Johan Van Overtveldt

politicien belge

Johan Van Overtveldt
Illustration.
Johan Van Overtveldt en 2016
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 29 jours)
Élection 26 mai 2019
Législature 9e
Groupe politique CRE

(3 mois et 10 jours)
Élection 25 mai 2014
Législature 8e
Groupe politique CRE
Successeur Sander Loones
Ministre fédéral belge des Finances
chargé de la Lutte contre la fraude fiscale

(4 ans, 1 mois et 28 jours)
Monarque Philippe
Premier ministre Charles Michel
Gouvernement Michel I
Prédécesseur Koen Geens
Successeur Alexander De Croo
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Mortsel (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique N-VA
Diplômé de Université d'Anvers
KU Leuven
Profession Homme politique
Résidence Kapellen

Johan Van Overtveldt, né le à Mortsel, est un journaliste et homme politique belge flamand, membre du parti nationaliste flamand Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA).

CarrièreModifier

JournalismeModifier

Johan Van Overtveldt est docteur en sciences économiques appliquées. Il fut d'abord journaliste pour le magazine économique Trends, de 1978 à 1982, avant de travailler pour, entre autres, la Banque Bruxelles Lambert (aujourd'hui ING) ou pour le Shoeconfex. En 1992, il retourne chez Trends au poste de rédacteur en chef. De 2011 à 2012, il sera également rédacteur en chef du magazine Knack[1].

Député européenModifier

Engagé par la N-VA comme conseiller économique en 2013, il est tête de liste aux élections européennes du et élu député européen avec près de 275 000 voix de préférence[2].

Ministre fédéralModifier

Johan Van Overtveldt ne siège pas longtemps au parlement européen, puisqu'il est nommé ministre fédéral des Finances le . Le , il reprend la compétence de la lutte contre la fraude fiscale[3],[4].

Le , il est remplacé par Alexander De Croo aux Finances[5],[6],[7] à la suite de la crise gouvernementale provoquée par le Pacte mondial sur les migrations.

Le , il fait savoir qu'il veut percevoir son indemnité de départ qui devrait représenter 94 000 euros au maximum, soit l'équivalent de 10 mois maximum de salaire parlementaire, à la suite de ses quatre ans passés au sein du gouvernement[8],[9]. Il déclare : « J'ai travaillé dur pendant 4 ans, et c'est un euphémisme. Je trouve donc que j'ai droit à ce type d'indemnité. Quand on est 4 ans sur les barricades, je trouve qu'une indemnité limitée dans le temps est normale »[8],[9].

Notes et référencesModifier

  1. « Johan Van Overtveldt », sur n-va.be, (consulté le 25 juillet 2017).
  2. « Van Overtveldt, le rédacteur en chef devenu ministre des Finances », 7s7,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2017).
  3. « La Secrétaire d'État Elke Sleurs perd une compétence », sur Le Vif.be, (consulté le 23 mai 2015).
  4. (nl) « Elke Sleurs krijgt bevoegdheid "Grootstedenbeleid" en "Fiscale fraudebestrijding" gaat naar Johan Van Overtveldt », sur n-va.be, (consulté le 23 mai 2015).
  5. « Maggie De Block succède à Theo Francken à l'Asile et à la Migration », sur L'Echo, .
  6. Didier Swysen, « Crise gouvernementale: Maggie de Block remplace Theo Francken à l’Asile et à la Migration », sur SudInfo, .
  7. « Maggie De Block remplace Theo Francken à l'Asile et à la Migration », sur 7sur7, .
  8. a et b Sophie Leroy, « Johan Van Overtveldt veut son indemnité de départ », sur L'Echo,
  9. a et b « "J'ai droit à une indemnité", estime Johan Van Overtveldt », sur Le Vif,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :