1936 en France

Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
Ravitaillement des grévistes de la fosse Arenberg pendant les grèves de 1936.
Années :
1933 1934 1935  1936  1937 1938 1939
Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1936 du calendrier grégorien.

ÉvénementsModifier

 Sommaire :  Haut - Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre 
  • Amorce d’une reprise économique durant l’hiver 1935-1936[1].

JanvierModifier

FévrierModifier

 
Léon Blum après son agression.

MarsModifier

 
Le bureau confédéral de la CGT élu après le Congrès de Toulouse. Le Peuple, journal de la CGT du

AvrilModifier

  • 8 avril : l’Allemagne rejette le plan de paix proposé par la France à la suite de l’occupation de la Rhénanie[16].
  • 17 avril : discours de Maurice Thorez retransmis par Radio Paris : il appelle à l’union de la France contre les Deux cents familles et tend la main aux catholiques[17].
  • 26 avril et 3 mai : victoire électorale du Front populaire aux législatives avec 375 députés contre 220 à l'opposition[6]. Le PCF double le nombre de ses électeurs (15 % de l'ensemble électoral) et ses députés passent de 10 à 72. Les socialistes SFIO passent de 97 sièges à 146. Le parti radical recule, de 159 sièges à 116[18].

MaiModifier

 
Albert Sarraut, président du Conseil, achetant un brin de muguet le .
  • 1er mai : importante journée de grèves et de manifestations ouvrières[19]
  • 2-3 mai, Dakar : constitution d’une section de la SFIO au Sénégal[20].
  • 11 mai : grève Breguet au Havre (occupation des locaux, élection de délégués pour négocier des conventions collectives). Le lendemain, l'arbitrage du maire, accepté par les deux parties, donne raison aux ouvriers[21]. Début d'un vaste mouvement de grèves générales dans tous les secteurs, avec occupations des usines.
  • 13 mai : grève Latécoère à Toulouse[21].
  • 14 mai : grève des usines Bloch à Courbevoie[21].
 
Une du Populaire le .

JuinModifier

 
Grève des métallos : occupation d'une usine de la banlieue parisienne. 12 142 grèves et 1 830 938 grévistes sont enregistrés en juin par le ministère du travail[22].
 
Photo de grévistes de la Compagnie des mines de Thivencelle en 1936.
  • 7 et 8 juin : réunion des partenaires sociaux entre la CGT — la CFTC n'est pas invitée —, les déléguées du patronat et le gouvernement. Tard dans la nuit, les revendications ouvrières sont imposées au patronat et les accords de Matignon sont signés[27] : reconnaissance de la liberté syndicale, élections des délégués du personnel, signatures de conventions collectives, semaine de travail de quarante heures, deux semaines de congés payés annuellement, augmentation générale des salaires (7 à 15 % de hausse), SNCF
  • 11 juin : appel de Maurice Thorez (« il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue » ; le lendemain les ouvriers métallurgistes signent des accords et reprennent le travail[28].
  • 19 juin : décret de dissolution des ligues[6].
  • 20 juin : loi instituant les congés payés (2 semaines)[29].
  • 21 juin : loi sur la réglementation du travail prévoyant la semaine de 40 heures[30].
  • 24 juin : lois sur les conventions collectives adopté sur le rapport d'Ambroise Croizat[31].
 
Jacques Doriot à la tribune lors de la première réunion du Parti populaire français au théâtre municipal de Saint-Denis en 1936.

JuilletModifier

 
Le conseil général de la Banque de France, dans le cadre de la réorganisation de l'institution voulue par le Front populaire en 1936. Léon Jouhaux, responsable de la CGT, figure parmi les nouveaux membres du conseil (Agence Meurisse, 1936, Paris, BnF).
  • 24 juillet : réforme du statut de la Banque de France. La loi remplace le Conseil de régence qui désignait le gouverneur par un Conseil général. Les membres du Conseil de régence étaient élus par les deux cents actionnaires les plus importants (identifiés aux « deux cents familles »), dorénavant, ils cèdent leur place aux représentants de l'État, à ceux des « grandes forces organisées du travail et de l'activité industrielle, commerciale et agricole » et à ceux, élus par les petits actionnaires qui obtiennent aussi le droit d'assister aux assemblées générales[34],[35].
  • 29 juillet : décret améliorant le régime de retraite des ouvriers mineurs[36].

AoûtModifier

 
Article sur les congés payés dans le magazine Regards du .
  • 15 août : loi instituant l’Office national interprofessionnel du blé[27] (actuel Office national interprofessionnel des grandes cultures) avec pour première mission de stabiliser les cours agricoles et garantir un revenu décent aux agriculteurs durement touchés par la crise.
  • 18 août : vote de 20 milliards de francs de budget pour une politique de grands travaux, notamment l'électrification des campagnes et la poursuite de la construction du réseau routier français[44].
  • 19 août : afin de stimuler l'économie, le gouvernement Blum fait voter une loi assouplissant l'accès au crédit pour les entreprises, une Caisse nationale des marchés de l'État est créée afin de centraliser les commandes publiques[27].
  • 20 août : loi qui abaisse les limites d'âge des fonctionnaires de l'Etat[44].
  • 26 août au 28 août : loi sur l'amélioration des assurances sociales[45], loi relative à l'insaisissabilité et à l'incessibilité des allocations de chômage, loi sur la bonification des retraites des ouvriers d'industries connexes des mines, loi qui autorise la création d'unions mixtes de coopératives[36].

SeptembreModifier

  • 7 septembre : le gouvernement relance la production d'armes avec quatorze milliards de francs affectés au budget de l'armée sur quatre ans (constructions de 3 200 chars de combats, renforcement de l’aviation avec la construction de 1 500 avions en trois ans)[32].
  • 9 septembre : accords Viénot prévoyant l’indépendance de la Syrie dans un délai de trois ans.
  • 17 septembre : sortie de La Belle Équipe, film de Julien Duvivier[46].
Transferts importants de capitaux hors de France, devant la peur communiste et l'échec de la relance de la production. La fuite des capitaux, massive depuis l'arrivée du Front populaire au pouvoir, oblige le gouvernement à dévaluer le franc de 29 %. La hausse de salaire prévue par les accords Matignon est vite annulée par l'inflation induite. Ces dévaluations successives ôtent la confiance de l'opinion publique dans le gouvernement (désillusion du monde ouvrier ; les communistes enlèvent leur soutien au gouvernement). Le prélèvement exceptionnel prévu sur l'or et l'obligation de la déclaration de l'or détenu par les particuliers mécontente les épargnants. Le gouvernement reçoit par ailleurs d'incessantes pressions des milieux d'affaires, le patronat contre-attaque en refusant d'appliquer les lois sociales, les ligues se reconstituent en partis politiques.
  • 25 septembre : le gouvernement suspend la parité-or du franc et l'aligne sur la livre et le dollar par une déclaration conjointe avec les États-Unis et la Grande-Bretagne[47].

OctobreModifier

  • 1er octobre : loi monétaire. L'ampleur de la crise oblige le gouvernement à faire une nouvelle dévaluation du franc de 29 % sur la base d'un franc pour 44,1 milligrammes d'or fin[47]. À la suite d'un accord monétaire trouvé avec la Grande-Bretagne et les États-Unis, la valeur du franc est fixée dans une fourchette flottante de 43 à 49 milligrammes d'or contre 65,5 milligrammes auparavant[48].

NovembreModifier

DécembreModifier

  • 5 décembre : opposés à la politique non-interventionniste du Front populaire en Espagne, les communistes s'abstiennent dans un vote de confiance[6].
  • 7 décembre : l'aviateur français Jean Mermoz (34 ans) et son équipe disparaissent en mer, à bord de leur Latécoère 300 Croix du Sud, à 800 km au sud de Dakar[54]. Le 30, des funérailles nationales sont organisées à Paris, dans la cour d'honneur des Invalides[55].
  • 10-12 décembre : un accord d'assistance administrative avec les États-Unis pour la répression de la fraude douanière est conclu par échange de lettres[56].
 
Le colonel de La Rocque au congrès du Parti social français.
  • 18 décembre : premier congrès national du Parti social français à Paris[57].
  • 26-27 décembre : congrès constitutif à Paris de Union des jeunes filles de France présidé par Danielle Casanova[58].
  • 30 décembre : le projet de loi Blum-Viollette, visant à octroyer des droits politiques à une minorité d'environ 22 000 Algériens musulmans est déposé sur le bureau de la Chambre des députés[59]. Ce projet est vivement combattu par les colons ainsi que par les nationalistes algériens de l'Étoile nord-africaine[60].
  • 31 décembre :
    • la Chambre des députés vote la loi sur la conciliation et l’arbitrage obligatoire pour limiter les conflits sociaux[27].
    • réforme fiscale. le système du barème en taux marginal pour l'impôt général sur le revenu est remplacé par un barème en taux moyen[61]. Réduction des déductions forfaitaires pour charges de famille pour les revenus élevés, allègement des majorations d’IGR applicables aux contribuables sans enfant[62]. Création d'une taxe unique à la production au taux de 6 % perçue auprès du dernier producteur. Cette nouvelle taxe remplace à partir du la taxe générale sur le chiffre d'affaires qui, en dépit de sa simplicité et de son rendement frappait en cascade chaque transaction[63].
    • le ministre de l'Éducation nationale Jean Zay prend une circulaire interdisant toute sur la propagande politique au sein des établissements scolaires[64].

Naissances en 1936Modifier

Décès en 1936Modifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Pascal Louvrier, Brasillach : L'illusion fasciste, Perrin, , 308 p. (ISBN 978-2-262-08857-6, présentation en ligne)
  2. Gilles Vergnon, L'antifascisme en France : De Mussolini à Le Pen, Presses universitaires de Rennes, , 236 p. (ISBN 978-2-7535-6699-6, présentation en ligne)
  3. Vincent Adoumié, Histoire de France : De la république à l'État français 1918-1944, Hachette Éducation, , 256 p. (ISBN 978-2-01-181885-0, présentation en ligne)
  4. Jean-Marie Fitère, L'affaire Stavisky : scandale dans la République, Acropole (ISBN 978-2-402-14292-2, présentation en ligne)
  5. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie : Histoire d’une conversion 1932-1952, vol. I, Institut de la gestion publique et du développement économique, , 1455 p. (ISBN 978-2-8218-2848-3, présentation en ligne).
  6. a b c d e f et g Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Éditions Complexe, , 319 p. (ISBN 978-2-87027-628-0, présentation en ligne)
  7. a et b Dominique Borne et Hubert Néant, La politique en France - XIXe : XXe siècles, Hachette Éducation, , 256 p. (ISBN 978-2-01-320110-0, présentation en ligne)
  8. « Rapport N° 1622 Partie 03 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE », sur www.assemblee-nationale.fr
  9. a et b René Mouriaux, L'année sociale, Éditions de l'Atelier, , 239 p. (ISBN 978-2-7082-3421-5, présentation en ligne)
  10. Robert Frank et Alya Aglan, 1937-1947 : la guerre-monde, Éditions Gallimard, , 1424 p. (ISBN 978-2-07-244147-9, présentation en ligne), p. 139
  11. Résultats statistiques du recensement général de la population effectué le 8 mars 1936, vol. 2, Imprimerie nationale, (présentation en ligne)
  12. Dominique Lejeune, La France des Trente Glorieuses - 1945-1974, Armand Colin, , 192 p. (ISBN 978-2-200-60383-0, présentation en ligne)
  13. François Gresle, Le Service national. Que sais-je ?, Presses universitaires de France, , 128 p. (ISBN 978-2-13-067634-8, présentation en ligne)
  14. Olivier Dard, Charles Maurras : Le maître et l'action : Le nationaliste intégral, Dunod, , 376 p. (ISBN 978-2-10-079378-5, présentation en ligne)
  15. Jean-Marc La Vieille, Droit international du désarmement et de la maîtrise des armements, L'Harmattan, , 368 p. (ISBN 978-2-296-35023-6, présentation en ligne)
  16. Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques français : 1932-1939. 1er avril-18 juillet 1936, vol. 2, Paris, Peter Lang, , 763 p. (ISBN 978-90-5201-289-6, présentation en ligne)
  17. Bernard Lachaise, Documents d'histoire contemporaine : Le XXe siècle, vol. 2, Presses Univ de Bordeaux, , 278 p. (ISBN 978-2-86781-257-6, présentation en ligne)
  18. Paul Christophe, 1936 : les catholiques et le Front populaire, Éditions de l'Atelier, , 308 p. (ISBN 978-2-7082-2488-9, présentation en ligne), p. 214
  19. a b et c Dominique Borne et Henri Dubief, La Crise des années 30 (1929-1938), Points, , 308 p. (ISBN 978-2-7578-4947-7, présentation en ligne)
  20. Nicole Bernard-Duquenet, Le Sénégal et le Front populaire, L'Harmattan, (présentation en ligne)
  21. a b c et d Lucien Rioux, Le syndicalisme, Buchet/Chastel (9782402301367//books.google.com/books?id=9Wd8DwAAQBAJ&pg=PAPT57)
  22. a et b Serge Wolikow, 1936, le monde du front populaire, Cherche Midi, , 195 p. (ISBN 978-2-7491-4903-5, présentation en ligne)
  23. Villate, Laurent. et Arnaud, Pierre-Yvain., Socialistes à Paris : 1905-2005, Grâne, Créaphis, , 191 p. (ISBN 2-913610-77-3 et 9782913610774, OCLC 62749850, présentation en ligne)
  24. Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé : Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Odile Jacob, , 304 p. (ISBN 978-2-7381-7043-9, présentation en ligne)
  25. Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République. De 1920 à 1940, vol. 2, PBP, , 286 p. (ISBN 978-2-35702-063-4, présentation en ligne)
  26. Philippe Bourdrel, Histoire des juifs de France, vol. 2, Albin Michel, (ISBN 978-2-226-20143-0, présentation en ligne)
  27. a b c d e et f André Gueslin, L'Etat, l'économie et la société française : Livre de l'élève : XIXe : XXe siècle, Hachette Éducation, , 256 p. (ISBN 978-2-01-181543-9, présentation en ligne)
  28. Sociologie du travail et des organisations : Les Dossiers d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, , 221 p. (ISBN 978-2-341-00254-7, présentation en ligne)
  29. Bénigno Carérès, Loisirs et travail, du Moyen Âge à nos jours, Seuil (ISBN 979-10-369-0394-6, présentation en ligne)
  30. Gilles Auzero et Emmanuel Dockès, Droit du travail. Édition 2016, Dalloz, (présentation en ligne)
  31. a et b Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France : De la guerre de Cent Ans à nos jours, Agone, , 832 p. (ISBN 978-2-7489-0302-7, présentation en ligne)
  32. a et b Jean-Paul Brunet, Histoire du Front populaire : 1934-1938, Presses universitaires de France, , 146 p. (ISBN 978-2-13-066729-2, présentation en ligne)
  33. Serge Berstein, Le PSF. Un parti de masse à droite (1936-1940), CNRS Editions (ISBN 978-2-271-08874-1, présentation en ligne)
  34. Michel Margairaz et François Bloch-Lainé, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, vol. 1, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, (ISBN 978-2-11-081121-9, présentation en ligne)
  35. Alain Plessis, La Banque de France et ses deux cents actionnaires sous le Second Empire, Librairie Droz, , 294 p. (ISBN 978-2-600-03983-3, présentation en ligne)
  36. a b et c David Frapet, Le socialisme selon Léon Blum, Éditions Créer, , 271 p. (ISBN 978-2-909797-84-7, présentation en ligne)
  37. a et b Jean-Pierre Etienvre, Les armées espagnoles et françaises : modernisation et réforme entre les deux guerres mondiales, Casa de Velázquez, , 218 p. (ISBN 978-84-86839-14-7, présentation en ligne)
  38. Jacques Simon, Messali Hadj par les textes, Éditions Bouchène, , 300 p. (ISBN 978-2-35676-058-6, présentation en ligne)
  39. Gérard Crespo et Jean-Pierre Simon, L'Islam aux sources du nationalisme algérien, Éditions Edilivre, , 210 p. (ISBN 978-2-414-38925-4, présentation en ligne)
  40. Roger-Henri Guerrand, La conquête des vacances, Les éditions ouvrières, , 152 p. (ISBN 978-2-307-03195-6, présentation en ligne)
  41. Georges Lefranc, Histoire du Front Populaire, 1934-1938, Payot, , 526 p. (ISBN 978-2-35702-071-9, présentation en ligne)
  42. Pierre Giolitto, Histoire de l'école, Editions Imago, , 424 p. (ISBN 978-2-84952-409-1, présentation en ligne)
  43. Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Histoire économique et sociale de la France. L'ère industrielle et la société d'aujourd'hui (1880-1980). 1950 à nos jours, vol. 4, Presses universitaires de France (ISBN 978-2-13-065908-2, présentation en ligne)
  44. a et b Jules Moch, Arguments socialistes, Paris, Etitions de la Liberté, , 128 p. (ISBN 978-2-402-32677-3, présentation en ligne)
  45. Jacques Bichot, Les politiques sociales en France au XXe siècle, Armand Colin, , 206 p. (ISBN 979-10-376-0116-2, présentation en ligne)
  46. « La Belle équipe », sur http://www.institut-lumiere.org
  47. a et b Pierre Renouvin et René Rémond, Léon Blum, chef de gouvernement, 1936-1937 : 2e édition, Presses de Sciences Po, , 442 p. (ISBN 978-2-7246-8501-5, présentation en ligne)
  48. Michel Develle, Vive le franc ! Au royaume des monnaies, le rêve n'est pas coté, Olivier Orban (ISBN 978-2-259-24602-6, présentation en ligne)
  49. Paula Cossart, Le meeting politique : De la délibération à la manifestation (1868-1939), Presses universitaires de Rennes, , 328 p. (ISBN 978-2-7535-6753-5, présentation en ligne)
  50. Pierre-Yves Grasset, Chronique du Tunnel sous la Manche, Jacques Legrand, (ISBN 978-2-905969-62-0, présentation en ligne)
  51. Jean-Pierre Biondi et Gilles Morin, Les anticolonialistes, 1881-1962, Robert Lafont, , 418 p. (ISBN 978-2-221-22359-8, présentation en ligne)
  52. Rafael Encinas de Munagorri, Introduction générale au droit, Flammarion, , 397 p. (ISBN 978-2-08-150334-2, présentation en ligne)
  53. Alain Ruscio, Les communistes et l'Algérie : Des origines à la guerre d'indépendance, 1920-1962, La Découverte, , 898 p. (ISBN 978-2-348-04247-8, présentation en ligne)
  54. Christopher Poizot et Gérard Pujol, Formation à l'aéronautique, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-2-10-079549-9, présentation en ligne)
  55. Xavier Darcos, L'Etat et les Églises : La question laïque, Odile Jacob, , 277 p. (ISBN 978-2-7381-1817-2, présentation en ligne)
  56. Jean Bastid et Jean-Pierre Demumieux, Les douanes, Presses universitaires de France, , 144 p. (ISBN 978-2-7059-1422-6, présentation en ligne)
  57. Philippe Guimberteau et Cyril Le Tallec, La France politique, 1900-1940, Godefroy de Bouillon, , 173 p. (ISBN 978-2-84191-133-2, présentation en ligne)
  58. Jean-Pierre Coco et Joseph Debès, 1937, l'élan jociste : le dixième anniversaire de la J.O.C., Paris, Juillet 1937, Éditions de l'Atelier, , 186 p. (ISBN 978-2-7082-2589-3, présentation en ligne)
  59. Charles-Robert Ageron, Histoire de l'Algérie contemporaine (2) : De l'insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération (1954), Presses universitaires de France, , 648 p. (ISBN 978-2-13-065623-4, présentation en ligne)
  60. Pierre Milza, Odile Gaultier-Voituriez, Carole Giry-Gautier, Sources de la France du XXe siècle : De 1918 à nos jours, Larousse, , 782 p. (ISBN 978-2-03-592101-7, présentation en ligne)
  61. Nicolas Delalande et Alexis Spire, Histoire sociale de l'impôt, La Découverte, , 128 p. (ISBN 978-2-7071-6682-1, présentation en ligne)
  62. Thomas Piketty, Les hauts revenus en France au XXe siècle, Grasset, (ISBN 9782246616597, présentation en ligne)
  63. Béatrice Touchelay, L’État et l’entreprise : Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française, Presses universitaires de Rennes, , 384 p. (ISBN 978-2-7535-6803-7, présentation en ligne)
  64. Jean Vigreux, Histoire du Front Populaire : L’échappée belle, Taillandier, , 368 p. (ISBN 979-10-210-1357-5, lire en ligne)