Renew Europe

groupe politique au Parlement européen

Renew Europe
Image illustrative de l’article Renew Europe
Chambre Parlement européen
Législature(s) 9e
Fondation
Ancien(s) nom(s) Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (2004-2019)
Partis membres Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe
Parti démocrate européen
Président Dacian Cioloș
Représentation
98 / 705
Positionnement Majorité : Centre à centre droit

Minorités : Centre gauche, droite

Idéologie Libéralisme
Fédéralisme européen

Courants : Social-libéralisme, Libéral-conservatisme, Populisme[1], Conservatisme[2], Nationalisme[3]

Site Web reneweuropegroup.eu

Renew Europe[a] est un groupe politique du Parlement européen constitué en et destiné à étendre le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE) aux partis qui ne souhaitent pas la mention du libéralisme dans leur nom, notamment La République en marche.

HistoriqueModifier

En , lors d’un débat en vue des élections européennes, Guy Verhofstadt, président de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, annonce qu’après ces élections le groupe envisage de disparaître et de former un nouveau groupe avec les élus de la liste roumaine USR-PLUS et de ceux de la liste française Renaissance[5],[6]. Le groupe est d’abord connu comme « ALDE plus Renaissance plus USR-PLUS »[6].

Le , Nathalie Loiseau (LREM) doit renoncer à son ambition de présider le groupe politique nouvellement constitué, notamment pour des propos peu amènes envers ses anciens membres[7]. Cet abandon fait suite à ses propos critiques à l'encontre de dirigeants de l'ALDE[8]. C’est le Roumain Dacian Cioloș (PLUS) qui est alors élu pour diriger le groupe.

Le groupe ALDE au Comité européen des régions est également renommé Renew Europe.

Historique des présidentsModifier

Dates Nom Parti national
depuis le   Dacian Cioloș PLUS

MembresModifier

La répartition des sièges du Parlement européen a évolué durant la mandature, le Royaume-Uni ayant quitté l'Union européenne. La composition du groupe est détaillée selon la composition en vigueur.

Pays Parti national Parti européen Nombre de députés européens 2019-2024
  Autriche NEOS ALDE
1 / 18
  Belgique Open VLD ALDE
2 / 21
Mouvement réformateur ALDE
2 / 21
  Bulgarie Mouvement des droits et des libertés ALDE
3 / 17
  Croatie Coalition d'Amsterdam (Diète démocrate istrienne)
1 / 11
  Tchéquie ANO 2011 ALDE
6 / 21
  Danemark Venstre ALDE
4 / 13
Parti social-libéral danois (Radikale Venstre) ALDE
2 / 13
  Estonie Parti du centre d'Estonie ALDE
1 / 6
Parti de la réforme d'Estonie ALDE
2 / 6
  Finlande Parti du centre ALDE
2 / 13
Parti populaire suédois de Finlande ALDE
1 / 13
  France La République en marche
10 / 74
Mouvement démocrate PDE
5 / 74
Sans étiquette
6 / 74
Mouvement radical ALDE
1 / 74
Agir
1 / 74
  Allemagne Parti libéral-démocrate (FDP) ALDE
5 / 96
Électeurs libres PDE
2 / 96
  Hongrie Mouvement Momentum ALDE
2 / 21
  Irlande Fianna Fáil ALDE
2 / 11
  Italie Italia Viva
1 / 76
  Lettonie Développement letton ALDE
1 / 8
  Lituanie Parti du travail ALDE
1 / 11
Mouvement libéral ALDE
1 / 11
  Luxembourg Parti démocratique ALDE
2 / 6
  Pays-Bas Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) ALDE
5 / 26
Démocrates 66 (D66) ALDE
2 / 26
  Roumanie Union sauvez la Roumanie (USR) ALDE
4 / 32
Parti de la liberté, de l'unité et de la solidarité (PLUS)
4 / 32
  Slovaquie Slovaquie progressiste ALDE
2 / 13
  Slovénie Liste de Marjan Šarec ALDE
2 / 8
  Espagne Ciudadanos ALDE
8 / 54
Parti nationaliste basque PDE
1 / 54
  Suède Les Libéraux ALDE
1 / 20
Parti du centre ALDE
2 / 20
Total 98

Anciens membresModifier

À la suite de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le Parti de l'Alliance d'Irlande du Nord (un membre) et les Libéraux-démocrates (16 membres) quittent de facto le groupe.

Nouveaux membresModifier

En , Nicola Danti, député européen italien, quitte le groupe S&D pour rejoindre Renew Europe.

NotesModifier

  1. Le nom du groupe se traduit littéralement « Renouveler l'Europe », mais certaines sources parlent de « Renaissance Europe »[4].

SourcesModifier

RéférencesModifier

BibliographieModifier

  • Florian Eder, « ALDE 2.0 deals blow to Weber’s Commission dream », Politico,‎ (lire en ligne)
  • Politico, « Frenzy in Firenze: 4 takeaways from EU lead candidate debate », Politico,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2019)
  • Jon Stone, « Macron’s EU ambitions slipping away after top ally’s bizarre rant », The Independent,‎ (lire en ligne)
  • Cécile Ducourtieux, « Nathalie Loiseau renonce à briguer la présidence du groupe centriste au Parlement européen », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2019)

Lien externeModifier