Maaseik

ville du Limbourg, Belgique

Maaseik (Maeseyck et Maseyk en français) est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province de Limbourg. Anciennement Maeseyck.

Maaseik
Maaseik
La grand-place.
Blason de Maaseik
Héraldique
Drapeau de Maaseik
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la Province de Limbourg Province de Limbourg
Arrondissement Maaseik
Bourgmestre Johan Tollenaere
(Open VLD) (2019-24)
Majorité CD&V, PRO 3680, N-VA (2019-24)
Sièges
Open VLD
CD&V
PRO 3680
N-VA
Vlaams Belang
29 (2019-24)
8
7
6
4
4
Section Code postal
Maaseik
Neeroeteren
Opoeteren
3680
3680
3680
Code INS 72021
Zone téléphonique 089
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
25 524 ()
49,89 %
50,11 %
330,69 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
19,26 %
64,49 %
16,25 %
Étrangers 16,27 % ()
Taux de chômage 6,43 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 20 248 €/hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 51° 05′ nord, 5° 48′ est
Superficie
– Terr. non-bâtis
– Terrains bâtis
– Divers
77,18 km2 (2021)
76,3 %
10,39 %
13,31 %
Localisation
Localisation de Maaseik
Situation de la commune au sein de l'arrondissement de Maaseik et de la province de Limbourg.
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
Maaseik
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
Maaseik
Géolocalisation sur la carte : Région flamande
Voir sur la carte administrative de la Région flamande
Maaseik
Géolocalisation sur la carte : province de Limbourg
Voir sur la carte administrative de la province de Limbourg
Maaseik
Liens
Site officiel www.maaseik.be

Localités et sections de la commune

modifier
# Section Superf.
(km²)[1]
Habitants
(2020)[1]
Habitants
par km²
Code INS
1 Maaseik 25,79 11.217 435 72021A
2 Neeroeteren 32,69 9.760 299 72021B
3 Opoeteren 18,70 4.320 231 72021C

Histoire

modifier
 
Objets en verre romains de Maaseik et des environs exposés au Musée Archéologique Régional (nl).

Les traces d'habitation les plus anciennes datent du Néolithique et comprennent des marteaux de guerre du Néolithique supérieur. Des découvertes archéologiques ont également été faites datant d'à partir de l'âge du bronze. Ci-dessous se trouve une statue en bronze d'Epona à cheval, trouvée en 1896 lors de travaux de dragage dans la Meuse. Diverses urnes datent de l'âge du fer, tandis que des pots et des verreries romaines ont également été découverts à Maaseik. La Chaussée de Maastricht à Nimègue s'étend à l'ouest de la ville actuelle (aujourd'hui appelée « Heirweg » et « Oude Ophoverbaan »). Cependant, il n'a pas été trouvé d'habitat sur le long terme. Les colonies mérovingiennes et carolingiennes se concentrent sur Kessenich et Geistingen.

L'histoire de Maaseik actuelle commence avec l'abbaye d'Aldeneik, alors simplement appelée Eike. Un monastère y fut fondé vers 700, selon la légende d'Adélard, au profit de ses filles Harlindis et Relindis. Depuis 952, le monastère et les domaines associés sont la propriété de l'évêque de Liège. Au sud-ouest, sur une hauteur entre les anciens bras de la Meuse et plus près de l'ancienne route de campagne, une nouvelle colonie fut fondée vers 1230.[2] Depuis, on parle d'Alden-Eik et de Nieuwen-Eik.

Nieuwen-Eik se développe et dépasse rapidement son prédécesseur ; Grâce à sa situation plus élevée, le comte de Looz lui accorda les privilèges urbains (1244) afin de développer un poste frontière solide contre la Gueldre. De plus, la Meuse, une voie de navigation très fréquentée à l'époque, s'éloigne du village près d'Aldeneik. Nieuwen-Eik devient ainsi « Maas-Eik », c'est-à-dire « le chêne qui se trouve (encore) le long de la Meuse ». Maaseik devient une ville prospère et une des Bonnes Villes de la Principauté de Liège. Le comte Arnoul IV de Looz y construisit une résidence, qui fut ensuite fortifiée en château. Un tel castrum de Eyke était déjà mentionné en 1373, mais dut être démoli au lendemain des guerres liégeo-bourguignonnes (1469). Maaseik médiévale est un centre commercial, grâce à divers marchés (à partir de 1265), dont une halle aux draps (à partir de 1347) au service de l'industrie textile locale, et grâce à un port sur la Meuse.

Cependant, la ville a également dû faire face à des opérations militaires. Maaseik est occupée par les troupes de Charles le Téméraire (1467) et devient une ville âprement disputée après la période bourguignonne (1482-1490) dans la bataille entre les prétendants au trône des maisons de La Marck et de Horne. La paix fut finalement conclue en 1492, après quoi les murs d'enceinte (nl) fortement endommagés de Maaseik furent réparés en 1501. Sur le plan économique, une période de prospérité s’ensuit. Les Croisiers s'installèrent à Maaseik dès 1476. Le commerce du tissu est à nouveau florissant, en partie grâce à l'industrie artisanale.

La seconde moitié du XVIe siècle apporte à nouveau des troubles. A la fin des guerres de Gueldre (nl), les troupes brabançonnes traversent la Meuse à Maaseik (1542). Pour Maaseik, la Réforme a commencé avec l'anabaptisme, propagé par les habitants de Maaseik Dionysius Vinne (nl) (ou Vinnius) et Jan van Kempen (ou Campanus). Le Visserweert voisin est un refuge pour les anabaptistes. Le calvinisme est marqué par l'apparition du prédicateur Herman Moded (nl) en 1566. La doctrine calviniste compte de nombreux adeptes dans des villes comme Hasselt, Maastricht et Maaseik. Une rébellion éclate ; Hasselt et Maaseik élisent des maires réformés. Lorsque le prince-évêque Gérard de Groesbeek envoie des troupes, Maaseik accepte les conditions de paix (). Groesbeek ne poursuivit pas, mais en 1596 la communauté réformée dut quand même quitter Maaseik.

Entre-temps, la guerre de Quatre-Vingts Ans a éclaté. Maaseik fut épargnée par les expéditions de la maison d'Orange autour de Stokkem (1568) et de Ruremonde (1572), mais fut pillée par l'armée de Gueldre sous le commandement d'Adolf van Nieuwenaer (1584). À la fin de la guerre, Charles IV de Lorraine stationne des troupes dans la région (1643-1654). De plus, la peste éclate à plusieurs reprises, provoquant un fort déclin de la population. Pendant la guerre de Hollande, Maaseik fut capturée (1672) et même fortement fortifiée par Vauban. Lorsque les Français partirent (1675), la ville resta pauvre. De 1677 à 1681, elle fut de nouveau occupée par les troupes des Coalisés. Maaseik connaît alors le pire incendie urbain de son histoire () : près d'un tiers des habitations sont détruites. Pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg, la ville fut à nouveau victime de pillages et d'incendies.

Le XVIIIe siècle a également été marqué par des conflits, à commencer par la guerre de Succession d'Espagne, au cours de laquelle Maaseik a été occupée par les troupes néerlando-britanniques de Marlborough (1702-1712). En 1734 et 1740, les troupes allemandes occupent Maaseik. Par la suite, la situation s'est calmée, mais la pauvreté reste élevée, en partie à cause des mauvaises récoltes. Les Bokkenrijders sont nés dans ce contexte. La « première bande » (1780-1785) est dirigée par Henricus Houben (nl), habitant de Maaseik, cordonnier de profession et habitant de la maison Markt/Boomgaardstraat. Sa bande compte une quarantaine de membres, dont certains originaires d'Ophoven. En 1785, Houben fut capturé et se suicida probablement en prison. La « deuxième bande » (1790-1794) est brutalement arrêtée par le landdrost Clerckx (nl). Plus de trente personnes, dont de nombreux habitants de Maaseik, sont pendues. L'ancien maire Dionysius van Carlo est également accusé d'avoir participé. Sous la torture, il avoue, mais revient plus tard sur ses aveux et se suicide en prison.

Le , le Maasland est pris par les troupes révolutionnaires françaises dirigées par Boisset. A cette époque, Maaseik comptait de nombreux monastères, dont le monastère d'Agneten (nl), issu d'un béguinage (depuis 1429), le monastère de Kruisheren (nl) (à partir de 1476), le monastère des Sépulcres (nl) (depuis 1495), le monastère des Frères Mineurs (nl) (depuis 1626) et le monastère des Capucins (nl) (depuis 1626). Tous ces monastères furent fermés par arrêté du gouvernement français (1797). Pendant la présence française, Maaseik était une capitale cantonale dans le district de Ruremonde. En 1815, elle devint l'une des huit villes provinciales des deux Limbourgs.

Plus tard, Maaseik subit des dommages économiques lorsque l'arrière-pays au-dessus de la Meuse tombe sous l'influence des Pays-Bas en vertu des 24 articles. La gare de Maaseik a ouvert ses portes en 1874, d'où la ligne ferroviaire 21A mène à Hasselt. En 1889, Maaseik reçut un pont sur la Meuse, à l'époque l'un des rares passages fluviaux permanents. Dès lors, la situation économique s’améliore. Le , Maaseik fusionne avec les communes de Neeroeteren et Opoeteren. Comme ailleurs dans le Maasland, l'extraction de gravier joue un rôle économique majeur. Initialement, cela se faisait au moyen de dragues dans le lit de la Meuse - ce qui la rend maintenant beaucoup plus profonde et plus large qu'auparavant - mais après 1950 dans les plaines inondables, ce qui a conduit à de vastes Maasplassen comme celle de Heerenlaak. L'extraction de gravier à Maaseik a été arrêtée vers 2000, après quoi les Maasplassen ont été réaménagées pour les loisirs nautiques.

Héraldique

modifier
 
La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 22 janvier 1981. Les armoiries actuelles combinent le poisson des armoiries de Neeroeteren avec les armoiries précédentes de Maaseik. Comme Opoeteren a également utilisé une combinaison de poisson et de pals rouges et dorées de Looz, les trois communes sont représentées dans les nouvelles armoiries.

Les pals de Looz indiquent qu'historiquement la région appartenait au Comté de Looz. Le village de Nieuw Eik, devenu Maaseik, obtint le droit de cité en 1386, mais toute la région environnante demeura une partie de Looz. Les deux ont été gouvernés par le même conseil. Le conseil utilisa le sceau de la ville qui, de 1369 à 1423, montrait un écu divisé de Looz et une branche de chêne, la racine Eik se traduisant chêne. Au XVIe siècle, la ville utilisait un sceau avec de nouvelles armoiries remplaçant la branche de chêne par un chêne et trois croix. La signification des croix n'est pas connue. Au cours des siècles, les croix ont été placées dans, autour ou au-dessus du chêne. En 1909, ils ont été placés au-dessus de l'arbre.

Les armes précédentes avaient été accordées le . Elles étaient basées sur l'ancien sceau décrit ci-dessus. Elles ont remplacé les armoiries octroyées le et le .

Les deux armoiries montrent une branche de chêne avec un gland en tant que meuble tiré du sceau le plus ancien. Comme aucune couleur historique n'était connue, les armoiries avaient été octroyées aux couleurs nationales néerlandaises. Après l'indépendance de la Belgique, les armoiries ont été maintenues, mais avec une couronne différente.
Blasonnement : Parti au 1. burelé de gueules et d’or de dix pièces 2, chargé d'un poisson de sable retourné, monté sur un mât, au 2. d'argent à un chêne de sinople sur un sol d'herbe, en chef à trois petites croix de gueules (Traduction libre)
Source du blasonnement : Heraldy of the World[2].



Démographie

modifier

Évolution démographique de la section de Maaseik

modifier
  • Sources:INS, www.limburg.be et Ville de Maaseik

Évolution démographique de la commune fusionnée

modifier

Elle comptait, au début 2024, 25 822 habitants (12 852 hommes et 12 870 femmes), soit une densité de 334,57 habitants/km2[3] pour une superficie de 77,18 km2.

Graphe de l'évolution de la population de la commune. Les données ci-après intègrent les anciennes communes dans les données avant la fusion en 1977.

  • Source : DGS - Remarque: 1831 jusqu'à 1981=recensement; depuis 1990=nombre d'habitants chaque 1er janvier[4]

Lieux et monuments

modifier
  • Grand-Place (Grote Markt). Cette vaste place est entourée de maisons des XVIIe et XVIIIe siècles. L'actuel hôtel de ville, construit au XVIIIe siècle, est identique à ceux de Tongres et de Liège. Au centre se dresse la statue de Jan Van Eyck et de son frère Hubert par Léopold Wiener (1864).
  • Église Sainte-Catherine (Sint-Catharinakerk). Du XIXe siècle, elle possède une sacristie qui abrite un remarquable trésor (kerkschat). Les pièces proviennent pour la plupart de l'ancienne abbaye d'Aldeneik. La plus précieuse de toutes est le Codex Eyckensis ou évangéliaire de Sainte-Harlinde, qui, datant du VIIIe siècle, serait le plus ancien livre de Belgique.
  • Museactron regroupe trois musées. Les collections du musée d'Archéologie régionale (Regionaal Archeologisch Museum) concernent l'archéologie régionale et l'histoire de la ville : objets préhistoriques de l'époque romaine (instruments d'un médecin romain) et du Moyen Âge. Une passerelle relie ce musée à la plus ancienne pharmacie de Belgique, transformée en Apotheekmuseum (musée pharmaceutique), dont l'atmosphère d'antan est parfaitement restituée. Le musée de la Boulangerie (Bakkerijmuseum) est installé dans une cave.

Personnalités liées à la ville

modifier

Spécialité

modifier

La spécialité locale est le « knapkoek », sorte de galette croustillante.

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Références

modifier