Ouvrir le menu principal

Henri de Grosmont

(Redirigé depuis Henry de Grosmont)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri de Lancastre (homonymie).
Henri de Grosmont
Description de cette image, également commentée ci-après
Le duc de Lancastre

Titres

Duc de Lancastre


(10 ans et 17 jours)

Prédécesseur Titre créé
Successeur Jean de Gand

Comte de Lincoln


(11 ans, 7 mois et 3 jours)

Prédécesseur Alice de Lacy
Successeur Maud de Lancastre

Comte de Lancastre


(15 ans, 6 mois et 1 jour)

Prédécesseur Henri de Lancastre
Successeur Jean de Gand

Comte de Leicester


(15 ans, 6 mois et 1 jour)

Prédécesseur Henri de Lancastre
Successeur Maud de Lancastre

Comte de Derby


(24 ans et 7 jours)

Prédécesseur Henri de Lancastre
Successeur Jean de Gand
Fonctions militaires
Faits d’armes Bataille de L'Écluse
Bataille de Bergerac
Bataille d'Auberoche
Siège de Calais
Bataille de L'Espagnols sur Mer
Siège de Rennes
Conflits Guerre de Cent Ans
Biographie
Naissance v. 1310
Château de Grosmont
Décès
Leicester
Père Henri de Lancastre
Mère Maud Chaworth
Conjoint Isabelle de Beaumont
Enfants Maud de Lancastre
Blanche de Lancastre

Description de l'image Arms of Edmund Crouchback, Earl of Leicester and Lancaster.svg.

Henri de Grosmont (né vers 1310 et mort le [1]), dit également Henri de Lancastre, est comte de Derby en 1337, de Lancastre et de Leicester en 1345, de Lincoln en 1349, puis duc de Lancastre en 1351, finalement comte de Moray en 1359. Fils d'Henri de Lancastre (mort en 1345), comte de Leicester et de Lancastre, et de Maud Chaworth, il naît au château de Grosmont.

BiographieModifier

Grosmont combat comme croisé en Prusse, à Rhodes et à Grenade. Il se distingue également en Écosse. Il est nommé comte de Derby en mars 1337, et guerroie contre le comte de Flandre. Il participe à la bataille de l'Écluse en 1340, retourne combattre en Écosse, puis en Bretagne en octobre 1342. Il est nommé ambassadeur auprès de Clément VI, puis des rois d'Espagne. Il se distingue au siège d'Algésiras (1343).

Il est nommé lieutenant du roi et capitaine en Aquitaine en mai 1345. Il débarque à Bayonne avec 500 chevaliers et 2 000 archers, se dirige vers le nord par Bordeaux, remporte la victoire d'Auberoche. Il remporte quelques combats à Meilhan, Monségur et La Réole. En septembre et octobre 1346, au cours d'une chevauchée, il prend Saint-Jean-d'Angély, Lusignan, Poitiers, Montreuil-Bonnin, Saintes et les principales places du Poitou et de la Saintonge[2]

Il rembarque en 1347. Le roi Édouard III lui donne la ville de Bergerac et le droit de frapper monnaie. En 1349, il devient vice-régent du duché de Gascogne, charge étendue la même année au Poitou (avec le monopole sur le sel du « golfe de Poitou »).

Il est unsatiable jouteur (Blyth en 1328, Dunstable en 1334, Londres en 1342, Windsor en 1344…) et ses exploits dans les lices lui valent une sérieuse blessure à la jambe en 1358, lors de joutes prestigieuses tenues à Windsor[3].

Il est des capitaines de l'armée anglaise lors de la chevauchée vers Reims de 1359-1360, qui fait sacrer Édouard III roi de France.

Il est fait duc de Lancastre (le seul duc de l'époque en Angleterre avec le duc de Cornouailles, le Prince Noir) après avoir secouru le Prince Noir au large de la Gascogne. Il meurt de la peste noire en 1361.

Mariage et descendanceModifier

Sont nées de son mariage en 1334 avec Isabelle de Brienne de Beaumont (1315 – après 1356) :

AncêtresModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Jean sans Terre
 
 
 
 
 
 
 
8. Henri III d'Angleterre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Isabelle d'Angoulême
 
 
 
 
 
 
 
4. Edmond de Lancastre, 1er comte de Lancastre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Raimond-Bérenger IV de Provence
 
 
 
 
 
 
 
9. Éléonore de Provence
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Béatrice de Savoie
 
 
 
 
 
 
 
2. Henri de Lancastre, 3e comte de Lancastre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Louis VIII le Lion
 
 
 
 
 
 
 
10. Robert Ier d'Artois
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Blanche de Castille
 
 
 
 
 
 
 
5. Blanche d'Artois
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Henri II de Brabant, duc de Brabant
 
 
 
 
 
 
 
11. Mathilde de Brabant
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Marie de Souabe
 
 
 
 
 
 
 
1. Henri de Grosmont, 1er duc de Lancastre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12. Patrick de Chaworth
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6. Patrick de Chaworth, seigneur de Kidwelly
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
13. Hawise de Londres
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Maud Chaworth
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. William Beauchamp
 
 
 
 
 
 
 
14. Guillaume de Beauchamp, 9e comte de Warwick
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Isabella Mauduit
 
 
 
 
 
 
 
7. Isabelle de Beauchamp
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. John FitzGeoffrey
 
 
 
 
 
 
 
15. Maud FitzJohn
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Isabel Bigod
 
 
 
 
 
 

ÉcritModifier

BibliographieModifier


RéférencesModifier

  1. Mortimer n'est pas de cet avis :
    1. Henri a fait son testament dix jours avant sa mort : la peste ne laissait pas autant de temps ;
    2. il est mort au début de 1361 (quel que soit le calendrier) et on vit la peste à peu près en mai.
  2. « 1346 - La chevauchée de Derby en Poitou et Saintonge », sur Histoire Passion.
  3. Sébastien Nadot, Rompez les lances ! Chevaliers et tournois au Moyen Âge, Paris, éditions Autrement, 2010, p. 107.
  4. Sur la traduction du mot anglo-normand « medicines ». Au XIVe siècle le mot français « médecine » avait souvent le sens de « remède » ; voir « Médecine » sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
    On traduit d'habitude en anglais par « medicines », signifiant « médicament » ; par exemple : Henry of Grosmont, first duke of Lancaster, Le Livre de Seyntz Medicines = The Book of Holy Medicines, translated with notes and introduction by Catherine Batt, Tempe, Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies (Medieval and Renaissance Texts and Studies, 419 ; The French of England Translation Series, 8), 2014, xv + 327 p.
    Par contre, Émile-Jules Arnould (Étude sur le Livre des saintes médecines du duc Henri de Lancastre, accompagnée d'extraits du texte, Paris, 1948) traduit « médecines » et Norman F. Cantor traduit « doctors ».

Liens externesModifier