Ouvrir le menu principal

Louise Catherine Breslau

peintre suisse
Louise Catherine Breslau
Louise-Catherine Breslau, Autoportrait.jpg
Louise Catherine Breslau Autoportrait (1891),
Strasbourg, musée d'art moderne et contemporain.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Maria Luise Katharina Breslau
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieu de travail
Distinction
Œuvres principales

Louise Catherine Breslau, nom francisé de Maria Luise Katharina Breslau, née à Munich le , et morte le dans le 16e arrondissement de Paris[1] de Paris, est une peintre allemande naturalisée suisse.

BiographieModifier

 
Louise Catherine Breslau dans son atelier en 1912, photographie de l'agence Rol.

Née en Allemagne, Louise Breslau passe son enfance en Suisse à Zurich et sa vie adulte à Paris. Asthmatique, Louise Breslau se tourne, enfant, vers le dessin pour l’aider à passer le temps alors qu’elle est confinée au lit.

Louise Breslau est élevée dans une famille bourgeoise prospère ; son père est un obstétricien et gynécologue respecté. La Suisse est devenue la terre d'accueil de la famille Breslau lorsque son père accepte le poste de professeur et de médecin-chef du service d’obstétrique et de gynécologie à l’université de Zurich en 1859. Son père meurt soudainement en décembre 1866 d’une infection staphylococcique contractée en effectuant une autopsie.

Après la mort de son père, Louise Breslau est envoyée dans un couvent près du lac de Constance dans l’espoir d’alléger son asthme chronique. Ses talents artistiques se seraient éveillés au cours de ses longs séjours au couvent.

En 1874, après avoir pris des leçons de dessin d’un artiste suisse, Eduard Pfyffer, Louise Breslau comprend qu’elle doit quitter la Suisse si elle veut réaliser son rêve d’étudier sérieusement l’art et part à Paris avec sa mère.

Les débuts de sa carrière à ParisModifier

À cette époque, l'École des Beaux-Arts de Paris n'accepte ni les femmes, ni les étrangers. À 20 ans, elle choisit d'intégrer l'Académie Julian, très réputée, qui propose dès 1876 un cours ouvert aux artistes féminines[2]. Maria Luise serait la première femme entrée à l'Académie "vêtue", c'est-à-dire pas en tant que modèle[3].

À l’Académie Julian[4], elle obtient rapidement l’attention des professeurs, particulièrement celle de Tony Robert-Fleury. Elle étudie dans le même cours que Marie Bashkirtseff avec qui elle est rivale[5], dans le contexte d'un monde de l'art où les femmes sont peu reconnues, hormis Louise Abbema, Rosa Bonheur, Mary Cassatt, Suzanne Valadon et Berthe Morisot. Mais comme Breslau, Marie Bashkirtseff accède rapidement à la reconnaissance[6], mais l'artiste ukrainienne disparaîtra trop tôt, trop jeune à 26 ans[7],[8].

Louise Breslau côtoie également l'artiste Amélie Beaury-Saurel, future épouse de Rodolphe Julian, grande pastelliste féministe éprise de liberté[9] qui dirigera plus tard l'Académie. L'école accueille d'autres jeunes artistes étudiantes comme Magdeleine Real del Sarte, Marie Delsarte, Anna Klumpke, Agnes Goodsir, Jenny Zillhardt et sa sœur, Madeleine Zillhardt.

En 1879, Louise Breslau est la seule étudiante de l’atelier des femmes de l’Académie Julian à faire ses débuts au Salon de Paris avec Tout passe, un portrait de la chanteuse italienne Maria Feller. Elle emménage avec cette dernière, qui sera également modèle de sa camarade et amie[10] irlandaise Sarah Purser[11], et la Suissesse Sophie Schaeppi.

Breslau ouvre, très jeune, son propre atelier. Dès lors, elle contribue régulièrement au Salon annuel où ses portraits et ses scènes intimistes obtiennent des médailles.

En 1880, elle peint Portrait de Henry Davison, son ami poète, fils de la pianiste Arabella Goddard et du journaliste britannique James William Davison[12]. Elle effectue également son premier séjour en Bretagne, où elle fait la connaissance de Jules Breton.

En 1881, à 25 ans, elle décide de franciser son nom en « Louise Catherine », signant dorénavant souvent ses œuvres "LCB". Elle collabore également à la revue des impressionnistes, La Vie Moderne[13], dans laquelle Alphonse Daudet reproduira les œuvres de Breslau de 1881 à 1883.

En 1883, elle peint le Thé de Cinq Heures, influencée par Edouard Manet[14].

Grâce à l'accueil favorable de ses œuvres au Salon tant par le public que la critique, Louise Breslau reçoit de nombreuses commandes de clients parisiens fortunés. L'un des premiers est l'homme de presse français Fernand de Rodays, qui lui passe commande en 1882 du portrait de sa fille, Isabelle de Rodays, tableau qui sera exposé au Salon de Paris de 1883, peint en quatorze jours[15]. La même année, le Musée des Beaux-Arts de Genève achète Portrait des amies, toile auparavant exposée à la Royal Academy of Arts de Londres et à l'Exposition nationale suisse de Zurich. En 1886, elle rencontre par l'intermédiaire de Jules Breton[16] le sculpteur Jean-Joseph Carriès et exécute son célèbre portrait[17]. Elle fait également la même année le portrait de sa camarade de l'Académie Julian Julie Delance-Feurgard dans Sous les pommiers (1886), tableau acquis par la Suisse en 1889 aujourd'hui exposé au MCBA[18].

Un an auparavant, en 1885, elle rencontre l'artiste Madeleine Zillhardt à l’Académie Julian, qui lui demande de faire son portrait. Zillhardt devient sa muse, son modèle, son soutien et la compagne avec laquelle elle vécut plus de quarante ans. Elle l'accompagnera dans son succès. Elles emménagent ensemble en 1886.

La consécrationModifier

À 30 ans, les succès et la reconnaissance s'enchaînent. En 1886, Ernst Josephson réalise son portrait dans Miss Louise Breslau, the Artist[19] et elle peint le sien[20]. Elle réalise également le portrait d'un autre peintre suédois, Robert Thegerström[21].

Amie des personnalités suisses Lydia Welti-Escher et Gottfried Keller[22], fréquentant les auteurs comme au nombre desquels figurent Anatole France[23], elle est considérée, au cours des années, comme une égale par les artistes les plus importants de l’époque comme Auguste Rodin, Antoine Bourdelle, Fantin-Latour, Jules Bastien-Lepage, Jules Breton, Jean-Louis Forain, Edgar Degas. Néanmoins, Louise Catherine Breslau, dreyfusarde, s'écartera de ces deux derniers en 1894 lorsqu'elle éclate l'affaire Dreyfus, en raison de leurs positions anti-dreyfusardes.

En 1897, la France achète Deux jeunes filles assises sur une banquette (aujourd'hui au Musée d'Orsay[24])

En octobre 1898, « La Fillette à l'orange », une composition lithographiée, paraît dans L'Estampe moderne (aujourd'hui au British Museum[25]).

Elle peint la même année Madeleine Zillhardt dans La Toilette.

En 1889, elle est la première femme étrangère à être médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris, avec notamment Contre-Jour (1888) qui représente le couple qu'elle forme avec Madeleine Zillhardt. Elle y représente la Suisse dont elle obtiendra la nationalité trois ans plus tard.

En 1890, la Société nationale des Beaux-Arts est refondée, plus ouverte à la liberté artistique, sous la présidence de Ernest Meissonier. Breslau est l'une des deux seules membres fondatrices féminines, avec Madeleine Lemaire (sur 184 sociétaires, dont Auguste Rodin, Jules Dalou, Pierre Puvis de Chavannes).

La même année, la France lui achète Jeunes filles dans un intérieur (exécuté en 1890), puis en 1893, le chef-d'œuvre Gamines, à l'initiative de Puvis de Chavannes, alors président de la Société nationale des Beaux-Arts. Avec le grand format Gamines, l'influence d'Auguste Renoir se fait sentir dans le travail de Breslau[14].

En 1896, la Suisse acquiert Contre-jour et la dépose au Musée des Beaux-Arts de Berne où l'œuvre est toujours exposée, avec le Thé de Cinq Heures.

Elle sera commissaire fédérale pour la section suisse de l'Exposition Universelle de 1900. Elle obtient sa deuxième médaille d'or.

En 1901, la France la nomme au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur. Elle devient la troisième femme[26] et la première étrangère[26] à la recevoir.

Toujours en 1901, pour accompagner le succès qu'elle connaît en France, elle organise elle-même à Zurich et à Bâle une exposition collective des artistes suisses à Paris avec Félix Vallotton, Eugène Grasset et Théophile Alexandre Steinlen.

En 1902, l'État achète L'enfant songeur, aujourd'hui au Musée des Beaux-Arts de Rouen.

En 1904, le galeriste Georges Petit lui propose sa première exposition personnelle, dont le critique d'art Arsène Alexandre signe le catalogue.

La Ville de Paris achète l'œuvre Portrait de Jean Carriès dans son atelier - aujourd'hui exposé au Petit-Palais à Paris[27] dans la salle consacrée au sculpteur Jean-Joseph Carriès. Il s'agit de la première œuvre d'une artiste étrangère achetée par la Ville de Paris.

En 1905, le Kunsthalle de Bâle acquiert L’Image dans la glace, portrait d’Annette Œsterling.

En 1906, Breslau peint le grand format La Vie pensive, qui représente une fois encore le couple qu'elle forme avec Zillhardt. Achetée par la Suisse à l'initiative du président de la Confédération Eugène Ruffy, l'œuvre fait partie des collections du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne[28]. Elle réalise également le portrait de la duchesse de Clermont-Tonnerre, née Gramont, dans Portrait de la duchesse de Clermont-Tonnerre à l'Ombrelle.

 
Rose 'Louise-Catherine Breslau' (1912), in Journal des roses.

Avant la guerre, la célébrité de Breslau est à son apogée, et ses expositions sont des succès (Guillaume Apollinaire dans L'Intransigeant no 10825, 5 mars 1910[29]). Une rose lui est dédiée en 1912 par Pernet-Ducher, sous le nom de 'Louise-Catherine Breslau'.

Première Guerre MondialeModifier

Au cours de la Première Guerre mondiale, Louise Breslau et Madeleine Zillhardt sont restées dans leur maison en banlieue parisienne. Le couple s'illustre dans son engagement en soutien à ceux qui partent au front. Louise Breslau peint de nombreux portraits d'infirmières, de médecins et de soldats français afin de les offrir à leur famille avant le départ sur le front. En témoigne le portrait de l'artiste Adrien Karbowsky (1915), volontaire à 50 ans, qui figure aujourd'hui dans les collections du musée Carnavalet[30] à Paris. Zillhardt crée les fameuses faïences patriotiques, très recherchées depuis le centenaire de la Grande Guerre[31].

En 1916, Breslau exécute Portrait de Guynemer au casque, pour l'aviateur Georges Guynemer, mort au combat en 1917, qui figure aujourd'hui dans les collections du British Museum[32] à Londres.

Après-guerreModifier

Après la guerre, la santé de Breslau décline fortement, mais elle participe au premier salon de l'après-guerre en 1919 et à la rétrospective qui lui est consacrée à la galerie Brame en 1921. La rétrospective est un succès.

En 1921, l’État achète Chez soi ou Intimité, portrait de sa sœur et de sa mère exécuté en 1885, aujourd'hui exposé au Musée des Beaux-Arts de Rouen[33]. Elle exécute la même année le portrait d'Anatole France.

En mars 1925, elle est invitée par l'Union des Femmes françaises à évoquer la difficulté d'être femme et artiste dans la société actuelle: "Les difficultés de la carrière –La France protectrice des artistes[34]" .

Elle revient à Zurich la même année, de mai à juillet, pour participer à la 16e exposition nationale des Beaux-Arts. Mais la maladie prend le dessus, et Louise Breslau se retire de la vie publique et consacre son temps à peindre les fleurs de son jardin et à recevoir ses amis. À sa mort en 1927 à la suite d’une longue maladie, Madeleine Zillhardt, conformément à ses souhaits, devient l'héritière de la plupart de ses biens. L'artiste est enterrée à côté de sa mère dans la petite ville de Baden, dans le canton d'Argovie en Suisse.

Madeleine Zillhardt, dévastée par le décès de sa compagne, consacrera le reste de sa vie à perpétuer l'œuvre et le souvenir de Louise Catherine Breslau. Elle fera des dons à plusieurs musées, dont 66 œuvres au Musée des Beaux-Arts de Dijon ou encore au Musée du Jeu de Paume (grâce à ce legs, le chef-d’œuvre Portrait de Henry Davison, poète anglais, est exposé de nos jours au Musée d'Orsay[35]). Elle lègue le Portrait d'Anatole France au Château de Versailles en 1929[36].

On doit à Madeleine Zillhardt la transmission au public de l'œuvre de Louise Catherine Breslau jusqu'à nos jours, même si certains tableaux appartiennent à des collections privées.

HommagesModifier

Rétrospectives et expositionsModifier

  • 1904: Galerie Georges Petit, Paris. Mademoiselle Louise Breslau.
  • 1921: Galerie Hector Brame, Paris
  • 1926: Galerie Durand-Ruel, Paris
  • 1928: École des Beaux-Arts de Paris
  • 1929: Kunsthaus Zurich[40]
  • 1932: Galerie Charpentier, Paris (aujourd'hui Sotheby's France), Les femmes de l'Académie Julian.
  • 1932 : L'art de Versailles et les nouvelles acquisitions du musée. Château de Versailles.
  • 1939: Musée Jules Chéret (Nice) : Bastien Lepage 1848-1884, Louise Breslau 1854-1927, Marie Bashkirtseff 1860-1884
  • 1955: Choix de pièces des donations et acquisitions du cabinet des Dessins du Louvre 1946-1954. Musée du Louvre.
  • 1980-1981: Pastels et miniatures du XIXe siècle. Musée du Louvre.
  • 1984: Nouvelles acquisitions du musée d'Orsay. Palais de Tokyo. Paris (exposition du Portrait de Madeleine Zillhardt)
  • 1989: Les petites filles modernes. Musée d'Orsay. Paris
  • 2001-2002 : Louise Breslau. De l'impressionnisme aux années folles. Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne[41]
  • 2005-2006 : Louise Breslau. Dans l'intimité du portrait. Musée des Beaux-Arts de Dijon[42]
  • 2008: Amazonas del arte nuevo, FUNDACIÓN MAPFRE, Instituto de Cultura, Madrid [43]
  • 2008: Le mystère et l'éclat. Pastels du musée d'Orsay, Paris (Portrait de Mademoiselle Adeline Poznanska enfant [44], 1891)
  • 2010 : Femmes peintres et salons au temps de Proust[45]. Musée Marmottan Monet (Paris).
  • 2012: Women Artists in the Belle-Epoque, Queensland Art Gallery, Brisbane (Australie) [46]
  • 2012 : ‘Modern Woman: Daughters and Lovers 1850 — 1918, Drawings from the Musée d’Orsay, Paris’, Queensland Art Gallery (QAG), Brisbane (Australie)[47]
  • 2013 : Le portrait dans la collection de pastels du musée d'Orsay. Musée d'Orsay. Paris
  • 2016: Portraits de femmes. Festival Normandie Impressionniste[48] : Gamines, Chez Soi et L’artiste et son modèle au Musée de Vernon.
  • 2017-2018: Her Paris, Women artists in the age of Impressionism, Denver Art Museum[49]. L'exposition a présenté le tableau les Amies (1881).
  • 2017-2018. L'art du pastel. Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Le retour du marché, acquis par la Ville de Paris en 1907, y est notamment exposé[50].
  • 2017-2018: Women artists in Paris, 1850-1900, Denver, Denver Art Museum, 22.10.2017 - 14.01.2018
  • 2018: Women artists in Paris, 1850-1900, Louisville, The Speed Art Museum, 17.02.2018 - 13.05.2018
  • 2018: Women artists in Paris, 1850-1900, Williamstown, Clark Art Institute, 09.06.2018 - 03.09.2018. L'exposition a notamment présenté une photographie rare de Breslau de la fin des années 1870[51] et a organisé la conférence Rivalry and Resolve: Marie Bashkirtseff and Louise Breslau in Late Nineteenth-Century Paris[52]
  • 2018: À la recherche du style - 1850 à 1900[53]. Musée national suisse de Zurich (exposition de Gamines).

Œuvres dans les collections publiquesModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives de Paris, acte de décès n°1004, vue 11 / 31
  2. « Arsène Alexandre, critique d'art. "Louise C. Breslau" »
  3. Europa Press, « MADRID.-La exposición 'Amazonas del arte nuevo' reinvidica el papel de la mujer en la historia del arte moderno », sur www.europapress.es, (consulté le 6 décembre 2018)
  4. Marie-Jo Bonnet, Les Relations amoureuses entre les femmes
  5. Ann Sutherland Harris et Linda Nochlin, Femmes peintres 1550-1950, Paris, des Femmes, , 366 p. (ISBN 2-7210-0208-2), p. 255
  6. « Marie Bashkirtseff », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  7. « Artículos », sur Artículos (consulté le 8 décembre 2018)
  8. « Marie Bashkirtseff - Un homenaje », sur www.bashkirtseff.com.ar (consulté le 8 décembre 2018)
  9. « Musée des Augustins. Musée des Beaux-Arts de Toulouse »,
  10. (en) Louise Breslau, « Letters to Sarah Purser from Louise Catherine Breslau, », sur catalogue.nli.ie (consulté le 12 décembre 2018)
  11. (en) « Le Petit Déjeuner by Sarah Purser (1848-1943) », sur National Gallery of Ireland (consulté le 12 décembre 2018)
  12. « Musée d'Orsay: Notice d'Oeuvre », sur www.musee-orsay.fr (consulté le 1er février 2019)
  13. « Madeleine Zillhardt: Vivir sin Louise Breslau. », sur Madeleine Zillhardt (consulté le 8 décembre 2018)
  14. a et b Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Louise Catherine Breslau », sur www.larousse.fr (consulté le 17 décembre 2018)
  15. « Christine Huguenin. Femmes artistes peintres à travers les siècles »
  16. « William Hauptman reviews Louise Breslau: De l'impressionnisme aux années folles, exhibition and catalogue », sur www.19thc-artworldwide.org (consulté le 5 décembre 2018)
  17. « Portrait de Jean Carriès dans son atelier | Paris Musées », sur parismuseescollections.paris.fr (consulté le 3 décembre 2018)
  18. (en) Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, « Breslau_Portrait de Mlle Julie Feurgard: Musée des Beaux-Arts », sur www.mcba.ch (consulté le 3 décembre 2018)
  19. « Nationalmuseum - Miss Louise Breslau, the Artist », sur emp-web-84.zetcom.ch (consulté le 5 décembre 2018)
  20. « Stale Session », sur emp-web-84.zetcom.ch (consulté le 5 décembre 2018)
  21. (sv) « Robert Thegerström », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  22. Tapan Bhattacharya / WW, « Breslau, Louise », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 3 décembre 2018)
  23. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 202
  24. « Notice Musée d'Orsay »
  25. (en-GB) « Fillette à l'orange / L'Estampe Moderne », sur British Museum (consulté le 4 décembre 2018)
  26. a et b « Christine Huguenin »
  27. « Portrait de Jean Carriès dans son atelier | Paris Musées », sur parismuseescollections.paris.fr (consulté le 1er décembre 2018)
  28. Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, « Breslau_La Vie pensive: Musée des Beaux-Arts », sur www.mcba.ch (consulté le 4 décembre 2018)
  29. « Guillaume Apollinaire. L’Intransigeant, nº 10825, 5 mars 1910 »
  30. « Portrait de peintre décorateur Karbowski pendant la guerre | Paris Musées », sur parismuseescollections.paris.fr (consulté le 3 décembre 2018)
  31. « Assiette : Fluctuat nec mergitur - Musée de l'Air et de l'Espace », Musée de l'Air et de l'Espace,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  32. (en-GB) « print », sur British Museum (consulté le 4 décembre 2018)
  33. « Notice Musée d'Orsay »
  34. « Christine Huguenin. Femmes artistes peintres à travers les siècles. Tome 2 »
  35. « Musée d'Orsay »
  36. a et b « Les collections – Château de Versailles », sur collections.chateauversailles.fr (consulté le 6 décembre 2018)
  37. « Rose Louise Catherine Breslau »
  38. « Une péniche de Le Corbusier classée monument historique coule lors de la décrue | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  39. Délibération
  40. « 1929 Zurich catalogue »
  41. « Les collections du département des arts graphiques - 2001 - 2002 Louise Breslau - De l'Impressionnisme aux années folles », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 29 novembre 2018)
  42. « https://beaux-arts.dijon.fr/data/pdf/breslau.pdf »
  43. « Louise Breslau Madrid »
  44. « Musée d'Orsay: Notice d'Oeuvre », sur www.musee-orsay.fr (consulté le 6 décembre 2018)
  45. « Expositions passées », sur www.marmottan.fr (consulté le 1er décembre 2018)
  46. (en-US) « Women artists and the Belle Époque - QAGOMA Blog », QAGOMA Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  47. « Modern Woman: Daughters and Lovers 1850 — 1918 | Drawings from the Musée d’Orsay, Paris on Art.Base », sur Art.Base (consulté le 13 décembre 2018)
  48. Oliance - dev - Emmanuel Paillardon - Gilles Rainaud, « Portraits de femmes | Festival Normandie Impressionniste », sur www.normandie-impressionniste.fr (consulté le 3 décembre 2018)
  49. (en) « Her Paris: Women Artists in the Age of Impressionism », Denver Art Museum,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  50. « Le retour du marché | Paris Musées », sur parismuseescollections.paris.fr (consulté le 17 décembre 2018)
  51. « Clark Art - Louise Breslau », sur www.clarkart.edu (consulté le 3 décembre 2018)
  52. (en-US) « Rivalry and Resolve: Marie Bashkirtseff and Louise Breslau in Late Nineteenth-Century Paris | Grad Art », sur gradart.williams.edu (consulté le 3 décembre 2018)
  53. « https://www.nationalmuseum.ch/f/medien-detail.php?press_objID=18012 », sur www.nationalmuseum.ch (consulté le 13 décembre 2018)
  54. (en) « Louise Breslau », sur Smithsonian American Art Museum (consulté le 28 novembre 2018)
  55. « Fine Arts Museum San Francisco »
  56. (en) « Fillette à l'Orange - DMA Collection Online », collection,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2018)
  57. « Clark Art - Laziness (Paresse) », sur www.clarkart.edu (consulté le 4 décembre 2018)
  58. « LES COLLECTIONS DU MUSEE DES BEAUX-ARTS DE NICE - Premier étage. », sur www.musee-beaux-arts-nice.org (consulté le 18 décembre 2018)
  59. « Découverte d’une oeuvre au musée », MATÉLÉ,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018)
  60. (en) « Objects – Louise Catherine Breslau – Artists – National Gallery of Ireland », sur onlinecollection.nationalgallery.ie (consulté le 4 décembre 2018)
  61. « Nationalmuseum - Collection | Result », sur emp-web-84.zetcom.ch (consulté le 5 décembre 2018)
  62. « Le musée des Beaux-arts à Lausanne rend hommage à Louise Breslau - Vidéo », sur Play RTS (consulté le 18 décembre 2018)
  63. « MAH | Collections en ligne · Les Musées d'art et d'histoire de la Ville de Genève », sur www.ville-ge.ch (consulté le 18 décembre 2018)
  64. « Stale Link », sur sammlungonline.kunstmuseumbasel.ch (consulté le 28 novembre 2018)
  65. « Museum of Art Lucerne »
  66. « Portrait de Fernand Ochsé, à mi-corps », notice no 50350229278, base Joconde, ministère français de la Culture

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Arsène Alexandre, Louise C. Breslau, Paris, Rieder, 1928
  • René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 202-203
  • Madeleine Zillhardt, Louise-Catherine Breslau et ses amis, Paris, Éditions des Portiques, 1932.
  • (de) Anne-Catherine Krüger, Die Malerin Louise Catherine Breslau (1856-1927) : Biographie und Werkanalyse beschreibender Œuvrekatalog des Gesamtwerkes, [s.l.] [s.n.], 1988
  • Anne-Catherine Krüger, Catherine Lepdor et Gabriel P. Weisberg, Louise Breslau de l'impressionnisme aux années folles, Skira ; Seuil, Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne.
  • (en) Karen Santschi-Campbell, The Swiss painter Louise Catherine Breslau (1856-1927) : “It is not allowed for a woman to paint as well as you”, [s.l.] [s.n.], 2000.
  • Jane R. Becker, Overcoming All Obstacles: The Women of the Académie Julian, Dahesh Museum, 1999
  • Marie-Jo Bonnet, Les Relations amoureuses entre les femmes, du XVIe au XXe siècle. Editions Odile Jacob, 1995.
  • Marie-Jo Bonnet, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l'art. Editions Blanche, 2000.
  • Elisabeth de Gramont (Elisabeth de Clermont-Tonnerre), Louise-Catherine Breslau et Degas, La Revue de Paris, n° 20, 1932. La réédition 2015 de l'ouvrage de Madeleine Zillhardt, Monsieur Edgar Degas, le publie en appendice dans Madeleine Zillhardt, Monsieur Edgar Degas, l'Échoppe, (ISBN 9782840682738, lire en ligne).
  • Robert de Montesquiou: «Un maître femme. Mademoiselle Breslau». Art et Décoration, 1904, 15, pp. 133-142
  • François Le Grix. Louise-Catherine Breslau et Degas. La Revue hebdomadaire. 26 mai 1928.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :