année.

Évolution démographique du département de la Charente-Maritime

modifier

En 2021, le département comptait 661 404 habitants[Note 1], en augmentation de 3,35 % par rapport à 2015 (France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
438 042399 162405 592409 477424 417445 249449 649460 245468 103
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
469 992474 828481 060479 529465 653465 628466 416462 803456 202
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
453 455452 149453 793451 044418 310417 789415 249419 021416 187
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
447 973470 897483 622497 859513 220527 146557 024598 915625 682
2016 2021 - - - - - - -
642 191661 404-------
(Sources : SPLAF - population totale du département depuis sa création jusqu'en 1962[4] − puis base Insee − population sans doubles comptes de 1968 à 2006[5] puis population municipale à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les grandes dates de l'évolution démographique de la Charente-Maritime pendant la période contemporaine sont les suivantes :

  • 1801 : minimum démographique pour le département dans toute la période contemporaine.
  • 1861 : maximum démographique du département pour tout le XIXe siècle.
  • 1881 : début de l'exode rural massif consécutif à la crise du phylloxéra qui a commencé à ravager les vignes à partir de 1875.
  • 1911 : poursuite du déclin démographique jusqu'à la veille de la Grande guerre.
  • 1921 : à la suite de la Première Guerre mondiale, le département enregistre sa plus forte baisse démographique jamais enregistrée dans toute la période contemporaine.
  • 1931 : minimum démographique du département pour tout le XXe siècle.
  • 1946 : chiffre de population le plus bas depuis la Libération.
  • 1982 : le département franchit officiellement pour la première fois de son histoire démographique le seuil du demi million d'habitants.
  • 1999 : maximum démographique pour tout le XXe siècle.
  • 2007 : le département franchit un nouveau cap démographique en dépassant les 600 000 habitants.

Population par divisions administratives

modifier

Arrondissements

modifier

Le département de la Charente-Maritime comporte cinq arrondissements depuis 1943[7] et s'étend sur une surface totale de 6 864 km2. La population se concentre principalement sur l'arrondissement de la Rochelle, qui recense 34 % de la population totale du département en 2021, avec une densité de 267 hab./km2, contre 29 % pour l'arrondissement de Rochefort, 18 % pour celui de Saintes, 10 % pour celui de Jonzac et 8 % pour celui de Saint-Jean-d'Angély.

Arrondissement Population
(2021)
Variation
(2021/2015)
Superficie
(km2)
Densité
(hab./km2)
La Rochelle 227 693   852,8 267
Rochefort 194 579   1 534,6 126,8
Saintes 118 506   1 320,4 89,8
Jonzac 68 476   1 740,1 39,4
Saint-Jean-d'Angély 52 150   1 416 36,8
Source : Insee[I 1].

Communes de plus de 5 000 habitants

modifier

Sur les 463 communes que comprend le département de la Charente-Maritime, 75 ont en 2021 une population municipale supérieure à 2 000 habitants, 19 ont plus de 5 000 habitants et quatre ont plus de 10 000 habitants : La Rochelle, Saintes, Rochefort et Royan.

Les évolutions respectives des communes de plus de 5 000 habitants sont présentées dans le tableau ci-après.

Commune Population
(2021)
Variation
(2021/2015)
Superficie
(km2)
Densité
(hab./km2)
La Rochelle 78 535   28,43 2 762,4
Saintes 25 518   45,55 560,2
Rochefort 23 092   21,95 1 052
Royan 19 029   19,3 986
Aytré 9 578   12,22 783,8
Périgny 8 741   10,78 810,9
Tonnay-Charente 8 195   34,39 238,3
Lagord 7 387   8,04 918,8
Saujon 7 183   18,07 397,5
Surgères 6 825   28,71 237,7
Saint-Jean-d'Angély 6 705   18,78 357
Puilboreau 6 635   7,88 842
Saint-Pierre-d'Oléron 6 627   40,55 163,4
Châtelaillon-Plage 6 227   6,59 944,9
Marennes-Hiers-Brouage 6 175 - 51,44 120
Dompierre-sur-Mer 5 961   18,35 324,9
Nieul-sur-Mer 5 798   10,96 529
Saint-Xandre 5 384   13,29 405,1
Saint-Georges-de-Didonne 5 170   10,58 488,7
Source : Insee[I 1].

Structures des variations de population

modifier

Soldes naturels et migratoires sur la période 1968-2020

modifier

La variation moyenne annuelle est en hausse de 1968 à 2014, passant de 0,4 à 1 %, et en baisse depuis 2014.

Le solde naturel annuel qui est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une même année, a baissé, passant de 0,4 à −0,4 %. La forte baisse du taux de natalité, qui passe de 15,6 à 8,3 , n'est pas compensée par une hausse beaucoup plus faible du taux de mortalité, qui parallèlement passe de 11,6 à 12 [POP 1].

Variation de la population par périodes
1968 à
1975
1975 à
1982
1982 à
1990
1990 à
1999
1999 à
2009
2009 à
2014
2014 à
2020
Variation annuelle moyenne de la population en % 0,4 0,4 0,3 0,6 1,0 0,7 0,5
- due au solde naturel en % 0,4 0,1 0,0 -0,1 -0,1 -0,2 -0,4
- due au solde apparent des entrées sorties en % 0,0 0,3 0,3 0,7 1,1 0,8 0,8
Taux de natalité en ‰ 15,6 12,6 11,6 10,3 10,3 9,7 8,3
Taux de mortalité en ‰ 11,6 11,3 11,1 11,0 11,1 11,2 12,0
Source : Insee[POP 1].

Mouvements naturels sur la période 2014-2022

modifier

En 2014, 5 846 naissances ont été dénombrées contre 7 124 décès. Le nombre annuel des naissances a diminué depuis cette date, passant à 5 086 en 2022, indépendamment à une augmentation, mais relativement faible, du nombre de décès, avec 9 177 en 2022. Le solde naturel est ainsi négatif et diminue, passant de −1 278 à −4 091[I 2].

Densité de population

modifier

La densité de population progresse régulièrement en Charente-Maritime depuis la Libération, en cohérence avec la croissance de la population départementale. En 2020, la densité était de 95,5 hab./km2[POP 2].

1968
 
70.5
 
1975
 
72.5
 
1982
 
74.8
 
1990
 
76.8
 
1999
 
81.2
 
2009
 
89.8
 
2014
 
92.8
 
2020
 
95.5
 

Population rurale et population urbaine

modifier

La population de la Charente-Maritime est devenue majoritairement urbaine dans le département au recensement de 1968 où sa proportion atteignait tout juste 50,4 % de la population totale. Depuis cette date, la population urbaine n'a cessé d'augmenter en Charente-Maritime rassemblant aujourd'hui près de trois citadins sur cinq, ce qui demeure nettement inférieur à la moyenne nationale qui est des trois-quarts en France.

La baisse régulière du taux de population rurale depuis la Libération

modifier

Comme l'indique l'histogramme ci-dessous, le taux de population rurale n'a pas cessé de décroître depuis 1946 et ce n'est que depuis le recensement de 1968 que la population rurale est devenue minoritaire.

Si au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, près de deux habitants sur trois vivaient en milieu rural en Charente-Maritime, aujourd'hui, les campagnes ne rassemblent plus que deux habitants sur cinq.

1946
 
61.6
 
1954
 
58.9
 
1962
 
55.5
 
1968
 
49.6
 
1975
 
49.0
 
1982
 
47.1
 
1990
 
46.8
 
1999
 
44.8
 
2007
 
41.9
 

Le maintien d'une population rurale encore nombreuse

modifier

Pendant de longues décennies, la population rurale est demeurée dominante dans le département comme d'ailleurs dans les départements voisins du Centre-Ouest de la France, notamment en Poitou-Charentes.

Le tableau démographique ci-dessous est riche d'enseignements et montre de prime abord que la ruralité est un fait social fortement ancré en Charente-Maritime où les campagnes « résistent » plutôt bien à l'« érosion » des effectifs.

Tableau de l'évolution de la population rurale de 1946 à 2007

modifier
Année Population rurale Nombre de communes rurales
1946 256 541 466
1954 263 746 468
1962 261 397 465
1968 239 765 453
1975 244 185 441
1982 241 512 434
1990 246 831 430
1999 249 438 425
2007 253 682 404

L'évolution démographique de la population rurale fait apparaître certaines périodes de vitalité tandis que d'autres sont marquées par un réel déclin.

Dans les situations de déclin démographique, la période qui va de 1954 à 1968 où la population rurale a très sensiblement baissé est due au « second exode rural » qui a marqué profondément les communes agricoles du département et la période située entre 1990 et 1999 accuse de nouveau un léger fléchissement démographique du cette fois à la reprise très nette de l'urbanisation au détriment des campagnes.

Quant aux périodes de relative dynamisme du monde rural, elles le doivent à deux circonstances démographiques très différentes.

Si entre 1946 et 1954, la population rurale s'accroît notablement, elle le doit à la vitalité démographique des années du « baby boom » de l'après-guerre qui ont marqué la Charente-Maritime comme l'ensemble des départements français.

L'essor démographique de la population rurale dans la période 1968-1975 et dans celle de 1982-1990 relève simplement du mouvement de la péri-urbanisation qui a « déplacé la ville vers les campagnes ». Toutes les communes périphériques des villes principales ont enregistré pendant ces périodes un accroissement démographique très important relevant du fait nouveau et contemporain de la « rurbanisation » qui a touché profondément la Charente-Maritime.

Ce phénomène démographique est largement confirmé dans la dernière période intercensitaire où, entre 1999 et 2007, la population rurale s'accroît de nouveau (gain de population de 4 244 habitants), certes moins rapidement que l'ensemble du département. Cette situation est due à la continuelle poussée de la péri-urbanisation qui s'étend de plus en plus au-delà des villes-centres, dans un rayon dépassant souvent les 20 kilomètres, voire les 30 kilomètres, ce qui se vérifie notamment autour du bipôle La Rochelle-Rochefort et de Saintes. Même des villes moins importantes comme Saint-Jean-d'Angély, Marennes, Saint-Pierre-d'Oléron, Surgères et Jonzac, qui sont des pôles d'emplois notables dans le département, ont développé autour d'elles des zones de population périphériques établies dans un rayon compris entre 10 et 20 kilomètres.

Par contre, le nombre de communes rurales est en baisse constante depuis le recensement de 1954 mais elles demeurent toujours les plus nombreuses. En 1999, 425 communes sur 472 du département sont classées comme étant rurale, ce qui représente une proportion encore très élevée de 90 % c'est-à-dire que neuf communes sur dix sont rurales en Charente-Maritime. Ce pourcentage était de 96,3 % en 1946 et de 93,6 % en 1968, l'année où la population urbaine était pour la première fois dans l'histoire démographique de ce département supérieure à la population rurale.

En 2007, 404 communes sont catégorisées rurales, soit 85,6 % de l'ensemble des communes du département. Pourtant, parmi celles-ci, un nombre grandissant figure parmi les communes péri-urbaines dont la croissance démographique provient pour l'essentiel de l'installation de citadins à la campagne, souvent composés de jeunes ménages avec enfants.

Ainsi, parmi ces communes rurales, il faut désormais faire la distinction entre les communes du « rural profond » qui sont les plus nombreuses et qui se caractérisent toutes par un déclin démographique pratiquement irréversible et les communes semi-rurales - ainsi que les communes péri-urbaines[Note 2] -, qui sont d'anciennes communes agricoles revitalisées depuis les années 1970 par l'installation des « néoruraux ». Ces derniers, constitués majoritairement de jeunes ménages avec enfants, ont choisi de vivre dans les villages situés dans les couronnes péri-urbaines des villes principales, secondaires et petites du département et y apportent un incontestable renouveau autant démographique qu'économique et social. Ils contribuent à accroître artificiellement la population rurale dans le département, sinon à la maintenir à un taux encore élevé.

Ce n'est que depuis le recensement de population de 1968 que la Charente-Maritime recense davantage de citadins que de ruraux. À cette date, le taux de population urbaine était de 50,4 %.

L'évolution du taux de population urbaine depuis la Libération

modifier

Comme l'indique l'histogramme ci-dessous, le taux de population urbaine n'a cessé de croître depuis 1946 mais il s'est ralenti dans la période comprise entre 1968 et 1990 pour s'accélérer de nouveau depuis 1990.

1946
 
38.4
 
1954
 
41.1
 
1962
 
44.5
 
1968
 
50.4
 
1975
 
51.0
 
1982
 
52.9
 
1990
 
53.2
 
1999
 
55.2
 
2007
 
58.1
 

Une population urbaine majoritaire et en constante progression

modifier

La population urbaine a constamment progressé autant par le nombre de communes et d'unités urbaines que par le chiffre de population depuis 1946.

Tableau de l'évolution urbaine de 1946 à 1999

modifier
Année Population urbaine (Nombre de communes urbaines) Nombre d'unités urbaines
1946 159 646 (17) 16
1954 184 227 (18) 16
1962 209 500 (21) 19
1968 243 857 (31) 20
1975 253 674 (31) 16
1982 271 708 (38) 20
1990 280 315 (42) 23
1999 307 586 (47) 25
2007 351 728 (68) 31

En résumé, la population urbaine a presque doublé depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à la fin du XXe siècle passant de 159 646 habitants en 1946 à 307 586 habitants en 1999, soit une croissance globale de 147 940 nouveaux citadins alors que, dans le même temps, le département s'est accru de 140 837 habitants, soit respectivement + 92,7 % et + 33,8 %. En clair, la population urbaine s'est accrue beaucoup plus vite que celle du département ayant doublé depuis la Libération de la France pendant que celle du département a seulement cru d'un tiers.

L'évolution de la population urbaine s'est fortement accélérée entre 1999 et 2007 avec une croissance démographique de 44 142 habitants, essor dû à la fois à l'extension des principales agglomérations du département et à l'expansion de l'urbanisation du littoral avec la formation de nouvelles unités urbaines comme Ars-en-Ré, Port-des-Barques et Saint-Trojan-les-Bains.

L'essor démographique de la population citadine a été en général nettement supérieur à la croissance départementale démontrant la vitalité des villes depuis l'après-guerre.

Tableau de comparaison de l'évolution démographique de la population départementale et de la population urbaine de 1946 à 2007

modifier
Période intercensitaire Population urbaine Variation absolue
(hab.)
Population urbaine Variation relative Département Variation absolue
(hab.)
Département Variation relative
1946-1954 + 24 581 + 15,4 % + 31 786 + 7,6 %
1954-1962 + 25 273 + 13,7 % + 22 924 + 5,1 %
1962-1968 + 34 357 + 16,4 % + 12 725 + 2,7 %
1968-1975 + 9 817 + 4 % + 14 237 + 2,9 %
1975-1982 + 18 034 + 7,1 % + 15 361 + 3,1 %
1982-1990 + 8 607 + 3,2 % + 13 926 + 2,7 %
1990-1999 + 30 871 + 11,2 % + 29 878 + 5,7 %
1999-2007 + 44 142 + 14,4 % + 48 386 + 8,7 %

Le tableau ci-dessus montre que la population urbaine s'est accrue plus rapidement que celle du département mais cette évolution n'a pas été régulière, étant marquée par des périodes d'essor rapide et d'autres par de nets ralentissements correspondant à la fois à l'émergence du phénomène de l'« exurbanisation » et à la crise industrielle très sévère qui ont marqué les villes du département dans les années 1980 en particulier.

Graphique de comparaison entre l'évolution urbaine et l'évolution démographique de la Charente-Maritime de 1946 à 1999

modifier

(En rouge : population urbaine - En brun : population départementale)

Comme l'indique clairement le graphique ci-dessus, la population urbaine s'est accrue globalement deux à trois fois plus vite que la population départementale dans quatre périodes intercensitaires sur huit entre la Libération et la première décennie du XXIe siècle, notamment dans la période 1962-1968 où la croissance urbaine a été exceptionnellement vigoureuse, étant plus de cinq fois supérieure à la moyenne du département, respectivement + 16,4 % et + 2,7 %.

Dans ces périodes, caractérisées par un essor urbain sans précédent, les villes s'accroissent à la fois spatialement — formation des agglomérations urbaines par l'extension des banlieues et des faubourgs urbains — et numériquement — accroissement du nombre de communes urbaines. Leur attractivité a été exceptionnellement élevée dans la période de l'après-guerre, puis s'est de nouveau accélérée dans la dernière décennie du XXe siècle (période 1990-1999) où la population urbaine a atteint en 1999 le chiffre record de plus de 300 000 citadins en Charente-Maritime.

Seule, la période 1982-1990 montre un léger signe de l'essoufflement de l'urbanisation du département. En effet, l'augmentation de la population urbaine, qui a été inférieure à celle du département, a profité d'un repli vers les campagnes péri-urbaines. Elle correspond également aux années particulièrement difficiles de la crise urbaine et industrielle qui a frappé la majorité des villes et des agglomérations de la Charente-Maritime.

Cependant, l'expansion urbaine s'est de nouveau accélérée à partir de 1990 et s'est amplifiée dans la première décennie du XXIe siècle. En effet, dans la période 1999-2007, l'urbanisation du département s'est accélérée, confirmant le bond de la période précédente (1990-1999), mais sa croissance est plus rapide encore.

Par ailleurs, autre signe de cette accélération de l'urbanisation du département, le nombre de communes urbaines est passé de 17 en 1946 à 47 en 1999, soit une commune sur dix est classée urbaine en Charente-Maritime à la fin du siècle dernier. En 2007, 68 communes du département appartiennent à la catégorie des communes urbaines, ce qui correspond à un apport de 21 nouvelles communes urbaines par rapport à 1999.

Si la population urbaine est devenue majoritaire en Charente-Maritime, sa répartition au sein du département est très inégale. Les villes du littoral sont à la fois les plus nombreuses et les plus attractives tandis que celles de l'intérieur du département, même si elles demeurent d'incontestables points d'ancrage dans les zones rurales, se caractérisent par une moindre vitalité, à l'exception notable de Saintes et de Saujon.

Le développement des villes entre 1999 et 2007

modifier

En 1999, la Charente-Maritime comptabilise 25 unités urbaines — 26 en y incluant l'unité urbaine de La Roche-Chalais-Saint-Aigulin, unité urbaine interdépartementale à cheval sur les départements de la Dordogne et de la Charente-Maritime.

En 2007, le nombre d'unités urbaines est passé à 31 — 32 en y incluant La Roche-Chalais-Saint-Aigulin — regroupant 68 communes urbaines.

Le tableau suivant donne la liste des 31 unités urbaines de la Charente-Maritime et leur évolution démographique entre 1999 et 2007. Cette liste donne une indication de l'évolution urbaine en Charente-Maritime qui, en première lecture, montre que l'urbanisation continue de progresser rapidement depuis le début du XXIe siècle.

Tableau démographique des 31 unités urbaines de la Charente-Maritime et leur évolution démographique entre 1999 et 2007

modifier
Classement des unités urbaines par ordre démographique de 2007[Note 3]
Rang Unité urbaine Population
2007
variation
2007/1999
Population
1999
1 La Rochelle 127 033    9,4 % 116 157
2 Rochefort 39 161    8,8 % 36 000
3 Royan 34 918    12,1 % 31 161
4 Saintes 30 086    12,1 % 26 836
5 La Tremblade 11 023    20,6 % 9 141
6 Saint-Jean-d'Angély 8 689    13,1 % 7 681
7 Marennes 8 626    13 % 7 636
8 Saujon 6 404    18,8 % 5 392
9 Saint-Pierre-d'Oléron 6 204    4,4 % 5 944
10 Surgères 6 188    2,3 % 6 051
11 La Flotte 5 511    2,5 % 5 374
12 Jonzac 5 183    2,6 % 5 320
13 Marans 4 655    6,4 % 4 375
14 Ars-en-Ré 4 640    3,5 % 4 481
15 Saint-Xandre 4 519    9,7 % 4 121
16 Pons 4 442 ==   0,3 % 4 427
17 Fouras 4 056    5,8 % 3 835
18 Le Château-d'Oléron 3 949    11,2 % 3 552
19 Aigrefeuille-d'Aunis 3 577    13,5 % 3 151
20 Montendre 3 473    11,4 % 3 117
21 Sainte-Marie-de-Ré 3 082    15,9 % 2 659
22 Port-des-Barques 2 863    20 % 2 384
23 La Jarrie 2 798     5,5 % 2 653
24 Breuillet 2 539    16,6 % 2 178
25 Marsilly 2 471    12,2 % 2 203
26 Saint-Trojan-les-Bains 2 465    2,3 % 2 522
27 Saint-Agnant 2 329    11,8 % 2 083
28 Le Bois-Plage-en-Ré 2 303    3 % 2 235
29 Rivedoux-Plage 2 260    28,8 % 1 754
30 La Jarne 2 211    7,6 % 2 054
31 Matha 2 135    2,5 % 2 082
... Saint-Aigulin 1 935    2,5 % 1 985

Près de la moitié de la population de la Charente-Maritime vit dans une unité urbaine de plus de 5 000 habitants aujourd'hui

modifier

Le tableau ci-dessus montre que la Charente-Maritime compte 12 unités urbaines de plus de 5 000 habitants en 2007 sur un total de 31 dont une rassemble plus de 100 000 habitants (La Rochelle) et trois ont entre 30 000 et 50 000 habitants (Rochefort, Royan et Saintes). Les quatre agglomérations principales du département rassemblent 231 198 habitants en 2007, soit 38,2 % c'est-à-dire plus d'un tiers de la population du département réside dans les quatre premières unités urbaines de la Charente-Maritime. Cette proportion était légèrement moins élevée en 1999, avec 37,7 %, soit 210 154 habitants. Ceci montre que les quatre premières agglomérations du département continuent de s'étendre et d'accroître leur influence urbaine dans le département.

Cette proportion grimpe à 47,7 % de la population départementale en cumulant la population des 12 unités urbaines de plus de 5 000 habitants qui rassemblent 289 026 habitants. Ainsi, près de la moitié de la population de la Charente-Maritime vit dans une unité urbaine de plus de 5 000 habitants aujourd'hui. Cette proportion était de 47,2 % en 1999.

Une croissance urbaine inégale

modifier

Le recensement de 2007 fait apparaître que l'urbanisation a fortement progressé pour quelques villes du département. Celles-ci concernent aussi bien les villes proches des principales agglomérations urbaines (Aigrefeuille-d'Aunis, Saint-Xandre et Marsilly) que pour quelques villes secondaires comme Saujon et Marennes. Quelques petites villes des îles charentaises enregistrent également de fortes croissances démographiques comme Le Château-d'Oléron, Sainte-Marie-de-Ré et Rivedoux-Plage.

Si les quatre agglomérations principales de la Charente-Maritime enregistrent toutes une évolution démographique fortement positive, leur croissance est partout supérieure à celle du département qui, pour mémoire, est de + 8,7 % entre 1999 et 2007. Il est vrai que ces fortes poussées démographiques sont dues en grande partie à la croissance spatiale de ces unités urbaines où La Rochelle gagne deux communes urbaines, tandis que Rochefort, Royan et Saintes en incorporent chacune une.

Une vingtaine d'unités urbaines se caractérisent par des croissances démographiques nettement positives entre 1999 et 2007 et elles sont toutes supérieures à la croissance départementale.

Par contre, trois unités urbaines sont en net déclin démographique (Jonzac (- 2,6 %) et Saint-Aigulin (- 2,5 %) en Haute-Saintonge et Saint-Trojan-les-Bains (- 2,3 %) dans le sud de l'île d'Oléron tandis que deux autres voient leur population stagner (Pons et Montendre (ville intra-muros), également en Haute-Saintonge).

Si la population urbaine s'est accrue fortement dans son ensemble, elle a en effet progressé plus vite que celle du département entre 1999 et 2007. En fait, cette croissance est observée davantage dans les agglomérations littorales que dans celles de l'arrière-pays charentais.

Des villes du littoral plus nombreuses et plus attractives que les villes de l'intérieur

modifier

Sur les 31 unités urbaines de la Charente-Maritime, dix appartiennent à la zone continentale, le reste dépend étroitement du littoral.

Les villes de l'intérieur sont en majorité situées en Saintonge dont sept (Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saujon, Jonzac, Pons, Montendre et Matha) tandis que les trois autres appartiennent à la plaine de l'Aunis et sont dans l'orbite du bipôle La Rochelle-Rochefort (Surgères, Aigrefeuille d'Aunis et La Jarrie). Malgré la forte attractivité qu'elles exercent sur leurs territoires, elles se caractérisent par une démographie relativement atone, à l'exception toutefois de Saintes et de Saujon en Saintonge et des cités de l'Aunis qui bénéficient du rayonnement urbain de La Rochelle.

Quant aux villes de la côte charentaise, elles peuvent être classées en plusieurs catégories de cités littorales. Elles peuvent être ainsi répertoriées comme cités portuaires (La Rochelle) ou fluviales (Rochefort, Marennes, Marans), ou comme villes balnéaires (Royan, La Tremblade, Fouras, Port-des-Barques), ou encore comme villes insulaires (Saint-Pierre-d'Oléron, La Flotte, Le Château-d'Oléron, Sainte-Marie-de-Ré, Le Bois-Plage-en-Ré, Rivedoux-Plage et Saint-Trojan-les-Bains). Leur essor démographique démontre leur réelle attractivité et leur dynamisme. Ces villes et leur région immédiate tirent l'essentiel de la croissance démographique du département.

Répartition par sexes et tranches d'âges

modifier

La population du département est plus âgée qu'au niveau national. En 2020, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,6 %[POP 3], soit en dessous de la moyenne nationale (35,3 %[I 3]). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 35,5 % la même année[POP 3], alors qu'il est de 26,4 % au niveau national[I 3].

En 2020, le département comptait 314 013 hommes pour 341 696 femmes[POP 4], soit un taux de 52,11 % de femmes, légèrement supérieur au taux national (51,63 %).

Les pyramides des âges du département et de la France s'établissent comme suit.

Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2020 en pourcentage[POP 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,6 
9,7 
75-89 ans
12,4 
21,9 
60-74 ans
23,1 
20,2 
45-59 ans
19,8 
16,2 
30-44 ans
15,7 
15,2 
15-29 ans
12,8 
15,6 
0-14 ans
13,7 
Pyramide des âges de la France entière en 2020 en pourcentage[I 3]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,8 
6,9 
75-89 ans
9,4 
16,4 
60-74 ans
17,3 
20,1 
45-59 ans
19,6 
18,8 
30-44 ans
18,4 
18,3 
15-29 ans
16,7 
18,8 
0-14 ans
16,8 

Répartition par catégories socioprofessionnelles

modifier

La catégorie socioprofessionnelle des retraités est surreprésentée par rapport au niveau national. Avec 36,6 %[POP 5] en 2020, elle est 9,7 points au-dessus du taux national (26,9 %[I 3]). La catégorie socioprofessionnelle des cadres et professions intellectuelles supérieures est quant à elle sous-représentée par rapport au niveau national. Avec 5,7 %[POP 5] en 2020, elle est 4 points en dessous du taux national (9,7 %[I 3]).

Population de 15 ans ou plus par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle
Catégorie socioprofessionnelle 2014 2020 Détails de l'année 2020
Nb % Nb % Hommes Femmes Part en % de la population âgée de
15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 ans ou +
Agriculteurs exploitants 7 785 1,5 6 862 1,2 5 091 1 771 0,3 2,0 0,9
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 23 399 4,4 25 630 4,6 17 121 8 509 0,9 8,3 2,5
Cadres et professions intellectuelles supérieures 28 625 5,3 32 127 5,7 18 254 13 874 0,9 10,9 2,8
Professions intermédiaires 62 681 11,7 66 434 11,9 30 016 36 418 7,2 23,5 3,8
Employés 87 232 16,3 87 037 15,6 20 473 66 564 17,7 27,1 6,0
Ouvriers 66 205 12,3 61 978 11,1 49 748 12 230 14,7 19,6 3,5
Retraités 190 192 35,5 204 629 36,6 93 875 110 753 0,0 0,3 73,6
Autres personnes sans activité professionnelle 70 082 13,1 74 965 13,4 30 232 44 733 58,3 8,3 7,0
Ensemble 536 202 100 559 663 100 264 811 294 852 100 100 100
Sources : Insee[POP 5],[POP 6].

Notes et références

modifier
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  2. c'est-à-dire des communes rurales périphériques des communes urbaines mais qui n'ont pas le critère de commune urbaine établi par les services de l'INSEE tandis que les communes semi-rurales sont des communes « suburbaines » non limitrophes d'une commune urbaine mais d'une commune péri-urbaine rurale. A vrai dire, l'INSEE n'a pas encore établi de définitions précises, elles sont en suspens.
  3. Les chiffres de population de 2007 concernent les unités urbaines dans leurs nouvelles délimitations de 2010 établies par l'INSEE tandis que ceux de 1999 correspondent aux unités urbaines dans leurs délimitations de 1999.

Références

modifier
  1. a et b POP T2M - Indicateurs démographiques en historique depuis 1968
  2. POP T1 - Population en historique depuis 1968
  3. a et b POP T0 - Population par grandes tranches d'âges
  4. a et b POP T3 - Population par sexe et âge en 2020
  5. a b et c POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle
  6. POP T6 - Population de 15 ans ou plus par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle en 2020
  • Autres références au site de l'Insee
  1. a et b Insee, « Fichiers par départements des populations légales en 2021 », (consulté le ).
  2. Insee, « Naissances et décès domiciliés 2014-2022 - Département de la Charente-Maritime (17) », (consulté le ).
  3. a b c d et e Insee, « Dossier complet - France entière », (consulté le )
  • Autres références
  1. Le taux de variation de la population 2020 correspond à la somme du solde naturel 2020(−0,4 personnes) et du solde migratoire 2020 (0,8 personnes) divisée par la population au 1er janvier 2020.
  2. Le taux de natalité 2020 est le rapport du nombre de naissances vivantes en 2020 à la population totale moyenne de 2020.
  3. Le taux de mortalité 2020 est le rapport du nombre de décès, au cours de 2020, à la population moyenne de 2020.
  4. Site sur la Population et les Limites Administratives de la France - Fiche historique du département
  5. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  6. Fiches Insee - Populations légales du département pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021
  7. Le Splaf de la Charente-Maritime

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier