Ouvrir le menu principal

Le Sommeil (Courbet)

tableau de Gustave Courbet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Sommeil et Les Deux Amies.
Le Sommeil
Gustave Courbet - Le Sommeil (1866), Paris, Petit Palais.jpg
Le Sommeil
Artiste
Date
1866
Commanditaire
Type
Huile sur toile
Technique
Dimensions (H × L)
135 × 200 cm
Localisation
Propriétaire
Numéro d’inventaire
PPP3130
Inscription
G. Courbet, 66Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Sommeil, aussi intitulé Les Deux Amies, les Dormeuses et Paresse et Luxure, est un tableau peint par Gustave Courbet. Cette œuvre représente deux femmes se reposant après une relation charnelle. Elle a été réalisée en 1866 pour le collectionneur Khalil-Bey et est maintenant conservée au Petit Palais de Paris.

Sommaire

ProvenanceModifier

Commande du diplomate ottoman Khalil-Bey à Courbet, le tableau lui est vendu avec l'Origine du monde en 1866[1]. En 1868 à la suite de la vente de la collection Khalil-Bey, l'œuvre devient jusqu'en 1882, la propriété de Jean-Baptiste Faure chanteur d'opéra et amateur d'art, qui possédait aussi le Déjeuner sur l'herbe d'Édouard Manet. Après 1882, le tableau passe en possession d'Auguste Reverdin, chirurgien suisse, qui l'a acquis par l'intermédiaire de Léon Massol[2]. En 1953 il entre dans les collections du Petit Palais après acquisition à la galerie Paul Valloton (ancienne galerie Bernheim-Jeune)[3].

DescriptionModifier

La composition de la scène s'inscrit dans un format rectangulaire horizontal. Le tableau montre deux femmes nues endormies, enlacées sur un lit défait. À gauche une femme aux cheveux bruns dans une position de torsion, couchée sur le dos, les deux jambes de profil, à droite une femme rousse[4], tournée vers la femme brune. La femme rousse maintient sur sa hanche la jambe droite de la femme brune. Plusieurs détails font allusion à un repos après une relation charnelle. On aperçoit sur le lit des parures (épingle à cheveux, colliers de perle) abandonnées sur le drap, et le détail d'une robe près de la main droite de la femme brune[5]. Le fond montre un rideau bleu, à droite, un vase avec des fleurs est posé sur une console, à gauche un verre, un pichet et un vase de cristal, sont disposés sur une sorte de table de style oriental. Le tableau est signé G. Courbet .66 en bas à droite.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Initialement Khalil-Bey voulait acquérir un autre tableau de Courbet intitulé Vénus et Psyché. Comme le peintre venait de le vendre, il lui proposa d'en réaliser un autre dans un style identique.
  2. Gustave Courbet, Exposition Paris, New York, Montpellier 2007, p. 362
  3. notice agence photo de la RMN
  4. Cette femme a les traits et les cheveux de Joanna Hifferman qui posa plusieurs fois pour Courbet dont, la même année, pour une série de 4 portraits intitulés Jo, la belle Irlandaise. Joanna est aussi l'un des deux modèles supposés de l'Origine du Monde.
  5. Rubin 2003, p. 208

BibliographieModifier

  • James H. Rubin (trad. Xavier Bernard), Courbet, Phaidon, coll. « Art & Idées », (ISBN 0-7148-9078-2).
  • Laurence Des Cars (conservateur au musée d'Orsay), Dominique de Font-Réaulx (conservateur au musée d'Orsay), Gary Tinterow (directeur du département d'art moderne et contemporain du Metropolitan Museum of Art) et Michel Hilaire (directeur du musée Fabre), Gustave Courbet : Exposition Paris, New York, Montpellier 2007-2008, Réunion des musées nationaux, (ISBN 978-2-7118-5297-0).