Karima Delli

femme politique française

Karima Delli
Illustration.
Karima Delli en 2012.
Fonctions
Conseillère régionale des Hauts-de-France
En fonction depuis le
(1 mois)
Élection 27 juin 2021
Circonscription Nord
Président Xavier Bertrand
Présidente de la commission du transport et du tourisme du Parlement européen
En fonction depuis le
(4 ans, 6 mois et 8 jours)
Législature 8e et 9e
Prédécesseur Brian Simpson
Députée européenne
En fonction depuis le
(12 ans et 19 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
26 mai 2019
Circonscription Île-de-France (2009-2014)
Nord-Ouest (2014-2019)
France (depuis 2019)
Législature 7e, 8e et 9e
Groupe politique Verts/ALE
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Roubaix (France)
Nationalité Française
Parti politique LV (2005-2010)
EÉLV (depuis 2010)
Diplômée de IEP de Lille
Profession Assistante parlementaire

Karima Delli, née le à Roubaix (Nord), est une militante et femme politique française.

Membre du parti Les Verts (LV) puis d'Europe Écologie Les Verts (EÉLV), elle est députée européenne depuis 2009 ; d'abord élue dans la circonscription Île-de-France, elle est réélue en 2014 comme tête de liste dans la circonscription Nord-Ouest puis en 2019 sur la liste conduite par Yannick Jadot. Elle est élue conseillère régionale des Hauts-de-France en 2021.

BiographieModifier

Origines familiales et étudesModifier

Née le à Roubaix (Nord)[1], Karima Delli grandit à Tourcoing dans un milieu populaire ; ses parents sont des Algériens immigrés, son père est ouvrier dans l'industrie textile[2], sa mère est mère au foyer[3], et elle est la neuvième d'une famille de treize enfants.

Après avoir étudié au collège Notre-Dame de Wailly de Tourcoing et obtenu un baccalauréat ES dans un lycée industriel et commercial privé[1] de la même ville, elle commence ses études supérieures par un BTS en action commerciale à Lille. Elle obtient ensuite un DEA de science politique à l'IEP de Lille. C'est dans ce cadre qu'elle rencontre Marie-Christine Blandin, sénatrice du Nord, dont elle devient assistante parlementaire en 2004, et qu'elle considère comme un modèle[4].

Parallèlement à son activité parlementaire, Karima Delli poursuit un doctorat en sciences politiques dont le sujet est l'« organisation du travail, apprentissage et répartition au sein d'une institution parlementaire » (et qui porte précisément sur le Sénat)[5]. À la suite de son élection au Parlement européen, elle annonce vouloir mettre ce doctorat entre parenthèses.

Débuts politiques et engagements associatifsModifier

Karima Delli adhère aux Verts en 2005[6].

Lors des élections législatives de 2007, elle est suppléante de Bernard Despierre dans la 10e circonscription du Pas-de-Calais. La même année, elle est élue secrétaire fédérale des Jeunes Verts, en tandem avec Alexis Prokopiev.

Parallèlement, elle se fait remarquer par son implication dans des formes nouvelles de militantisme : en premier lieu le Collectif Jeudi noir, auquel elle appartient toujours, et ses nombreuses déclinaisons : La France qui se lève tôt, Sauvons les riches (collectif créé dans le cadre de la campagne d'Europe Écologie, avec qui elle décerne un « diplôme de fils à papa » à Jean Sarkozy le ), etc. Au sein des Verts, elle fait partie des tenants d'une écologie populaire et sociale, soutient activement le revenu de base inconditionnel[7] et a contribué à la création de la « zone d'écologie populaire » (ZEP)[8].

Députée européenneModifier

Premier mandatModifier

Karima Delli se présente aux élections européennes de 2009 dans la circonscription Île-de-France, sur la liste d'Europe Écologie. Lors du scrutin interne organisé par Les Verts pour choisir les candidats, elle arrive derrière Suzanne Auger, responsable des Verts d'Île-de-France, mais celle-ci se désiste en sa faveur pour promouvoir la jeunesse et la diversité[2]. Karima Delli est finalement placée en quatrième position, après Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly et Pascal Canfin. La liste obtient un résultat élevé dans la circonscription, terminant en deuxième position avec 20,86 % des voix. Ce score permet à Karima Delli d'être élue députée européenne. Elle devient ainsi la deuxième plus jeune eurodéputée française (après Damien Abad du Nouveau Centre)[6], et une des plus jeunes membres du Parlement européen.

Karima Delli est membre titulaire de la commission de l'emploi et des affaires sociales et membre suppléante de la commission du développement régional au Parlement européen. Elle est également vice-présidente de l'intergroupe URBAN et membre de la délégation pour les relations avec l'Inde. En 2011, elle se prête à un exercice de transparence en détaillant au magazine Rue89 l'ensemble des indemnités liées à son mandat[9].

En tant que parlementaire européenne, elle travaille et s'investit dans la lutte contre la pauvreté, et parvient notamment à faire passer une résolution visant à établir un « revenu minimum » dans l'Union européenne[10]. Elle milite par ailleurs pour un revenu d'existence[7]. En 2013, elle fait adopter par le Parlement européen un rapport sur le logement social en Europe[11], et plaide pour la mise en place d'un fonds d'investissement européen pour le logement durable.

Élue, Karima Delli continue de militer sur le terrain et participe régulièrement aux actions des collectifs qu'elle a contribué à créer comme Jeudi noir (occupation d'un immeuble avenue Matignon[12]) ou Sauvons les riches (remise de pétition pour la levée du secret défense de Karachi), mais aussi à de nombreux combats sociaux comme celui contre la réforme des retraites en France en 2013[13].

Deuxième mandatModifier

 
Karima Delli en 2015.

Le , elle est désignée tête de liste EÉLV dans la circonscription Nord-Ouest pour les élections européennes de 2014[14], suivie de François Veillerette et de Majdouline Sbaï. Elle est réélue en 2014[15].

Pour son deuxième mandat, Karima Delli intègre la commission du transport et du tourisme du Parlement européen, dont elle devient la présidente en [16]. Elle est l'auteure d'un rapport sur la mobilité urbaine durable, adopté en , dans lequel elle insiste sur les conséquences des moteurs diesel et essence sur la qualité de l'air[17].

Parallèlement, lorsque le scandale du dieselgate éclate en , elle se bat pour la mise en place d'une commission d'enquête au Parlement européen sur les fraudes aux tests anti-pollution, dont elle est vice-présidente[18]. Le , elle signe un article dans Le Monde économie réclamant la taxation du kérosène, afin de lutter contre l'impact climatique du transport aérien[19]. Le soir suivant, elle est blessée par des gaz lacrymogènes lors de l'évacuation de la ZAD de Kolbsheim, où doit être construit le grand contournement ouest de Strasbourg[20].

Troisième mandatModifier

En 2019, elle est à nouveau candidate au Parlement européen et est placée en sixième position sur la liste commune EÉLV-AEI-RPS menée par Yannick Jadot[21]. Elle est réélue députée européenne le .

En , Karima Delli est réélue présidente de la commission du transport et du tourisme au Parlement européen[22]. Elle plaide avec son collègue Damien Carême pour que le Parlement européen déclare l'état d'urgence climatique[23].

Primaire écologiste de 2016Modifier

Le , Karima Delli annonce sa candidature à la primaire écologiste de 2016[24]. Elle reçoit notamment le soutien d'Alain Lipietz et Yves Cochet[25]. À l'issue du premier tour, elle termine en quatrième position avec 9,82 % des voix[26]. Elle rallie Yannick Jadot en vue du second tour[27].

Conseillère régionale des Hauts-de-FranceModifier

En , elle est désignée tête de liste d'EÉLV pour les élections régionales de 2021 dans les Hauts-de-France[28]. En , elle obtient la tête d'une liste d'union de la gauche pour ces élections, avec le Parti socialiste, le Parti communiste français et La France insoumise[29],[30]. À l'issue du premier tour, elle arrive en troisième position avec 18,97 % des suffrages exprimés, derrière Xavier Bertrand (41,42 %) et Sébastien Chenu (24,37 %)[31]. Elle réalise ses meilleurs scores dans des villes de la métropole lilloise[32].

Dans la foulée, Karima Delli annonce le maintien de sa liste pour le second tour, contre l'avis de certains cadres d'Europe Écologie Les Verts, comme Yannick Jadot[33], qui appellent au désistement en cas de triangulaire avec le Rassemblement national[34]. Au second tour, sa liste obtient 21,98 % des voix et 28 sièges[31].

Candidate à la présidence du conseil régional des Hauts-de-France le , Karima Delli réunit sous son nom les voix de l'ensemble des élus de sa liste[35]. Rapidement, la presse observe néanmoins une dégradation des relations au sein de l'union de la gauche, qui se traduit par la création de deux groupes distincts au conseil régional dès l'été 2021, l'un formé par le PS et le PCF (13 membres) et l'autre formé par EÉLV et LFI (15 membres)[36].

PositionnementModifier

Contexte la présente en 2021 comme un « électron libre » au sein d'EÉLV, précisant qu'elle est positionnée par les observateurs comme plus proche de Yannick Jadot avec qui elle a cosigné, en février 2021, une tribune de propositions sur le logement[37].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Mandats électifsModifier

Fonctions politiquesModifier

  •  : secrétaire fédérale des Jeunes Verts.

Synthèse des résultats électorauxModifier

Primaire présidentielleModifier

Année Parti 1er tour Issue
Voix % Rang
2016[38] EÉLV 1 212 9,82 4e Éliminée

Élections européennesModifier

Année Liste Circonscription Position
sur la liste
% Rang Sièges obtenus
2009[39] Île-de-France 4e 20,86 2e
4  /  13
2014[40] EÉLV Nord-Ouest 1re 7,16 4e
1  /  10
2019[41] France entière 6e 13,48 3e
13  /  79

Élections régionalesModifier

Année Parti Région 1er tour 2d tour Sièges obtenus
% Rang % Rang
2021[31] UG Hauts-de-France 18,97 3e 21,98 3e
28  /  170

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Karima Delli, une "activiste joyeuse" à Strasbourg », sur ladepeche.fr, (consulté le 31 août 2016).
  2. a et b Alain Abellard, « Jeune pousse », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018).
  3. « 10 choses à savoir sur Karima Delli, tête de liste de toute la gauche dans les Hauts-de-France », sur L'Obs (consulté le 18 mars 2021)
  4. « Une Tourquennoise à Strasbourg » (version du 15 juillet 2014 sur l'Internet Archive), sur nordeclair.fr, (consulté le ).
  5. « Biographies des 100 candidats éligibles au Parlement européen » (version du 7 juin 2009 sur l'Internet Archive), sur euractiv.fr, (consulté le ).
  6. a et b Anne Laffeter, « Karima Delli, jeune pousse écolo », sur lesinrocks.com, (consulté le 17 octobre 2020).
  7. a et b « Simple, juste et efficace : le revenu de base pour tous », sur rue89.com, (consulté le 7 juin 2016).
  8. Voir sur zonedecologiepopulaire.org.
  9. Sylvain Malcorps, « Karima Delli, eurodéputée pour 8 580  par mois », sur rue89.com, (consulté le 7 juin 2016).
  10. « UE: résolution pour un revenu minimum », sur lefigaro.fr, (consulté le 7 juin 2016).
  11. A. Thouvenot, « Le Parlement européen reconnaît le logement social comme « levier de sortie de crise » », sur lemoniteur.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  12. « Nouveau squat de Jeudi-Noir avec vue sur l'Élysée », sur lefigaro.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  13. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Réforme des retraites : le malaise grandit à EELV », sur lemonde.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  14. « Élections européennes: la Nordiste Karima Delli tête de liste EELV pour le Nord-Ouest », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  15. « Les 10 députés européens du Nord-Ouest », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  16. « Une Nordiste à la tête de la commission Transports du parlement européen », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  17. « Union européenne : un rapport sur la mobilité urbaine mis à mal par le scandale de Volkswagen », sur lagazettedescommunes.com, .
  18. « Karima Delli : "Dieselgate, les leçons d'un scandale européen" », sur lejdd.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  19. Karima Delli, « Émissions carbone mondiales : « Pourquoi l'aérien bénéficierait-il d'un régime d'exception ? » », Le Monde économie, [lire en ligne].
  20. Pierre France, « La députée européenne Karima Delli blessée par des gaz lacrymogènes à la ZAD de Kolbsheim », sur rue89strasbourg.com, .
  21. « Elections européennes 2019 : les candidats de la liste Europe Ecologie - Les Verts (EELV) », sur touteleurope.eu (consulté le 17 octobre 2020).
  22. Victor Miget, « Karima Delli rempile à la tête de la commission transports », sur euractiv.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  23. Tribune de Karima Delli et Damien Carême, « L’Europe doit déclarer l’état d’urgence climatique », sur liberation.fr, .
  24. « L’eurodéputée Karima Delli candidate à la primaire EELV », sur lelab.europe1.fr, (consulté le 8 avril 2018).
  25. « Duflot, Jadot, Delli et Rivasi : qui soutient qui à la primaire écologiste en Île-de-France ? », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  26. « Primaire écologiste: Duflot éliminée, Jadot et Rivasi au deuxième tour », sur lefigaro.fr, (consulté le 19 octobre 2016).
  27. « Primaire EELV. Karima Delli soutient Yannick Jadot », sur ouest-france.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  28. « Karima Delli sera la cheffe de file des écologistes pour les régionales dans les Hauts-de-France », sur francebleu.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  29. Laurence Peuron, « L'union de la gauche est bouclée dans les Hauts-de-France : Karima Delli sera la tête de liste », sur franceinter.fr, (consulté le 11 mars 2021).
  30. « La gauche se rassemble pour les Régionales dans les Hauts-de-France », sur francebleu.fr, (consulté le 11 mars 2021).
  31. a b et c « Elections régionales 2021 : Hauts-de-France », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 21 juin 2021).
  32. A.-G. D., « Régionales : Karima Delli gagne certaines grandes villes de la métropole lilloise », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 21 juin 2021).
  33. « Régionales : Karima Delli se maintient dans les Hauts-de-France », sur challenges.fr, (consulté le 21 juin 2021).
  34. « Élections régionales. La gauche se maintient, LREM appelle à voter X.Bertrand dans les Hauts-de-France », sur actu.fr, (consulté le 21 juin 2021).
  35. Stéphanie Maurice, « Dans les Hauts-de-France, la gauche retrouve le conseil régional », sur liberation.fr, (consulté le 21 juillet 2021).
  36. « Il y aura deux groupes à gauche à la Région Hauts-de-France »  , sur lunion.fr, (consulté le 21 juillet 2021).
  37. Diane de Fortanier et Yann Guégan, « Présidentielle 2022 : l’entourage de Yannick Jadot », sur contexte.com, (consulté le 29 mars 2021).
  38. « Les écologistes tournent la page Duflot », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2021).
  39. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2009 : Île-de-France », sur interieur.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  40. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2014 : Nord-Ouest », sur interieur.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  41. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2019 : France entière », sur interieur.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier