Ouvrir le menu principal

Conservateurs et réformistes européens

Conservateurs et réformistes européens
Image illustrative de l’article Conservateurs et réformistes européens
Chambre Parlement européen
Législature(s) 7e et 8e
Partis membres Alliance des conservateurs et réformistes européens
Mouvement politique chrétien européen
Président Syed Kamall
Représentation
76 / 751
Idéologie Conservatisme[1]
Euroscepticisme[1]
National-conservatisme[1]
Site Web ecrgroup.eu

Le groupe des Conservateurs et réformistes européens (CRE) est un groupe politique européen, regroupant à l'échelle du continent un ensemble de partis de droite et de la droite nationaliste, disposant d'un groupe au Parlement européen et à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Fondé en 2009, les CRE comptent vingt-trois partis membres de seize pays différents. Les CRE se décrivent comme « une famille se situant à droite de l'échiquier politique ».

Sommaire

IdéologieModifier

Le groupe des conservateurs se caractérise comme un groupe de droite antifédéraliste. Ses membres sont favorables au libéralisme économique mais sont critiques vis-à-vis des institutions de l'Union européenne. Contrairement à certains membres du Europe libertés démocratie ils ne sont pas pour autant favorables à la sortie de leurs pays de l'Union européenne. Ce groupe est souvent qualifié d'atlantiste[2] en ce sens que ses membres soutiennent la politique étrangère des États-Unis.

HistoireModifier

La création du groupe conservateur européen a été annoncé le par le Parti conservateur britannique, qui a quitté l'ex-Groupe du Parti populaire européen et des Démocrates européens (PPE-DE) devenu le groupe du Parti populaire européen (PPE).

Le , cette création est officiellement et simultanément annoncée à Londres et à Prague (par les conservateurs et l'ODS) d'un groupe de 54 élus du Parlement européen (les 26 conservateurs et unionistes britanniques, les 15 Polonais de Droit et justice et les neuf membres l'ODS ; en font également partie un Belge, Jean-Marie Dedecker, un Hongrois du Forum démocrate hongrois (ancien PPE), un Letton de Pour la patrie et la liberté (ancien UEN) et un Néerlandais de l'Union chrétienne[N 1].

Il est officiellement constitué lors de la première session du Parlement, le .

L'Action électorale polonaise de Lituanie rejoint ce groupe en .

Mirek Topolánek, chef de file de l'ODS, n'excluait pas en [3] la participation à ce groupe des futurs élus sur les listes paneuropéennes Libertas, parmi lesquels, en France, on trouve le MPF de Philippe de Villiers et le CPNT. Ceci ne se fit cependant pas. Ces élus rejoignirent le nouveau groupe Europe libertés démocratie (ELD).

Michał Kamiński, candidat malheureux à l'un des postes de vice-président du parlement européen, est finalement désigné président du groupe des CRE[4].

Le , l'Italienne Cristiana Muscardini rejoint ce groupe pour en devenir une des vice-présidents, avec un parti, le Mouvement des conservateurs et des réformistes sociaux, qu'elle vient de fonder. Remplaçant Mario Mauro, Susy De Martini de La Droite rejoint ce groupe en .

Après les élections du 25 mai 2014, le groupe ECR accepte les adhésions du Parti populaire danois (quatre députés) et des Vrais Finlandais (deux députés) en provenance du groupe Europe libertés démocratie, du parti allemand Familie, ainsi que les deux partis slovaques (OĽaNO) et NOVA, et le parti des Grecs indépendants. Le , sont admis l'Alternative pour l'Allemagne et la Bulgarie sans censure suivies du Parti politique réformé néerlandais le , puis de la Nieuw-Vlaamse Alliantie le , ce qui lui donnerait 68 députés européens.

Présidents du groupeModifier

Dates de leurs législatures Présidents du groupe
Michał Kamiński
Jan Zahradil
Martin Callanan
Depuis le Syed Kamall

CompositionModifier

7e législatureModifier

Pays Parti Affiliation Eurodéputés
  Belgique Libertair, Direct, Democratisch ACRE 1
  Croatie Parti croate du Droit - Ante Starčević ACRE 1
  Danemark Fokus ACRE 1
  Hongrie Mouvement Hongrie moderne ACRE 1[N 2]
  Italie Mouvement des conservateurs et des réformistes sociaux ACRE 1
  Lituanie Action électorale polonaise de Lituanie ACRE 1
  Pays-Bas Union chrétienne ACRE 1
  Pologne Droit et justice ACRE 6
La Pologne est le plus important ACRE 3
  République tchèque Parti démocratique civique ACRE 9
  Royaume-Uni Parti conservateur ACRE 26[N 3]
Parti unioniste d'Ulster ACRE 1

C'est le cinquième groupe en importance au Parlement européen (juste après les Verts). Il comptait à l'origine 55 députés européens, mais lors des élections des quatorze vice-présidents du Parlement européen, un député conservateur britannique, Edward McMillan-Scott se présente contre l'avis du groupe ECR. Ce dernier est élu et fait perdre Michał Kamiński, le candidat soutenu par le groupe. Il est par conséquent exclu du groupe, ce qui porte l'effectif du groupe ECR à 54.

Outre les eurodéputés du Parti conservateur britannique, du Parti démocratique civique tchèque, et de Droit et justice, sont membres de ce groupe les députés européens Anna Rosbach (en) (Danemark), Lajos Bokros (en) (Hongrie), Susy De Martini (Forza Italia, Italie), Roberts Zīle (Lettonie, anciennement Pour la patrie et la liberté, parti disparu), Adam Bielan et Michał Kamiński (Pologne).

8e législatureModifier

Le , l'Alternative pour l'Allemagne annonce rejoindre le groupe ECR. Lors de la mandature, en , cinq de leurs sept députés européens quittent le parti et créent l'Alliance pour le progrès et le renouveau[5]. Ces derniers restent membres du groupe européen contrairement à Beatrix von Storch qui rejoint ELDD en [6].

En Belgique, le , Bart De Wever, président du parti flamand Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA), annonce l'adhésion de son mouvement à l'ECR[7]. Le groupe reçoit aussi le renfort de deux partis scandinaves d'extrême droite, le Parti populaire danois et les Vrais finlandais.

Pays Parti - MPE Parti européen Eurodéputés
  Allemagne Indépendants ACRE 4
Réformateurs libéraux-conservateurs ACRE 1
Alliance C – Chrétiens pour l'Allemagne (de) MPCE 1
  Belgique Nieuw-Vlaamse Alliantie ALE 4
  Bulgarie Recharger la Bulgarie ACRE 1
VMRO - Mouvement national bulgare ACRE 1
  Chypre Eléni Theochárous 1
  Croatie Parti conservateur croate ACRE 1
  Danemark Parti populaire danois MELD 3
  Finlande Vrais Finlandais MELD 2
  Grèce Grèce, une route alternative ACRE 1
  Irlande Fianna Fáil 1
  Italie Direzione Italia ACRE 2
Frères d'Italie ACRE 1
Mouvement pour les autonomies ACRE 1
  Lettonie Alliance nationale ACRE 1
  Lituanie Action électorale polonaise de Lituanie ACRE 1
  Pays-Bas Union chrétienne MPCE 1
Parti politique réformé MPCE 1
  Pologne Droit et justice ACRE 14
Droite de la République MPCE 1
Indépendants 4
  République tchèque Parti démocratique civique ACRE 2
  Roumanie M10 ACRE 1
Pro Romania 1[8]
  Royaume-Uni Parti conservateur ACRE 18
Parti unioniste d'Ulster ACRE 1
  Slovaquie Les Gens ordinaires et personnalités indépendantes MPCE 1
Liberté et solidarité ACRE 1
NOVA ACRE 1
  Suède Démocrates de Suède 2

Anciens membresModifier

Pays Parti Député européen Parti européen Dates Nouveau groupe
  Allemagne Alternative pour l'Allemagne Beatrix von Storch MPCE - ELDD
Marcus Pretzell - NI puis ENL
  Danemark Parti populaire danois (jusqu'en octobre 2015)
Indépendante (à partir d'octobre 2015[9])
Rikke Karlsson MELD (jusqu'en octobre 2015) - NI
  Royaume-Uni Parti conservateur Richard Ashworth
Julie Girling
ACRE Juillet 2009 - février 2018 EPP

NotesModifier

  1. Pendant 24 h, un Finlandais du Parti du centre, Hannu Takkula, a signé la motion de constitution du groupe alors que le Parti du centre est membre du ELDR, mais il revient sur sa décision le lendemain pour se réinscrire au groupe de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe.
  2. Initialement Forum démocrate hongrois.
  3. Edward McMillan-Scott a été exclu du groupe.

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Nordsieck 2015.
  2. « Parlement européen: Le cheval de Troie de l’euroscepticisme », sur La Libre, (consulté le 25 novembre 2016).
  3. « Radio Prague - Mirek Topolánek sous les feux de l’actualité », sur www.radio.cz, (consulté le 11 novembre 2015).
  4. « Conservateurs et réformistes européens », sur la base de données des députés au Parlement européen.
  5. « Bernd Lucke crée un nouveau parti europhobe en Allemagne », sur Les Échos, (consulté le 9 avril 2016).
  6. « Conservateurs et réformistes européens », sur la base de données des députés au Parlement européen.
  7. DH - 18 juin 2014.
  8. (en) « An opportunity to help shape a better future for Europe », sur euobserver.com, .
  9. (da) « MELD og FELD - årsagerne til Rikke Karlssons exit », sur www.jv.dk/ (consulté le 1er mars 2016).

BibliographieModifier

  • « De Wever a finalement décidé de rejoindre le groupe ECR des Tories au Parlement européen », DH,‎ (lire en ligne).
  • (en) Wolfram Nordsieck, Parties and Elections in Europe, (lire en ligne).

Liens externesModifier