Chef d'État-Major des armées (France)

commandant de l'Armée française

Chef d'État-Major des armées
Image illustrative de l’article Chef d'État-Major des armées (France)
Insigne de l'État-Major des armées : l'épée de l'Armée de terre, les ancres de la Marine et les ailes de l'Armée de l'air.

Image illustrative de l’article Chef d'État-Major des armées (France)
Titulaire actuel
Général d'armée
François Lecointre

depuis le

Création
Premier titulaire Général Antoine Béthouart
Site internet www.defense.gouv.fr/ema

Le chef d'État-Major des armées (CEMA) est un officier général français. Militaire le plus gradé de l'armée française, il assure le commandement de toutes les opérations militaires sous l'autorité du président de la République et sous réserve des dispositions particulières relatives à la dissuasion nucléaire. Il assiste et conseille le gouvernement dans l'exercice de ses attributions relatives à l'emploi des forces ; son adjoint est le major général des armées. Depuis le , le chef d'État-Major est le général d'armée François Lecointre.

HistoriqueModifier

Genèse de la fonctionModifier

Sous la troisième République, aucun officier général ne jouit d'un commandement en chef interarmées[1]. De fait, le général Joseph Joffre, vice-président du Conseil supérieur de la guerre de 1911 à 1912, n'exerce aucune autorité sur la Marine nationale, de même que Ferdinand Foch et Louis Franchet d'Espèrey, commandants en chef du front occidental pour le premier et des armées d’Orient pour le second à la fin de la Première Guerre mondiale[1]. Une structure interarmées, le Secrétariat général de la Défense nationale, est créée en , mais elle n'est dotée d'aucun commandement effectif[1].

Un « chef d’état-major général de la défense nationale » est nommé en 1938 mais « c'est un faux départ »[2] : il ne possède aucune structure administrative qui lui serait propre, et ses attributions sont confiées au chef d'état-major de l'Armée de terre, le général d'armée Maurice Gamelin[2].

C'est en novembre 1943, sous le Gouvernement provisoire de la République française, qu'un officier général se voit pour la première fois confier un commandement interarmées, c'est-à-dire qu'il est placé au-dessus des chefs d'état-major des armées de Terre, Air et Mer dans l'ordre hiérarchique[3]. Il s'agit du général de corps d'armée Antoine Béthouart, nommé chef d'état-major général de la Défense nationale ; le général d'armée Alphonse Juin lui succède le [JORF 1].

Néanmoins, à partir de 1946, la Quatrième République marginalise le chef d’état-major général de la défense nationale, tout d'abord en lui retirant son qualificatif de « général » le , puis en remplaçant le général d'armée Juin par un général de division en 1947[4]. La marginalisation s’accélère avec le décret du « portant regroupement des états-major généraux de la Guerre, de la Marine et de l'Air et création de l'État-Major général des forces armées » (EMGFA)[5]. Au bout de quelques mois, l'état-major de la défense nationale est supprimé et l'EMGFA devient donc le seul état-major interarmées[6].

À la tête de l'EMGFA se trouve le « comité des chefs d'état-major généraux des forces armées » (les chefs d'état-major de l'Armée de terre, de la Marine nationale et de l'Armée de l'air), dont l'un d'eux en assure la présidence, tandis que le major général des armées est chargé du secrétariat du comité. La présidence est confiée au chef d'état-major général de l'Armée de l'air, le général Charles Léchères, et le général de division Henri Zeller est nommé major général[JORF 2]. Charles Léchères ne porte pas le titre de chef d'état-major général des armées et doit être considéré comme un « primus inter pares »[7].

Le décret du , en confiant à Alphonse Juin la fonction nouvelle d'inspecteur général des forces armées, fait de celui-ci le président du comité des chefs d’état-major, le vice-président du Conseil supérieur des forces armées et enfin le conseiller du gouvernement pour les questions de défense[7]. Ces attributions font de lui le chef d'état-major des armées de jure, bien qu'il n'en reçoive pas le titre dans les faits. En 1953, la nomination du maréchal Juin au commandement interarmées du secteur Centre Europe conduit à une trop grande concentration de pouvoir entre ses mains, ce qui pousse le gouvernement à lui retirer la présidence du comité des chefs d'état-major[7]. Cette dernière est confiée à un officier général titré « chef d’État-Major général des forces armées » (CEMGFA).

Le général d'armée Paul Ély, nommé chef d’État-Major général des forces armées par décret du , est de facto le premier chef d'état-major des armées[JORF 3].

Intitulé de la fonctionModifier

La fonction de chef d'État-Major des armées a connu différents intitulés :

  • Chef d'État-Major général de la défense nationale (1943-1947) ;
  • Président du comité des chefs d'état-major généraux des forces armées (1951-1952) ;
  • Inspecteur général des forces armées, président du comité des chefs d'état-major généraux des forces armées et vice-président du Conseil supérieur des forces armées (1952-1953) ;
  • Chef d'État-Major général des forces armées (1953-1956) ;
  • Chef d'État-Major général des forces armées, inspecteur général des forces armées (1956-1958) ;
  • Chef d'État-Major général des armées, inspecteur général des forces armées, président du comité des chefs d'état-major (1958-1959) ;
  • Chef d'État-Major général des armées (1959-1961) ;
  • Chef de l'État-Major interarmées (1961-1962) ;
  • Chef d'État-Major des armées (1962-1980) ;
  • Chef d'État-Major général des armées (1980-1981) ;
  • Chef d'État-Major des armées (depuis 1981).

Responsabilités et autoritésModifier

Le chef d'État-Major des armées assiste le ministre des Armées dans ses attributions relatives à l’emploi des forces. Il est responsable de l’emploi opérationnel des forces. Sous l’autorité du président de la République, chef des armées, et du gouvernement français, et sous réserve des dispositions particulières relatives à la dissuasion, le chef d’État-Major des armées assure le commandement des opérations militaires. Il est le conseiller militaire du Gouvernement [8].

Sous l'autorité du ministre de la Défense, le chef d’État-Major des armées est responsable :

  1. De l’organisation interarmées et de l’organisation générale des armées ;
  2. De l’expression du besoin en matière de ressources humaines civiles et militaires des armées et des organismes interarmées ;
  3. De la définition du format d’ensemble des armées et de leur cohérence capacitaire ;
  4. De la préparation et de la mise en condition d’emploi des armées. Il définit les objectifs de leur préparation et contrôle leur aptitude à remplir leurs missions. Il élabore les doctrines et concepts d’emploi des équipements et des forces ;
  5. Du soutien des armées. Il en fixe l’organisation générale et les objectifs. Il assure le maintien en condition opérationnelle des équipements ;
  6. Du renseignement d’intérêt militaire. Il assure la direction générale de la recherche et de l’exploitation du renseignement militaire et a autorité sur la direction du Renseignement militaire ;
  7. Des relations internationales militaires [9].
 
L’État-Major des armées est installé à l’Îlot Saint-Germain entre sa création en 1890 et 2015.
 
L’État-Major des armées est désormais installé à l’Hexagone Balard[10].

Il a directement sous son autorité :

Le chef d'État-Major des armées est assisté par le major général des armées [15].

Liste des chefs d'état-major des arméesModifier

Gouvernement provisoire de la République françaiseModifier

Force armée Portrait Grade au moment
de la nomination
Chef d'État-Major Date de prise de poste
et décret de nomination
Durée
Chef d'État-Major général de la défense nationale
    Général de corps d'armée Antoine Béthouart 285 jours
  Général d'armée Alphonse Juin [JORF 1] 2 ans, 273 jours
Le général d'armée Alphonse Juin quitte ses fonctions le .

Quatrième RépubliqueModifier

Force armée Portrait Grade au moment
de la nomination
Président du comité Date de prise de poste
et décret de nomination
Durée Président du Conseil
« assure la direction des forces armée »
Président de la République
« Chef des armées »
Président du comité des chefs d'état-major généraux des forces armées
    Général de corps aérien Charles Léchères [JORF 2] 1 an, 0 jours Henri Queuille
René Pleven
Edgar Faure
Antoine Pinay
Vincent Auriol
Inspecteur général des forces armées,
président du comité des chefs d'état-major généraux des forces armées
et vice-président du Conseil supérieur des forces armées
    Général d'armée[a] Alphonse Juin 362 jours Antoine Pinay
René Mayer
Joseph Laniel
Chef d'État-Major général des forces armées
    Général d'armée Paul Ély [JORF 3] 289 jours Joseph Laniel Vincent Auriol
René Coty
  Général d'armée Augustin Guillaume [JORF 4] 1 an, 269 jours Joseph Laniel
Pierre Mendès France
Edgar Faure
Guy Mollet
René Coty
Chef d'État-Major général des forces armées,
inspecteur général des forces armées
    Général d'armée Paul Ély [JORF 5] 2 ans, 75 jours Guy Mollet
Maurice Bourgès-Maunoury
Félix Gaillard
Pierre Pflimlin
Chef d'État-Major général des armées,
Inspecteur général des forces armées,
président du comité des chefs d'état-major
    Général d'armée Henri Lorillot[b] [JORF 6] 22 jours Pierre Pflimlin
Charles de Gaulle
René Coty

Cinquième RépubliqueModifier

Force armée Portrait Grade au moment
de la nomination
Chef d'État-Major Date de prise de poste
et décret de nomination
Durée Premier ministre
« dispose de la force armée »[c]
Président de la République
« Chef des armées »[d]
Chef d'État-Major général des armées,
Inspecteur général des forces armées,
président du comité des chefs d'état-major
    Général d'armée Paul Ély [JORF 7] 247 jours Charles de Gaulle
Michel Debré
René Coty
Charles de Gaulle
Chef d'État-Major général des armées
    Général d'armée Gaston Lavaud [JORF 8] 2 ans, 44 jours Michel Debré Charles de Gaulle
Chef de l'État-Major interarmées
    Général d'armée aérienne André Martin [JORF 9] 1 an, 95 jours Michel Debré
Georges Pompidou
Charles de Gaulle
Chef d'État-Major des armées
    Général d'armée Charles Ailleret [JORF 10] 5 ans, 237 jours Georges Pompidou Charles de Gaulle
    Général d'armée aérienne Michel Fourquet [JORF 11] 3 ans, 68 jours Georges Pompidou
Maurice Couve de Murville
Jacques Chaban-Delmas
Charles de Gaulle
Georges Pompidou
  Général d'armée aérienne François Maurin [JORF 12] 4 ans, 21 jours Jacques Chaban-Delmas
Pierre Messmer
Jacques Chirac
Georges Pompidou
Valéry Giscard d'Estaing
    Général d'armée Guy Méry [JORF 13] 5 ans, 18 jours Jacques Chirac
Raymond Barre
Valéry Giscard d'Estaing
Chef d'État-Major général des armées
    Général d'armée Claude Vanbremeersch [JORF 14] 195 jours Raymond Barre Valéry Giscard d'Estaing
Chef d'État-Major des armées
    Général d'armée Jeannou Lacaze [JORF 15] 4 ans, 180 jours Raymond Barre
Pierre Mauroy
Laurent Fabius
Valéry Giscard d'Estaing
François Mitterrand
    Général d'armée aérienne Jean Saulnier [JORF 16] 2 ans, 107 jours Laurent Fabius
Jacques Chirac
François Mitterrand
    Général d'armée Maurice Schmitt [JORF 17] 3 ans, 158 jours Jacques Chirac
Michel Rocard
    Amiral Jacques Lanxade [JORF 18] 4 ans, 137 jours Michel Rocard
Édith Cresson
Pierre Bérégovoy
Édouard Balladur
Alain Juppé
François Mitterrand
Jacques Chirac
    Général d'armée aérienne Jean-Philippe Douin [JORF 19] 2 ans, 210 jours Alain Juppé
Lionel Jospin
Jacques Chirac
    Général d'armée Jean-Pierre Kelche [JORF 20] 4 ans, 203 jours Lionel Jospin
Jean-Pierre Raffarin
  Général d'armée Henri Bentégeat [JORF 21] 3 ans, 338 jours Jean-Pierre Raffarin
Dominique de Villepin
  Général d'armée Jean-Louis Georgelin [JORF 22] 3 ans, 143 jours Dominique de Villepin
François Fillon
Jacques Chirac
Nicolas Sarkozy
    Amiral Édouard Guillaud [JORF 23] 3 ans, 354 jours François Fillon
Jean-Marc Ayrault
Nicolas Sarkozy
François Hollande
    Général d'armée Pierre de Villiers [JORF 24] 3 ans, 154 jours Jean-Marc Ayrault
Manuel Valls
Bernard Cazeneuve
Édouard Philippe
François Hollande
Emmanuel Macron
  Général d'armée François Lecointre [JORF 25] 3 ans, 96 jours Édouard Philippe
Jean Castex
Emmanuel Macron

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Élevé à la dignité de Maréchal de France le .
  2. Également chef d'état-major de l'Armée de terre, dont il conserve la fonction. Cette nomination, conséquence de la démission du général Ély, doit être replacée dans le contexte de la crise de mai 1958.
  3. Article 20 de la Constitution du 4 octobre 1958
  4. Article 15 de la Constitution du 4 octobre 1958

RéférencesModifier

  1. a b et c Vial 2007, p. 2.
  2. a et b Vial 2007, p. 3.
  3. Vial 2007, p. 4.
  4. Vial 2007, p. 5.
  5. Décret portant regroupement des états-majors généraux de la guerre, de la marine et de l'air et création de l'état-major général des forces armées, Journal officiel de la République française, 29 avril 1948, n° 103, p. 4155.
  6. Vial 2007, p. 5-6.
  7. a b et c Vial 2007, p. 6.
  8. Article R*3121-1 du code de la défense consulté le 24 décembre 2016
  9. Article R*3121-2 du code de la défense consulté le 24 décembre 2016
  10. « Cabinet du chef d'État-Major des armées », sur lannuaire.service-public.fr, .
  11. Article R*3121-3 du code de la défense consulté le 24 décembre 2016
  12. Article R*3121-5 du code de la défense consulté le 24 décembre 2016
  13. Arrêté du 27 décembre 2019 portant organisation de l'état-major des armées (lire en ligne).
  14. Arrêté du 27 décembre 2019 fixant les missions et l'organisation du service interarmées des munitions (lire en ligne).
  15. Article D3121-19 du code de la défense consulté le 24 décembre 2016

Décrets de nominationModifier

  1. a et b « Décret du 13 août 1944 portant nomination du chef d'état-major général de la Défense nationale », sur le JORF numérisé sur Gallica, (consulté le 19 juillet 2020).
  2. a et b Décret du 28 avril 1948 portant affectation d'un officier général de l'Armée de l'air (1re section du cadre de l'état-major général de l'Armée de l'air) et d'un officier général de l'Armée de terre (1re section du cadre de l'état-major général de l'Armée de terre), Journal officiel de la République française, 29 avril 1948, n° 103, p. 4155.
  3. a et b « Décret du 18 août 1953 portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  4. « Décret du 8 juin 1954 portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  5. « Décret du 1er mars 1956 portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  6. « Décret du 17 mai 1958 portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  7. « Décret du 9 juin 1958 portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  8. « Décret du 25 février 1959 portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  9. « Décret du 25 février 1959 portant affectation d'un officier général de l'Armée de l'air », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  10. « Décret du 18 juillet 1962 portant affectation d'officiers généraux de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  11. « Décret portant affectation d'un officier général de l'Armée de l'air », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  12. « Décret conférant les rang et appellation de général d'armée aérienne dans la 1re section du cadre des officiers généraux de l'Armée de l'air et portant affectation d'officiers généraux de l'Armée de l'air », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  13. « Décret portant affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  14. « Décret portant admission par anticipation dans la 2e section du cadre des officiers généraux de l'Armée de terre et affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  15. « Décret portant admission par anticipation dans la 2e section, conférant les rang et appellation de général d'armée dans la 1re section du cadre des officiers généraux de l'Armée de terre et affectation d'un officier général de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  16. « Décret du 28 mai 1985 portant élévation dans la 1re section du cadre des officiers généraux de l'Armée de terre et affectation d'officiers généraux des armées de Terre et de l'Air », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  17. « Décret du 9 novembre 1987 portant réintégration dans les cadres et affectation d'officiers généraux de l'Armée de terre », sur le JORF numérisé sur Légifrance, (consulté le 19 juillet 2020).
  18. Décret du 8 avril 1991 portant élévation dans la 1re section, promotion et nomination dans la 1re section et dans la 2e section et affectation d'officiers généraux.
  19. Décret du 3 août 1995 portant élévation aux rang et appellation de général d'armée aérienne, promotion et nomination dans la 1re section et affectation d'officiers généraux.
  20. Décret du 4 mars 1998 portant élévation aux rang et appellation de général d'armée et affectation d'un officier général.
  21. Décret du 12 septembre 2002 portant admission dans la 2e section par anticipation et sur demande, élévation aux rang et appellation de général d'armée, élévation aux rang et appellation de général de corps d'armée, promotion et nomination dans la 1re et la 2e section et affectation d'officiers généraux.
  22. Décret du 31 août 2006 portant affectation d'un officier général.
  23. Décret du 1er février 2010 portant affectation d'un officier général.
  24. Décret du 16 janvier 2014 portant affectations et élévation d'officiers généraux.
  25. Décret du 19 juillet 2017 portant affectation et élévation d'un officier général.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Philippe Vial, « La genèse du poste de chef d’état-major des armées. Entre nécessité et inquiétude, de la veille de la Première Guerre mondiale à la fin de la guerre d’Indochine », Revue historique des armées, no 248,‎ , p. 29–41 (ISSN 0035-3299, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)

Articles connexesModifier