Parti politique réformé

parti politique néerlandais

Le Parti politique réformé (en néerlandais : Staatkundig Gereformeerde Partij, abrégé en SGP) est un parti politique néerlandais protestant traditionaliste. Le terme « réformé » ne se réfère pas à la réforme politique, il s'agit ici d'un synonyme de calvinisme. Après avoir fait partie du groupe parlementaire eurosceptique Europe libertés démocratie au Parlement européen, il rejoint le groupe des Conservateurs et réformistes européens en .

Parti politique réformé
(nl) Staatkundig Gereformeerde Partij
Image illustrative de l’article Parti politique réformé
Logotype officiel.
Présentation
Chef politique Kees van der Staaij
Fondation
Scission de Parti antirévolutionnaire
Siège Burgemeester van Reenensingel 101 Gouda
Président Maarten van Leeuwen
Positionnement Droite
Idéologie Droite chrétienne[1]
Conservatisme sociétal[1]
Théocratie[2],[3],[4]
Euroscepticisme
Affiliation européenne Mouvement politique chrétien européen
Groupe au Parlement européen CRE
Adhérents 30 122
Couleurs Bleu et orange
Site web sgp.nl Inactif le dimanche
Présidents de groupe
Seconde Chambre Kees van der Staaij
Première Chambre Peter Schalk
Parlement européen Syed Kamall (ECR)
Représentation
Représentants
3  /  150
Sénateurs
2  /  75
Députés européens
1  /  29
Députés provinciaux
14  /  570

Il est réputé pour être le parti le plus stable des Pays-Bas : depuis 1925 et sans exception, le SGP remporte entre deux et trois mandats de représentants à la Seconde Chambre des États généraux. Depuis 2010, il est dirigé par Kees van der Staaij.

HistoireModifier

Le parti est créé en 1918 sous l'impulsion du pasteur Gerrit Hendrik Kersten. Depuis 1922 jusqu'à aujourd'hui, le SGP est représenté sans discontinuer à la Seconde Chambre des États généraux (Tweede Kamer van de Staten-Generaal), d'abord avec un représentant et depuis 1925 avec deux ou trois. Il est le seul des partis néerlandais créés avant la Seconde Guerre mondiale qui existe encore sous sa dénomination d'origine à ce jour.

Dans les années 1920, il propose à chaque débat annuel sur le budget la suppression de la nonciature apostolique aux Pays-Bas. Un autre parti protestant, pourtant allié au parti catholique au sein du gouvernement, vote en faveur de cette proposition, sans qu'elle aboutisse, jusqu'au où, dans le but de faire tomber la coalition gouvernementale, les libéraux et les sociaux-démocrates l'appuient, provoquant effectivement cette chute. Cet événement est dénommé par les historiens la « nuit de Kersten (nl) »[5].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Kersten dénonce la résistance contre les nazis, sous prétexte qu'ils avaient été envoyés par Dieu en punition pour la désacralisation du dimanche. En 1941, il refuse également de signer une protestation de l'assemblée des églises néerlandaises contre la persécution des Juifs. Il aurait toutefois aidé la résistance à évacuer des Juifs de Rotterdam vers des refuges en Hollande-Méridionale[réf. nécessaire]. Cet acte humanitaire ne lui est pas crédité à la fin de la guerre et il est déchu de son mandat de parlementaire et du droit de se représenter aux législatives. Il meurt trois ans plus tard, après avoir consacré la fin de sa vie à l'écriture d'ouvrages théologiques.

Relations avec les autres partisModifier

Lors des discussions pour former une coalition gouvernementale après les élections de 2003, l'Appel chrétien-démocrate (CDA), vainqueur du scrutin, souhaite étendre la coalition à l'Union chrétienne (un parti chrétien plus modéré sur le plan religieux et plutôt progressiste sur le plan socio-économique) et au SGP, mais les libéraux du Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) refusent cette option, surtout en raison de la position de ce parti envers les droits des femmes[6].

Même l'Union chrétienne (CU) prend ses distances vis-à-vis du SGP : son chef de file avait déjà déclaré en 2002 que « Si le SGP ne modifie pas sa position concernant les femmes sur les listes électorales communes formées avec l'Union chrétienne, ce dernier suspendra toute forme d'association aux prochaines élections municipales »[6]. Le SGP connaît des dissensions internes à ce sujet, notamment pendant la préparation des élections municipales de , le SGP exigeant une fois de plus des listes sans femmes dans les communes où les deux petits partis protestants ne présentent qu'une seule liste. Un bourgmestre, un échevin et des conseillers municipaux du SGP rendent leur carte du parti pour protester contre cette attitude en [7]. Après ces élections municipales, le chef de file de l'Union chrétienne déclare : « Je constate que dans les communes où nous nous étions associés au SGP nous n’avons pas progressé », alors que dans quelques communes où le SGP avait rompu avec l'Union chrétienne parce qu’elle avait placé une femme sur sa liste, cette dernière avait bel et bien progressé[8].

Positions à l'égard des femmesModifier

Si le SGP est historiquement un parti d'hommes, les femmes n'étaient pas interdites et certaines sont membres entre 1984 et 1993, date à laquelle elles sont explicitement interdites d'être membres du parti[9]. Cependant, en 1996, elles peuvent à nouveau revenir dans le parti, en tant que membres associés.

Depuis plusieurs années, des plaintes sont déposées contre le SGP par des femmes estimant inconstitutionnelle et contraire aux traités internationaux signés par les Pays-Bas le refus du parti d'admettre des femmes comme membres à part entière et a fortiori de les présenter comme candidates. Le , l'Institut Clara Wichmann, qui a pour objectif l'émancipation de la femme, porte officiellement plainte pour discrimination à l'égard des femmes contre le SGP. L'Institut porte également plainte contre l'État néerlandais, parce que le parti bénéficie d'une subvention publique.

En , le tribunal de La Haye condamne le SGP sur base de la Convention sur les droits politiques de la femme[10] du , précisant dans le jugement que « L'État n'a rien fait pour mettre fin à la discrimination des femmes par le SGP, il l'a au contraire soutenu en lui versant des subventions », le SGP recevant de l'État environ 800 000 euros par an. Le ministre de l'Intérieur fait appel contre cette décision, mais en attendant le jugement en appel il est obligé de mettre fin à la subvention de 800 000 euros par an et ce à partir du .

En , le bourgmestre de Soest, Arie Noordergraaf, affilié au SGP, qui figurait en cinquième position pour les élections législatives, est retiré de la liste de son parti pour avoir affirmé à plusieurs reprises que les femmes devaient pouvoir devenir bourgmestres ou échevins[11].

Le , le Conseil d'État donne raison au SGP, forçant le gouvernement à verser la subvention (avec effet rétroactif) : « Le Conseil d'État estime que la Convention internationale des femmes ne donne pas aux femmes le droit d'être membre de tous les partis politiques néerlandais. Elle contraint seulement les États à faire en sorte que les femmes puissent participer au processus démocratique. Il y a aux Pays-Bas suffisamment d'autres partis 'du spectre politique' auxquels les femmes peuvent s'inscrire. Le fait que le SGP n'admette pas que des femmes se portent candidates pour le parti ne porte donc pas atteinte au vote passif des femmes aux Pays-Bas. Les femmes qui souhaitent propager la philosophie du SGP peuvent aussi fonder leur propre parti[6] ».

En , le quotidien chrétien progressiste Trouw titre : « Le SGP va écarter les femmes avec un truc – Les élues céderont la place à un homme »[12]. Le , la Cour suprême des Pays-Bas (Hoge Raad der Nederlanden) décide, dans le cadre d'un pourvoi en cassation faisant suite à la plainte de 2003, que l'État devait « prendre des mesures pour obliger le SGP à ne pas traiter les femmes différemment des hommes », notamment en ce qui concerne le droit de vote dans les instances internes. Cette décision est fondée sur la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes[13].

En 2013, Lilian Janse devient la première femme à se présenter pour le parti, dans la commune de Flessingue[14]. Pour les élections municipales de 2018, deux femmes sont présentes en position éligible sur les listes du SGP : Lilian Janse à Flessingue et Paula Schot à Amsterdam[9].

Principes et point de vue de SGPModifier

PrincipesModifier

Selon le SGP, les mots de la Bible doivent être pris au pied de la lettre. Le parti a pour objectif une théocratie, car il croit que Dieu doit conduire le pays[15],[16].

PlateformeModifier

En 2021, les principales positions défendues par le SGP sont[15]:

  • Réduction de l'écart entre les couples où les deux conjoints travaillent et où un seul des deux conjoints travaille
  • Augmentation des allocations familiales et des aides à l'enfance
  • Aide financière aux étudiants
  • Protection de la culture et des traditions néerlandaises dans l'espace public
  • Fin de l'avortement et de l'euthanasie
  • Renforcement des relations avec Israël et déplacement de l'ambassade à Jérusalem
  • Lutte contre les causes de l'immigration et de l'asile
  • Protection des agriculteurs et des pêcheurs
  • Accorder aux employés une période d'au moins 24 heures par semaine sans travail (repos dominical)
  • Mise en place de congés payés pour le décès des proches et des parents
  • Inscription dans la loi de l'objectif de l'OTAN de dépenser au moins 2 % du PIB dans la défense

Points de vue controversésModifier

  • Le SGP a pour objectif l'établissement d'une théocratie aux Pays-Bas[16].
  • Le SGP veut interdire le travail des femmes.
  • Le SGP est opposé au droit de vote des femmes et refuse donc qu'elles deviennent membre du parti à part entière[6].
  • Le SGP est opposé aux droits LGBT : il veut interdire par conséquent que des homosexuels puissent se marier et qu'ils puissent adopter des enfants.
  • Le SGP est un défenseur de la peine de mort.

Prise de positionsModifier

Lors de la sortie du morceau Kind van de duivel (dont le titre signifie « Enfant du diable ») du rappeur néerlandais Jebroer en collaboration avec Paul Elstak et Dr Phunk, le parti souhaite faire interdire le morceau. Jebroer se défend contre l'interdiction de la chanson en disant que le diable est une métaphore et qu'il ne souhaite pas blesser les Chrétiens. Par la suite, le morceau deviendra un succès aux Pays-Bas.

En 2019, lorsqu'un journaliste demande au chef de file du parti, Kees van der Staaij, comment il réagirait s'il voyait son fils embrasser un autre garçon, ce dernier répond : « Je trouverais très important que je dise d'abord, montre, qu'il est le fils que j'aime beaucoup, quoi qu'il fasse ou comment il le fasse, également ensuite commencer la conversation à ce sujet ».

Résultats électorauxModifier

Géographie électoraleModifier

 
Résultats du SGP aux élections législatives de 2010.

Lors des élections législatives de 2017, le SGP arrive en tête dans plusieurs communes des Pays-Bas, en remportant 56,1 % des voix à Urk, 33,9 % à Staphorst, 33,4 % à Reimerswaal, 31,8 % à Neder-Betuwe, 24,4 % à Tholen, 24,1 % à Nunspeet, 23,6 % à Rijssen-Holten, 23,3 % à Aalburg, 22,5 % à Barneveld, 22 % à Molenwaard, 20,9 % à Zwartewaterland, 20,1 % à Hardinxveld-Giessendam et 15,9 % à Alblasserdam. Toutes ces communes se situent dans la ceinture de la Bible néerlandaise[17].

Élections législativesModifier

Année Sièges Rang Tête de liste
1922
1  /  100
9e Gerrit Kersten

 

1925
2  /  100
8e
1929
3  /  100
7e
1933
3  /  100
8e
1937
2  /  100
10e
1946
2  /  100
7e Pieter Zandt

 

1948
2  /  100
7e
1952
2  /  100
8e
1956
3  /  150
7e
1959
3  /  150
7e
1963
3  /  150
8e Cornelis van Dis

 

1967
3  /  150
10e
1971
3  /  150
9e Hette Abma

 

1972
3  /  150
10e
1977
3  /  150
5e
1981
3  /  150
7e Henk van Rossum  
1982
3  /  150
6e
1986
3  /  150
5e Bas van der Vlies  
1989
3  /  150
6e
1994
2  /  150
9e
1998
3  /  150
8e
2002
2  /  150
9e
2003
2  /  150
5e
2006
2  /  150
11e
2010
2  /  150
9e Kees van der Staaij

 

2012
3  /  150
9e
2017
3  /  150
11e
2021
3  /  150
13e

Élections européennesModifier

 
Affiche du SGP et de la CU lors des élections européennes de 2014 : « Collaboration oui. Super-État non. »
Année Voix Sièges Rang Groupe
1979 2,2 %
0  /  25
5e
1984[18] 5,2 %
1  /  25
5e NI
1989[18] 5,9 %
1  /  25
6e NI
1994[19] 7,8 %
1  /  31
5e EN/I-EN
1999[20] 8,7 %
1  /  31
5e EDD
2004[21] 5,9 %
1  /  27
7e IND/DEM
2009[21] 6,8 %
1  /  25
8e ELD
2014[21] 7,7 %
1  /  26
7e CRE
2019[21] 6,8 %
1  /  29
7e CRE

Élections municipalesModifier

Le SGP compte en 2007 cinq bourgmestres, 40 échevins et 256 conseillers municipaux dans 107 communes. Aux élections municipales de , les listes communes SGP/ChristenUnie obtiennent plus de 50 % des voix dans quatre communes, les listes purement SGP dans six communes, toutes en province de Gueldre, où le SGP compte 3 élus sur les 53 du conseil provincial. Aux élections provinciales de mars 2007, le SGP a obtenu 13 sièges sur 564. Outre celles gérées par lui seul ou avec ChristenUnie, le SGP participe à des coalitions avec les sociaux-démocrates et/ou les libéraux dans certaines municipalités, y imposant par exemple le maintien de la fermeture des commerces le dimanche.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe: The database about parliamentary elections and political parties in Europe », EU, Parties & elections (consulté le )
  2. (en) Wijbrandt van van Schuur et Gerrit Voerman, Democratic Paths and Trends, Emerald, (ISBN 978-0-85724-091-0, lire en ligne), « Democracy in Retreat? Decline in Political Party Membership: The Case of the Netherlands », p. 29
  3. (en) Jean-Yves Camus, Andrea Mammone, Emmanuel Godin et Brian Jenkins, Varieties of Right-Wing Extremism in Europe, Routledge, , 292 p. (ISBN 978-1-136-16751-5, lire en ligne), « The european extreme right and religious extremism », p. 111
  4. (en) Brent F. Nelsen et James L. Guth, Religion and the Struggle for European Union : Confessional Culture and the Limits of Integration, Georgetown University Press, (ISBN 978-1-62616-070-5, lire en ligne), p. 312
  5. (nl) « De Nacht van Kersten (1925) », sur historiek.nl, (consulté le ).
  6. a b c et d « Le Staatkundige Gereformeerd Partij (SGP), l'exclusion politique des femmes et le financement des partis » (consulté le ).
  7. « Presse néerlandaise du mardi 13 décembre 2005 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Ambassade de France à La Haye (consulté le ).
  8. « Presse néerlandaise du vendredi 10 mars 2006 », Ambassade de France à La Haye (consulté le ).
  9. a et b (nl) « Geschiedenis van de SGP (Staatkundig Gereformeerde Partij) », sur historiek.nl, (consulté le ).
  10. Convention sur les droits politiques de la femme
  11. (nl) Hélène Butijn, « ’Beter een goede vrouw dan een mindere man’ », sur trouw.nl, (consulté le ).
  12. « Revue de la presse néerlandaise du lundi 8 février 2010, Ambassade de France à La Haye »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  13. (nl) « SGP moet vrouwen meer rechten geven », sur trouw.nl, (consulté le ).
  14. (nl) « Eerste vrouw in honderd jaar SGP: we hadden toch ook Beatrix? », sur Nederlandse Publieke Omroep, (consulté le ).
  15. a et b (nl) Arnout Brouwers, « De SGP vertrouwt op God als anker in de seculiere storm », sur volkskrant.nl, (consulté le ).
  16. a et b « Le Staatkundige Gereformeerd Partij (SGP), parti fondamentaliste protestant, traduction du programme du parti concernant l'établissement d'une théocratie » (consulté le ).
  17. (nl) « NOS Uitslagen verkiezingen 2017 », sur lfverkiezingen.appspot.com (consulté le )
  18. a et b Liste commune avec la Ligue politique réformée et la Fédération politique réformatrice, qui n'ont pas obtenu de siège.
  19. Liste commune avec la Ligue politique réformée et la Fédération politique réformatrice, la seconde ayant obtenu un siège.
  20. Liste commune avec la Ligue politique réformée et la Fédération politique réformatrice qui ont chacune obtenu un siège.
  21. a b c et d Liste commune avec la CU qui a obtenu un siège.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier