Lori Lightfoot

femme politique américaine

Lori Lightfoot
Illustration.
Lori Lightfoot en 2019.
Fonctions
Maire de Chicago
En fonction depuis le
(2 ans et 25 jours)
Prédécesseur Rahm Emanuel
Biographie
Nom de naissance Lori Elaine Lightfoot
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Massillon (Ohio, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômée de University of Chicago Law School
Université du Michigan (Baccalauréat universitaire ès lettres)
Site web lightfootforchicago.com

Signature de

Lori Lightfoot
Maires de Chicago

Lori Lightfoot (née le à Massillon, Ohio) est une femme politique et procureure américaine, maire de Chicago depuis 2019[1]. Elle est la première maire homosexuelle et la première femme maire noire de la ville[2].

BiographieModifier

Lori Elaine Lightfoot naît le à Massillon, dans l'Ohio. Sa mère est secrétaire médicale et membre du conseil d'administration de l'école, et son père, ouvrier et concierge[3]. Elle étudie à la Washington High School à Massillon, où elle est présidente des élèves. Son association d'anciens élèves du lycée la nomme « citoyenne distinguée » en 2013[4],[3],[5]. Lightfoot obtient son baccalauréat ès arts en sciences politiques de l'Université du Michigan, occupant successivement sept emplois pour financer ses études[3],[6]. Elle travaille pour les membres du Congrès Ralph Regula et Barbara Mikulski, avant de s'inscrire à la faculté de droit de l’Université de Chicago, où elle obtient une bourse. Elle dirige avec succès un mouvement visant à interdire l'accès à un cabinet d'avocats sur le campus de la faculté, après les propos racistes et sexistes d'un recruteur à l'encontre d'une étudiante. Lori Lightfoot travaille également pour le juge Charles Levin de la Cour suprême du Michigan. Elle obtient son doctorat en droit à l'Université de Chicago en 1989[7],[8].

Début de carrièreModifier

Procureure adjointeModifier

Lori Lightfoot entre pour la première fois dans le secteur public en tant que procureure adjointe des États-Unis pour le Northern District of Illinois. Elle est animée par trois motivations principales pour cela : le désir de représenter la communauté afro-américaine, un sentiment d'injustice à la suite du meurtre d'un membre de sa famille par un membre du Ku Klux Klan dans les années 1920 et les problèmes de son frère aîné avec la loi[4].

En tant que procureure fédérale, Lori Lightfoot participe à l’opération Silver Shovel, une enquête du FBI sur la corruption à Chicago. Elle aide à condamner l'échevin Virgil Jones[4].

Le juge Richard Posner met en garde Lori Lightfoot pour avoir caché l'emplacement d'un suspect dans une affaire d'extradition vers la Norvège[9] par la Cour d'appel du septième circuit des États-Unis. Lori Lightfoot et le ministère de la Justice contestent cette interprétation de ses actes[10].

Commission de surveillance des activités de la police de ChicagoModifier

En 2002, Lori Lightfoot est nommée par le maire Richard M. Daley, administratrice en chef de la commission de surveillance des activités de la police de Chicago - une commission qui a été supprimée depuis. Elle occupe le poste pendant deux ans. Elle enquête sur d'éventuelles fautes professionnelles de la police, notamment lors de tirs sur des civils. Toutefois, un rapport du Chicago Tribune affirme que les enquêtes de la commission manquent souvent d'examen approfondi. Lori Lightfoot affirme que ses recommandations de mesures disciplinaires sont souvent rejetées par les services de police[4].

Lori Lightfoot recommande le licenciement de l'officier Alvin Weems, qui a abattu Michael Pleasance, un homme sans arme. Des preuves vidéo contredisant les affirmations initiales de Weems sont révélées, et même Weems exprime alors le sentiment que la fusillade était injustifiée. Il n'est pas licencié, mais la ville est contrainte de payer un dédommagement à la famille Pleasance. Weems se suicide un peu plus tard[10].

Dans le cas controversé où l'officier Phyllis Clinkscales abat Robert Washington, un jeune homme de 17 ans sans arme, le Chicago Tribune déclare que Lori Lightfoot considère que la fusillade est justifiée, alors que son prédécesseur avait appelé au limogeage de Clinkscales. Le récit de Clinkscales sur les événements de la fusillade contenait des déclarations mensongères[10]. Lori Lightfoot conteste ce récit de l'affaire Clinkscales, affirmant que son prédécesseur avait considéré le tir comme injustifié, alors que le surintendant de la police de l'époque ne l'avait pas suivi[11]. Elle déclare que son action dans l'affaire fut de réclamer une suspension de 30 jours pour Clinkscales, ce qui, selon elle, était le plus qu'elle pouvait faire, compte tenu des circonstances[12],[13].

Autres rôles dans l'administration municipale de ChicagoModifier

Elle est adjointe au département des achats de Chicago, où, à la grande fureur du maire Daley, elle et sa cheffe, Mary Dempsey, enquêtent sur la corruption à Chicago, en particulier sur Tony Rezko (en), l'associé de Rod Blagojevich, gouverneur de l'Illinois et sur un éminent donateur de Daley, Elzie Higginbottom[4],[3].

Pratique privéeModifier

 
Lori Lightfoot lors d'une conférence de presse du groupe de travail sur la responsabilité policière en 2016.

En tant qu'avocate chez Mayer Brown, Lori Lightfoot représente les républicains contre le gerrymandering des démocrates[8]. Elle défend également l'agent de police de Chicago, Paul Powers, pour des accusations de voies de fait. En 2019, après avoir été critiquée pour avoir défendu Powers, Lori Lightfoot cite une preuve vidéo en faveur de l'innocence de son ancien client[12].

Elle défend la ville de Chicago contre les accusations portées par la famille d'une femme souffrant de maladie mentale, Christina Eilman, qui a été arrêtée par la police de Chicago après un effondrement nerveux à l'aéroport de Midway. Eilman est relâchée par la police à Englewood, elle subit alors une agression sexuelle et chute de sept étages. La famille d'Eilman conclut un règlement de 22,5 millions de dollars avec la ville[14],[15].

Lori Lightfoot siège également aux conseils d’administration des chapitres de NARAL et de l’ACLU dans l’Illinois[7]. Elle exerce les fonctions de conseil externe pour la Bank of America[6].

Administration de la police de Chicago et groupe de travail sur la responsabilité de la policeModifier

Le maire Rahm Emanuel la nomme en 2015 à la présidence du conseil d'administration de la police de Chicago. Celui-ci doit formuler des recommandations pour des mesures disciplinaires en cas de fautes professionnelles des policiers[16]. Sous la direction de Lori Lightfoot, le conseil est plus sévère, et renvoie les officiers dans 72% des cas. À la suite de la controverse entourant le meurtre de Laquan McDonald, Emanuel la nomme également présidente d'un nouveau groupe de travail sur la responsabilité policière[17]. En 2016, ce groupe de travail publie un rapport critiquant les pratiques du service de police de Chicago[4] et le code du silence du syndicat de la police[18]. La section de Chicago du Black Youth Project 100, groupe de lutte contre la violence policière publie néanmoins une déclaration dénonçant le manque de responsabilité de Lori Lightfoot, du conseil d’administration et du groupe de travail[19].

En 2017, Emanuel renouvelle le mandat de Lori Lightfoot à la présidence du conseil de police, juste après un différend entre elle et Emanuel au sujet des tentatives d'Emanuel de négocier avec les fonctionnaires du Département de la justice de l'administration Trump un accord de réforme de la police. Il souhaite par cette négociation éviter la surveillance d'un juge fédéral. Lori Lightfoot qualifie l'approche d'Emanuel de « fondamentalement erronée ». À ce moment-là, Lori Lightfoot dément les rumeurs selon lesquelles elle se prépare à la course à la mairie de Chicago en 2019[20]. Elle démissionne de la commission de police en , juste avant, finalement, d'annoncer sa candidature pour la mairie[3].

Vie politiqueModifier

 
Logo de campagne pour la mairie de Chicago.

Campagne pour la mairie de ChicagoModifier

Le , Lightfoot annonce sa candidature à la mairie de Chicago lors des élections de 2019. Il s'agit de sa toute première candidature à une fonction publique[21],[22],[23]. À l'été 2018, Lightfoot est la candidate qui dispose de plus de soutiens et de financements face à Emanuel, maire sortant ayant accompli deux mandats[24],[25]. Cependant, à l’automne, Emanuel se retire, ce qui conduit d'autres candidats de premier plan tels que Gery Chico (en), William Daley, Susana Mendoza (en) et Toni Preckwinkle (en), une autre candidate démocrate afro-américaine, à se présenter[26].

Selon des rumeurs qu'elle dément, Preckwinkle aurait fait pression sur Lightfoot pour qu'elle abandonne la course[27]. En décembre, après que Lightfoot eut soumis les signatures nécessaires pour se présenter, l'équipe de campagne de Preckwinkle affirme que nombre de ces signatures sont falsifiées. Les commissaires du conseil des élections de Chicago concluent néanmoins que Lori Lightfoot possède suffisamment de signatures valides[28].

En janvier, la course est bouleversée par un important scandale de corruption impliquant l'échevin de Chicago, Ed Burke (en)[29]. Lightfoot diffuse une publicité télévisée qui critique les liens de l'échevin avec Daley, Mendoza et Preckwinkle et les qualifie « des quatre de Burke »[30].

Lori Lightfoot obtient le soutien des groupes LGBTQ, de politiciens locaux[31],[32] et de la rédaction du Chicago Sun-Times[8]. Si en janvier, les sondages lui prédisent seulement entre 2% et 5% des intentions de vote[33],[34],[35], ces dernières passent à plus de 10% dans les sondages publiés dans les semaines précédant les élections[36],[37].

Peu de temps avant les élections, Scott Cisek, directeur de campagne de Preckwinkle, déclenche une polémique en comparant Lori Lightfoot à une nazi. Preckwinkle renvoie Cisek et s’excuse publiquement[38].

Lori Lightfoot crée alors la surprise en arrivant en tête au premier tour en février[39]. Elle et Preckwinkle se qualifient pour le second tour[40]. Elle reçoit le soutien du Sun-Times et du Chicago Tribune avant le deuxième tour[41],[42]. Plusieurs candidats du premier tour, dont Mendoza, Chico, Paul Vallas et Willie Wilson se déclarent également en faveur de Lightfoot[43],[44]. Lightfoot obtient alors une avance considérable sur Preckwinkle dans les sondages menés pendant la campagne du second tour[45],[46],[47],[48],[49],[50],[51].

Avant le second tour, Lori Lightfoot est critiquée par des activistes pour son bilan en matière de responsabilité de la police et en tant que procureure[52],[12]. Chancelor Bennett, musicien et activiste basé à Chicago, ancien partisan d'Amara Enyia et fils d'un des directeurs de campagne de Preckwinkle, également connu sous le nom de Chance the Rapper, apporte son soutien à Preckwinkle. Il déclare que le bilan de Lori Lightfoot en tant que procureure et employée du département de police de Chicago a été défavorable à la communauté noire de Chicago[53]. Le parlementaire Bobby Rush, qui soutient Preckwinkle au second tour après avoir soutenu Daley au premier tour, formule des critiques similaires à l'encontre de Lori Lightfoot sur des questions de justice pénale[54],[55]. Lightfoot se défend contre ces critiques et elle cite ses expériences personnelles en matière de discrimination raciale comme preuve qu'elle prendra en compte les préoccupations de la communauté noire[56]. Elle est aussi critiquée pour avoir suggéré de transformer certaines anciennes écoles en écoles de police sur un forum de l'Université de Chicago[57] bien qu'elle ait plus tard désavoué cette suggestion sur Twitter.

Bien qu'elle soit novice en politique, elle se présente comme une candidate du Parti démocrate[13]. Elle axe son programme sur le progressisme et sur la réduction des inégalités sociales et raciales, notamment dans les quartiers sud et ouest de la ville, les plus pauvres et habités majoritairement par une population noire, qui restent défavorisés par rapport au centre financier et au nord de la ville, qui ont bénéficié des programmes de développement économique[13].

Le , elle est élue avec 74% des voix[13]. Lori Lightfoot aurait bénéficié du ras-le-bol face à la vie politique locale, notamment lié à la corruption et aux scandales policiers, sa position de novice lui donnant probablement un grand avantage par rapport à la candidate plus expérimentée[13]. En étant élue, Lightfoot devient à la fois la première femme afro-américaine et la première personne ouvertement homosexuelle à devenir maire de Chicago, ainsi que la deuxième femme et la troisième personne afro-américaine à accéder à cette fonction[13]. Chicago, troisième ville des États-Unis, devient aussi la plus grande ville du pays dirigée par une femme noire[13].

Maire de ChicagoModifier

 
Logo utilisé lors de son investiture en tant que maire.

Elle entre en fonction le . Pour elle, la transition avec l'ancienne équipe sera facile et cordiale[58]. Elle exprime le souhait que le bureau du procureur rouvre une enquête pour déterminer s'il y a eu des violations des droits civils associé au code du silence pour le meurtre de Laquan McDonald par un policier[59].

Elle annonce qu'elle re-examinera le projet d'accord de la municipalité précédente concernant les projets d'aménagement "Lincoln Yards" et "les 78"[60]. Emanuel accepte de reporter le vote sur la subvention de la mairie[61]. À la suite d'une négociation avec les aménageurs qui s'engagent à favoriser des sous-traitants dirigés par des minorités ou par des femmes à hauteur de 400 millions de dollars et à accepter le contrôle de la mairie sur ce point, Lighfoot annonce son soutien au projet. Le lendemain, la subvention est votée par l'ancienne équipe[62].

Durant les manifestations et émeutes consécutives à la mort de George Floyd, Lightfoot fait partie d'un groupe de maires démocrates qui s'oppose régulièrement à la politique du président Donald Trump d'envoyer des agents fédéraux dans les villes où les manifestations tournent fréquemment à l'émeute, jugeant que cela ne fait qu'empirer les tensions[63]. Les critiques émises par ce groupe se durcissent après l'envoi de troupes fédérales à Portland (Oregon) le 4 juillet, dont les méthodes sont très controversées, notamment l'usage excessif de gaz lacrymogène y compris contre des manifestants pacifistes, et surtout des arrestations par des agents sans matricule ni signes distinctifs à bord de véhicules de location banalisés et qui arrête des manifestants voire des passants sans leur expliquer pourquoi - ce qui a souvent été comparé à des enlèvements[64]. Le groupe juge notamment qu'il s'agit d'une intervention excessive dans les affaires internes des États fédérés, ce qui serait une atteinte au dixième amendement de la Constitution des États-Unis[64]. Le 21 juillet 2020, une fusillade durant des funérailles à Chicago fait une quinzaine de blessés[63]. Le 22 juillet, Trump et son ministre de la justice William P. Barr annoncent l'envoi de 200 agents fédéraux dans la ville pour « réduire la criminalité »[63]. Lighfoot répond sur Twitter : « En aucun cas je ne laisserai les soldats de Donald Trump venir à Chicago et terroriser nos habitants. »[63].

En mai 2021, se déclarant « frappée par la proportion ultra-dominante de personnes blanches et d’hommes au sein des médias de Chicago », alors que « plus de la moitié des habitants sont noirs, hispaniques, d’origine asiatique ou amérindienne », elle réserve l'interview consacrée à ses deux premières années de mandat à des journalistes issus de minorités. L'initiative est soutenue par certains et critiquée par d'autres, eux-mêmes issus des minorités. Gregory Pratt du Chicago Tribune écrit ainsi : « Les politiciens ne choisissent pas qui les couvre », quand Charles Whitaker, du même média, déclare : « Nous n’accepterions jamais, jamais, même dans un million d’années, qu’un politicien blanc fasse la même chose »[65].

Vie privéeModifier

Lori Lighfoot est mariée à Amy Eshleman, une ancienne employée de la bibliothèque publique de Chicago. Amy Eshleman s'occupe maintenant à plein temps de leur fille adoptive[66]. Elle est abonnée aux Bears de Chicago (football américain) depuis 20 ans[66] et aux White Sox (baseball)[67].

Responsabilités publiquesModifier

  • Procureure adjointe des États-Unis pour le district nord de l'Illinois (1996-2002).
  • Administrateur en chef du Bureau des normes professionnelles du département de police de Chicago (2002-2004)
  • Cheffe de cabinet et avocate générale du Bureau de la gestion des urgences et des communications de Chicago (2004-2005)
  • Première adjointe aux achats par intérim du département des services d'achat de la ville de Chicago (2005)
  • Présidente du conseil d'administration de la police de Chicago (2015-2018)
  • 56e maire de Chicago ()

RéférencesModifier

NotesModifier

  1. « Chicago élit comme maire Lori Lightfoot, une femme noire et homosexuelle », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 avril 2019)
  2. (en) « Lori Lightfoot Running Against Her Old Boss, Rahm Emanuel, for Mayor of Chicago », sur Marie Claire, (consulté le 22 septembre 2018)
  3. a b c d et e (en) Spielman, « Does Lori Lightfoot have a path to victory in crowded race for mayor? », Chicago Sun-Times, (consulté le 27 février 2019)
  4. a b c d e et f (en) Black, « Is Lori Lightfoot really the progressive candidate? », Chicago Reader, (consulté le 18 février 2019)
  5. (en) « Lori E. Lightfoot », Massillon Washington High School Alumni Association
  6. a et b (en) Preston, « Lori Lightfoot looks to tackle obstacles to become mayor », The Chicago Defender, (consulté le 2 avril 2019)
  7. a et b (en) Ring, « The Progressive Black Lesbian Who Could Be Chicago's Mayor », sur The Advocate, (consulté le 20 février 2019)
  8. a b et c (en) Sun-Times Editorial Board, « Why the Sun-Times endorses Lori Lightfoot to be Chicago's next mayor », Chicago Sun-Times, (consulté le 18 février 2019)
  9. (en) « IN RE: Attorney Lori E. LIGHTFOOT. », Caselaw.findlaw.com (consulté le 3 avril 2019)
  10. a b et c (en) « Behind Lori Lightfoot’s image as police reformer, her past reveals complicated picture », Chicago Tribune, (consulté le 20 février 2019)
  11. (en) Wall, « Lori Lightfoot responds to accusations she covered up police-involved shooting in 2000 », ABC7 Chicago, (consulté le 1er avril 2019)
  12. a b et c (en) Black, « Lightfoot’s long, complicated record on policing easy to distort », Chicago Reporter, (consulté le 1er avril 2019)
  13. a b c d e f et g « Lori Lightfoot, une maire noire et homosexuelle élue à Chicago, une première pour la ville », France 24, (consulté le 3 avril 2019)
  14. (en) Byrne, « Lightfoot resigns from Police Board, clearing path for possible mayoral run », Chicago Tribune, (consulté le 27 février 2019)
  15. (en) « 10 years ago: Christina Eilman falls from a Chicago high-rise », Chicago Tribune, (consulté le 27 février 2019)
  16. (en) « Former federal prosecutor picked to run Chicago Police Board », Chicago Sun-Times, (consulté le 27 février 2019)
  17. (en) « Police Accountability Task Force », chicagopatf.org (consulté le 18 février 2019)
  18. (en) Warren, « Opinion | Chicago will be run by a black woman. But is it ready for reform? », Washington Post, (consulté le 1er mars 2019)
  19. (en) « Official Statement from BYP100 Chicago Chapter on Lori Lightfoot and the Mayor Appointed Police Task Force » BYP100 », BYP100, (consulté le 27 février 2019)
  20. (en) Ruthhart et Byrne, « Emanuel to reappoint Lightfoot as president of Chicago's police discipline board », chicagotribune.com, (consulté le 27 février 2019)
  21. (en-US) « Lori Lightfoot running for Chicago mayor », ABC7 Chicago,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2018)
  22. (en) Chicago Tribune staff, « Who is Lori Lightfoot? », chicagotribune.com, (consulté le 18 février 2019)
  23. (en) « In Chicago mayor's race, Rahm Emanuel's exit makes room for powerful women of color », motherjones.com (consulté le 22 septembre 2018)
  24. (en-US) « Emanuel campaign fundraising far outpaces competition », ABC7 Chicago,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2019)
  25. (en) « Mayor Rahm Emanuel Has More Campaign Money Than Political Opponents – CBS Chicago », Chicago.cbslocal.com, (consulté le 3 avril 2019)
  26. (en) Slevin, « In Chicago’s Mayoral Race, the Establishment Leads the Outsiders », (consulté le 26 mars 2019)
  27. (en) Spielman, « Preckwinkle denies trying to bully Lightfoot out of mayor's race », Chicago Sun-Times, (consulté le 3 avril 2019)
  28. (en) Esposito, « Lightfoot stays on mayoral ballot; Preckwinkle campaign drops petition challenge », Chicago Sun-Times, (consulté le 28 février 2019)
  29. (en) « Chicago: Political corruption charges shadow mayor's race », Usatoday.com (consulté le 3 avril 2019)
  30. (en) Spielman, « Lightfoot TV ad shines light on 'Burke Four' she says are 'like cockroaches' », Chicago Sun-Times,
  31. McClelland, « How Lori Lightfoot Finished First | Chicago magazine | Politics & City Life February 2019 », Chicagomag.com, (consulté le 3 avril 2019)
  32. Brown, « Lightfoot hangs tough for an amazing turnaround by any standard », Chicago Sun-Times, (consulté le 3 avril 2019)
  33. (en) « Poll jam: Preckwinkle, Daley inch ahead as all 14 struggle to crack 13 percent », Chicago Sun-Times (consulté le 4 février 2019)
  34. (en) « Sun Times Chicago Mayoral Jan 2019 Draft | Opinion Poll | Margin Of Error », Scribd (consulté le 4 février 2019)
  35. David Binder Research, « RE: Preckwinkle’s Support Declines by Near Double Digits », Politico.com, (consulté le 4 février 2019)
  36. Wilson, « No bias. All the polls are "singing the same song" - Victory, Ogden & Fry, We Ask America and now Tulchin Research. And now that you know? You know what to do... punch 22 for Willie Wilson For Mayor! Everyone else is saying so! Click, read, like & share!pic.twitter.com/9CfzbfCoho », (consulté le 26 février 2019)
  37. « 5-Person Dash to Finish of Chicago Mayoral Race, Poll Shows », NBC Chicago (consulté le 26 février 2019)
  38. (en) Wall, « Preckwinkle fires campaign manager over controversial Facebook post », ABC7 Chicago, (consulté le 28 février 2019)
  39. (en) Mary Ann Ahern et Benjamin Conboy, « Lightfoot Gains Momentum Ahead of Runoff », sur NBC Chicago (consulté le 7 avril 2019)
  40. « The Latest: 2 black women advance in Chicago mayor race », sur AP NEWS, (consulté le 7 avril 2019)
  41. (en-US) Editorial Board, « Tribune Editorial Board endorsement for mayor of Chicago: Lori Lightfoot », sur chicagotribune.com (consulté le 7 avril 2019)
  42. (en) « EDITORIAL: Finish the job, Chicago, and elect Lori Lightfoot for mayor », sur Chicago Sun-Times (consulté le 7 avril 2019)
  43. (en) « Wilson endorsement caps good week for Lightfoot's mayoral campaign », sur Chicago Sun-Times (consulté le 7 avril 2019)
  44. (en-US) « Who are losing mayoral candidates backing in the runoff election? Hint: not Toni Preckwinkle », Chicago Tribune (consulté le 7 avril 2019)
  45. (en) « Mayoral Runoff Election Poll », sur WTTW News (consulté le 7 avril 2019)
  46. (en) « New Poll Suggests Lightfoot Poised to Clinch Mayor’s Race », sur WTTW News (consulté le 7 avril 2019)
  47. (en) « A new mayoral poll reveals a big Lightfoot lead—and a warning », sur Crain's Chicago Business, (consulté le 7 avril 2019)
  48. (en) « Poll shows Lightfoot trouncing Preckwinkle; CTU dismisses it as 'trash' », sur Chicago Sun-Times (consulté le 7 avril 2019)
  49. (en) Shia Kapos, « FIRST POLL: Lori trouncing Toni — CHUY’s campaign chief heads Lori’s team — BERNIE hits Chi », sur POLITICO (consulté le 7 avril 2019)
  50. (en) Benjamin Conboy, « Poll: Lightfoot Stretches Lead Over Preckwinkle », sur NBC Chicago (consulté le 7 avril 2019)
  51. (en) « Lightfoot seeks to buckle up bungalow belt with firefighters’ endorsement », sur Chicago Sun-Times (consulté le 7 avril 2019)
  52. (en-US) Editorial Board, « Lori Lightfoot and the police academy kerfuffle: Bold ideas aren't necessarily bad ideas », sur chicagotribune.com (consulté le 7 avril 2019)
  53. (en) « Chance the Rapper made a second mayoral endorsement, and this time it’s Toni Preckwinkle », sur Time Out Chicago (consulté le 7 avril 2019)
  54. (en) « Rush Doubles Down on Controversial Lightfoot Remarks », sur NBC Chicago (consulté le 7 avril 2019)
  55. (en) « U.S. Rep. Bobby Rush endorses Bill Daley for Chicago mayor », sur WGN-TV, (consulté le 7 avril 2019)
  56. (en-US) Gregory Pratt, Juan Perez Jr, « Lori Lightfoot counters Chance the Rapper's criticism during Chicago mayor debate », sur chicagotribune.com (consulté le 7 avril 2019)
  57. (en-US) « Op-Ed: Lori Lightfoot’s Dark Promises », sur South Side Weekly, (consulté le 7 avril 2019)
  58. (en) Mary Ann Ahern, « Lightfoot Says Trump Called After Her Election », sur NBC Chicago (consulté le 13 avril 2019)
  59. (en) « Lori Lightfoot wants Laquan McDonald ‘code of silence’ trial re-examined », sur WGN-TV, (consulté le 13 avril 2019)
  60. (en) « Lori Lightfoot says city can get a better deal from Lincoln Yards developer », sur Chicago Sun-Times (consulté le 13 avril 2019)
  61. (en) « Rahm cancels votes on Lincoln Yards, 'The 78,' but one alderman wants to proceed », sur Chicago Sun-Times (consulté le 13 avril 2019)
  62. (en) Shia Kapos et Adrienne Hurst, « BREAKING: LIGHTFOOT says yes to Lincoln Yards, 78 — BUTTIGIEG likes Chicago — PRITZKER rallies unions », sur POLITICO (consulté le 13 avril 2019)
  63. a b c et d « Etats-Unis : Donald Trump annonce l'envoi de forces fédérales à Chicago pour y réduire la criminalité », sur 22 juillet 2020,
  64. a et b Violaine Jaussent, « Manifestations contre le racisme aux Etats-Unis : à Portland, activistes et forces fédérales s'affrontent toutes les nuits », sur francetvinfo.fr, (consulté le 23 juillet 2020)
  65. « À Chicago, la maire organise une interview en non-mixité pour défendre la mixité », sur Libération, (consulté le 27 mai 2021).
  66. a et b (en) « Lori Lightfoot: From 'kickass trial lawyer' to Chicago's next mayor », sur Chicago Sun-Times (consulté le 13 avril 2019)
  67. (en) James Neveau, « Lightfoot to Throw Out 1st Pitch at Sox Home Opener », sur NBC Chicago (consulté le 13 avril 2019)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :