Pratiques sexuelles lesbiennes

Une peinture de Gerda Wegener de 1925 représentant deux femmes se livrant à une activité sexuelle au lit.

Les pratiques sexuelles lesbiennes sont des activités sexuelles impliquant des femmes qui ont des relations sexuelles avec des femmes, quelle que soit leur orientation sexuelle. Une femme qui a des relations sexuelles avec une autre femme peut s'identifier comme lesbienne si elle est exclusivement attirée sexuellement par les femmes, ou bisexuelle/pansexuelle si elle n'est pas exclusivement attirée sexuellement par les femmes, ou si elle omet totalement l'identification sexuelle. Le terme peut également s'appliquer à une femme hétérosexuelle ou asexuelle qui ne connaît pas, ou qui explore, sa sexualité.

Les relations interpersonnelles amoureuses ou sexuelles sont souvent sujettes au désir et à l'excitation sexuels, ce qui conduit ensuite à une activité sexuelle favorisant la libération sexuelle. Une expression physique de l'intimité entre des femmes dépend du contexte de la relation et des influences, notamment sociales ou culturelles[1].

ComportementsModifier

GénéralModifier

 
Une femme stimule oralement les mamelons de sa partenaire sexuelle.

Généralement, les femmes manifestent de l'affection entre elles, par exemple en s'embrassant sur la joue ou en s’enlaçant. Un baiser sur les lèvres, un baiser prolongé ou un câlin, ou toute autre forme de contact, peut être considéré ou non comme sexuel. L'éducatrice sexuelle et féministe Shere Hite a déclaré dans un de ses sujets de recherche : « Le sexe avec une femme comprend : toucher, embrasser, sourire, avoir l'air sérieux, embrasser, parler, avoir des relations numériques, caresser, regarder, faire un cunnilingus, se déshabiller, se souvenir, émettre des sons, parfois mordre doucement, parfois pleurer, et respirer et soupirer ensemble. »[2]

Se déshabiller devant un partenaire, enlever les vêtements de son partenaire ou se livrer à des actes d'intimité physique, tels que toucher les zones érogènes du partenaire par l'utilisation des mains, de la langue ou du reste de la bouche, peuvent être considérés comme des indicateurs du désir du partenaire pour l'activité sexuelle et les stimuli érotiques ou l'excitation sexuelle pouvant générer des sensations érotiques chez les deux partenaires. Permettre de tels actes d'intimité physique, en particulier la stimulation des seins et des mamelons d'une partenaire est un indice d'un intérêt réciproque pour une activité sexuelle.

La bouche, les lèvres et la langue d'une femme peuvent constituer des zones érogènes sensibles ; ils sont couramment utilisés par les partenaires pendant les phases préliminaires et tout au long d'une activité sexuelle, que ce soit pour embrasser, sucer, lécher ou spécifiquement pour une relation sexuelle orale. La stimulation des seins d'une partenaire, y compris la stimulation orale ou manuelle des mamelons, est une forme de jeu préliminaire. La stimulation des seins et des mamelons chez les femmes est un aspect courant de l'activité sexuelle[3]. La stimulation des mamelons de la femme favorise la production et la libération d'ocytocine et de prolactine[3]. Lors de la stimulation des mamelons, de grandes quantités d'ocytocine sont libérées, préparant normalement le sein à l'allaitement. En plus de créer des sentiments maternels chez une femme, cela diminue également son anxiété et accroît le lien et la confiance[4],[5].

Un orgasme comprend des actions involontaires, notamment des spasmes musculaires dans de multiples zones du corps, une sensation euphorique générale et, fréquemment, des mouvements du corps et des vocalisations[6]. La période après l'orgasme, appelée période réfractaire, est souvent une expérience relaxante, attribuée à la libération des neurohormones de l'ocytocine et de la prolactine[6],[7]. Bien que, en raison de facteurs sur la possibilité des femmes d'être en mesure d'atteindre un orgasme plus rapidement après leur premier orgasme, les recherches indiquent souvent qu'elles ne connaissent pas une période réfractaire[6],[8], d'autres sources définissent la période réfractairechez les femmes en partie comme une étape où la stimulation sexuelle ultérieure ne produit pas d’excitation et inclut donc les femmes dans la définition[7],[9].

Sexe oral, stimulation manuelle et tribadismeModifier

 
Femme effectuant un cunnilingus à sa partenaire sexuelle.

La stimulation orale du clitoris ou d'autres parties de la vulve ou du vagin est couramment pratiquée entre les femmes et, tout comme la stimulation orale des mamelons, peut comprendre l'utilisation de dents en plus de celle des lèvres ou de la langue[10],[11]. Le sexe oral qui implique la stimulation du clitoris de la femme ou d'autres parties de la vulve ou du vagin est appelé cunnilingus. La stimulation orale de l'anus, appelée anulingus, et elle est moins souvent pratiquée[11],[12].

Le doigté (stimulation manuelle) implique l'utilisation des doigts pour masser le clitoris d'une femme ou d'autres parties de la vulve, du vagin ou de l'anus. La stimulation orale ou manuelle de la vulve, et en particulier du clitoris, est le moyen le plus courant pour une femme d'atteindre un orgasme[13],[14],[15],[16]. Doigter peut être fait par la personne elle-même, par le partenaire, mutuelle, pénétrante ou non pénétrante. Un massage à l'intérieur du vagin peut stimuler une zone très sensible, parfois appelée zone du point G. Pour certaines femmes, la stimulation de la zone du point G crée un orgasme plus intense que la stimulation directe du clitoris[17]. Pour une pénétration vaginale, anale ou orale plus profonde, un gode, un gode ceinture ou tout autre sex-toy peut être utilisé.

Le tribadisme est un acte sexuel non pénétrant commun entre les femmes[10],[11],[18],[19]. Il est souvent connu par sa position du « ciseaux » et est également appelé frottage. Il s’agit d’une femme qui frotte sa vulve contre celle de sa partenaire, la cuisse, le ventre, les fesses, le bras ou une autre partie du corps. Ceci peut être réalisé dans un certain nombre de positions sexuelles, notamment le missionnaire, la position du chevauchement, la levrette, en ciseaux ou tout autre position[20],[21]. Il peut être accompagné d'un doigté ou d'une pénétration avec un gode[10],[19],[22].

Dominance, soumission et BDSMModifier

 
Soumission lesbienne

À l'occasion, pour la diversité, ou de manière plus régulière ou plus courante, une femme peut assumer un rôle passif pendant une activité sexuelle et laisser à sa partenaire le soin de fournir sa satisfaction sexuelle, qui peut également être un aspect de domination et de soumission. Par exemple, une personne en position de levrette peut être passive et ouverte à une variété d’actes sexuels, généralement au choix du partenaire actif, telle que le doigté par derrière, le massage ou la stimulation de zones érogènes, y compris les organes génitaux, les mamelons, ou les fesses, et recevoir une fessée ludique[23]. Le partenaire actif peut également introduire un jouet sexuel, tel qu'un gode ou un vibrateur, dans le vagin ou l'anus.

Pour assurer la passivité et renforcer le sentiment de soumission réelle des femmes, une partenaire peut également prendre part au bondage (comme des menottes) ou à d'autres activités BDSM[10],[19]. Pendant la servitude sexuelle, la partenaire restreinte est généralement ouverte à une variété d’actes sexuels et ne peut pas s’immiscer dans l’activité sexuelle qui en résulte. Pour sa satisfaction sexuelle, elle dépend des actions de sa partenaire, qui peut choisir le type et le rythme de l'activité sexuelle et peut introduire des jouets sexuels. Par exemple, un bâillon peut être utilisé pour bâillonner la partenaire ainsi que pour lui demander de téter pendant une activité sexuelle de la même manière qu'une tétine adulte. La partenaire active a pour rôle de traiter la partenaire restreinte comme un objet sexuel à utiliser pour sa propre satisfaction sexuelle. La partenaire active peut elle-même obtenir une satisfaction sexuelle en fournissant à sa partenaire sexuelle une satisfaction sexuelle et en l'amenant à l'orgasme.

Recherche et points de vueModifier

 
Peinture par Édouard-Henri Avril de la fin du XIXe siècle montrant l'utilisation d'un gode-ceinture.

En 1953, le Comportement sexuel de la femme adulte d'Alfred Kinsey indiquait qu'au cours des cinq années précédentes d'activité sexuelle, 78 % des femmes avaient des orgasmes dans 60 % à 100 % des relations sexuelles avec d'autres femmes, contre 55 % des hétérosexuelles[24]. Kinsey a attribué cette différence au fait que les partenaires féminines en savaient plus sur la sexualité des femmes et sur la façon d'optimiser leur satisfaction sexuelle que les partenaires masculins[25]. De même, des études menées par plusieurs universitaires, dont Masters et Johnson, ont conclu que les comportements sexuels des lesbiennes avaient plus souvent des qualités associées à la satisfaction sexuelle que leurs homologues hétérosexuels, ou que les partenaires féminins étaient plus susceptibles de mettre l'accent sur les aspects émotionnels de l'amour[18],[25],[26]. Dans son étude de 1979 sur les pratiques sexuelles lesbiennes, Masters et Johnson ont conclu que les relations sexuelles lesbiennes impliquaient davantage de contacts sexuels dans tout le corps que des contacts centrés sur les organes génitaux, moins de préoccupations ou d'anxiété quant à la réalisation de l'orgasme, une plus grande assertivité sexuelle et la communication sur les besoins sexuels, des relations sexuelles plus durables et une plus grande satisfaction de la qualité globale de la vie sexuelle[18],[26].

Des études menées par Pepper Schwartz et Philip Blumstein (1983) ainsi que par Diane Holmberg et Karen L. Blair (2009) contredisent les recherches indiquant que les femmes ayant des relations homosexuelles sont plus satisfaites sexuellement que leurs homologues hétérosexuelles. Schwartz a conclu que les couples de lesbiennes engagés dans une relation amoureuse ont moins de relations sexuelles que tout autre type de couple et que leur intimité sexuelle est généralement réduite au fil de la durée de la relation, bien que cette étude ait fait l'objet de débats[18],[26],[27],[28]. L'étude de Holmberg et Blair, par ailleurs, publiée dans The Journal of Sex Research, a révélé que les femmes impliquées dans des relations homosexuelles jouissaient du même désir sexuel, d'une communication sexuelle, d'une satisfaction sexuelle et d'une satisfaction à l'orgasme identiques à leurs homologues hétérosexuelles[29]. Des recherches supplémentaires menées par Blair et Pukall (2014) ont fait état de résultats similaires, selon lesquels les femmes homosexuelles avaient des niveaux de satisfaction sexuelle globaux similaires et des taux de fréquence sexuelle inférieurs. Cependant, cette étude récente a également révélé que les femmes homosexuelles passaient beaucoup plus de temps lors des relations sexuelles, souvent plus de deux heures. Par conséquent, la moindre fréquence des rapports des lesbiennes peut être compensée par des durées plus longues[30].

En ce qui concerne la facilité ou la difficulté à atteindre l'orgasme, les recherches de Hite (bien que sujettes à des limitations méthodologiques) ont montré que la plupart des femmes avaient besoin d'une stimulation clitoridienne (extérieure) pour atteindre l'orgasme, ce qui pouvait être « simple et puissant, à condition d'être bien stimulé » et la stimulation du clitoris en plus de connaître son propre corps est la raison pour laquelle la plupart des femmes atteignent l'orgasme plus facilement par la masturbation[1],[31]. Reprenant les conclusions de Kinsey, des études menées par des chercheurs tels que Peplau, Fingerhut et Beals (2004) et Diamond (2006) indiquent que les lesbiennes ont des orgasmes plus souvent et plus facilement que les femmes hétérosexuelles lors des relations sexuelles[25].

Les préférences pour des pratiques sexuelles spécifiques parmi les relations entre femmes du même sexe ont également été étudiées. Masters et Johnson ont conclu que la pénétration vaginale avec des godes est rare et que les lesbiennes ont tendance à pratiquer davantage la stimulation génitale globale que la stimulation directe du clitoris, ce qui est également souvent le cas pour les relations hétérosexuelles[18]. En ce qui concerne le sexe oral, la croyance commune selon laquelle toutes les femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes pratiquent le cunnilingus contraste avec les recherches sur le sujet. Certaines femmes lesbiennes ou bisexuelles n'aiment pas le sexe oral parce qu'elles n'aiment pas l'expérience ou en raison de facteurs psychologiques ou sociaux, tels que le fait de le trouver sale[32],[33],[34],[35]. D'autres femmes lesbiennes ou bisexuelles pensent qu'il s'agit d'une nécessité ou le définissent en grande partie comme l'activité sexuelle des lesbiennes[34],[35]. Les couples de lesbiennes sont plus susceptibles que les couples hétérosexuels de considérer l'aversion d'une femme pour le cunnilingus comme un problème, et il est courant pour elles de rechercher un traitement pour surmonter les inhibitions le concernant[34].

Il y a aussi des lesbiennes qui peuvent ou non aimer le sexe anal[36]. En 1987, une étude non scientifique (Munson) a été menée sur plus de 100 membres d'une organisation sociale lesbienne du Colorado. Lorsqu'on leur a demandé quelles techniques elles avaient utilisées lors de leurs 10 dernières relations sexuelles, 100 % ont déclaré s'embrasser, sucer des seins et stimuler manuellement le clitoris ; plus de 90 % ont déclaré s'embrasser avec a langue, avoir des relations sexuelles orales et avoir introduit leurs doigts dans le vagin ; et 80 % ont rapporté le tribadisme. Les lesbiennes dans la trentaine étaient deux fois plus susceptibles que les autres groupes d'âge de se lancer dans une stimulation anale (avec un doigt ou un gode)[10]. Une étude menée en 2014 sur des femmes lesbiennes en couple au Canada et aux États-Unis a révélé que 7 % d'entre elles participaient à une stimulation ou à une pénétration anale au moins une fois par semaine ; environ 10 % le faisaient tous les mois et 70 % pas du tout[37].

En 2003, Julia V Bailey et son équipe de recherche ont publié des données basées sur un échantillon du Royaume-Uni de 803 femmes lesbiennes et bisexuelles fréquentant deux centres de santé sexuelle pour lesbiennes à Londres et de 415 femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes. L'étude a indiqué que les pratiques sexuelles entre femmes les plus couramment citées « étaient le sexe oral, la pénétration digitale vaginale, la masturbation mutuelle et le tribadisme (frottage avec contact génital à génital ou frottement des organes génitaux contre une autre partie du corps de la partenaire), pour 85 % des [femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes] ». À l'instar des études antérieures, les données ont également montré que la pénétration vaginale avec des godes ou d'autres jouets sexuels chez les femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes est rare[11],[38]. Un sondage en ligne de 2012 sur 3 116 femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes, publié dans British Medical Journal, a révélé que la majorité des femmes déclaraient avoir des antécédents de frottement génital (99,8 %), de doigté vaginal (99,2 %), de ciseaux génitaux (90,8 %), de cunnilingus (98,8 %) et l'utilisation de vibrateurs (74,1 %)[39].

Risques sanitairesModifier

Comme la plupart des activités sexuelles, les activités sexuelles lesbiennes peuvent comporter des risques d'infections sexuellement transmissibles (IST/MST), telles que l'herpès génital ou d'autres infections pathogènes. Lorsque l'activité sexuelle des lesbiennes est de nature non pénétrante, le risque d'échange de fluides corporels est généralement plus faible et, par conséquent, l'incidence de transmission d'infections sexuellement transmissibles est également relativement faible [40],[41], en particulier par rapport aux activités sexuelles pénétrantes entre hommes et femmes, ou entre hommes[42]. L'utilisation des mêmes jouets sexuels par plus d'une personne augmente le risque de transmission de telles infections[42],[43]. Bien que le risque de transmission du VIH lié à l'activité sexuelle lesbienne soit significativement inférieur à celui associé à la transmission du VIH lié à une activité sexuelle homme-femme et homme-homme, il est présent[42]. Le VIH peut se transmettre par les fluides corporels, tels que le sang (y compris le sang menstruel), le liquide vaginal et le lait maternel, ou par le sexe oral si la personne a des coupures ou des plaies dans la bouche ou une mauvaise hygiène buccale[40].

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CCP) n'ont pas reconnu la transmission entre femmes comme méthode possible d'infection par le VIH avant 1995. Le CCP a signalé que peu de données étaient disponibles sur le risque de propagation des infections sexuellement transmissibles entre femmes [42]. Cependant, le CCP indique que des agents pathogènes tels que la trichomonase résistante au métronidazole, le VIH concordant au génotype, le papillomavirus humain (PVH, qui a été associé à presque tous les cas de cancer du col utérin) et la syphilis peuvent se transmettre par contact sexuel entre femmes[42]. Bien que les taux de ces pathologies soient inconnus, une étude a montré que 30 % des lesbiennes et des femmes bisexuelles avaient des antécédents médicaux d'infection transmissible sexuellement[44]. Cela ne signifie pas que les lesbiennes sexuellement actives sont exposées à des risques plus élevés pour la santé que la population en général. Health Canada a noté que « la prévalence de tous les types de PVH (cancéreux et non cancérogène) dans différents groupes de femmes canadiennes variait de 20 % à 33 % » et une étude universitaire américaine a révélé que 60 % des femmes sexuellement actives étaient infectées par le PVH à un moment donné dans une période de trois ans[45].

L'American Family Physician suggère que les femmes lesbiennes et bisexuelles « couvrent les jouets sexuels pénétrant le vagin ou l'anus d'une personne avec un nouveau préservatif pour chaque personne » et « d'envisager l'utilisation de jouets différents pour chaque personne, d'utiliser une barrière de protection (par exemple, une feuille de latex, une digue dentaire, un préservatif découpé ou une pellicule de plastique) lors de rapports sexuels oraux et d'utiliser des gants en latex ou en vinyle ainsi qu'un lubrifiant pour tout rapport sexuel manuel susceptible de provoquer un saignement par un contact non protégé avec le sang menstruel d'un partenaire sexuel et avec des lésions génitales visibles »[43]. Cependant, « rien ne prouve réellement » que l'utilisation d'une digue dentaire réduit les risques de transmission des IST entre femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes. Des études montrent que l'utilisation d'une digue dentaire comme barrière de protection est rarement pratiquée et que, chez les femmes ayant des relations sexuelles avec d'autres femmes, cela peut être dû au fait que ces personnes ont « une connaissance limitée des possibilités de transmission des IST ou se sentent moins vulnérables aux IST [comme le VIH] »[11].

RéférencesModifier

  1. a et b « The Hite Reports: What do they say? », sur hite-research.com (consulté le 19 novembre 2011).
  2. « Lesbianism: Women's Sexual Expression Together », sur hite-research.com (consulté le 3 février 2012).
  3. a et b Levin, Roy J., « The breast/nipple/areola complex and human sexuality », Sexual & Relationship Therapy, vol. 21, no 2,‎ , p. 450–4 (PMID 16681470, DOI 10.1111/j.1743-6109.2006.00230.x, lire en ligne).
  4. « Physiologic Mechanism of Nipple Stimulation », sur Medscape Today from WebMD (consulté le 20 novembre 2010).
  5. « Oxytocin: the Great Facilitator of Life », Progress in Neurobiology, vol. 88, no 2,‎ , p. 127–51 (PMID 19482229, PMCID 2689929, DOI 10.1016/j.pneurobio.2009.04.001).
  6. a b et c Martha Rosenthal, Human Sexuality: From Cells to Society, Cengage Learning, , 133–135 p. (ISBN 978-0618755714, lire en ligne).
  7. a et b Daniel L. Schacter, Daniel T. Gilbert et Daniel M. Wegner, Psychology, Macmillan, (ISBN 978-1429237192, lire en ligne), p. 336.
  8. « The Sexual Response Cycle », University of California, Santa Barbara (consulté le 12 mai 2014).
  9. Irving B. Weiner et W. Edward Craighead, The Corsini Encyclopedia of Psychology, Volume 2, John Wiley & Sons, (ISBN 978-0470170267, lire en ligne), p. 761.
  10. a b c d et e Janell L. Carroll, Sexuality Now: Embracing Diversity, Cengage Learning, (ISBN 978-0-495-60274-3, lire en ligne), p. 272.
  11. a b c d et e Jonathan Zenilman et Mohsen Shahmanesh, Sexually Transmitted Infections: Diagnosis, Management, and Treatment, Jones & Bartlett Publishers, , 329–330 p. (ISBN 978-0495812944, lire en ligne).
  12. « Lesbians'Sexual Activities and Efforts to Reduce Risks for Sexually Transmitted Diseases », J Gay Lesbian Med Assoc., vol. 4, no 2,‎ , p. 41–8 (DOI 10.1023/A:1009513623365).
  13. « I Want a Better Orgasm! », sur WebMD (consulté le 18 août 2011).
  14. Janell L. Carroll, Sexuality Now: Embracing Diversity, Cengage Learning, , 265–267 p. (ISBN 978-0-495-60274-3, lire en ligne).
  15. Mah Kenneth et Binik Yitzchak M, « The nature of human orgasm: a critical review of major trends », Clinical Psychology Review, vol. 21, no 6,‎ , p. 823–856 (PMID 11497209, DOI 10.1016/S0272-7358(00)00069-6) :

    « Women rated clitoral stimulation as at least somewhat more important than vaginal stimulation in achieving orgasm; only about 20% indicated that they did not require additional clitoral stimulation during intercourse. »

    .
  16. Kammerer-Doak Dorothy, « Female Sexual Function and Dysfunction », Obstetrics and Gynecology Clinics of North America, vol. 35, no 2,‎ , p. 169–183 (PMID 18486835, DOI 10.1016/j.ogc.2008.03.006) :

    « Most women report the inability to achieve orgasm with vaginal intercourse and require direct clitoral stimulation... About 20% have coital climaxes... »

    .
  17. Sima Kotecha, « BBC - Newsbeat - Health - G Shot 'helps women in search of orgasm' », sur BBC News, (consulté le 2 mai 2010).
  18. a b c d et e Jerrold S. Greenberg, Clint E. Bruess et Sarah C. Conklin, Exploring the dimensions of human sexuality, Jones & Bartlett Learning, , 489–490 p. (ISBN 9780763797409, lire en ligne).
  19. a b et c Douglas C. Kimmel, Tara Rose et Steven David, Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Aging: Research and Clinical Perspectives, Jones & Bartlett Learning, , 73–79 p. (ISBN 978-0-231-13618-1, lire en ligne).
  20. Shere Hite, The Hite Report: A Nationwide Study of Female Sexuality, New York, NY, Seven Stories Press, (ISBN 978-1583225691, lire en ligne), p. 322.
  21. Jude Schell, Lesbian Sex: 101 Lovemaking Positions, Ten Speed Press, , 224 pages p. (ISBN 978-0-495-60274-3, lire en ligne).
  22. Judith Halberstam, Female Masculinity, Duke University Press, (ISBN 978-0-8223-2243-6, lire en ligne), p. 329.
  23. Rogiere, Jean, The Little Book of Sex, Ulysses Press, , 96 pages p. (ISBN 1-56975-305-9).
  24. Alfred Kinsey, Pomeroy, W., Martin, C. et Gebhard, P., Sexual Behavior in the Human Female, Philadelphia: Saunders (, (ISBN 978-0-253-33411-4).
  25. a b et c Wayne Weiten, Dana S. Dunn et Elizabeth Yost Hammer, Psychology Applied to Modern Life: Adjustment in the 21st Century, Cengage Learning, (ISBN 978-1-111-18663-0, lire en ligne), p. 386.
  26. a b et c Iasenza, S., « The Big Lie: Lesbian Bed Death », (consulté le 14 juin 2009).
  27. McCroy Winnie, « The Myth of Lesbian Bed Death », sur The Village Voice, (consulté le 20 février 2011).
  28. Dowling, « Girl On Girl: Lesbian Bed Death Is A Big, Fat Myth », sur The Frisky, (consulté le 20 février 2011).
  29. Holmberg Diane et Blair Karen Lyndsay, « Sexual Desire, Communication, Satisfaction, and Preferences of Men and Women in Same-Sex Versus Mixed-Sex Relationships », Journal of Sex Research, vol. 46, no 1,‎ , p. 57–66 (ISSN 1559-8519, DOI 10.1080/00224490802645294, lire en ligne[archive du ], consulté le 1er mars 2019).
  30. Blair Karen et Pukall Caroline, « Can Less Be More? Comparing Duration vs. Frequency of Sexual Encounters in Same-Sex and Mixed-Sex Relationships », Canadian Journal of Human Sexuality, vol. 23, no 2,‎ , p. 123–136 (DOI 10.3138/cjhs.2393, lire en ligne [PDF]).
  31. Shere Hite, The Hite Report: A Nationwide Study of Female Sexuality, New York, NY, Seven Stories Press, , 512 p. (ISBN 978-1-58322-569-1, lire en ligne).
  32. Belge Kathy, « Do All Lesbians Like Oral Sex? », sur About.com (consulté le 3 juin 2012).
  33. Naomi B. McCormick, Sexual Salvation: Affirming Women's Sexual Rights and Pleasures, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0275943592, lire en ligne), p. 207.
  34. a b et c Ginny Vida, Karol D. Lightner et Tanya Viger, The New Our Right to Love: A Lesbian Resource Book, Simon and Schuster, (ISBN 978-0684806822, lire en ligne), p. 74.
  35. a et b Jerry J. J. Bigner et Joseph L. L. Wetchler, Handbook of LGBT-Affirmative Couple and Family Therapy, Routledge, (ISBN 978-1136340321, lire en ligne), p. 102.
  36. Kat Harding, The Lesbian Kama Sutra, Macmillan, (ISBN 978-0-312-33585-4, lire en ligne), p. 31.
  37. Cohen Jacqueline N. et Byers E. Sandra, « Beyond Lesbian Bed Death: Enhancing Our Understanding of the Sexuality of Sexual-Minority Women in Relationships », Journal of Sex Research, vol. 51, no 8,‎ , p. 893–903 (ISSN 0022-4499, DOI 10.1080/00224499.2013.795924).
  38. J V Bailey, C Farquhar, C Owen et D Whittaker, « Sexual behaviour of lesbians and bisexual women », Sexually Transmitted Infections, vol. 79, no 2,‎ , p. 147–150 (PMID 12690139, PMCID 1744617, DOI 10.1136/sti.79.2.147).
  39. Schick V, Rosenberger JG, Herbenick D et Reece M, « Sexual behaviour and risk reduction strategies among a multinational sample of women who have sex with women », Sex Transm Infect, vol. 88, no 6,‎ , p. 407–12 (PMID 22563015, DOI 10.1136/sextrans-2011-050404).
  40. a et b Dianne Hales, An Invitation to Health Brief 2010-2011, Cengage Learning, , 269–271 p. (ISBN 978-0495391920, lire en ligne).
  41. William Alexander, Helaine Bader et Judith H. LaRosa, New Dimensions in Women's Health, Jones & Bartlett Publishers, (ISBN 978-1449683757, lire en ligne), p. 211.
  42. a b c d et e « Sexually Transmitted Diseases Treatment Guidelines, 2006 », sur Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 14 mai 2014).
  43. a et b Chivers Meredith L. et Wiedermana Michael W., « Primary Care for Lesbians and Bisexual Women », American Family Physician, vol. 74, no 2,‎ , p. 279–286 (DOI 10.1080/00224490709336797).
  44. Lee R, « Health care problems of lesbian, gay, bisexual, and transgender patients », West. J. Med., vol. 172, no 6,‎ , p. 403–8 (PMID 10854396, PMCID 1070935, DOI 10.1136/ewjm.172.6.403).
  45. Genuis et Genuis, « Managing the sexually transmitted disease pandemic: A time for reevaluation », American Journal of Obstetrics and Gynecology, vol. 191, no 4,‎ , p. 1103–1112 (DOI 10.1016/j.ajog.2004.03.019).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier