Ouvrir le menu principal

Académie de Montpellier (éducation)

circonscription administrative de l'Éducation nationale
Page d'aide sur l'homonymie Pour la société savante, voir Académie des sciences et lettres de Montpellier.
Académie de Montpellier
Rectoratmontpelleir.JPG
Rectorat de l'académie de Montpellier.
Histoire
Fondation
1808
Cadre
Zone d'activité
Type
Siège social
31, rue de l'Université, Montpellier
Pays
Coordonnées
Langue
Organisation
Rectrice d'académie
Béatrice Gille
Rectrice d'académie
Stéphane Aymard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Site web

L’académie de Montpellier est une circonscription éducative, gérée par un recteur. Elle regroupe l'ensemble des établissements scolaires d'une partie de la région Occitanie (anciennement Languedoc-Roussillon), c'est-à-dire les départements de l'Aude (11), du Gard (30), de l'Hérault (34), de la Lozère (48) et des Pyrénées-Orientales (66).

L'académie de Montpellier fait partie de la zone C depuis la rentrée scolaire 2015-2016.

Sommaire

Le bâtiment du rectorat à MontpellierModifier

L'édifice actuel a été construit à partir de 1750 grâce à une donation de Charles Gabriel Leblanc. Jean-Antoine Giral donne le plan d'ensemble des bâtiments ordonnés autour de la première cour ; réalisation entre 1750 et 1805 ; le corps de bâtiment sur la rue a été l'objet de projets rivaux de Jean Antoine Giral et de Carcenac, architecte de Toulouse qui n'ont pas été réalisés : il sera construit finalement entre 1776 et 1805 par Viel qui reprend le projet de Carcenac en le simplifiant : remplacement de l'église par une simple chapelle. Agrandissement en 1833 et 1849 par les architectes des hospices Charles Abric puis E. Teste et Louis Corvetto qui construisent les bâtiments des deuxième et troisième cours ; en 1890, un nouvel hôpital est construit en dehors de la ville, les locaux sont cédés à l'Université. Les Facultés de Droit, Sciences et Lettres y sont logés dans ce bâtiment jusqu'en 1939 pour les Lettres, jusqu'en 1956 pour le Droit et jusqu'en 1966 pour les Sciences. L'Université de Montpellier en fait son siège jusqu'en 1956. Par la suite, le bâtiment devient le siège du rectorat.

AdministrationModifier

RecteursModifier

 
Armande Le Pellec-Muller à Strasbourg, en 2013.
  • 1809-1813 : Charles-Louis Dumas ;
  • 1815[1]-1815 : Victor de Bonald ;
  • 1815 : Augustin Pyrame de Candolle ;
  • 1815-1822 : Charles Blanquet du Chayla ;
  • 1822-1830 : Victor de Bonald ;
  • 1830-1844 : Joseph Diez Gergonne ;
  • 1844-1848 : Augustin Théry ;
  • 1848-1849 : Louis-Antoine Dufilhol ;
  • 1849-1850 : Henri Braive[2] ;
  • 1850-1854 : fonction abolie (remplacée par les recteurs des académies départementales)
  • 1854-1870 : Alfred Donné ;
  • 1870-1876 : ??
  • 1876-1878 : Émile Charles ;
  • 1878-1879 : Albert Dumont ;
  • 1879-1890 : Gustave Chancel ;
  • 1890-1898 : Jules Gérard ;
  • 1898 : Gaston Bizos ;
  • 1898-1919 : Antoine Benoist ;
  • 1919-1932 : Jules Coulet ;
  • 1932-1937 : Charles Tailliart ;
  • 1937-1941 : Henri Pariselle ;
  • 1941-1943 : Jean Sarrailh ;
  • 1943-1944 : Gabriel Boussagol (de) ;
  • intérim de Paul Mathias en 1944-46 ;
  • 1946-1947 : Jean Sarrailh ;
  • 1947-1954 : Pierre Guillon ;
  • 1954-1956 : Roger Doucet ;
  • 1956-1958 : Joseph-François Angelloz ;
  • 1958-1967 : Georges Richard ;
  • 1967-1969 : Marius-François Guyard ;
  • 1969-1979 : Georges Richard ;
  • 1979-1984 : Jacques Farran ;
  • 1984-1986 : Jacques Vaudiaux ;
  • 1986-1988 : Jean-Louis Boursin ;
  • 1988-1991 : Bernard Toulemonde ;
  • 1991-1996 : René Blanchet ;
  • 1996-1997 : Pierre Ferrari ;
  • 1997-1998 : Jérôme Chapuisat ;
  • 1998-2000 : Daniel Bloch ;
  • 2000-2004 : William Marois ;
  • 2004-2009 : Christian Nique ;
  • 2009-2013 : Christian Philip ;
  • 2013-2018 : Armande Le Pellec-Muller ;
  • depuis 2018 : Béatrice Gille.

RéférencesModifier

  1. Par intérim, puis confirmé.
  2. Henri François Braive (1798-1868), normalien, professeur, inspecteur d'académie et enfin recteur, publié sur le site textes rares (consulté le 26 janvier 2019)

Liens externesModifier