Ouvrir le menu principal

Grande puissance

pays qui a un rayonnement et une influence au niveau mondial
Les grandes puissances sont reconnues dans une structure internationale telle que le Conseil de sécurité des Nations Unies.
Les grandes puissances modernes sur la carte du monde[1],[2].

Le terme grande puissance est généralement attribué aux pays qui, au travers de leur économie, leur politique étrangère et leur force militaire, ont un rayonnement et une influence au niveau mondial. Les décisions prises par les grandes puissances ont souvent un impact sur les autres nations qui les prennent en compte pour leur propre politique, décisions militaires ou diplomatiques. De manière générale, les grandes puissances ont la capacité d'intervenir tout autour du monde. Leur soft power, bien que moins rayonnant que celui d'une superpuissance, reste suffisant pour briller au niveau planétaire.

Avant le XXe siècle, les deux termes « grande puissance » et « superpuissance » se confondaient pour définir le même statut. Mais l'avènement de l'Union soviétique et des États-Unis a redéfini l'ordre mondial, reléguant les puissances européennes, comme la France, le Royaume-Uni, l'Italie ou l'Allemagne, à de « simples » grandes puissances. Ailleurs dans le monde, d'autres nations peuvent aujourd'hui prétendre au statut de grande puissance : la Russie, le Japon, l'Inde, la Chine ou encore le Brésil ou le Canada.

Sommaire

CritèresModifier

Il n'existe pas de « liste officielle » des grandes puissances. On peut néanmoins souligner quelques critères :

  • La capacité à contribuer à l'ordre mondial
  • Cohésion interne permettant une efficacité étatique
  • Puissance économique majeure avec un haut niveau économique ou un grand marché intérieur
  • Puissance militaire majeure, avec la possibilité de rivaliser avec d'autres puissances dans une guerre conventionnelle.

Tableau comparatifModifier

Ci-dessous un classement hypothétique des grandes puissances en 2017. Ce tableau représente essentiellement le hard power des différents pays, c'est-à-dire la puissance économique, militaire ou démographique. Il ne représente pas le soft power, c'est-à-dire le rayonnement culturel.[réf. nécessaire]

Indice Conflits de la puissance globaleModifier

La revue Conflits a mesuré un indice de puissance globale sur 37 pays. Cet indice a été établi à partir de 50 indicateurs regroupés en 6 catégories. Des coefficient ont été ensuite attribué à chacune de ces catégories pour donner un résultat de 100 (25, 20, 15, 15 et 10)[3].

Catégorie 1: Territoire, population, ressourcesModifier

Elle regroupe les indicateurs suivant: la superficie, les terres arables, le domaine maritime et la situation géographique (comment se situe un pays par rapport à l'océan mondial, calculé grâce aux dix « situations » de Jean-Marc Holz : de 0 - état enclavé - à 1 - ouverture sur 3 océans); la qualité de la ressource humaine, l'espérance de vie en bonne santé, les emplois, la population et la croissance démographique (de 2011 à 2016); Les ressources en hydrocarbures et les ressources renouvelables en eau douce[4].

Catégorie 2: Les Forces arméesModifier

Elle regroupe les indicateurs suivants: les dépenses militaires; les forces nucléaires (en fonction du nombre d'ogive); les capacités de projection (en fonction des nombres de bases à l'étranger et porte-avions); le nombre de soldats, leur expérience (en fonction du nombre de guerres menés); l'armement classique; les satellites militaires[4].

Catégorie 3: Stabilité et cohésionModifier

Elle regroupe les indicateurs suivant: les inégalités (coefficient de Gini); le patriotisme (en fonction du sondage Gallup de 2014: « Êtes vous prêts à vous battre pour votre pays ? » et des données de la fierté de la fierté nationale fournies par le World Value Survey); le taux d'homicides; les risques de conflits internes (en fonction de l'indice War Risk de The Global Economy et de celui du Fragile State Index de The Fundation for Peace); l'instabilité; la corruption[4].

Catégorie 4: ÉconomieModifier

Elle regroupe les indicateurs suivants, tous de 2016 - sauf exception -: La création de richesse ( en fonction du PIB, établissements financiers - banques, fonds d'investissement, fonds souverains et assurances -, grandes firmes mondiales); compétitivité (en fonction de la balance des transactions courantes en % du PIB, stock IDE dans le pays, indice global de compétitivité WEF/Davos); dynamisme (en fonction du FBCF, création d'entreprises, croissance du PIB de 2011 à 2016); présence à l'étranger (en fonction du volume des exportations, stock IDE à l'étranger); indépendance économique (en fonction de l'indépendance énergétique, position extérieure nette, volume des réserves de change); monnaie (en fonction de la part de la monnaie du pays dans les réserves de change mondiales et dans les paiements internationaux)[4].

Catégorie 5: Science et techniquesModifier

Elle regroupe les indicateurs suivants: le volume de dépenses en RD; le parc des superordinateurs; le degré de robotisation de l'industrie (en fonction du nombre de robots pour 10 000 salariés); le nombre de brevets déposés et articles scientifiques publiés; la capacité aérospatiale (en fonction du budget, du nombre de satellites en service du nombre de lancements de satellites, de la masse lancée); l'indice d'innovation (en fonction de l'INSEAD); la Capacité à attirer et garder les « cerveaux » (en fonction de l'indice IMD-Lausanne); les firmes internet mondiales; le nombre d'université réputées dans les disciplines scientifiques et techniques; le volume des exportations de biens de haute technologie[4].

Catégorie 6: Influence (le soft power)Modifier

Elle regroupe les indicateurs suivants: la diplomatie (en fonction des sièges de membres permanent ou non au Conseil de Sécurité de l'ONU, de l'exportation d'armes, de la densité des réseau d'ambassades, et de consulats); économique (en fonction des grandes marques); la culture (en fonction de l'influence de la langue du pays selon le Power Language Index, des exportations de biens culturels, du nombre d'étudiants étrangers dans le pays et des grandes firmes multimédias mondiales); le prestige (en fonction du culturel - fréquentation et superficie des musées - et du sportif - organisation des championnats du monde de diverses disciplines et des médailles d'or aux Jeux olympiques d'été et d'hiver de 2008 à 2016).[4]

[réf. nécessaire]

Grandes puissances dans l'histoireModifier

Article détaillé : Histoire des grandes puissances.

Notes et référencesModifier

  1. Why are Pivot states so Pivotal?
  2. "selfistans+...&hl=it&sa=X&ved=0CBsQ6AEwAGoVChMI8s279NeNyQIVwiEPCh1jPAPf#v=onepage&q=The%20Right%20to%20Self-determination%20Under%20International%20Law%3A%20%22selfistans%20...&f=false The Right to Self-determination Under International Law
  3. Pascal Gauchon et Jean-Marc Holz, « Mesurer la puissance? Conflits l'a fait! », Conflits,‎ avril-mai-juin 2018
  4. a b c d e et f Pascal Gauchon et Jean-Marc Holz, « Mesurer la puissance? Conflits l'a fait! », Conflits,‎ avril-mai-juin 2018

Voir aussiModifier