Ascoli Piceno

ville d'Italie

Ascoli Piceno
Ascoli Piceno
Palazzo dei Capitani del Popolo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Marches Marches 
Province Ascoli Piceno 
Maire Marco Fioravanti
2019-
Code postal 63100
Code ISTAT 044007
Code cadastral A462
Préfixe tel. 0736
Démographie
Gentilé ascolani
Population 47 555 hab. (31-12-2019[1])
Densité 296 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 51′ 00″ nord, 13° 35′ 00″ est
Altitude Min. 154 m
Max. 154 m
Superficie 16 048 ha = 160,48 km2
Divers
Saint patron Sant'Emidio
Fête patronale 5 août
Localisation
Localisation de Ascoli Piceno
Localisation dans la province de Ascoli Piceno.
Géolocalisation sur la carte : Marches
Voir sur la carte administrative des Marches
City locator 14.svg
Ascoli Piceno
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ascoli Piceno
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ascoli Piceno
Liens
Site web http://www.comune.ascoli-piceno.it/

Ascoli Piceno est une ville italienne d'environ 47 550 habitants, chef-lieu de la province d'Ascoli Piceno dans la région des Marches en Italie.

La commune porte le surnom de « ville aux cent tours[2] » en raison de ses nombreux édifices médiévaux de ce type (tours, clochers) construits en travertin.

GéographieModifier

Située à environ 25 km de l'Adriatique, Ascoli Piceno se trouve à une altitude de 154 m. Elle est traversée sur son territoire communal par le Castellano, un affluent du Tronto.

HistoireModifier

La ville est construite par les Picéniens sur une hauteur défensive au IXe siècle av. J.-C.[2]. Elle est conquise par les Romains en 89 av. J.-C. . La cité est détruite durant la période des invasions barbares entre le Ve et le VIe siècle (par Totila en particulier en 544) et a été occupée ensuite par les Lombards.

Ville libre au Moyen Âge à partir de 1182, Ascoli Piceno est mise à sac par l'empereur Frédéric II. C'est à cette époque qu'une rivalité prend naissance avec la ville voisine de Fermo.

Durant le Moyen Âge, Ascoli se développe économiquement et culturellement. Elle fut sous domination pontificale dès 1502, puis devient en 1824 chef-lieu d'une des six provinces des Marches, jusqu'à son rattachement à l'Italie en 1860.

Dans les années 2010, le gouvernement italien tente de faire classer la ville au patrimoine mondial de l'UNESCO, en raison de son patrimoine architectural[2].

 
Vue à 360° de la Piazza del Popolo

ÉconomieModifier

La ville d'Ascoli Piceno et son territoire sont le berceau de la tradition et de la culture de la fameuse olive de table appelée Oliva Ascolana del Piceno[2].

CultureModifier

MuséesModifier

Pinacothèque civique d’Ascoli PicenoModifier

Le Musée, situé dans le Palais épiscopal sur la Piazza Aringo, contient des oeuvres de Carlo Crivelli (les deux triptyques de la Valle Castellana, XV°), Cola dell’Amatrice (La montée du Calvaire,1527), Titien (Saint François recevant les stigmates, XVI° sec.), Guido Reni (Annonciation, 1575), Bernardo Strozzi, Baciccio, Orazio De Ferrari, Alessandro Magnasco, Antonio Mancini, Giovanni Morelli, Giuseppe Palizzi et Giuseppe Pellizza da Volpedo

Galerie d’Art Contemporain Osvaldo LiciniModifier

Le Musée contient la Collection de Caterina Celi Hellstrom. Y figurent des oeuvres de Lucio Fontana, Roberta Matta, Hans Hartung, Giorgio Morandi, Filippo De Pisis et Gino Severini.

La Forteresse Malatesta et Musée du Haut-Moyen-ÂgeModifier

 
Forte Malatesta

Le Fort Malatesta est l’une des architectures fortifiées de la Renaissance les plus importantes et spectaculaires d'Italie et l’un des sites monumentaux les plus fascinants de la ville. Portant la signature d’Antonio da Sangallo il Giovane, la forteresse a été rouverte définitivement en novembre 2010. Juste en dehors du centre historique, se dresse pour défendre la rive gauche du fleuve Castellano : à l’époque préromaine et romaine, il était un rempart qui bloquait l’accès au pont. Détruit et reconstruit à plusieurs reprises, en 1349, Galeotto Malatesta, chef de la milice d’Ascoli dans la guerre contre Fermo, est venu le renforcer et est devenu un fort médiéval typique qui a pris le nom de Fort Malatesta. D’autres destructions suivirent, jusqu’au début du XVI° siècle, dans la forteresse en ruines. Mais c’est Antonio da San Gallo le Jeune en 1543, à la demande du Pape Paul III Farnèse, qui érigea sur ce même site un nouveau fort en forme d’étoile irrégulière. En 1828, le fort fut restauré et utilisé jusqu’en 1978 comme prison judiciaire. Depuis mars 2014 il abrite le Musée du Haut Moyen-Âge qui expose les précieux ensembles de la nécropole lombarde de Castel Trosino (VI - VIII siècle). Parmi les pièces les plus importantes, on note les tombes complètes d’une dame (bijoux, fibules, etc.) et d’un chevalier (épée, bouclier, harnais du cheval, etc.)

Musée archéologique d’étatModifier

Si le Musée archéologique n’est pas un musée complet sur la civilisation romaine, il contient cependant des mosaïques dignes des plus grands musées internationaux.

La Cartiera du PapeModifier

La Cartiera Papale (fabrique de papier du pape) renferme en elle des éléments qui ont profondément caractérisé le territoire d’Ascoli : construite en concis de travertin, elle a exploité pendant des siècles la course du torrent Castellano pour l’activité de mouture, de la production du papier et du tannage des vêtements. Après quelques décennies d’abandon, la Province d’Ascoli Piceno a acquis et restauré l'édifice, ce qui en fait un admirable exemple d’archéologie industrielle, unique sur le territoire et destinée aujourd’hui à accueillir les Musées de la Papeterie papale.

Musée de la CéramiqueModifier

Inauguré en 2007, le musée contient des majoliques du XV°siècle, des pièces de la collection de la famille Matricardi et de la manufacture Paci, Matricardi et Fama.

Musée diocésain d’Ascoli PicenoModifier

Musée Diocésain d'Ascoli Piceno

MonumentsModifier

  • Quelques restes de constructions romaines dont la porte Gemina actuellement intacte.
  • Le centre historique médiéval, construit sur la partie romaine, comprenant notamment le palais Longobardo, le baptistère, l'église San Vincenzo e Atanasio (XIIe siècle)
  • Des éléments de la Renaissance
    • Palazzo de l'évêque
    • La cathédrale (construite au XVe siècle) flanquée d'un baptistère, dédiée à San Emidio, patron de la ville et protecteur de la ville contre les tremblements de terre, abrite deux œuvres remarquables, un polyptyque (chef-d'œuvre de Carlo Crivelli) et un bas relief en argent du XIVe siècle comportant 27 panneaux retraçant la vie du Christ. La crypte abrite, dans des sarcophages, les restes du saint patron et de tous les évêques d'Ascoli depuis le Moyen Âge[2].
    • Duomo

Église Sant’Angelo MagnoModifier

L’église et le monastère datent du IXe siècle et sont entièrement réalisés avec des blocs de travertin. C’était à l’origine une fondation lombarde dédiée à l’archange Michel. L’église présente une façade de style roman datant de 1292 et située à l’intérieur d’un ancien complexe architectural. Le portail d’entrée est précédé d’un élégant escalier et sur le devant est bien visible la rosace à colonnes gothiques. Le clocher présente des caractéristiques du style de cette période. L’intérieur est doté de peintures de Carlo Maratta, Giuseppe Ghezzi et Giacinto Brandi.

Le palazzo dei Capitani donne sur la Piazza del Popolo.

  • Les édifices de la ville sont presque tous construits en travertin provenant des carrières proches de la colline San Marco[2].
  • Église San Giacomo Apostolo

Œuvres d’art à Ascoli PicenoModifier

ImagesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Fêtes et foiresModifier

  • Le Carnaval d'Ascoli se déroule chaque année à partir du 17 janvier.
  • Le festival Fritto Misto, une manifestation culinaire et gastronomique de la friture se déroulant chaque année durant un week-end du mois d'avril et attirant environ 50 000 personnes[2].
  • Tournoi de chevaliers (le premier dimanche d'août), pour faire revivre la tradition historique du XVe siècle, en costumes d'époque. Ce tournoi porte le nom de Torneo cavalleresco della Quintana.

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1944 Serafino Orlini    
1946 1960 Serafino Orlini    
    Ugo De Santis    
1990 1991 Gino Andreani Democrazia Cristiana  
1991 1995 Nazzareno Cappelli Centro-Destra  
23 avril 1995 13 juin 1999 Roberto Allevi PDS,Patto dei Democratici,Verdi,Partito Comunista  
13 juin 1999 14 juin 2004 Piero Celani Forza Italia  
14 juin 2004 En cours Piero Celani Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

FrazioneModifier

Mozzano, Rosara, Piagge, Castel Trosino, Villa S. Antonio

Communes limitrophesModifier

Acquasanta Terme, Ancarano, Appignano del Tronto, Castel di Lama, Castignano, Castorano, Civitella del Tronto, Colli del Tronto, Folignano, Maltignano, Roccafluvione, Rotella, Sant'Egidio alla Vibrata, Valle Castellana, Venarotta

JumelagesModifier

  •   Massy (France) depuis 1997, du maire Roberto Allevi, pour Ascoli Piceno, du maire Vincent Delahaye pour Massy.
  •   Trèves (Allemagne) depuis 1958, du maire Serafino Orlini, pour Ascoli Piceno, du maire Heinrich Raskin pour Trèves.

SportsModifier

L'ascension d'Ascoli Piceno, classée en deuxième catégorie, fut au programme de l'arrivée de la 6e étape du Giro 2021. Gino Mäder remportait cette étape en échappée.

Personnalités liées à la villeModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier