Diocèse de La Rochelle et Saintes

diocèse de l'Église catholique de France

Diocèse de La Rochelle et Saintes
(la) Dioecesis Rupellensis-Santonensis
Image illustrative de l’article Diocèse de La Rochelle et Saintes
Intérieur de la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle.
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création 1648
Affiliation Église catholique en France
Province ecclésiastique Poitiers
Siège Évêché de La Rochelle
7, place du Maréchal Foch
CS 41088
17087 La Rochelle cedex 02
Diocèses suffragants aucun
Conférence des évêques Conférence des évêques de France
Titulaire actuel Mgr Georges Colomb
Langue(s) liturgique(s) français
Calendrier grégorien
Territoire Charente-Maritime, Saint-Pierre et Miquelon
Population totale 650 355 (2017)
Site web http://www.catholique-larochelle.cef.fr/
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de La Rochelle et Saintes (en latin : Dioecesis Rupellensis-Santonensis) est un diocèse de l'Église catholique de France. Le siège épiscopal est à La Rochelle.

Érigé en 1648, il est le diocèse historique de l'Aunis, recouvre également le territoire de l'ancien diocèse de Saintes, en Saintonge, et celui de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Depuis 2002, il est suffragant de l'archidiocèse de Poitiers et relève de la province ecclésiastique du même nom qui comprend les diocèses d'Angoulême, de La Rochelle et Saintes, de Poitiers, de Limoges, et de Tulle.

Depuis 1852, l’évêque de La Rochelle relève le titre d'évêque de Saintes. Depuis 2016, l'évêque de La Rochelle et de Saintes est Mgr Georges Colomb.

HistoireModifier

Les origines : le diocèse de SaintesModifier

 
Cénotaphe de Saint Eutrope dans la basilique Saint-Eutrope de Saintes

Le diocèse de La Rochelle et Saintes tient ses origines dans celui de Saintes fondé au IIIe siècle par Eutrope. Même si les récits qui relatent son existence tiennent de la légende, celui-ci est considéré comme le saint-patron du diocèse. À son époque, et dans les décennies qui suivent, les Chrétiens exercent leurs activités dans la clandestinité : en témoigne le baptistère paléochrétien du Douhet (fin IIIe-début IVe siècle)[1].

Vers l’an 400, les Wisigoths s’établissent à Saintes. La cité durant le Haut Moyen Âge est peu connue. Des évêques comme Vivien, Trojan et Pallais (tous canonisés par l'Église catholique ultérieurement) semblent avoir eu une emprise importante sur les affaires de la cité. Vers 494-96, Clovis mène une expédition jusqu'à Saintes. Les Wisigoths sont défaits à la bataille de Vouillé en 507, permettant la domination des Francs sur la région, et la progression du christianisme. Vers 590, l'évêque de Saintes Palladius fait élever une église en l'honneur du fondateur du diocèse. C'est vers cette date que la légende d'Eutrope comme martyr semble avoir commencé[2]. À la même époque, Palladius fait élever aussi la première cathédrale Saint-Pierre.

En 732, dans le cadre de l'invasion omeyyade, la ville de Saintes est incendiée par le général Abd al-Rahman, général et chef des armées musulmanes, dont la chevauchée n'est interrompue que par les armées de Charles Martel lors de la bataille de Poitiers.

Dans le royaume d’Aquitaine constitué en 781 par Charlemagne, la Saintonge connaît quelques décennies de paix. Pépin Ier y fonde le monastère d’Angériacum.

Après des périodes de pillages par les Vikings dans la région (En 844 la ville de Saintes est attaquée par les Vikings. Elle est prise et ravagée une première fois l’année suivante, puis de nouveau en 848 par le chef viking Hasting) le diocèse connaît une période sombre : le siège épiscopal est abandonné entre 864 et 989 ; et la mort de Landri, dernier comte de Saintonge en 866 affaiblit considérablement l'importance politique de Saintes. Les édifices de la ville apparaissent comme vétustes au XIe siècle, la cathédrale n'échappant pas à un incendie à cette époque.

La Saintonge connaît alors un élan de construction de monuments religieux dans un contexte d'épanouissement de l'art roman saintongeais dont il reste de nombreux témoins aujourd'hui. Guillaume V d'Aquitaine fit reconstruire le monastère bénédictin de Saint-Jean-d'Angély qui devint grâce aux dons et offrandes de milliers de pèlerins, une des plus puissantes abbayes de l’ouest de la France. L'Abbaye aux dames est construite à l'initiative de Geoffroy Martel, comte d'Anjou et de son épouse Agnès de Bourgogne et a pour vocation d'être une abbaye bénédictine féminine. À la tête du monastère sont placées des abbesses, cumulant pouvoir spirituel et temporel, elles obtiennent le privilège de porter la crosse. La basilique Saint-Eutrope est édifiée à l'initiative de Gui-Geoffroy dit Guillaume VIII d'Aquitaine et confiée aux clunisiens pour construire un édifice sur deux niveaux pouvant accueillir les pèlerins de Saint-Jacques. Elle fut une importante halte jacquaire pendant l'époque médiévale sur la Via Turonensis. La cathédrale Saint-Pierre de Saintes est reconstruite à l'initiative de l'évêque Pierre de Confolent (première moitié du XIIe siècle). À la même époque, c'est Guillaume X qui offrit de ses terres afin d'élever l'Abbaye Notre-Dame de Sablonceaux en forêt de Baconnais.

Aux XIIIe et XIVe siècles, le territoire diocésain est l'objet d'épreuves. Il est en effet longtemps divisé entre la France et l'Angleterre pendant la Guerre de Cent-ans, et impacté par les désastres de la peste noire. Cette situation a eu pour conséquences la fortification et/ou la destruction de certains édifices religieux, un déclin démographique, puis l'émigration de populations poitevines et angevines, faisant disparaître la langue occitane au profit du saintongeais moderne. En effet, à la veille du traité de Brétigny les abbayes, prieurés, couvent ou églises étaient appauvris ou ruinés[3].

Au début du XVe siècle, la cathédrale était en ruine, à tel point qu'un homme mourut après la chute des voûtes. Mgr Guy de Rochechouart entreprit ensuite la reconstruction du bâtiment, qui devait encore être achevée en 1472 , lorsque Louis XI se rendit à Saintes.

Les guerres de religions : une volonté politique de contrôler une région marquée par une vitalité du protestantismeModifier

À partir de 1534, La Rochelle et l’Aunis devinrent un centre du calvinisme, la population s'étant convertie en masse. En 1573, la ville résiste avec succès contre le duc d’Anjou, frère de Charles IX de France, et demeure la principale forteresse des Huguenots en France.

Entre 1562 et 1598, l’Aunis et la Saintonge sont déchirées par huit guerres de religion successives. Les églises et les abbayes sont détruites : par exemple, en 1568 la cathédrale de Saintes fut mutilée et pillée par les Huguenots avant de s'effondrer. La reconstruction a lieu dès 1585, mais l'édifice n'est élevé qu'aux deux tiers de sa hauteur initiale. De même à Saint-Jean-d'Angély, l'abbatiale gothique est détruite par les huguenots en 1568, la ville étant devenue une place forte protestante. Dans la région, les terres sont dévastées, et les pillards foisonnent dans les campagnes. De terribles épidémies déciment la population.

 
Diocèse de La Rochelle (1703)

De même plus au nord, le diocèse de Maillezais est ruiné par les guerres de religions. De plus, il n'a pas de cohérence géographique : le siège épiscopal a peu de rayonnement sur le diocèse. Il est donc envisagé de le déplacer. Aux hypothèses de Niort et de Fontenay-le-Comte dans les années 1620 suit celle de La Rochelle appuyée par la volonté royale d'en faire une bonne ville catholique[4].

En effet, après une proclamation d'indépendance en mai 1621, et en 1627, l'alliance de La Rochelle avec les Anglais, Louis XIII et à Richelieu ont eu la preuve que l'indépendance politique des protestants constituerait une menace pour la France. Le siège de la Rochelle (5 août 1627 - 28 octobre 1628), au cours de laquelle la population est réduite de 18 000 à 5 000 habitants, s'achève sur une capitulation mettant fin aux revendications politiques de la minorité calviniste.

Ainsi, dans le cadre de la politique de reconquête catholique menée par le Cardinal Mazarin, sur les conseils de Vincent de Paul, et à la demande de la régente Anne d’Autriche, le pape Innocent X transfère à La Rochelle le siège épiscopal et le chapitre de la cathédrale de Maillezais par la bulle In Supereminenti du dans le but de lutter contre l’influence du protestantisme. Pour cela, l'ancien diocèse de Maillezais devenu celui de La Rochelle est augmenté au sud de 96 paroisses issues du diocèse de Saintes. Le nouveau diocèse recouvre ainsi le territoire de l'Aunis, la partie orientale du Bas-Poitou, et en Anjou le doyenné de Vihiers jusqu'en 1790.

Les Huguenots font l'objet d'une persécution grandissante avec la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV en 1685, entraînant une forte émigration vers l'Amérique. Ce n'est qu'en 1787 que Louis XVI institue l’Édit de tolérance, qui met fin aux persécutions des huguenots, et avec la Révolution française de 1789 pour que le protestantisme retrouve totalement droit de cité.

BouleversementsModifier

En 1742, Augustin-Roch de Menou de Charnizay posa la première pierre de la nouvelle cathédrale, achevée en 1784 et consacrée par François-Joseph-Emmanuel de Crussol d'Uzès le 27 juin. Cette église remplace l'ancienne cathédrale de Saint-Barthélémy-du-Grand-Temple, détruite par un incendie en 1687 .

Par la constitution civile du clergé du , l'Assemblée nationale constituante supprime l'évêché de La Rochelle. Elle maintient celui de Saintes, dont elle fait le siège du diocèse du département de la Charente-Inférieure, et celui de Luçon, dont elle fait le siège du diocèse du département de la Vendée. Enfin, elle choisit l'abbaye de Saint-Maixent pour siège du diocèse du département des Deux-Sèvres.

À Saintes, le prieuré de Saint Eutrope et l'Abbaye aux dames fondés au XIe siècle sont définitivement fermés respectivement en 1789 et 1792. Ils s'inscrivent dans un contexte de réquisition des biens du clergé, qui sont souvent vendus comme biens nationaux.

 
Pierre-Louis de La Rochefoucauld-Bayers, dernier évêque de Saintes

Sanctionnée par le roi Louis XVI le , la constitution civile du clergé est condamnée par le pape Pie VI. Les évêques Pierre-Louis de La Rochefoucauld (Saintes) et Jean-Charles de Coucy (La Rochelle) ont refusé de prêter serment, comme l'exigeait la loi. L'arrestation de l'évêque de Saintes, Pierre-Louis de La Rochefoucauld, puis son exécution lors du massacre de la prison des Carmes en 1792, conduisent à la mise en place d'un évêque constitutionnel de 1791 à 1797. Les électeurs de Charente-Inférieure se sont réunis le 27 février 1791 et ont élu le père Isaac-Étienne Robinet, curé de Saint-Savinien-du-Port en tant qu'évêque constitutionnel. Il a fait son entrée officielle à Saintes le 31 mars et a pris possession de la cathédrale le 10 avril. Il a suscité les sentiments anticléricaux de la population contre les non-jurés, mais elle s'est retournée contre tout le clergé, y compris Mgr Robinet. Il démissionne le 6 décembre 1793 et s'installe avec son frère à Torxé, où il meurt le 8 septembre 1797[5]. S'ensuit une période de vacance du siège épiscopal jusqu'en 1801.

 
Croix de galets sur l'île Madame, où furent enterrés des prêtres décédés sur les Pontons de Rochefort

Près de Rochefort, des prêtres qui avait refusé de ratifier la Constitution civile du clergé furent internés à partir d'avril 1794 sur trois prisons flottantes (les Deux-Associés, le Washington et le Bonhomme Ricard) dites Pontons de Rochefort, en vue d'être déportés vers les bagnes de Guyane. La plupart des prêtres moururent du typhus et subirent des conditions de détention sévères. Ils ont été enterrés sur les îles d'Aix et Madame. Le 1er octobre 1995, le Pape Jean-Paul II béatifie soixante-quatre de ces prêtres et religieux dont Jean-Baptiste Souzy. L'Église catholique considère ces prêtres comme martyrs et le diocèse organise un pèlerinage annuel en leur mémoire[6].

Par la bulle Qui Christi Domini du , le pape Pie VII supprime les sièges épiscopaux de Luçon et de Saintes mais maintient celui de La Rochelle dont le diocèse couvre les départements de la Charente-Inférieure et de la Vendée. Cette situation est effective jusqu'au , où Pie VII par la bulle Paternæ caritatis rétablit le siège épiscopal de Luçon, réduisant ainsi le diocèse de La Rochelle à la seule Charente-Inférieure.

Une nouvelle dimension, de nouveaux enjeuxModifier

En 1843, des travaux de restauration dans la crypte de la basilique Saint-Eutrope de Saintes permettent la découverte d'un cénotaphe monolithe comportant l'inscription « EVTROPIVS ». L'analyse des ossements qu'il contient par les médecins Bouyer et Briault en présence de l'évêque de La Rochelle, Clément Villecourt correspond aux écrits anciens : il s'agit des ossements attribués au VIe et au XIe siècle à Eutrope, fondateur du diocèse de Saintes[7]. La nouvelle de cette découverte attise la curiosité et fait grand bruit dans les médias de l'époque, replongeant le diocèse face à ses origines.

Par un bref apostolique du [8], le pape Pie IX autorise Mgr Villecourt et ses successeurs à joindre à leur titre d'évêque de La Rochelle, celui d'évêque de Saintes. Clément Villecourt est à l'origine d'un renouveau catholique dans le diocèse : les paroisses sont multipliées et les établissements ecclésiastiques (institution diocésaine de Pons et petit séminaire de Montlieu) sont consolidés. Ses successeurs Jean-François Landriot, Léon-Benoit-Charles Thomas, puis Pierre-Marie-Étienne Ardin ont continué dans cette logique (restaurations, constructions, mais aussi via les discours et célébrations).

Au tournant du XXe siècle, le diocèse est confronté à des difficultés : Mgr Edwin Bonnefoy et son successeur Jean-Auguste Eyssautier, dans le contexte de la séparation de l'Église et de l'État, voient l'institution diocésaine de Notre-Dame-de-Recouvrance faire face à des difficultés financières, et le petit séminaire de Montlieu menacé de fermeture devient un hospice de vieillards en 1906.

Dans un contexte national de baisse de la pratique religieuse, le diocèse voit le nombre de prêtres et des paroisses diminuer[9]. D'une paroisse par clocher, celles-ci s'élargissent à la fin du XXe siècle à l'échelle des cantons. Afin de permettre un service religieux aux fidèles, le nombre de diacres augmente au tournant du XXIe siècle, tandis que celui des prêtres diocésains passe en dessous des 200 en 1990, et 100 en 2013. Le nombre de séminaristes pour le diocèse atteint le chiffre critique d'un seul en 2016[10]. Cependant, le diocèse fait preuve d'innovation, s'appuyant sur les laïcs, mais aussi de dialogue avec les communautés protestante et musulmane locales.

Le diocèse est suffragant de l'archidiocèse de Bordeaux et relève de la province ecclésiastique du même nom jusqu'au décret du , où la Congrégation pour les évêques élève le diocèse de Poitiers au rang d'archidiocèse métropolitain et fait du diocèse de La Rochelle et Saintes un de ses suffragants.

Le , le territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon lui est rattaché à la suite de la suppression du vicariat apostolique de l'archipel[11].

GéographieModifier

Le territoire du diocèse de La Rochelle et Saintes correspond aux territoires du département de la Charente-Maritime et de la collectivité d'outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon depuis le , soit une superficie de 7 106 km2. Cette configuration en fait un diocèse géographiquement éclaté sur deux continents, 4137 kilomètres et un océan séparant La Rochelle de Saint-Pierre.

Le diocèse est frontalier de ceux de Luçon (Vendée), Poitiers (Vienne et Deux-Sèvres), Angoulême (Charente), Périgueux-et-Sarlat (Dordogne) et Bordeaux (Gironde). Un détroit le sépare de l'archidiocèse de Saint-Jean, situé sur l'île de Terre-Neuve, au Canada.

Organisation territorialeModifier

Le diocèse est divisé en huit doyennés, eux-mêmes divisés en 46 paroisses et secteurs pastoraux :

Cathédrales et basiliquesModifier

La cathédrale Saint-Louis de La Rochelle est l'église cathédrale du diocèse. Elle a succédé à la cathédrale Saint-Barthélémy-du-Grand-Temple de La Rochelle, détruite par un incendie en 1687.

Le diocèse dispose de deux cocathédrales :

La basilique Saint-Eutrope de Saintes est la seconde basilique mineure du diocèse.

ÉglisesModifier

Le diocèse compte plus de 500 églises, chapelles, oratoires ou sanctuaires répartis dans les 46 paroisses.

Elles présentent une grande diversité architecturale, en raison de styles et de périodes de construction différentes. Dans le diocèse, de nombreux édifices témoignent de l'épanouissement, aux xie et xiie siècles de l'art roman saintongeais, un des grands courants artistiques français de l'art roman. Aussi, de façon plus discrète se distinguent des édifices d'art gothique, et encore plus d'art baroque ou néoclassique. Au xixe siècle, quelques églises sont élevées de manière assez académique afin de remplacer des églises jugées vétustes. À Saint-Pierre-et-Miquelon voient le jour des édifices utilisant le bois comme matériau principal. Enfin au xxe siècle, des églises sont construites en utilisant de nouveaux matériaux et s'affranchissant des canons traditionnels.

Abbayes et communautésModifier

Abbayes historiquesModifier

Avant la création du diocèse de La Rochelle, beaucoup d'abbayes se situaient dans le diocèse de Saintes[12]. Certaines se situent aujourd'hui dans le diocèse voisin d'Angoulême. Ces abbayes, prieurés ou monastères dépendaient de différents ordres, tels les Bénédictins (surtout en Saintonge), les Augustiniens, les Cisterciens (surtout en Aunis) et les Dominicains.

Ordre religieux Abbaye
Bénédictins Abbaye Saint-Étienne de Baignes (diocèse d'Angoulême)
Bénédictins Abbaye royale de Saint-Jean-d'Angély
Bénédictins Abbaye Saint-Étienne de Bassac (diocèse d'Angoulême)
Bénédictins Abbaye de Vaux
Bénédictins Abbaye Sainte-Marie de Tonnay-Charente
Bénédictins Abbaye de Fontdouce
Bénédictins Abbaye de La Tenaille
Bénédictins Abbaye de Madion
Bénédictins Prieuré Saint-Jean-l'Évangéliste de Trizay
Bénédictins Prieuré Saint-Eutrope de Saintes
Bénédictins Prieuré de Sainte-Gemme
Bénédictines Abbaye Notre-Dame de Saintes
Augustiniens Abbaye Notre-Dame-de-l'Assomption de Châtre (diocèse d'Angoulême)
Augustiniens Abbaye Notre-Dame de Sablonceaux
Cisterciens Abbaye de La Grâce-Dieu
Cisterciens Abbaye de La Frenade (diocèse d'Angoulême)
Cisterciens Abbaye Saint-Léonard des Chaumes
Cisterciens Abbaye Notre-Dame des Châteliers
Cisterciens Abbaye de Grâce Notre-Dame de Charon
Dominicains Couvent des Jacobins de Saintes


Communautés actuellesModifier

Le diocèse de La Rochelle et Saintes accueille différentes communautés religieuses[13] :

 
Enfants durant une session Cana à l'Abbaye de Sablonceaux

Instituts et congrégationsModifier

Congrégations fémininesModifier

Vierges consacréesModifier

  • Ordre de la Virginité consacrée "Ordo Virginum"

ÉvêquesModifier

L'évêchéModifier

L'évêché est le bâtiment utilisé comme résidence par l'évêque. La Rochelle étant devenue en 1648 siège épiscopal, et celui de Saintes ayant été supprimé définitivement en 1801, c'est dans cette ville portuaire que se situe encore aujourd'hui l'évêché. Il a longtemps accueilli les services administratifs du diocèse (dits "la Curie"), avant que ceux-ci ne soient transférés à la maison diocésaine de Saintes (ancien petit séminaire) en octobre 2019[14].

Le diocèse de La Rochelle et Saintes a pour structure juridique l'association diocésaine, dont le siège se situe à l'évêché.

Blason épiscopalModifier

Considérant que ses successeurs ne porteraient plus d'armes personnelles, Mgr François Favreau a décidé en 1983 de créer un blason épiscopal qui serait porté par tous ses successeurs[15]. Celui-ci reprend les armoiries de la Saintonge et de l'Aunis, mais aussi la couronne d'épine symbolisant Saint Louis, et une clef symbolisant Saint Pierre, en référence aux deux cathédrales que comprenait alors le diocèse.

Évêques d'autres diocèses originaires du diocèseModifier

StatistiquesModifier

Le diocèse en 2016 sur une population de 640 803 personnes compte 400 000 baptisés, ce qui correspond à 62,4% de la population totale[16].

année population prêtres diacres religieux paroisses
baptisée totale % nombre séculier régulier nombre de baptisés par prêtre hommes femmes
1950 400000 500000 80,0 345 311 34 1159 11 185 498
1970 440000 487343 90,3 301 259 42 1461 52 438 503
1980 455000 502,800 90,5 248 190 58 1.834 73 455 477
1990 475000 518000 91,7 204 161 43 2328 2 58 361 476
1999 498000 539000 92,4 168 132 36 2964 8 49 289 60
2000 380000 557305 68,2 159 124 35 2389 10 47 284 63
2001 380000 557305 68,2 156 123 33 2435 11 45 275 58
2002 380000 557024 68,2 140 111 29 2714 11 40 248 58
2003 380000 557024 68,2 139 109 30 2733 13 34 248 55
2004 380000 557024 68,2 154 121 33 2467 14 37 221 55
2013 397000 616708 64,4 103 82 21 3854 26 24 128 44
2016 400000 640803 62,4 93 73 20 4301 26 20 98 44

Notes et référencesModifier

  1. « Le baptistère paléochrétien (Le Douhet) » (consulté le 21 décembre 2019)
  2. (en) Sabine Baring-Gould, The lives of the saints, London : John Hodges, April, , pp. 370-371
  3. « 1346-1380 : la grande pitié des diocèses de Saintes et d'Angoulême (...) - Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois », sur www.histoirepassion.eu (consulté le 21 décembre 2019)
  4. Fabrice Vigier, « De Maillezais à La Rochelle : le transfert du siège épiscopal au xviie siècle », dans L'abbaye de Maillezais : Des moines du marais aux soldats huguenots, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7535-2305-0, lire en ligne), p. 417–443
  5. Les évêques de Saintes
  6. « Accueil - PRÊTRES DÉPORTÉS sur les PONTONS », sur pretres-deportes.rabany.eu (consulté le 23 novembre 2019)
  7. Joseph (1795?-18 ) Auteur du texte Briand, Histoire de l'église santone et aunisienne, depuis son origine jusqu'à nos jours. T. 3 / par M. l'abbé Briand,..., (lire en ligne)
  8. Le diocèse de La Rochelle et Saintes
  9. F.Boulard, Essor ou déclin du clergé français, Les éd. du Cerf, 1950, tableau p. 30.
  10. « Le bonheur tranquille des chrétiens de Charente-Maritime », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 29 novembre 2019)
  11. « Démission de Mgr Pierre Gaschy, vicaire apostolique de Saint-Pierre et Miquelon et rattachement du territoire au diocèse de La Rochelle - Église catholique en France », Église catholique en France,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2018)
  12. Bulletin d'histoire Bénédictine/Ursmer Berlière.- 1907-1912 p. 93
  13. « Communautés religieuses et vie consacrée | Diocèse la Rochelle & Saintes, Catholiques en Charente-Maritine », sur www.catholiques17.fr (consulté le 1er décembre 2019)
  14. « Saintes : l’évêque inaugure la Maison diocésaine », sur SudOuest.fr (consulté le 10 décembre 2019)
  15. Page explicative sur le site officiel du diocèse
  16. « La Rochelle (-Saintes) (Latin (or Roman) Diocese) [Catholic-Hierarchy] », sur www.catholic-hierarchy.org (consulté le 12 janvier 2020)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier