Wikipédia:Oracle/semaine 23 2019

Semaines : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26  | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 



"Quartz instrumental" ?Modifier

 
… je me demande s'il n'y a pas un quartz qui pourrait améliorer le son ou la puissance de ce joueur de pipeau ? — Hautbois [canqueter] 6 juin 2019 à 23:27 (CEST)

Bonjour Oracle,

Un ami musicien m'a récemment parlé de "Quartz instrumental", à savoir un quartz positionné sur un instrument de musique (à cordes, à vents, etc), qui pourrait améliorer le son de l'instrument ou bien la puissance du son.

Étant (très) sceptique sur la question, mais n'ayant pas les connaissances en physique nécessaires, je me demandais si le Quartz pouvait réellement posséder des propriétés modifiant l'acoustique d'un instrument de musique.

Bien cordialement,

85.170.174.213 (discuter) 6 juin 2019 à 20:02 (CEST)

Les microphones de contact utilisent les propriétés piézoélectriques du quartz. Quand les vibrations de l'instrument sont transformées en signal électrique, on peut amplifier, filtrer, distordre, trafiquer pour le meilleur et pour le pire. Mais sans électronique, l'influence du quartz sur la musique est plutôt de l'ordre de la magie.   Cordialement, -- Jean-Rémi l. (discuter) 7 juin 2019 à 00:41 (CEST)
En gros l'électrification d'un instrument acoustique... --Serged/ 8 juin 2019 à 11:49 (CEST)
Si on se base sur ce site vendant du "quartz instrumental", on peut dire sans gros risque d'erreur que c'est du pipeau.
Qu'un quartz attaché à un clarinette ai un "effet constant", à la limite.
Mais qu'il favorise le timbre, l'émission, la projection du son d'une flûte en restant dans son étui… Ce serait donc une application de l'homéopathie appliquée à la musique????
Bref: les bois ou cuivres à quartz, c'est du vent. --Madlozoz (discuter) 19 août 2019 à 11:44 (CEST)

grammaire françaiseModifier

Bonjour, En France, à partir de quand est il devenu obsolète de faire suivre "très" d'un trait d'union puis d'un adjectif (ex. très-vrai...) ? A l'instinct je dirais XIXeme siecle. Merci

2A01:CB08:912:A900:99E8:82F3:6E35:E4AE (discuter) 7 juin 2019 à 11:23 (CEST)

Bonjour, pour ce que cela vaut, Ngram Viewer de Google donne en effet une disparition au XIXe siècle du tiret dans très vrai : « Recherche très-vrai », sur books.google.com/ngrams/ - Avatar 7 juin 2019 à 16:51 (CEST)
De mémoire : cela remonte à la septième édition (1878) du dictionnaire de l’Académie française. Reste à sourcer… Alphabeta (discuter) 8 juin 2019 à 13:43 (CEST)
♦ Voir https://www.cnrtl.fr/definition/tr%C3%A8s = https://www.cnrtl.fr/definition/très (ça marche aussi) : entrée « très » du Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : in fine de l’entrée, la section « Prononc. et Orth.: » traite de l’évolution de la graphie du mot. Il y est précisé que l’Académie renonça à ce trait d’union en 1877. Votre très-humble & très-obéissant serviteur (comme on disait et écrivait autrefois  ) Alphabeta (discuter) 8 juin 2019 à 14:27 (CEST)
♦ Merci à Avatar d’avoir eu recours à Ngram Viewer (NV). Je complète par une seconde recherche, en mettant en concurrence les deux graphies : https://books.google.com/ngrams/graph?content=tr%C3%A8s-vrai%2Ctr%C3%A8s+vrai&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ctr%C3%A8s%20-%20vrai%3B%2Cc0%3B.t1%3B%2Ctr%C3%A8s%20vrai%3B%2Cc0 : à ce ce que j’y vois très vrai l’emporte définitivement et rapidement sur très-vrai à partir d’une date proche de 1880. Alphabeta (discuter) 8 juin 2019 à 15:51 (CEST)
♦ Comme le TLFi mentionnait aussi la graphie trèsvrai sans espace ni trait d’union et encore plus ancienne j’ai mis en concurrence grâce à NV les 3 graphies « très-vrai, très vrai, trèsvrai » : https://books.google.com/ngrams/graph?content=tr%C3%A8s-vrai%2Ctr%C3%A8s+vrai%2Ctr%C3%A8svrai&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ctr%C3%A8s%20-%20vrai%3B%2Cc0%3B.t1%3B%2Ctr%C3%A8s%20vrai%3B%2Cc0%3B.t1%3B%2Ctr%C3%A8svrai%3B%2Cc0 : déjà la traîne cette graphie trèsvrai ne semble plus guère survivre passé 1880. Alphabeta (discuter) 8 juin 2019 à 19:14 (CEST)
D’autres infos figurent aussi dans wikt:Wiktionnaire:Questions sur les mots/juin 2019#Date de la suppression du trait d’union dans « très- » devant adjectif (question n° 18 val circa du mois wikt:Wiktionnaire:Questions sur les mots/juin 2019) : le présent sujet y avait été signalé. Alphabeta (discuter) 9 juin 2019 à 13:35 (CEST)
♦ Voir encore : Émile Littré (1801-1881), Dictionnaire de la langue française, entrée « très » : http://artflx.uchicago.edu/cgi-bin/dicos/pubdico1look.pl?strippedhw=tr%C3%A8s&dicoid=LITTRE1872 : « TRÈS […] Particule qui marque le superlatif absolu, et qui se joint à un adjectif, à un participe et à un adverbe ; on unit ces deux mots par un trait d'union ; du moins c'est l'usage du Dictionnaire de l'Académie. Une campagne très agréable. Il est très estimé et très aimé. Cela lui arrive très rarement. » J’ai souligné. Émile Littré mentionne la règle de de l’Académie au moment où il écrit, mais sans la suivre (il fournit les exemples : « Une campagne très agréable. Il est très estimé et très aimé. Cela lui arrive très rarement. »). Alphabeta (discuter) 10 juin 2019 à 15:48 (CEST)
J’ai vérifié la teneur exacte du Dictionnaire de la langue française d’É. Littré, dans une édition sur papier (sans doute un reprint de type photographique) : tome 6 imprimé en France en décembre 1996 pour Encyclopædia Britannica France. J’y ai lu tome 6, s. v. « très », pages 6466-6467 : « Une campagne très-agréable. Il est très-estimé et très-aimé. Cela lui arrive très-rarement. » Avec les traits d’union omis par le site d’« uchicago » (je ne vois pas très bien la raison de cette omission !). Alphabeta (discuter) 13 juin 2019 à 19:10 (CEST)
Merci beaucoup ! (je suis l'IP) Et pourquoi pas moi? (discuter) 26 juin 2019 à 23:13 (CEST)

Données et schémas paléobiologiquesModifier

Bonjour,

Contexte : Je mène une enquête personnelle sur les *réels* processus de changement la vie sur Terre, autrement dit les causes réelles de l'histoire de la vie, en remettant critiquement en cause la doctrine évolutionniste officielle et en découvrant de mieux en mieux qu'ils s'agit toujours d'intéractions (systémiques) entre populations (et non "espèces") existantes. Comme toute création ou transformation, d'ailleurs, y compris culturelles...

Recherche : Je voudrais pour cela mieux connaître les données paléologiques ou paléontologiques, ou précisément paléobiologiques ; qui sont, après tout, les seuls et uniques faits connus qui doivent nourrir et que doit expliquer une véritable théorie de la "bio(méta)morphose", càd du changmeent de la vie au cours de son histoire. En particulier, je recherche une collection d'exemples divers de changements passés, connus et étudiés ; et des *schémas* de changements typiques que l'on observe couramment à diverses époques ou sur divers territoires. Je serais spécialement intéressé par des changmements disons systémiques qui affectent toute une collection de (types de) populations, simultanément ou en cascade ; plutôt que la disparition ou l'apparition d'un nouveau biotype individuel.

Demande : Or je ne trouve pas cela dans les articles concernés. Pas même en anglais. Je sais bien que les disciplines et données "paléo" ont été longuement et sont toujours un peu méprisées, par et pour l'établissement de l'idéologie néodarwiniste officielle, avec son complice "génétiste". Mais malgré tout qu'est-ce qui empêche les chercheur en paléo-chose de faire leur boulot, de produire des résultats factuels, intéressants et raisonnés ? Notez (aussi) que l'article (fr) Paléobiologie est réduit à 2 brefs paragraphes !!!

Tout lien vers des recueils de données, études, théorisations etc... bienvenus.

Merci ! ⟨ la vita e estranj ⟩ 8 juin 2019 à 13:03 (CEST) — Le message qui précède, non signé, a été déposé par Denispir (discuter), le 8 juin 2019 à 13:03.

L'évolution du vivant par sélection naturelle fait consensus dans le monde scientifique, lequel se caractérise par un travail méthodique rigoureux d'évaluation des théories proposées et non par le matraquage d'une doctrine officielle : vous avez confondu avec la religion. Vous cherchez un exemple d'évolution du vivant sous l'effet de l'évolution ? Le plus connu est sans doute celui de la phalène du bouleau. Mais en réalité, ce que vous demandez, c'est toute l'Histoire du vivant : le vivant actuel est le résultat de milliards d'années de sélection naturelle (tautologie !), et chaque processus de spéciation ou d'extinction est un exemple de ce que vous cherchez. Autrement dit, prenez n'importe quel arbre phylogénétique : les spéciations ou extinctions correspondantes sont déduites de l'observation ou non de fossiles (voire de formes de vie actuelles) à telle ou telle époque (strate géologique) et des caractères ancestraux et dérivés qu'ils présentent (observations suivies d'un travail d'analyse pour reconstituer l'arbre le plus parcimonieux). Bref, si vous voulez vraiment partir de faits concrets observables, ce sont tous les fossiles (et tout le vivant actuel) que vous devez observer. Il y a de quoi faire ! Grasyop 8 juin 2019 à 16:02 (CEST)
Si votre propos est bien de dire qu'« il s'agit toujours d'interactions (systémiques) entre populations (et non "espèces") existantes » vous n'avez pas tort mais je ne crois pas que ce soit fondamental, et il n'y a pas d'erreur de compréhension de la part de ceux qui parlent d'espèces parce que c'est plus simple. La disparition du Dodo est bien due à son interaction (plutôt à sens unique !) avec une certaine population humaine, pas avec toute l'espèce Homo sapiens, mais ça ne prête guère à conséquence (si le Dodo n'avait pas été endémique de l'île Maurice et que ça se soit mieux passé ailleurs pour lui, il n'aurait pas disparu ; et si ça s'était passé pareil partout, il aurait disparu à cause de son interaction avec plusieurs populations humaines, bref avec Homo sapiens). Et il n'y a pas que les interactions avec d'autres espèces (ou populations d'icelles), il y a aussi les modifications de l'environnement d'origine naturelle (parlez-en avec les dinosaures autres que les oiseaux). — Ariel (discuter) 8 juin 2019 à 16:47 (CEST)
Comme changement systémique, sans doute la faune de Burgess et ce qu’on appelle l’explosion cambrienne pourraient vous intéresser, voire La vie est belle de Stephen Jay Gould ... sur ce sujet. --Epsilon0 ε0 11 juin 2019 à 16:38 (CEST)

Demande d'identification de musiqueModifier

Bonjour, Soundhound et Shazam sont restés muets pour identifier l'interprète de cette version de Julie de Marcel Amont. Sauriez-vous l'identifier ? Merci de votre réponse OT38 (discuter) 10 juin 2019 à 01:14 (CEST)

  bah m'enfin, c'est comme le Port-Salut, c'est écrit dessus[1] : c'est lui-même !
C'est l'une de ses trois versions (1957, 1958 et 1987, et je pense ici que c'est sa dernière).
Écoutez ici l'une des deux premières, 30 ans plus tôt.
À ne pas confondre avec la version de Mouloudji.
À noter que Marcel n'a écrit et encore moins composé que très très peu de chansons.
Donc, le « Julie de » est très fautif et explique la méprise ;
par contre c'est bien le créateur de cette chanson.
Précisons enfin que les paroles et musique sont de Maurice Vidalin et Jacques Datin
(lire leurs pédigrées, c'est pas d'la gnognotte).
Hautbois [canqueter] 10 juin 2019 à 04:52 (CEST)
Salut Hautbois   J'ai beau fouiller Discogs et MusicBrainz, je ne trouve pas la version de 1987 dans son œuvre. Comment y es-tu arrivé ? Cdt -- OT38 (discuter) 10 juin 2019 à 19:43 (CEST)
… vu sur marcelamont.canalblog.com. Mais Marcel Amont, comme beaucoup d'autres, a décliné ses titres sur tous les supports (45, 33, K7, CD…) multipliant les reprises, recueils, compiles, collectors, parfois juste les pochettes… Il suffit de regarder le nombre de K7 et disques différents où son Mexicain (pour rappel chanson de Jacques Plante et… Charles Aznavour) a été gravé. — Hautbois [canqueter] 10 juin 2019 à 21:13 (CEST)
je te mets le cache du site qui ne s'ouvre pas facilement. — Hautbois [canqueter] 10 juin 2019 à 21:20 (CEST)
  1. « Tu l'as trop écrasé, César, ce Port-Salut ! »
    alexandrin et palindrome (peut-être) de Victor Hugo.