Monique Wittig

autrice et militante féministe française

Monique Wittig, née le à Dannemarie dans le Haut-Rhin, et morte le à Tucson (Arizona), est une romancière, philosophe, théoricienne et militante féministe lesbienne française. Elle a considérablement marqué la théorie féministe grâce au concept de "contrat hétérosexuel". Son œuvre littéraire se caractérise par une recherche stylistique et sémantique pour dépasser la distinction de genre.

Monique Wittig
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
TucsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Sorbonne
Activités
Fratrie
Conjointe
Sande Zeig (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Mouvement
Site web
Distinction
Prononciation
Œuvres principales
Père-Lachaise - Division 89 - Wittig 06.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Monique Wittig est née à Dannemarie dans le Haut-Rhin en 1935 dans une famille d'origine modeste, catholique pratiquante et conservatrice. Sa sœur, Gille Wittig, née en 1938, est peintre et partage son engagement féministe. Après l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne, la famille déménage à Audincourt (Franche-Comté), puis près de Rodez et enfin en région parisienne où Monique et Gille sont scolarisées dans un lycée expérimental. Après le bac, Monique Wittig valide une licence de lettres à la Sorbonne. Elle suit également un cursus de chinois à l'institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)[1].

Elle obtient son doctorat en 1986 après avoir présenté sa thèse intitulée « Le Chantier littéraire : témoignage sur l'expérience langagière d'un écrivain » sous la direction de Gérard Genette à l'EHESS (lecteurs Louis Marin et Christian Metz). Elle y définit sa position d'écrivaine et réfléchit au processus d'écriture. Pour ce faire, elle reprend ses propres œuvres, comme Les Guérillères ou L'Opoponax. Cette étude se termine par une réflexion sur le genre grammatical et son articulation avec le genre social. Cette thèse aboutit à "une dénonciation de l'appropriation par les hommes de l'universel"[2]. Elle est aussi un hommage de Monique Wittig à Nathalie Sarraute dont elle est l'amie depuis 1964[3]. Sa thèse, plusieurs fois remaniée, est publiée à titre posthume en 2010[4].

Engagement féministeModifier

Monique Wittig s'impose comme une figure importante du féminisme à partir des années 1970.

Les Petites MargueritesModifier

En 1968, elle s'engage dans le mouvement de révolte étudiant et ouvrier[5]. Après avoir constaté que les hommes avaient davantage de pouvoir au sein de ces luttes et refusaient de le partager avec les femmes, elle milite pour un nouveau mouvement féministe en non-mixité. Elle initie notamment des réunions avec Antoinette Fouque, Josiane Chanel et Suzanne Fenn qui donneront lieu à la création des Petites Marguerites, groupe de femmes maoïstes, révolutionnaires et altermondialistes[6].

Le groupe de VincennesModifier

En 1970, elle organise une action avec un groupe créé à cette occasion appelé "groupe de Vincennes". Il est constitué de Margaret Stephenson (Namascar Shaktini), Marcia Rothenburg et Gille Wittig[1]. L'action avait pour but de constituer une assemblée de femmes en non-mixité. À la suite de cette action, en , Monique Wittig rédige pour le mensuel L'Idiot international le manifeste qui sera fondateur pour le MLF « Combat pour la libération de la femme »[7] et paru sous le titre « Pour un mouvement de libération des femmes »[8],[5], que cosignent Margaret Stephenson (Namascar Shaktini), Marcia Rothenburg et Gille Wittig.

Le MLFModifier

Le , Les Petites Marguerites, en compagnie du groupe FMA (Féminisme, Marxisme, Action) et d'autres militantes féministes, déposent une gerbe à la mémoire de la femme du soldat inconnu à l'Arc de triomphe — événement considéré comme le geste fondateur du Mouvement de libération des femmes (MLF)[9],[6],[10],[11]. Elles portent une banderole « Un homme sur deux est une femme. » Une dizaine de manifestantes sont arrêtées. Une scission s'opère très vite au sein du MLF entre les féministes qui créeront le groupe PsychéPo, représenté par Antoinette Fouque, et celles qui deviendront les féministes matérialistes dont fait partie Monique Wittig.

Monique Wittig raconte ses débuts au MLF dans un entretien recueilli en 1979 par la sociologue et militante Josy Thibaut, resté inédit jusqu'en 2008[12]. En réaction au dépôt d'une association MLF et de la marque et du logo à l'INPI par Antoinette Fouque (avec Sylvina Boissonnas et Marie-Claude Grumbach), elle affirme :

« j'étais la seule à penser à un mouvement de libération des femmes à cette époque-là, c'est pour ça que je devrais revendiquer le MLF. Attends, je vais le dire, pour que ce soit polémique, et pour dire après pourquoi ça me paraît si injuste, pourquoi ça n'a pas de sens[13]. »

Elle place quatre femmes à la première réunion d' qu'elle a convoquée : Josiane Chanel, Suzanne Fenn et Antoinette Fouque chez qui la réunion a lieu. Le groupe s'agrandit et les réunions suivantes ont lieu rue de Vaugirard chez Monique Wittig[14],[15].

Autres groupesModifier

Dès , Monique Wittig participe en effet à la fondation du groupe féministe radical les Féministes révolutionnaires qui deviendra en 1971 les Gouines Rouges, premier groupe lesbien constitué à Paris. Celui-ci regroupe les lesbiennes de Féministes révolutionnaires, ainsi que celles qui ont quitté le FHAR (Front homosexuel d'action révolutionnaire), jugé trop misogyne[1], que Wittig avait elle-même co-fondé[16]. Pour Wittig comme pour d'autres lesbiennes qui ont rejoint les Gouines Rouges, le FHAR a tendance à invisibiliser les vécus et revendications des lesbiennes.

La même année, elle signe le Manifeste des 343 pour le droit à l'avortement, publié par le Nouvel Observateur[17].

Elle a également fait partie du collectif qui publie la revue Questions féministes, une des revues féministes les plus importantes de France à la fin des années 1970 fondée, entre autres, par Simone de Beauvoir. Elle participe à la revue américaine Feminist Issues, destinée à faire connaître les articles français parus dans Questions féministes[5].

Les États-UnisModifier

En 1976, elle s'installe aux États-Unis avec sa compagne Sande Zeig en raison de querelles liées au mouvement féministes[18]. Elle y travaille comme professeure invitée et écrivaine en résidence dans plusieurs universités américaines, notamment au Vassar College et à l’université de Californie à Berkeley[5]. En 1990, Wittig devient professeure au département d'études françaises à l'Université d'Arizona située à Tucson[5] puis au département des Women Studies[19]. Elle y meurt le des suites d'un arrêt cardiaque[18].

La Pensée StraightModifier

Une théorie matérialiste radicaleModifier

Wittig est connue comme théoricienne d'un féminisme matérialiste, c'est-à-dire qu'elle analyse les rapports entre les genres (féminin et masculin) comme entre deux classes sociales antagonistes. Cette branche du féminisme est opposée à celle du mouvement féministe français « PsychéPo », majoritaire dans les années 1970, qui se caractérise par une conception essentialiste des genres. Wittig dénonce notamment le mythe de « la femme ».

La Pensée Straight[20], parue en 1992 aux États-Unis puis en 2001 en France, est un essai dans lequel Wittig développe sa pensée politique en réponse à certains présupposés anthropologiques. Le titre, en anglais « The Straight Mind », provient d'une conférence que Wittig a donnée à Barnard College en 1979, retranscrite en français dans Questions féministes en 1980. L'expression désigne la pensée hétérosexuelle en tant que régime politique[19] et non comme une simple orientation sexuelle. On parle alors d'hétérosexisme. En d'autres termes, Wittig considère que l'hétérosexualité est au fondement de la société patriarcale en même temps qu'elle l'alimente. Ce système engendre nécessairement les catégories binaires d'« homme » et de « femme ». Ainsi écrit-elle : « La femme n'a de sens que dans les systèmes de pensée et les systèmes économiques hétérosexuels. […] Les lesbiennes ne sont pas des femmes. »[20]. Cela doit se comprendre dans le sens où, pour elle, la catégorie « femme » a été créée par et pour la domination hétérosexuelle-masculine[21]. De fait, pour elle, seules les lesbiennes peuvent échapper à ce système de pensée et refuser de s'y soumettre. C'est ce qu'on appelle le lesbianisme radical.

Wittig développe une critique du marxisme en tant qu'il entrave la lutte féministe[8], mais aussi une critique du féminisme parce qu'il ne remet pas en cause le dogme hétérosexuel[18],[22]. À travers ces critiques, Wittig prône une position universaliste forte dont les implications philosophiques sont majeures : l’avènement du sujet individuel et la libération du désir demandent l’abolition des catégories de sexe[23].

La Pensée Straight est aujourd'hui un ouvrage incontournable des études féministes, lesbiennes, ainsi que du courant théorique queer.

Littérature et théorieModifier

La pensée de Wittig se trouve au carrefour de la littérature et de la théorie, comme le montrent les chapitres de La Pensée Straight « Le point de vue universel ou particulier », « La marque du genre » et « Le cheval de Troie ». Dans les années 1980 se pose en effet la question de « l'écriture féminine » : y a-t-il une spécificité féminine de l'écriture ? Un lien évident est mis à jour entre écriture et féminisme. Pour Wittig, « il n'y a pas d'écriture féminine »[18]. Au contraire, l'écriture serait « un espace de liberté »[18], au-delà des genres. C'est ce qu'elle nomme, le « point de vue universel »[20]. L'écriture devient donc un « cheval de Troie », c'est-à-dire une machine de guerre contre l'idéologie dominante. Ses œuvres littéraires témoignent de cette recherche de dépasser les catégories de genre, d'accéder à cette « idée du neutre qui échapperait au sexuel »[18]. Elles constituent un laboratoire privilégié pour questionner la notion de genre grammatical et, éventuellement, la déposséder de la marque du genre qui agit, selon Wittig, comme un stigmate[20].

Parcours littéraireModifier

Œuvres de fictionModifier

Les œuvres de fiction de Monique Wittig sont marquées par une rupture avec la forme traditionnelle du récit. Elle exploite notamment les genres consacrés par le canon littéraire, tels que l'épopée ou le roman d'apprentissage et se saisit même de formes aussi codifiées que le dictionnaire. L'utilisation qu'elle fait des pronoms est particulière et répond d'une volonté de renouveler leur usage, notamment en regard des genres. Le pronom « elles », omniprésent dans Les Guérillères, invite à considérer le pronom « ils » final comme un masculin et non comme un neutre universel. L'écriture fracturée du « j/e » dans Le Corps lesbien témoigne de cette volonté de déconstruire le genre grammatical qui correspond au genre social.

Wittig revisite également nombre de mythes antiques, ce qui témoigne de sa volonté de reconstruire un héritage qui serait propre aux lesbiennes. Le corps est un thème wittigien récurrent, comme le montre le titre Le Corps lesbien, ainsi que les descriptions détaillées de corps meurtris dans Virgile, non.

L'OpoponaxModifier

Son premier roman, L'Opoponax, publié en 1964, narre les « tranches de vie »[24] d'une petite fille, Catherine Legrand. Wittig a entrepris de reproduire le monde de l'enfance, ainsi que son mode de langage. Le roman se distingue ainsi par l'omniprésence du pronom « on » qui, à la différence du « il » ou du « elle », échappe à ce qu'elle nomme « la marque du genre »[25] :

« Avec ce pronom qui n'a ni genre ni nombre je pouvais situer les caractères du roman en dehors de la division sociale des sexes et l'annuler pendant la durée du livre. »

— Monique Wittig, Le Chantier littéraire

À sa publication, le roman connaît un grand succès, surtout auprès des écrivain·e·s du Nouveau roman, et reçoit le prix Médicis, dont le jury est composé de Nathalie Sarraute, Claude Simon et Alain Robbe-Grillet, avec le soutien de l'écrivaine Marguerite Duras qui écrira notamment à son sujet :

« Mon Opoponax, c'est peut-être, c'est même à peu près sûrement le premier livre moderne qui ait été fait sur l'enfance. […] C'est un livre à la fois admirable et très important parce qu'il est régi par une règle de fer, celle de n'utiliser qu'un matériau descriptif pur, et qu'un outil, le langage objectif pur. […] Ce qui revient à dire que mon Opoponax est un chef d'œuvre d'écriture parce qu'il est écrit dans la langue exacte de l'Opoponax[26]. »

— Marguerite Duras, L'Opoponax (postface)

Ce texte constituera par la suite la postface de l'œuvre. L'Opoponax est très vite traduit en anglais par Helen Weaver[27] et est salué par les critiques aux États-Unis, notamment par Mary McCarthy[5]. Il est traduit dans onze autre pays : Allemagne, Danemark, Espagne, Finlande, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Norvège, Pays-Bas, Suède et Tchécoslovaquie.

Les GuérillèresModifier

Dans le climat de révolte inauguré par 1968, Wittig écrit Les Guérillères qui paraît en 1969. Cet ouvrage, sorte d'épopée révolutionnaire féministe, échappe à la classification traditionnelle du récit. La narration suit le mode de vie d'une communauté exclusivement féminine et rend compte de leurs rites, leurs croyances et leurs légendes. Les Guérillères affirme un héritage commun partagé par les lesbiennes, comme le montre l'extrait suivant :

« Tu dis qu'il n'y a pas de mots pour décrire ce temps, tu dis qu'il n'existe pas. Mais souviens-toi. […] Ou, à défaut, invente. »

— Monique Wittig, Les Guérillères

Bien qu'à sa publication la critique littéraire française soit restée silencieuse[19], ce texte est aujourd'hui considéré comme une œuvre littéraire majeure par les cercles féministes car il consiste en une tentative de dépassement des catégories de genre, une « tentative d'universalisation »[28]. Cet ouvrage est traduit en anglais en 1971 par David La Vey et dans plusieurs autres langues[5].

Le Corps lesbienModifier

En 1973, Wittig publie Le Corps lesbien, un ouvrage beaucoup plus intime[19] car il explore les thématiques du corps et de la sexualité. Wittig utilise le point de vue lesbien, nécessaire, selon elle, pour échapper au système hétérosexuel et le renverser[25]. La critique française l'aurait reçue comme un poème[19]. Aux États-Unis, dès sa traduction en 1975 par David Le Vey, des extraits de l'ouvrage sont imprimés sur des t-shirts en guise de provocation[29].

Brouillon pour un dictionnaire des amantesModifier

Lors d'un voyage de quelques mois en Grèce en 1975, Wittig et Sande Zeig écrivent ensemble le Brouillon pour un dictionnaire des amantes[16], réponse ironique à une commande des éditions Grasset pour un dictionnaire du féminisme[30]. Dans cet ouvrage à quatre mains délibérément inachevé[31], Wittig et Zeig construisent une Histoire et une mémoire commune lesbienne, ainsi qu'une mythologie nouvelle. Il est traduit en anglais en 1979 sous le nom : Lesbian People: Material for a Dictionary. Il est réédité en France en 2010.

Virgile, nonModifier

Après une période où elle écrit davantage de théorie que de fiction, Wittig renoue avec le roman en 1985 avec Virgile, non. Cet ouvrage met en scène deux personnages, Wittig et Manastabal, qui voyagent dans des cercles semblables à ceux de la Divine Comédie de Dante (enfer, paradis, limbes…), à la différence que ceux-ci se trouvent dans le San Francisco contemporain. Lors de leur périple, elles se confrontent aux diverses oppressions subies par les femmes dans un système patriarcal, depuis les mutilations sexuelles jusqu'au trafic de femmes, en passant par les violences imposées par les modes vestimentaires (corset, talons…).

Wittig dit de cet ouvrage qu'il est « celui que je préfère peut-être parce qu'il est mal aimé. »[19]. L'ouvrage est traduit en anglais sous le titre Across the Acheron en 1987 par David Le Vey.

Paris-la-politique et autres histoiresModifier

Ce recueil, paru en 1999, rassemble plusieurs nouvelles, écrites de 1963 à 1985. Certaines avaient déjà été publiées, notamment dans le numéro de la revue Vlasta consacré à Monique Wittig de 1985[32] ; d'autres semblent « tombées », pour reprendre le terme de Wittig,[19] des Guérillères, comme « Une partie de campagne », ou de Virgile, non, comme « Paris-la-politique ». Elle confie ainsi à Libération[19] :

« Le morceau de ce livre intitulé « Paris-la-politique », c'est l'enfer lesbien de Virgile, non, qui était une descente aux enfers de toutes les femmes; il ne pouvait pas lui appartenir, c'est pourquoi il en est tombé. »

Ces nouvelles sont autant de paraboles dans lesquelles la science-fiction rencontre la poésie. Wittig y jette un regard critique sur ses années de militantisme, et notamment sur les rapports de pouvoir qui peuvent coexister au sein des collectifs[33].

Théâtre, cinémaModifier

Monique Wittig a écrit et monté cinq pièces de théâtre, dont The Constant Journey en 1984, en collaboration avec Sande Zeig. La pièce est produite à Paris sous le nom Le Voyage sans fin l'année suivante. Cette pièce est une réécriture lesbienne de Don Quichotte[5][34].

Le scénario du film The Girl, réalisé par Sande Zeig, est inspiré d'une des fictions de Wittig. Il sort en 2000 aux États-Unis et une version française sort en 2001[5].

ŒuvresModifier

Articles, essais et critiquesModifier

  • « Combat pour la libération de la femme », L'Idiot international no 6, avec Gille Wittig, Margaret Stephenson, Marcia Rothenburg, Paris, , p. 13-16 ; « For a Women's Liberation Movement », traduction en anglais de Namascar Shaktini, On Monique Wittig, Theoretical, Political and Literary Essays, University of Illinois Press, 2005, p. 21-34
  • « On ne naît pas femme », Questions féministes, n°8, , p.75-84.
  • « Le Cheval de Troie », Vlasta, no 4, Spécial Monique Wittig, ; « The Trojan Horse », Feminist Issues, 1985, p. 45-49
  • « Quelques remarques sur Les Guérillères », L'Esprit créateur, 1996, p. 116-122
  • « Avatars », L'esprit créateur, vol. 36, no 2, été 1996
  • « Le déambulatoire : Entretien avec Natalie Sarraute », L'Esprit créateur, vol. 36, no 2, été 1996, p. 3-8

Théâtre, cinémaModifier

  • Le Voyage sans fin, pièce de théâtre montée par la compagnie Renaud-Barrault ; publiée dans Vlasta no 4,
  • The Girl, scénario du film de Sande Zeig d'après une nouvelle de l'auteur, 2000

TraductionsModifier

  • Herbert Marcuse, L'Homme unidimensionnel, traduction de l'anglais (avec l'auteur), Minuit, 1968
  • Isabel Barreno, Teresa Horta, Fatima Velho Da Costa, Nouvelles Lettres portugaises, traduit du portugais avec Evelyne Le Garrec et Vera Alves da Nobrega, Seuil, 1974
  • Djuna Barnes, La Passion, Flammarion, 1982

Au sujet de Monique WittigModifier

OuvragesModifier

  • Sam Bourcier et Suzette Robichon (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, autour de l'œuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig, Actes du colloque des 16-, Paris, éditions gaies et lesbiennes, 2002
  • Catherine Écarnot, L'écriture poétique de Monique Wittig, À la couleur de Sapho (thèse de doctorat), L'Harmattan, 2002
  • Namascar Shaktini (dir.), On Monique Wittig: Theoretical, Political and Literary Essays, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2005
  • Dominique Bourque, Écrire l'inter-dit. La subversion formelle dans l'œuvre de Monique Wittig, Paris, Éditions L'Harmattan, 2006
  • Cécile Voisset-Veysseyre, Des Amazones et des femmes, L'Harmattan « Ouverture philosophique », 2010 (ISBN 978-2-296-10832-5)
  • Benoît Auclerc et Yannick Chevalier (dir.), Lire Monique Wittig, Presses universitaires de Lyon, 2012, 314 pages

Revues et articlesModifier

DocumentairesModifier

  • « Monique Wittig (1935–2003), écrivain et lesbienne révolutionnaire », France Culture,‎ (lire en ligne [audio]).

Film en mémoire de Monique WittigModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Bard, Christine (1965-....). et Chaperon, Sylvie (1961-....)., Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe-XXIe siècle (ISBN 978-2-13-078720-4 et 2-13-078720-7, OCLC 972902161, lire en ligne)
  2. Wittig, Monique. et Planté, Christine., Le chantier littéraire, Presses universitaires de Lyon, (ISBN 978-2-7297-0833-7 et 2-7297-0833-2, OCLC 694059239, lire en ligne), p. 16
  3. « Avant-propos », Sande Zeig, Le Chantier littéraire, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 7-9.
  4. « Histoire éditoriale », Audrey Lasserre, in Monique Wittig, Le Chantier littéraire, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 173-180.
  5. a b c d e f g h et i « Biographie », sur site web Monique Wittig (consulté le 7 décembre 2019)
  6. a et b « Monique Wittig raconte », entretien inédit sur les origines du MLF dans la revue ProChoix no 46, décembre 2008 : http://prochoix.org/pdf/ProChoix.46.interieur.pdf
  7. « Combat pour la libération de la femme », L'Idiot international, no 6, Paris, Londres, mai 1970, p. 13-16 ; « For a Women's Liberation Movement », traduction en anglais de Namascar Shaktini, On Monique Wittig, Theoretical, Political and Literary Essays, University of Illinois Press, Urbana et Chicago, 2005, p. 21-34.
  8. a et b Monique Wittig, « On ne naît pas femme », Questions Féministes, no 8,‎ , p. 75–84 (lire en ligne, consulté le 9 mars 2017)
  9. Gille Wittig, Ma sœur sauvage, texte et photos, Ateliers de Normandie, 2008, 48 pages.
  10. « Un salut majeur à Monique Wittig, héroïne de notre histoire », Génération MLF 1968-2008, éditions des femmes, 2008, dédicace, p. 6.
  11. Jacqueline Feldman, « De FMA au MLF », Clio, Femmes, Genre, Histoire, p. 193-203.
  12. « Monique Wittig raconte », revue ProChoix no 46, décembre 2008 : http://prochoix.org/pdf/ProChoix.46.interieur.pdf
  13. « MLF, le mythe des origines, entretien inédit sur sa fondation avec Monique Wittig », ProChoix no 46, décembre 2008, pp. 5-76.
  14. « La réunion de huit pour moi, c'est la deuxième, quelqu'un pourrait me contredire, je n'y verrai pas d'inconvénient. Mais je me souviens que cette réunion a eu lieu chez moi, et chez moi, c'était des chambres louées par Marguerite Duras. », Monique Wittig raconte, ProChoix no 46, décembre 2008, p. 67-69.
  15. Le jour où… le MLF est né dans un petit studio, par Antoinette Fouque, propos recueillis par Pépita Dupont, Paris Match, 28 octobre 2008.
  16. a et b Dominique Conil, « Brouillon pour un dictionnaire des amantes », sur mediapart, (consulté le 9 décembre 2019)
  17. « La liste des 343 Françaises qui ont le courage de signer le manifeste "Je me suis fait avorter" », Le Nouvel Observateur no 334, 5 avril 1971, couverture.
  18. a b c d e et f Claire Devarrieux, « Mort de Monique Wittig », Libération,‎
  19. a b c d e f g et h Claire Devarrieux, « Wittig "J'ai connu la guillotine" », sur liberation.fr, (consulté le 9 décembre 2019)
  20. a b c et d Wittig, Monique, 1935-2003. et Bourcier, Marie-Hélène., La pensée straight, Éd. Amsterdam, impr. 2013 (ISBN 978-2-35480-128-1 et 2-35480-128-9, OCLC 863054281, lire en ligne)
  21. Virginie Despentes et Annick Cojean, « Virginie Despentes : Cette histoire de féminité, c’est de l’arnaque », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  22. Catherine Brun, « Wittig, Monique [Dannemarie 1935 - Tucson 2003] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , p. 4608-4609
  23. Natacha Chetcuti, « De « On ne naît pas femme » à « On n’est pas femme ». De Simone de Beauvoir à Monique Wittig », Genre, sexualité & société volume= 1,‎ (DOI 10.4000/gss.477, lire en ligne)
  24. « (Vidéo) Monique Wittig à propos de son roman L' Opoponax », sur youtube, (consulté le 8 décembre 2019)
  25. a et b La Pensée straight, éditions Balland, Paris, 2001.
  26. L'Opoponax, édition de poche 10/18, 1971, 4e de couverture.
  27. (en) « page Wikipédia anglaise de L'Opoponax », sur wikipedia (consulté le 8 décembre 2019)
  28. Wittig, Monique. et Planté, Christine., Le chantier littéraire, Presses universitaires de Lyon, (ISBN 978-2-7297-0833-7 et 2-7297-0833-2, OCLC 694059239, lire en ligne), p. 144
  29. (en) « T-Shirt The Lesbian Body », sur www.glumagazine.com (consulté le 9 décembre 2019)
  30. Romain Vallet, « Le « Brouillon pour un dictionnaire des amantes » republié », sur heteroclite.org, (consulté le 9 décembre 2019)
  31. « Monique Wittig (1935–2003), écrivain et lesbienne révolutionnaire », sur france culture, (consulté le 8 décembre 2019)
  32. Wittig, Monique. et Planté, Christine., Le chantier littéraire, Presses universitaires de Lyon, (ISBN 978-2-7297-0833-7 et 2-7297-0833-2, OCLC 694059239, lire en ligne), Bibliographie
  33. « Editions P.O.L - Paris-la-politique et autres histoires - Monique Wittig », sur www.pol-editeur.com (consulté le 9 décembre 2019)
  34. Audrey Lasserre, « WITTIG MONIQUE - (1935-2003) », Encyclopædia Universalis,‎ consulté le 9 décembre 2019 (lire en ligne)
  35. Voir sur vsites.unb.br.
  36. Voir sur people.cornellcollege.edu.
  37. Voir sur ctheory.net.
  38. Dieter Merlin, « Les échos de l’histoire : la poétique des analogies dans Les Égarés d’André Téchiné », in La poétisation de l’histoire : L’évènement en textes et en images, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 223 [lire en ligne]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Denise Bourdet, Monique Wittig, dans : Encre sympathique, Paris, Grasset, 1966.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier