Ouvrir le menu principal

Millas

commune française du département des Pyrénées-Orientales
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Millas (plat).

Millas
Millas
Vue générale de Millas
Blason de Millas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades[1]
Canton Vallée de la Têt
Intercommunalité Communauté de communes de Roussillon Conflent
Maire
Mandat
Damienne Beffara
2014-2020
Code postal 66170
Code commune 66108
Démographie
Gentilé Millassois(e)
Population
municipale
4 250 hab. (2016 en augmentation de 6,12 % par rapport à 2011)
Densité 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 41′ 33″ nord, 2° 41′ 47″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 500 m
Superficie 19,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Millas

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Millas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Millas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Millas
Liens
Site web Site officiel

Millas Écouter (prononcé [mijas]) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Millassois.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune de l'aire urbaine de Perpignan située en Ribéral sur la route nationale 116 entre Prades et Perpignan, au confluent de la Têt et du Boulès[2].

 
Situation de Millas.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 912 ha. Son altitude varie de 89 m à 500 m[3].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[4].

HydrographieModifier

La commune de Millas est traversée en son milieu et d'ouest en est par la Têt[2]. Ce fleuve connaît souvent des crues spectaculaires plutôt au printemps mais aussi parfois en hiver, tel l'épisode de novembre 1892 lors duquel le fleuve atteint le niveau de 4,20 mètres à Millas après avoir reçu le Boulès[5].

Voies de communication et transportsModifier

ToponymieModifier

Formes du nom

Le nom officiel de la commune est Millas, francisation du nom catalan Millars [miˈʎas][6] ; en français le nom de la commune est prononcé [mijas].

Le nom de Millas apparaît pour la première fois en 898 sous la forme Millares dans un texte mentionnant une prise d’eau et un canal desservant Millas et les deux Saint-Féliu. Daté de 953, un autre document laisse apparaître le nom latinisé de Miliaso comme l'autre nom d'un lieu originellement connu sous le nom de Puliano (in Puliano que alium nomen vocant Miliaso). Au Xe siècle, on trouve aussi les formes Miliare et Villa Miliarii. Au XIe siècle, on rencontre les formes Miliaros, Milars et Milliars, suivies entre les XIIe et XIVe siècles des formes Miliariis et Millars[7]. À partir du XVe siècle apparaît la forme Millas.

Étant donné que localement le r n'est pas prononcé (ce qui est fréquent en catalan dans les finales en -r ou en -rs, sans être systématique[8]), cette lettre a eu tendance à être supprimée dans la forme écrite, et ce même avant la francisation du nom[7]. Aujourd'hui Millars est le nom catalan et Millas le nom officiel selon le COG[6] ; en français les deux formes se rencontrent[9],[10],[11], avec la deuxième dominante.

Étymologie

Le nom de Puliano renvoie sans doute à un domaine de l'époque romaine construit avec le nom de son propriétaire, Paulius, suivi du suffixe -anum[7].

Le nom de Millas paraît avoir deux explications possibles. D’une part, la forme millarium aurait pu renvoyer à l'existence d’une borne milliaire au bord d'une voie romaine. Mais cette origine est peu probable car elle aurait abouti à Milla plutôt que Millas. L'hypothèse la plus vraisemblable est donc celle d'un lieu où l'on cultivait du mil (mill en catalan). De nombreux noms des pays catalans sont construits avec le nom d'une plante ou d'une culture suivi du suffixe collectif -aris, indiquant que la dite plante se trouve en grand nombre dans ce lieu. De plus, le terme latin miliarus désignait déjà le millet commun[7]. Cette deuxième interprétation est, sans doute, la plus plausible si l'on en croit le blason de la ville qui représente une plante semblable à un épi de millet.

Par ailleurs, il y a trois autres toponymes du même nom : Millars, hameau de la commune de Madremanya près de Gérone, Millars, commune du Pays Valencien (Millares en castillan), et le riu Millars, cours d'eau près de Castelló de la Plana (río Mijares en castillan).

HistoireModifier

Le territoire de Millas a été habité dès l'époque néolithique.

Le village originel date du premier âge du fer comme en témoignent les traces archéologiques d'un cimetière de la civilisation des champs d'urnes situé dans la partie occidentale de la commune.

Le , un accident entre un autocar scolaire et une rame automotrice TER à un passage à niveau automatique situé sur la route de Thuir provoque six morts et une vingtaine de blessés parmi les collégiens présents dans l'autocar[12].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 et 4 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt sept[13],[14].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la communauté de communes de Roussillon Conflent et du canton de la Vallée de la Têt (avant le redécoupage départemental de 2014, Millas était le chef lieu de l'ex-canton de Millas).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1794 Joseph Camps    
1794 1796 Joseph Gelade    
1796 1800 Jean Bach    
1800 1815 Laurens Reynal    
1815 1817 Augustin de Çagarriga    
1817 1828 Pierre Boixo    
1828 1830 Jean Thorent    
1830 1831 Dominique Cazes    
1831 1834 Jean Gouzy    
1834 1843 Augustin Carrera Jorda    
1843 1848 Joseph Aragon    
1848 1849 Joseph Carrère    
1849 1850 Jean Sibinde    
1850 1865 Antoine Ferriol    
1865 1870 Jean Thorent Boixo    
1870 1876 Jean Garrigue    
1876 1878 Camille Gouzy    
1878 1884 Antoine Gouzy    
1884 1885 Barthélémy Garrigue    
1885 1924 Joseph Roig    
1924 1928 Jezan Serradeil    
1928 1928 Gaston Monier    
1928 1935 François Laffon    
1935 1939 Paul Malet    
1939 1941 Jacques Senyarich    
1941 1944 Joseph Bousquet    
1944 1944 Paul Trilha    
1944 1945 Henri Domenech    
1945 1945 Paul Malet    
1945 1953 Georges Candille    
1953 1956 Jean Gendre    
1956 1965 Gaudérique Narach    
mars 1965 mars 1971 René Pélissier    
mars 1971 1972 Aimé Tarraso    
1972 juin 1995 François Beffara PS Conseiller général du canton de Millas (1988 → 1994)
juin 1995 mars 2001 Christian Bourquin[Note 1] PS Ingénieur agronome
Député de la 3e circonscription des Pyrénées-Orientales (1997 → 2002)
Conseiller général du canton de Millas (1994 → 2011)
Président du conseil général des Pyrénées-Orientales (1998 → 2010)
mars 2001 En cours Damienne Beffara[Note 2],[16] PS Professeure des écoles retraitée
Conseillère départementale du canton de la Vallée de la Têt (2015 → )
4e vice-présidente du conseil départemental des Pyrénées-Orientales (2015 → )

Population et sociétéModifier

Démographie ancienneModifier

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709 1720 1730
90 f86 f142 f155 f105 f200 f248 f303 f290 f
1765 1767 1774 1789 - - - - -
600 H1 356 H290 f332 f-----
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaineModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2016, la commune comptait 4 250 habitants[Note 3], en augmentation de 6,12 % par rapport à 2011 (Pyrénées-Orientales : +4,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2181 2741 4561 7741 9702 1002 0902 2512 176
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0902 0352 0902 0132 2602 2792 2392 4602 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2442 2142 1992 1062 1252 1602 0672 1082 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 4532 4892 5692 8243 0913 4523 7313 9244 218
2016 - - - - - - - -
4 250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[21] 1975[21] 1982[21] 1990[21] 1999[21] 2006[22] 2009[23] 2013[24]
Rang de la commune dans le département 21 22 24 26 27 27 26 25
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

EnseignementModifier

Millas fait partie de l'académie de Montpellier.

La commune possède une école maternelle (rue de la Fontaine), une école élémentaire (avenue de la gare), et un collège Christian-Bourquin (impasse du Capitoul), inauguré en 2015[25] il est nommé ainsi en l'honneur de Christian Bourquin (1954-2014), ancien président de la région Languedoc-Roussillon.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Fête patronale et communale : 10 et 11 décembre[26], marché le mardi, féria de Millas : la ville est membre du l'Union des villes taurines françaises.

Il est présent une médiathèque, un comité des fêtes, ainsi que de nombreuses associations.

SantéModifier

SportsModifier

  • Club de rugby à XV : Union Sportive Millas évolue dans le Championnat Honneur pendant la saison 2013-2014. Il a été sacré champion de France Honneur en 1987, ainsi que champion de France de Fédérale 3 en 1993.

ÉconomieModifier

La viticulture (cave coopérative, la vigne) ainsi que l'agriculture et arboriculture ont encore une place importante mais tendent à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération perpignanaise puisque étant dans son aire urbaine[27].

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 069 €[28].

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

Millas possède deux zones d'activités économiques.

Culture locale et patrimoineModifier

 
Les géants de la féria de Millas
 
La sardane de la féria de Millas

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur à deux épis de millet adossés, tigés et feuillés d'or ; au chef retrait cousu de gueules[31].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Beau-fils de François Beffara.
  2. Fille de François Beffara et épouse de Christian Bourquin.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  4. État civil complet : Maurice Félix Joseph Gravas

RéférencesModifier

  1. « Modification des limites territoriales des arrondissements », Préfet des Pyrénées-Orientales
  2. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Notice Cassini
  4. « Plan séisme » (consulté le 29 mars 2017)
  5. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Inondations en novembre 1892, 2 mars 2014
  6. a et b (ca) (fr) Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  7. a b c et d Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p.
  8. (ca) Lídia Pons i Griera (dir.) et Joan Veny (dir.), Atles Lingüístic del Domini Català, vol. II (Atlas), Barcelone, Institut d'Estudis Catalans, (lire en ligne), carte 377 (« L'esmorzar »), chap. 3 (« La casa i ocupacions domèstiques »)
    Concernant la prononciation du -r final, on peut remarquer une différenciation nord-sud assez nette. Millas/Millars, quant à elle, est clairement dans la zone d'amuïssement.
    .
  9. Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public, Montagnes médiévales : XXXIVe Congrès de la SHMES, Chambéry, 23-25 mai 2003, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », , 444 p. (ISBN 2-85944-513-7, lire en ligne), p. 205 :  

    « […] De la même manière, durant la même décennie en Roussillon, aux gardes des cols d'Estagel – garda dels ports d'Estagell et de tots sos termes – de Tautavel et de Millars – garda de les coses vedades en lo pas de Milars e en los termes de Millars226 – […] 226. « Garde des produits interdits sur le passage de Millars et sur les territoires communaux de Millars » »

  10. « Porte Nord, dite de Millars », Guide du Routard, (consulté le 29 décembre 2017).
  11. Mairie de Millas, « Mairie de Millas » (consulté le 29 décembre 2017).
  12. « DIRECT. Collision entre un TER et un autocar scolaire près de Perpignan : au moins quatre enfants tués et 19 blessés, dont sept en urgence absolue », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2017)
  13. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  14. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031460.html.
  15. Liste des maires sur MairesGenWeb
  16. Réélection 2014 : [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  22. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  23. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  24. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  25. http://www.lindependant.fr/2015/12/23/le-college-christian-bourquin-inaugure-avec-la-jeunesse,2132492.php
  26. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  27. http://www.mairie-millas.fr/page_millas.php?id_rubrique=4
  28. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », Insee (consulté le 1er février 2013)
  29. Marine Le Pen achète à Millas : "Cela relève de ma vie privée" - Blog de l'Indépendant pour Millas, 13 septembre 2010
  30. Virginie Le Guay, « La nouvelle garde rapprochée de Marine Le Pen », Paris Match, semaine du 2 au 8 novembre 2017, page 36.
  31. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5755