Association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire

Association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire

Cadre
Forme juridique Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique en 1963.
But Rassembler les soldats, villes, unités militaires et institutions civiles citées à l'ordre de la Nation.
Fondation
Fondation 1919
Fondateur Vice-amiral Emile Guépratte
Identité
Siège Hôtel des Invalides, Paris
Affiliation Fédération nationale André Maginot
Publication Revue Croix de guerre & Valeur militaire
Site web www.croixdeguerre-valeurmilitaire.fr

L’association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire (ANCGVM) est l'association nationale française, fondée en 1919 à la fin de la Première Guerre mondiale pour rassembler dans un même esprit « croix de guerre et valeur militaire » les personnes physiques et morales suivantes :

  • les militaires des trois armées et de la gendarmerie nationale, de tous grades et origines, ayant fait l'objet d'une citation à l'ordre comportant l'attribution d'une croix de guerre (1914-1918, 1939-1945, TOE), de la croix de la Valeur militaire, de la médaille de la Gendarmerie nationale avec citation, ou de la médaille de la Défense nationale échelon or pour citation sans croix ;
  • les villes françaises et étrangères décorées de la croix de guerre lors des deux conflits mondiaux ;
  • les unités des trois armées et de la gendarmerie nationale dont les drapeaux, fanions ou étendards ont été décorés d'une croix de guerre ou de la croix de la Valeur militaire ;
  • les institutions civiles (administrations, grandes écoles) décorées de la croix de guerre lors des deux conflits mondiaux.
Le vice-amiral Émile Guépratte en 1925

HistoriqueModifier

Première guerre mondialeModifier

L'association dénommée Association amicale des croix de guerre est fondée à Paris le 16 septembre 1919[1] par le vice-amiral Émile Guépratte, qui s'était illustré en 1915 lors des opérations navales de la Bataille des Dardanelles[2]. L'association est née à la suite de la création de la croix de guerre[3] le [4], décoration destinée à récompenser les belles actions réalisées durant la première guerre mondiale. par les soldats et unités militaires[5] des trois armées.

La présidence de l'association est confiée au général de brigade Charles-Arthur Maitrot (1849-1924), issu de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr[6].

L'ANCGVM est régie selon la loi du . Elle se présente sous la forme d'une amicale à caractère mutualiste orientée vers l'aide sociale en faveur des combattants.

Approuvée par les ministères français de la Guerre et de la Marine, elle est placée sous le Haut patronage du président de la République française et du roi des Belges, Albert Ier, signant simultanément l'arrêté royal[7] créant la croix de guerre du Royaume de Belgique.

Elle a son siège à Paris en l'Hôtel national des Invalides.

Les unités militaires citées durant la guerre sont associées également. Une circulaire en date du 21 avril 1917 avait créé la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918 "...insigne spécial destiné à rappeler d'une façon permanente les actions d'éclat de certains régiments et unités formant corps cités à l'ordre de l'armée. Cet insigne sera constitué par une fourragère aux couleurs de la croix de guerre".

La ville de Dunkerque (Nord) sera la première ville décorée de la croix de guerre en 1917[8] à l'initiative du ministre de la guerre Paul Painlevé. Ainsi 3.014 communes, dont la Ville de Paris et 16 villes étrangères[9], recevront la croix de guerre 1914-1918. L'Association amicale des croix de guerre accueillera désormais dans ses rangs les villes et communes décorées de la croix de guerre.

Il en sera de même pour les 16 institutions civiles décorées de la croix de guerre 1914-1918[10].

Théâtres d'opérations extérieursModifier

L'association s'ouvre en 1921 aux titulaires de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs, suite à la création de cette nouvelle croix de guerre[11]. Elle récompense les actions d'éclat des militaires français cités, engagés sur des théâtres d'opérations extérieurs à la métropole, comme les opérations en Syrie, en Palestine, à Constantinople, au Maroc, en AOF, en AEF.

Le 9 juillet 1925, une fourragère aux couleurs de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs (T.O.E.) est créée pour récompenser les unités militaires citées plusieurs fois.

En 1930, l'association procède à la refondation de ses statuts qui prend la dénomination d'Association nationale des croix de guerre. L'association change à la fois son titre et son organisation. À l'exemple de la Société de secours de la Légion d'honneur[12] elle comprend un conseil national présidé par le vice-amiral Émile Guépratte, et des groupes régionaux.

Le vice-amiral Emile Guépratte présidera l'association jusqu'à sa mort en 1939. Il est inhumé aux Invalides dans le caveau des gouverneurs.


Seconde guerre mondialeModifier

En 1940 l'association est mise en sommeil par l'occupant mais reste sous la présidence du général Augustin-Eugène Mariaux, ancien vice-président, Gouverneur des Invalides et directeur du Musée de l'Armée, qui maintient pendant quatre ans les structures centrales.

La croix de guerre 1939-1945 est instituée par décret-loi du 26 septembre 1939 à l'initiative du Président du conseil et ministre de la guerre Edouard Daladier. Confirmée par ordonnance du 7 janvier 1944, cette nouvelle croix de guerre récompense les actions d'éclat réalisées lors des opérations de guerre durant la seconde guerre mondiale. Les titulaires de cette croix de guerre rejoignent naturellement l'Association nationale des croix de guerre.

173 unités militaires dont 13 écoles militaires des trois armées et de la gendarmerie[13], 1.628 villes ou communes[14] et 33 institutions civiles[10] recevront également la croix de guerre 1939-1945. Ces personnes morales seront accueillies par l'Association nationale des croix de guerre.

En 1947, le célèbre chanteur d'opéra baryton-basse de l'Opéra de Paris, Charles Cambon, crée pour l'Association nationale des croix de guerre, Le Chant des Croix de Guerre [15], une marche en hommage au général de division Antoine Rodes, gouverneur des Invalides et président d'honneur de l'association.

Indochine et autres opérations extérieuresModifier

La croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs fut à nouveau attribuée lors des opérations d'Indochine de 1946 à 1954, à Madagascar de 1958 à 1960, aux opérations de l'Organisation des Nations Unies en Corée de 1950 à 1953, et pour les opérations relatives à l'expédition de Suez en 1956

Parmi les titulaires 107 unités militaires dont 23 écoles militaires[16], et 3 institutions civiles[10] recevront également la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs.

Alphonse Juin, maréchal de France, écrit en 1955 à l'occasion du 40e anniversaire de la création de la croix de guerre[17] :

"Lorsque dans notre pays on parle de courage et de grandeur, c'est vers les croix de guerre que se tournent les regards"

Le 18 septembre 1958 le Président de la République française René Coty écrit à l'occasion du 40e anniversaire de la Victoire 1914-18[18], « Je remercie de tout cœur l'association nationale des croix de guerre d'appeler les français à se souvenir et à méditer ».

Afrique du nordModifier

En 1960, après la création éphémère de la médaille de la valeur militaire[19] remplacée rapidement par la croix de la Valeur militaire[20] au mois d'octobre 1956, pour récompenser les actions d'éclats lors des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en Afrique du nord, l'association prend l'appellation d'Association nationale des croix de guerre et des décorés de la valeur militaire[21].

Le ministre de la Défense, Maurice Bourgès-Maunoury écrit[22] le 20 avril 1957 : "la croix de la valeur militaire peut être assimilée à la croix de guerre et ceux qui la reçoivent peuvent être admis au sein de l'association nationale".

L'association nationale est reconnue d'utilité publique par le décret du 22 avril 1963[23].

Elle prend le nom en 1967 d'Association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire[24].

L'association refonde ses statuts en 1979 pour se conformer à la législation en vigueur et pour prendre en compte désormais, la diversité de ses membres[25].

Opérations extérieures d'aujourd'huiModifier

La croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs est à nouveau décernée après une interruption de trente-cinq années, entre le 17 janvier 1991 et le 5 mai 1992, aux militaires français des trois armées, cités, ayant pris part aux opérations de libération du Koweït en 1991, au cours de la guerre du Golfe de 1991 à 1992, et aux opérations de guerre effectuées au Kosovo jusqu'au 16 juin 1999.

Avec le décret no 2004-733 du 26 juillet 2004 modifiant le décret no 49-1219 du 5 septembre 1949 portant création de la médaille de la Gendarmerie nationale, les personnels de la gendarmerie nationale, cités à l'ordre de la gendarmerie, comportant l'attribution de la médaille de la Gendarmerie nationale avec citation, peuvent désormais rejoindre l'association.

Le 11 novembre 2011 seront décorées de la croix de la Valeur militaire les premières unités et écoles militaires pour leurs actions en opérations extérieures[26]. Il est créé également la fourragère aux couleurs de la croix de la Valeur militaire pour les unités militaires citées plusieurs fois au titre des opérations extérieures.

Par décret no  2014-389 en date du 29 mars 2014, la médaille de la Défense nationale, échelon or sans agrafe, est décernée pour une citation sans croix lorsqu'un militaire s'est distingué à l'occasion d'une action comportant un risque aggravé, ou bien lorsqu'un membre d'équipages de sous-marin nucléaire lanceur d'engins s'est distingué à l'occasion d'une action en service sous-marin à la mer au sein de la force océanique stratégique. Les titulaires de la médaille d'or de la Défense nationale pour citation sans croix rejoignent désormais l'association.

Centenaire 1919-2019Modifier

L'association nationale des croix de Guerre et de la Valeur militaire a célébré son Centenaire[1] le 10 octobre 2019 en l'Hôtel national des Invalides. Madame Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'état auprès de la Ministre des armées déclare à propos de l'association : "Gardienne des valeurs comme le courage et l'engagement, elle promeut auprès des jeunes générations des modèles de citoyenneté et de dévouement"[1]. La musique de la Garde Républicaine, réunie au complet dans la Cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides, a interprété à cette occasion Le Chant des croix de Guerre[15].

Comité d'honneurModifier

 
2014 Médaille de la Défense nationale pour citation sans croix

Au comité d'honneur se sont succédé d'éminentes personnalités civiles et militaires, dont : [réf. souhaitée]

Président de la République, chef des armées :

Le Comité d'honneur aujourd'huiModifier

  • 2009 : Général de division Jacques Larchet, ancien président national (2004-2009), président d'honneur[28], croix de Guerre des TOE,
  • 2016 : Chef d'escadrons François Castanier, ancien président national (2009-2016), président d'honneur[29], croix de la Valeur militaire,

Ancien président de la république française, membre à vie de l'association :

Présidents nationaux successifsModifier

Depuis sa création, se sont succédé :

L'ANCGVM aujourd'huiModifier

La marque du courageModifier

L’association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire représente aujourd'hui, à travers ses quarante sections départementales ou régionales, en France métropolitaine ou d'outre-mer et à l'étranger[37], le rassemblement de militaires et anciens militaires quel que soit leur grade, de l'armée de terre, de l'armée de l'air, de la marine nationale et de la Gendarmerie nationale, de tous les conflits et opérations extérieures[38], où sont engagées les armées françaises, titulaires d'une ou plusieurs citations individuelles à l'ordre de la Nation. Ces citations constituent la marque du courage.

Les personnes morales décoréesModifier

Elle représente aussi le rassemblement de personnes morales décorées :

  • Villes et villages décorés de la croix de guerre 1914-18[9] ou 1939-45[14];
  • Unités militaires décorées des trois armées et de la Gendarmerie nationale, dont les drapeaux, fanions ou étendards sont décorées de la croix de guerre 1914-18[5], 1939-45[13] ou TOE[16] ou de la croix de la Valeur militaire[26];
  • et Institutions civiles décorées de la croix de guerre 1914-18, 1939-45 ou TOE [10].

L'esprit "croix de guerre et valeur militaire"Modifier

C'est enfin la défense de l'esprit "Croix de guerre et valeur militaire", "La marque du courage"[8] et des traditions patriotiques que l'association transmet aux plus jeunes générations.

Le siège social de l'association demeure en l'Hôtel national des Invalides[39],[40]au côté des associations nationales rassemblant les membres des trois grands ordres nationaux, l'Ordre de la Légion d'honneur[41], la Médaille Militaire[42] et l'Ordre national du Mérite[43], ainsi que les amis du musée[44] de l'Ordre de la Libération. L'association est affiliée à la Fédération nationale André Maginot[45].

La frégate furtive F714 "Guépratte", de la Marine nationale, dont le fanion est décoré de la croix de la valeur militaire avec palme, porte le nom du vice-amiral Emile Guépratte, fondateur de l'association. La frégate Guépratte est jumelée avec le 3e régiment de hussards stationné à Metz (Moselle), appartenant à la brigade franco-allemande, et dont l'étendard est décoré des croix de guerre 1914-1918[5] et 1939-1945[13] et seul régiment de hussards à porter la fourragère au couleur de la croix de guerre 1914-1918. La ville de Metz, décorée de la croix de guerre 1939-1945[14], est ville marraine[46] de la frégate Guépratte.

La croix de la Valeur militaire est attribuée aujourd'hui aux soldats et unités de l'armée française cités, engagés en opérations extérieures sur les territoires hors de France dont la liste est mise à jour régulièrement par l'office national des anciens combattants et victimes de guerre41. Elle est décernée notamment pour les opérations en Afghanistan ou les opérations outre-mer au Sahel et au Moyen-Orient.

La médaille de la Gendarmerie nationale avec citation à l'ordre de la gendarmerie, ainsi que la médaille d'or de la Défense nationale pour citation sans croix sont également décernées de nos jours aux personnels militaires cités sur tous les théâtres d'opérations y compris sur le territoire national. Leurs titulaires sont naturellement membres de l'association.

La revue Croix de guerre & Valeur militaire est éditée par l'ANCGVM sur une périodicité trimestrielle[47]. Par convention avec le Service historique de la défense[48],[49], ce dernier participe activement à la rédaction d'articles d'histoire de haut niveau.

Citations et décorationsModifier

 
Fourragère triple du Régiment d'Infanterie-Chars de Marine

L'association rassemble les militaires et les civils ayant fait l'objet d'une citation individuelle :

  • pour l'armée de terre : à l’ordre de l’armée, du corps d’armée, de la division, de la brigade ou du régiment,
  • pour la marine nationale : à l'ordre de la marine nationale, de la force maritime, de l'escadre ou flottille, de l' unité de la marine, division de bâtiments, groupe aérien ou escadrille de sous-marins,
  • pour l'armée de l'air : à l'ordre de l'armée aérienne, du corps aérien, de la division aérienne, de l'escadre aérienne ou de la brigade aérienne,
  • pour la gendarmerie : à l'ordre de la gendarmerie.

comportant l'attribution des décorations suivantes :

La citation est matérialisée sur les croix de guerre, la croix de la Valeur miliaire, sur la médaille d'or de la Défense nationale et, depuis le décret du 26 juillet 2004, sur la médaille de la Gendarmerie nationale, par :

  • une étoile de bronze pour les niveaux brigade ou régiment pour l'armée de terre et la gendarmerie, unité de la marine, division de bâtiments, groupe aérien ou escadrille de sous-marins pour la marine ou escadre aérienne ou brigade aérienne pour l'armée de l'air ;
  • une étoile d'argent pour le niveau division pour l'armée de terre et la gendarmerie, escadre ou flottille pour la marine ou division aérienne pour l'armée de l'air ;
  • une étoile de vermeil pour le niveau corps d'armée, force maritime ou corps aérien ;
  • une palme de bronze pour le niveau armée, marine nationale, armée aérienne ou gendarmerie.

Les citations à titre militaire sont décernées par le chef d'état-major des armées, le Ministre des armées ou par le directeur général de la gendarmerie nationale.

L'association rassemble de même les villes et communes citées à l'ordre de la Nation durant les deux conflits mondiaux et décorées de la croix de guerre 1914-1918[9] ou 1939-1945[14] pour leur engagement et leur martyre ainsi que les actions de leurs habitants pour la défense de la Patrie.

Elle rassemble également les unités militaires des trois armées (Terre, Air, Mer) et de la gendarmerie nationale citées dont les drapeaux, fanions ou étendards ont été décorés de la croix de guerre 1914-1918[5], 1939-1945[13] et/ou TOE[16], ou de la croix de la Valeur militaire[26] au titre des opérations extérieures. Les unités militaires ayant été citées à plusieurs reprises peuvent recevoir la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918, de la croix de guerre des TOE, de la Médaille militaire, de la Légion d'honneur et plus récemment de l'ordre de la Libération et de la croix de la Valeur militaire.

Elle rassemble enfin les institutions civiles (administrations, écoles, lycées, associations) citées à l'ordre de la Nation[10], décorées des croix de guerre 1914-1918, TOE et/ou 1939-1945, ayant perdu nombre de leurs membres lors des deux conflits mondiaux en métropole et outre-mer.

RéférencesModifier

  1. a et b Déclaration du 16 septembre 1919 à la Préfecture de Police de Paris publiée au Journal officiel de la République française du 12 octobre 1919.
  2. « Site de l'Ecole navale - Vice amiral Emile Guépratte », sur Ecole navale - Espace tradition - Officiers célèbres
  3. Loi votée le 2 avril 1915, promulguée le 8 avril 1915. Décret présidentiel du 21 avril 1915 paru au Journal officiel de la République française du 23 avril 1915
  4. Ministère de la défense - Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, « La Croix de guerre », Les Chemins de la mémoire, no 147,‎ (ISSN 1150-7055, lire en ligne)
  5. a b c et d « Unités militaires décorées de la croix de guerre 1914-1918 »
  6. « Historique de la promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr "Promotion du 14 août 1870" », sur www.saint-cyr.org
  7. Arrêté royal du 20 octobre 1915
  8. a et b Service historique de la Défense - Préface de Jacques Chirac, président de la république française, La Marque du courage : croix de guerre, valeur militaire, Paris, Editions LBM, , 189 p. (ISBN 978-2-915347-35-7, notice BnF no FRBNF40171210), Page 57
  9. a b et c « Communes décorées de la croix de guerre 1914-1918 »
  10. a b c d et e « Institutions civiles décorées de la croix de guerre »
  11. Loi du 21 avril 1921 portant création de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs. Décret du 30 avril 1921.
  12. « Historique de la société des membres de la Légion d'honneur », sur www.smlh.fr
  13. a b c et d « Unités militaires décorées de la croix de guerre 1939-1945 »
  14. a b c et d « Communes décorées de la croix de guerre 1939-1945 »
  15. a et b Le Chant des croix de guerre,1947, créé par Charles Cambon de l'Opéra, sur les paroles de Jacques d'Halmont, auteur, et une musique d'Elie-Alfred Borda et Félix Coulibeuf, compositeurs.
  16. a b et c « Unités militaires décorées de la croix de guerre des TOE »
  17. Lettre d'Alphonse Juin, maréchal de France, du 11 juillet 1955.
  18. Lettre de Monsieur René Coty, Président de la république française, « Editorial », Regards sur la France, S.P.E.I. - 1, rue Rossini - Paris 9e, no spécial,‎
  19. Décret du 11 avril 1956 portant création d'une médaille de la valeur militaire
  20. Décret du 12 octobre 1956 portant création d'une croix de la valeur militaire, modifiant le décret du 11 avril 1956
  21. Décision de l'assemblée générale de l'association nationale des croix de guerre et des décorés de la valeur militaire dans sa séance extraordinaire du 21 mai 1960
  22. Lettre du 20 avril 1957, de Monsieur Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de la défense, adressée au général de corps d'armée Henry Martin, président général.
  23. Décret du 22 avril 1963 publié au Journal officiel de la République française le 27 avril 1963 - page 3852
  24. Décision de l'assemblée générale de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 11 juin 1966
  25. Décret du 24 juillet 1979 publié au Journal officiel de la République française no 176/6 du .
  26. a b et c « Unités militaires décorées de la croix de la valeur militaire »
  27. Décision de l'assemblée générale de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 20 avril 2010
  28. a b et c Décision du conseil d'administration de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 30 juin 2009
  29. a et b Revue de septembre 2015
  30. « Site de l'association des villes marraines des forces armées »
  31. Décision de l'assemblée générale de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 11 octobre 1969
  32. « Site de l'ordre de la Libération »
  33. Décision du conseil d'administration de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 19 mai 1984
  34. a et b Décision de l'assemblée générale de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 2 juin 1991
  35. a et b Décision du conseil d'administration de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 26 février 2004
  36. Décision du conseil d'administration de l'association nationale des croix de guerre et de la valeur militaire du 26 mai 2016.
  37. « Sections de l'ANCGVM », sur croixdeguerre-valeurmilitaire.fr
  38. « Conflits et opérations extérieures », sur Mémoire des hommes
  39. « Gouvernement militaire de Paris »
  40. Hôtel national des Invalides - 129, rue de Grenelle 75007 PARIS - Tél : 01 44 42 38 47
  41. « Société des membres de la Légion d'honneur »
  42. « Société nationale d'entraide de la Médaille Militaire »
  43. « Association nationale des membres de l'Ordre national du Mérite »
  44. « Association des Amis du musée de l'Ordre de la Libération »
  45. « Fédération nationale André Maginot - Groupement n° 31 », sur www.federation-maginot.com
  46. « Site de l'association des villes marraines des forces armées »
  47. Commission paritaire No 0321 A 06885 - (ISSN 1247-9918)
  48. Convention éditoriale signée entre le SHD et l'ANCGVM le 19 septembre 2017 au Château de Vincennes.
  49. « Site officiel du Service Historique de la Défense »

Liens externesModifier