Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Joan Nestle

écrivaine américaine
Joan Nestle
Description de l'image Joan Nestle for Škuc LL.jpg.
Naissance (77 ans)
New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Joan Nestle, née le à New York est un écrivain et éditrice américaine. Elle a obtenu le prix Lambda Literary de la meilleure fiction lesbienne.

Elle est co-fondatrice du Lesbian Herstory Archives (en). Elle est ouvertement gay et considère son travail d'archivage de l'histoire lesbienne comme essentielle à son identité « en sa qualité de femme, de lesbienne et de Juive »[1].

Sommaire

VieModifier

Joan Nestle est née et a passé toute sa jeunesse dans le Queens (New York). Le père de Joan Nestle est mort avant sa naissance. Joan Nestle fut élevée par sa mère Regina Nestle, comptable dans le quartier de la mode à New York. Joan attribue à sa mère sa croyance au droit indéniable pour la femme d'aimer le sexe[2].

Elle fit ses études au Martin Van Buren High School dans Queens Village à New York et obtint son B.A. (Baccalaureate of Arts) du Queens College en 1963. Au milieu des années 1960 elle s'engagea dans le Mouvement afro-américain des droits civiques (African-American Civil Rights Movement) , voyagea dans le Sud des États-Unis pour rejoindre les marches de Selma à Montgomery et participa aux campagnes d'inscription des électeurs (en)[3] . Elle obtint une maitrise en anglais à l'Université de New York (New York University) en 1968 et continua un doctorat pendant deux ans avant d'enseigner au Queens College[4].

Joan Nestle a fait partie de la classe ouvrière fréquentant les bars butch-fem de New York depuis la fin des années 1950. Dans un interview qu'elle a accordé au Ripe Magazine elle déclara que le centre de sa vie sociale en tant que jeune lesbienne était un bar appelé The Sea Colony, qui comme beaucoup d'autres à l'époque, était fréquenté par le crime organisé et qui, pour éviter des descentes de la brigade des mœurs, n'autorisait qu'une femme à la fois aux toilettes[5].

« La file pour les toilettes partait de la pièce arrière et traversait un étroit couloir jusqu'aux toilettes qui se trouvaient derrière le bar. Une butch se trouvait au début de la file et distribuait deux feuilles de papier toilette à chacune... Il m'a fallu beaucoup de temps pour réaliser que pendant que je me battais pour toutes ces autres causes, c'était frustrant d'obtenir ma ration de feuilles de papier toilette. »

À la suite des émeutes de Stonewall en 1969 le Mouvement de libération gay est devenu le centre de son activisme. Elle rejoignit le Lesbian Liberation Committee en 1971 et participa à la fondation du Gay Academic Union (en) (GUA) en 1972. L'année suivante, Joan Nestle et d'autres membres du GAU commencèrent à collecter et préserver des documents et objets en relation avec l'histoire du lesbianisme. Ce projet fut le lancement du Lesbian Herstory Archives, qui vit le jour en 1974 dans une petite pièce de l'appartement qu'elle partageait avec sa partenaire de l'époque Deborah Edel. La collection déménagea par la suite (1992) dans un brownstone à Park Slope, (Brooklyn). Actuellement le musée comporte plus de 20 000 livres, 12 000 photographies et 1 600 titres de périodiques[3],[6]

Joan Nestle commença à écrire des fictions en 1978 pendant qu'elle était en convalesence durant une année et ne put enseigner[7]. Ses écrits érotiques axés sur les relations butch-fem firent d'elle une figure controversée durant les Feminist Sex Wars des années 1980. Des membres de l'association féministe radicale Women Against Pornography appelèrent à la censure de ses ouvrages[3]. Dans ses écrits politiques, Joan Nestle, qui s'auto-identifia fem, argua que le féminisme contemporain en rejettant les identités butch-fem refoulait une grande part de lui-même[8],[9]. Joan Nestle disait vouloir que les gens, et particulièrement les lesbiennes, voient que les relations butch-fem ne sont pas une imitation négative de l'hétérosexualité[3]. Ses écrits sur le sujet ont eu une forte influence : Lillian Faderman la décrit comme la sage-femme d'une nouvelle vision des butch-fem[8], et son anthologie de 1992 The Persistent Desire : A Femme-Butch Reader devint l'ouvrage de référence en ce domaine[10].

Joan Nesle quitta le Queens College en 1995 à la suite de la détection d'un probable cancer du côlon[5]. Un cancer du sein lui fut diagnostiqué en 2001[11]. Elle vit actuellement en Australie avec sa compagne Dianne Otto, professeur de droit et enseigne à l'université de Melbourne[7].

La vie de Joan Nestle a fait l'objet d'un documentaire en 2002 réalisé par Joyce Warshow Hand on the Pulse[7].

Joan Nestle est depuis longtemps mécène du Australian Lesbian and Gay Archives.

Elle est co-auteur avec Yasmin Tambiah d'un numéro spécial du magazine multiculturel lesbien Sinister Wisdom sur le thème des lesbiennes en exil (Lesbians and Exile), publié au printemps 2014[12].

OuvragesModifier

En tant qu'écrivainModifier

  • A Fragile Union: New and Collected Writings (1998)
  • A Restricted Country (1988)

En tant qu'éditriceModifier

  • GenderQueer Voices from Beyond the Sexual Binary (2002) - co-édité avec Clair Howell et Riki Anne Wilchins (en)
  • Best Lesbian Erotica 2000 (1999) co-édité avec Tristan Taormino
  • The Vintage Book of International Lesbian Fiction (1999) - coédité avec Naomi Holoch
  • Women on Women 3 : An Anthology of Lesbian Short Fiction (1996) co-édité avec Naomi Holoch
  • Sister and Brother : Lesbians and Gay Men Write about Their Lives Together (1994) co-édité avec John Preston
  • Women on Women 2 : An Anthology of Lesbian Short Fiction (1993) co-édité avec Naomi Holoch
  • The Persistent Desire : A Femme-Butch Reader (1992)
  • Women on Women 1 : An Anthology of Lesbian Short Fiction (1990) co-édité avec Naomi Holoch

RécompensesModifier

  • 2000 Prix Lambda Literary, catégorie "Best Lesbian & Gay Anthology - Fiction" pour The Vintage Book of International Lesbian Fiction
  • 1999 Prix Lambda Literary, catégorie "Lesbian Studies" pour A Fragile Union
  • 1998 Prix de l'American Library Association "Gay/Lesbian Book Award" pour A Restricted Country
  • 1997 Prix Lambda Literary, catégorie "Best Lesbian & Gay Anthology - Fiction" pour Women on Women 3
  • 1996 Le prix Bill Whitehead pour sa carrière littéraire
  • 1994 Prix Lambda Literary, catégorie "Best Lesbian & Gay Anthology - non-Fiction" pour Sister and Brother
  • 1992 Prix Lambda Literary, catégorie "Best Lesbian Anthology" pour The Persistent Desire
  • 1990 Prix Lambda Literary, catégorie "Best Lesbian Anthology" pour Women on Women 1

RéférencesModifier

  1. Jewish Women's Archive - As a woman, as a lesbian, as a Jew, I know that much of what I call history others will not. But answering that challenge of exclusion is the work of a lifetime.
  2. Joan Nestle - My Mother Liked to Fuck dans The Eight Technologies of Otherness de Sue Golding, 1997, New York : Routledge. p. 159-161 (ISBN 0-415-14579-1)
  3. a, b, c et d "Joan Nestle" Gay & Lesbian Biography (St. James Press) 1977. Article reproduit dans Biography Resource Center (2007). Farmington Hills. Mich. : Thomson Gale.
  4. "Joan Nestle" Contemporary Authors Online (Thomson Gale). 2002. Reproduit dans Biography Resource Center (2007) Farmington Hills, Mich. : Thomson Gale.
  5. a et b "Joan Nestle, Sixty and Sexy" Ripe magazine (5). n° de janvier-avril 2001
  6. The Lesbian Herstory Archives
  7. a, b et c GLBTQ : An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture Linda Rapp (2005)
  8. a et b Lillian Faderman, (avril 1992) "The return of Butch and Femme : A phenomen in lesbian sexuality of the 1980s and 1990s". Journal of the History of Sexuality - 2" (4):p. 579-596.
  9. Joan Nestle" Jewish Women and the Feminist Revolution. Jewish Women's Archive.
  10. Martha Stone (1997) "What is called fem(me) ?" The Harvard Gay & Lesbian Review " volume 4 (4:51)
  11. site internet de Joan Nestle - 18.07.2001 - The River Diaries
  12. Sinister Wisdom A Multicultural Lesbian Literary & Art Journal - no 94 - Lesbians and Exile - Joan Nestle and Yasmin Tambiah, éd. Julie R. Enszer

Liens externesModifier