Ouvrir le menu principal

Croix-de-Feu

(Redirigé depuis Croix-de-feu)
Association des combattants de l'avant et des blessés de guerre cités pour action d'éclat
Logo de l’association
Emblème des Croix-de-Feu pour symboliser lors de leur fondation (1927) le combattant mort à l'issue du combat , selon un poème de Victor Hugo. Un symbole auquel le colonel de La Rocque renonça progressivement, pour éviter toute confusion avec des courants extrémistes.
Cadre
Forme juridique Mouvement d'anciens combattants ayant gagné leurs croix au feu, d'où leur appellation
But Défense des intérêts des anciens combattants et protection de la nation française
Zone d’influence France
Fondation
Fondation Fin 1927
Identité
Dissolution
Dissolution 1936 ➜ Parti social français
Réunion le 11 novembre 1935 des Croix-de-Feu locales pour la commémoration de l'armistice de 1918. La photographie a été prise le 11 novembre 1935 à la plage de la Concurrence à La Rochelle.

L'association des Croix-de-Feu, ou Association des combattants de l'avant et des blessés de guerre cités pour action d'éclat (1927-1936), est à l'origine un mouvement d'anciens combattants français qui se transforme ensuite en organisation politique. Elle est dirigée par le colonel François de La Rocque (1885-1946).

L'association est dissoute en 1936 par le gouvernement du Front populaire et remplacée par le Parti social français.

Fondation et débuts (1927-1931)Modifier

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, les anciens combattants se regroupent dans un nombre très réduit d'associations, mais en France, ceux-ci sont dispersés dans une multitude d'associations. Une tentative de regroupement a lieu le 11 novembre 1927[1].

Le , à l'opposé de cette tentative et dans la foulée du scandale des décorations mettant en cause le haut fonctionnaire Ruotte, Maurice d'Hartoy regroupe une élite d'anciens combattants dans l'Association des membres de la Légion d'honneur décorés au péril de leur vie (faits de guerre et d'héroïsme civil), dite les Légionnaires. Peu après, encore avec le soutien financier de François Coty, est fondée une nouvelle association dont les critères d'adhésion sont un peu plus larges, l'Association des combattants de l'avant et des blessés de guerre cités pour action d'éclat. Les Croix-de-Feu regroupent des anciens combattants français décorés de la Croix de Guerre 1914-1918 pour leur bravoure et tirent leur nom de la croix de guerre gagnée au feu.

Enfin, au lendemain des funérailles du maréchal Foch, en 1929, d'Hartoy crée l'Association des Briscards, réunissant les anciens combattants ayant passé au moins six mois au feu sans avoir été forcément décorés ou blessés. À partir d'avril 1929, leurs adhérents seront englobés dans les Croix-de-Feu (mais n'y obtiennent le plein droit de vote qu'en 1930), la dénomination officielle devient alors les Croix de Feu et Briscards.

La création du mouvement répond à l'origine au désir de revivre l'esprit de fraternité des tranchées et de réparer un acte jugé ignominieux (la tombe du soldat inconnu ayant été souillée lors d'une manifestation organisée par des communistes le jour de l'exécution de Sacco et Vanzetti le 23 août 1927[2]). L'historien spécialiste des droites françaises René Rémond évoque la volonté de « rassembler le meilleur des anciens combattants, dans le souvenir et la camaraderie, de former une chevalerie du courage militaire, de jeter les fondements d'une sorte de nouvelle légion d'honneur[3] ». L'insigne du mouvement Croix-de-Feu est une tête de mort superposée sur une croix orthogonale de six langues de feu et diagonalement de deux glaives.

La doctrine est résumée dans le Manifeste Croix-de-Feu.

L'association est hébergée, à sa création, dans l'immeuble du Figaro par François Coty, parfumeur et patron de presse, et compte approximativement 500 membres en 1928.

Les principales activités du mouvement Croix-de-Feu se répartissent à l'origine en trois types : les réunions patriotiques, les défilés du souvenir au cours des cérémonies sous l'Arc de Triomphe et des pèlerinages sur les champs de bataille.

Évolution sous François de La Rocque (1931-1936)Modifier

Indépendance du mouvementModifier

 
Le colonel de La Rocque devant les Croix-de-Feu algériens réunis à Blida en 1936.

Fin 1929, Maurice d'Hartoy est obligé de se retirer et cède la présidence au capitaine Maurice Genay. François de La Rocque, recommandé par les maréchaux Foch, Fayolle et Lyautey, est sollicité pour prendre la direction de l'association. Il en devient vice-président en 1930 et président général en 1931. La direction de La Rocque entraîne de nombreux changements au sein de l'association, tant dans sa structure qu'idéologiquement, et constitue un véritable tournant dans l'existence des Croix-de-Feu. Fondé comme une amicale du souvenir, le mouvement devient politique et se réclame d'une démarche sociale et patriotique anti-allemande.

C'est ainsi qu'il en vient à soutenir notamment le Comité contre l’Évacuation de la Rhénanie et de la Sarre, fondé par le général Mordacq en 1929.

La Rocque est l'artisan en 1930 de l'indépendance financière et politique des Croix-de-Feu. Il décide de quitter l'immeuble du Figaro et organise le transfert du siège de l'association rue de Milan, à Paris.

Un nationalisme volontairement « modéré »Modifier

Le langage extrémiste qui s'immisçait parfois dans certains tracts du temps d'Hartoy est banni et laisse place à l'esprit de « réconciliation nationale » . Les Croix-de-Feu demeurent donc fidèles à l'esprit patriotique et s'opposent ainsi à l'internationalisme du Parti communiste et aux ligues d'extrême gauche et d'extrême droite, qui viennent fréquemment troubler les défilés. La Rocque est également le maître d'œuvre du développement organique de l'association et organise la propagande afin de privilégier les principes symbolisés par la fraternité combattante de ses membres (égalité, fidélité et respect) et transforme Le Flambeau, le mensuel du mouvement, en hebdomadaire.

L'ambition politique de l'association prend de l'ampleur et se précise dans l'ouvrage de La Rocque, Service Public, paru en novembre 1934. Il met en avant la nécessité de brasser les classes (fait constaté au sein des Croix-de-Feu) et de généraliser le modèle de coopération entre classes qui a prévalu durant la Grande Guerre. La pierre angulaire de la « mystique Croix-de-Feu » est donc la réforme, tant institutionnelle que sociale :

  • Droit de regard de l'ouvrier sur la gestion de l'entreprise.
  • Profession organisée : coopération des industries par type d'activité et réunion des travailleurs par branches.
  • Association capital-travail
  • Salaire minimum.
  • Congés payés.
  • Veille de la qualité des loisirs populaires.
  • Vote des femmes.
  • Réforme des procédés de travail parlementaire.

Vers un recrutement de masseModifier

 
Insigne des Volontaires Nationaux.

Le programme politique et social du mouvement est défini à partir de 1931. Les Croix-de-Feu proposent le reclassement des pouvoirs dans la constitution de la IIIe République, notamment le renforcement de la Défense nationale face au « danger allemand » (articles de La Rocque dans la Revue Hebdomadaire et la Revue de Paris) et le développement de la collaboration entre le capital et le travail. Afin de créer la base d'une action sociale, il mène également une stratégie d'élargissement du recrutement à d'autres catégories de sympathisants par la création d'un réseau d'associations :

Sous la direction de La Rocque, le mouvement Croix-de-Feu et ses associations apparentées voient leur importance numérique croître : 500 membres en 1928, 60 000 fin 1933, 150 000 dans les mois qui suivirent la manifestation du 6 février 1934 et 400 000 fin 1935. Dans son étude fouillée sur le mouvement, l'historien toulousain Guillaume Gros annonce même le chiffre de 500 000 adhérents[4]. Les Croix-de-Feu représentent alors un puissant mouvement de masse et se posent en arbitre des partis, sans vouloir alors participer aux élections.

Les œuvres socialesModifier

Le lieutenant-colonel de La Rocque diversifie également les activités des associations apparentées en privilégiant les activités sociales :

  • Colonie des enfants Croix-de-Feu (1930).
  • Service d'entraide et de placement en région parisienne réservé aux membres (1931)
  • Vente de charité pour les fils de Croix de feu (1932)
  • Section féminine d'action sociale (1934): intervention auprès des victimes de catastrophes diverses et actions de bienfaisance de proximité (soupes populaires, vestiaires, ouvroirs, entraide matérielle).
  • Centres sociaux (1935)
  • Service de Préparation et d'Éducation Sportive, dit SPES (1936) : fait participer des enfants déshérités à des activités sportives.
  • Travail et Loisirs : association à vocation sociale et artistique présidée par la mère de Jean Mermoz.

L'action sociale a d'abord été réalisée sous les auspices de l'épouse du duc Joseph Pozzo di Borgo puis elle a été prise en charge à partir de 1934 par Antoinette de Préval[5].

Dissolution (1936)Modifier

Après les mesures d'interdictions prévues à la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées, en réponse aux émeutes du 6 février 1934, les Croix-de-feu et le Mouvement social français, sont dissous, malgré un sursis du Conseil d'État, par un décret pris en conseil des ministres le , sous le gouvernement du Front populaire.

Les Croix-de-Feu étaient évidemment visées par la loi en dépit de leur républicanisme, qui faisait contraste avec la plupart des ligues d'extrême droite réactionnaires ou fascisantes, dont La Rocque réprouvait l'activisme et l'opposition systématique au républicanisme. La capacité du mouvement à mobiliser des foules nombreuses et organisées et le programme d'action sociale, très proche de celui du Front populaire, pouvaient séduire de nombreux militants parmi la classe ouvrière. Au-delà de ce danger politique, c'était toutefois la forme d'organisation qui inquiétait les gouvernants.

Des cendres des Croix-de-Feu et du Mouvement social français naît le Parti social français (1936-1940).

DébatsModifier

Cette section ne respecte pas la neutralité de point de vue. (novembre 2018).
Considérez son contenu avec précaution et/ou discutez-en. Il est possible de souligner les passages non neutres en utilisant {{passage non neutre}}.
N.B. Ce modèle est à réserver à des cas simples d'articles pouvant être neutralisés par un contributeur seul sans qu'un débat soit nécessaire. Lorsque le problème de neutralité est plus profond, préférez le bandeau {{Désaccord de neutralité}} et suivez la procédure décrite.

La question de l'appartenance des Croix-de-Feu aux ligues d'extrême droite est épineuse. René Rémond qualifie même le cas de « pièce maîtresse de la controverse sur le fascisme en France » (ibidem, édition de 1982). En effet, si les Croix-de-Feu sont assimilées par les observateurs extérieurs aux ligues nationalistes, ils n'en présentent que certains aspects : stricte discipline, mouvement fortement centralisé, délibérations secrètes, un service d'ordre (les Dispos). Ils sont toutefois sans comparaison possible avec les ligues extrémistes : pas d'uniformes, pas d'armes ou de baudriers; un seul signe distinctif consistant en un brassard tricolore. Ils se distinguent radicalement des mouvements d'extrême droite antiparlementaristes en affichant plusieurs fois leur légalisme et leur indépendance.

Des différences déterminantes avec le fascismeModifier

Le refus de s'allier avec l'extrême droiteModifier

Pour contrer le slogan de l'Action française, « Politique d'abord ! », élaboré par son chef, Charles Maurras, La Rocque fait adopter à son mouvement la devise « Social d'abord ! ».

En , les Croix-de-Feu refusent de s'associer aux manifestations nationalistes diligentées par l'Action française et les Jeunesses patriotes contre le paiement de la dette contractée auprès des États-Unis.

Lors des manifestations du 6 février 1934 pendant l’affaire Stavisky, le colonel de La Rocque refuse d'attaquer le parlement[6] alors qu'il dispose de la force numérique suffisante pour le faire. Fidèle à la stratégie de la tension entretenue par ses troupes, La Rocque aligne ce jour-là environ 8 000 Croix-de-Feu sur les 12 000 à 15 000 membres revendiqués pour Paris et la banlieue[4]. Sur consignes délibérées de leur président, les Croix de Feu se situent le 6 février sur la rive gauche de la Seine, entre la rue de l'Université, la rue de Varenne et la rue de Bourgogne. Ils se tiennent délibérément à distance des affrontements qui interviennent sur la rive droite, surtout autour de la place de la Concorde. La Rocque a donné une consigne de dispersion vers 21 h, sans chercher à forcer le mince barrage de police, qui interdisait l'accès par la place du Palais Bourbon. L'extrême droite ne lui pardonne jamais cette « lâcheté » et cette attitude conforme à la légalité républicaine.

Les autres ligues vouent également La Rocque aux gémonies, parlant volontiers de trahison, et ne décolèrent pas lorsque les Croix-de-Feu refusent :

  • d'adhérer au Front national (des ligues), constitué en fin février 1934,
  • de souscrire à un programme autoritaire préconisé par Pierre Pucheu en 1935, ce qui provoque le départ de plusieurs militants à l'été 1935, surnommés « les maréchaux », qui finissent par rejoindre le Parti populaire français de Doriot en 1936[7])
  • de s'impliquer dans la campagne antisémite des extrémistes et de Maurras, les juifs étant même conviés par La Rocque à commémorer le souvenir des anciens combattants juifs morts au champ d'honneur à la synagogue de la rue de la Victoire;
  • de descendre dans la rue pour contester la dissolution des ligues en juin 1936, mesure gouvernementale qui permet, au contraire ,d'accélérer la transformation d'un groupement revendicatif en un parti politique à part entière, le futur PSF.

Certains des cadres et des membres des Croix-de-Feu sont contre la stratégie de La Rocque, ne comprennent notamment pas sa volonté d'indépendance à l'égard des autres ligues et tardent à exécuter les ordres reçus. Ces membres hésitent à rejoindre le PSF, à l'instar d'un dirigeant régional comme Raoul Nanty.

La condamnation du totalitarisme et de l'antisémitismeModifier

La Rocque passe chez ses opposants pour l'incarnation du fascisme français, en dépit d'une hostilité affirmée et répétée à l'antisémitisme et au nazisme. Sa défense de la nation française prime devant tout autre type d'idées, surtout si elles proviennent de l'étranger. L'antisémitisme observé au sein de sections du Parti social français, en particulier en Alsace et Moselle et en Algérie est chaque fois condamné dans les termes les plus fermes par La Rocque. Selon de nombreuses sources, notamment René Rémond et les auteurs du rapport parlementaire sur le DPS[8], cette accusation, encore relayée par ceux qui affirment qu'un fascisme français a existé dans les années 1930, est fausse. Les Croix-de-Feu n'ont jamais été mûs par une idéologie fasciste, et La Rocque dénonçait d'ailleurs la religion d'État, le racisme et la lutte des classes comme les principaux obstacles à la « réconciliation nationale » tant souhaitée (discours du 23 mai 1936).

Le grand-rabbin Jacob Kaplan, encore profondément marqué par la Première Guerre mondiale, organise le avec les Croix-de-feu une cérémonie religieuse à la mémoire des anciens combattants juifs, faisant suite aux cérémonies organisées chaque année depuis 1933. Pour cela, il sera très critiqué par la Ligue internationale contre l’antisémitisme et de nombreux intellectuels de gauche. D'autre part, La Rocque est attaqué par l'extrême droite, qui l'accuse d'être l'allié des juifs.

Controverse entre historiens français et étrangersModifier

Article détaillé : Fascisme en France.

Malgré ces éléments, certains historiens, tels que Zeev Sternhell ou Robert Soucy, continuent dans leurs écrits à catégoriser les Croix-de-Feu comme l'exemple d'une mouvance fasciste française.

La polémique se situe au cœur de la controverse entre historiens français (René Rémond, Michel Winock ou Pierre Milza en tête) et historiens étrangers (Zeev Sternhell, Ernst Nolte) :

  • Les premiers récusent l'existence d'un « fascisme français » autre que mineur.
  • Les seconds considèrent que la France est le pays de naissance idéologique du fascisme au XIXe siècle (ligues antidreyfusardes) et que c'est naturellement que pendant les années 1930, les ligues ont pris cet aspect. Elles n'ont pas accédé au pouvoir par un « accident de l'histoire », mais la France est le berceau du fascisme (bonapartisme). Les liens entre le bonapartisme, La Rocque et le fascisme sont toutefois contestés par les historiens français.

En réponse à Zeev Sternhell, Pierre Milza affirme : « La Rocque et ses amis chassent sur les terres du parti radical et s'efforcent, en affichant un anticommunisme de choc et un anticapitalisme moins timide qu'il ne l'avait été jusqu'alors dans le milieu Croix-de-Feu, d'attirer à lui les déçus du Front populaire. Ce combat sur deux fronts a valu à La Rocque d'être considéré par la gauche comme le fasciste numéro un — ce que certes il ne méritait pas mais a été le point de départ d'une légende tenace — de dresser contre lui la droite conservatrice et modérée, qu'il avait bien servie mais qu'inquiétaient désormais ses ambitions électorales, enfin de faire figure aux yeux des véritables ennemis du régime, fascistes et monarchistes, de renégat et de sauveur du parlementarisme honni. Cela n'empêchera pas le Parti social français (PSF), assagi et rallié au principe démocratique des élections, de devenir au cours des deux années qui précèdent le déclenchement de la guerre — avec un effectif qui doit tourner autour du million d'adhérents et son réseau serré de sections et de fédérations — la première grande formation moderne de la droite française. » [9]. Selon Milza, ce n'est pas tant la non-accession au pouvoir des ligues qui serait un éventuel accident de l'histoire mais la montée, avortée par le déclenchement de la guerre, du PSF (le parti légal, créé dans un cadre institutionnel républicain) vers le pouvoir parlementaire.

PersonnalitésModifier

MémorialModifier

La chapelle Notre-Dame des Croix, aménagée à Vic-sur-Cère (Haute-Auvergne), près du château d'Olmet, est inaugurée en 1964[11]. Elle est consacrée au souvenir des aviateurs morts pour la France, des fils de La Rocque, les deux pilotes morts en service commandé et à celui de Jean Mermoz.

Notes et référencesModifier

  1. René Rémond, Les anciens combattants et la politique, in Revue française de science politique, 5e année, no 2, 1955. p. 267-290.
  2. [Des communistes en France (années 1920 - années 1960), Jacques Giraud, 2002]
  3. La droite en France, Paris, Aubier, 1968, volume I, p. 219.
  4. a et b G. Gros, Le Temps des Croix-de-Feu, Montauban, revue Arkheia, no 20, 2008.
  5. Jacques Nobécourt, op. cit., p. 428
  6. Michel Winock
  7. dont le futur ministre de Vichy Pierre Pucheu, Bertand de Maud'huy, Robert Loustau
  8. le DPS : Rapport 1622 Partie 03, page 14
  9. Fascisme français, passé et présent, Flammarion, 1991, p. 141-142
  10. Guy Pervillé, Augustin-Belkacem Ibazizen, (1985)
  11. Archives audiovisuelles, acte du XXVIIe congrès national des archivistes français, Limoges, 1985, Paris, Archives nationales, 1986, p. 97.

Sources impriméesModifier

  • François de La Rocque, Pour la conférence du désarmement. La Sécurité française, Impr. De Chaix, 1932.
  • François de La Rocque, Service public, Grasset, 1934.
  • François de La Rocque, Le Mouvement Croix de feu au secours de l'agriculture française, Mouvement Croix de feu, 1935.
  • François de La Rocque, Pourquoi j'ai adhéré au Parti social français, Société d'éditions et d'abonnements, Paris, décembre 1936.
  • Mouvement social français de Croix-de-Feu, Pourquoi nous sommes devenus Croix-de-Feu (manifeste), Siège des groupes, Clermont, 1937.
  • François de La Rocque, Union, esprit, famille, discours prononcé par La Rocque au Vél'd'hiv, Paris, 28 janvier 1938, Impr. Commerciale, 1938.
  • Paul Creyssel, La Rocque contre Tardieu, F. Sorlot, Paris, février 1939.
  • François de La Rocque, Paix ou guerre (discours prononcé au Conseil national du PSF, suivi de l'ordre du jour voté au Conseil ; Paris, 22 avril 1939), S.E.D.A., Paris, 1939.
  • François de La Rocque, Discours, Parti social français. Ier Congrès national agricole. 17-18 février 1939., SEDA, 1939.
  • François de La Rocque, Disciplines d'action, Éditions du Petit Journal, Clermont-Ferrand, 1941.
  • François de La Rocque, Au service de l'avenir, réflexions en montagne, Société d'édition et d'abonnement, 1949.
  • François de La Rocque, Pourquoi je suis républicain, carnets de captivité, (intro. et éd. Serge Berstein), Paris, Seuil, 2014.
  • Croix-de-Feu, Le Complot communo-socialiste, l'insurrection armée dans l'unité d'action, Grasset, 1935.
  • Paul Chopine, Six ans chez les Croix de Feu, Gallimard, 1935, 191 pages (avec les annexes)
  • Amis de La Rocque, Pour mémoire : La Rocque, les Croix de feu et le Parti social français, Association des amis de La Rocque, Paris, 1985.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier