Ouvrir le menu principal

Frontière entre la Belgique et les Pays-Bas

frontière

Frontière entre la Belgique et les Pays-Bas
Poteau marquant la frontière.
Poteau marquant la frontière.
Caractéristiques
Délimite Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Longueur totale 451 km
Particularités Nombreuses enclaves au niveau de Baerle
Historique
Création 1830
Tracé actuel 1843 (tracé général)
1995 (enclaves de Baerle)
2018

La frontière terrestre néerlando-belge est la frontière séparant la Belgique et les Pays-Bas.

Sommaire

CaractéristiquesModifier

La frontière belgo-néerlandaise s'étend sur 450 km, au sud des Pays-Bas et au nord de la Belgique. Elle sépare cinq provinces belges (Flandre-Occidentale, Flandre-Orientale, Anvers, Limbourg belge et Liège) de trois provinces néerlandaises (Zélande, Brabant-Septentrional et Limbourg néerlandais).

Elle débute à l'est sur le tripoint du Vaalserberg réunissant également les frontières germano-belge et germano-néerlandaise, puis se termine à l'ouest à la mer du Nord dans le Zwin). 369 poteaux frontaliers en fonte délimitent la frontière. Ils sont placés essentiellement aux endroits où la frontière change de direction. Historiquement, depuis un poteau frontalier, on devrait pouvoir observer le poteau suivant ; de nos jours, cela n'est plus toujours possible.

Cette frontière possède également la spécificité de couper certaines maisons en deux avec un marquage sur le trottoir, c'est le cas notamment à Baerle.

HistoireModifier

 
Frontière passant juste à côté de la terrasse d'un café à Baerle.
 
Carte de Baerle.

Après l'indépendance de la Belgique en 1830, plus de dix ans se sont passés avant que la frontière entre les deux pays soit officiellement fixée. Le premier pas fut franchi par la signature du traité des XXIV articles, le 19 avril 1839 à Londres. Le traité de Maastricht, signé le 8 août 1843, fixa définitivement le tracé. Après l'endigage de l'ancien bras de mer de Zwin en 1869, quatre poteaux furent ajoutés.

En 1915, le gouvernorat général allemand impérial de Belgique décida de l’installation d'une clôture électrique entre la Belgique et les Pays-Bas, afin d'empêcher les résidents du premier pays de fuir vers le second, resté neutre durant la Première Guerre mondiale. Elle fut retirée en 1918, à la suite de la défaite de l'Allemagne.

Jusqu'en 1919, les Pays-Bas eurent une frontière non seulement avec la Belgique et l'Allemagne, mais aussi avec Moresnet neutre, au point quadrifrontière du Vaalserberg.

La définition de la frontière a conservé quelques exclaves et enclaves dans les communes de Baerle-Nassau et Baerle-Duc. La situation autour de Baerle, datant du Moyen Âge, était tellement complexe qu'elle n'avait pas été prise en compte en 1843. Le , un arrêt rendu par la Cour internationale de justice a attribué à la Belgique un certain nombre de parcelles contestées. La frontière n'a été établie officiellement qu'en 1995.

Une nouvelle modification officielle de la frontière néerlando-belge est entrée en vigueur le 23 juin 1999 : elle concernait un certain nombre de parcelles situées de part et d'autre du canal Gand-Terneuzen et séparées de leur pays d'appartenance par ce même canal.

Si le cours de la Meuse moyenne devait, à l'exception du territoire de Maastricht, constituer après 1839 la frontière entre les deux États, de 1962 à 1980 la rectification du cours du fleuve[1] sans ajustement frontalier avait créé entre Visé et Maastricht divers territoires inaccessibles du reste de leur pays d'appartenance par voie terrestre (Vieille Meuse) et de petites frontières terrestres. En 2013, il a été décidé de rectifier la frontière pour qu'elle corresponde de nouveau au lit effectif du fleuve[2]. La Belgique y perdrait environ 14 hectares, les Pays-Bas devant quant à eux se défaire d'une des réserves les plus riches du pays en matière de diversité biologique, d'une superficie d'environ 3 hectares[3]. L'accord a été conclu en 2016[4], avec une perte d'une dizaine d'hectares pour la Belgique[5]. La cession de territoire a eu lieu le premier jour de l'année suivant la ratification de l'accord par les deux parlements, soit le [6].

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier