Les Perses

tragédie grecque d'Eschyle

Les Perses
L'Ombre de Darius apparaît devant la Reine
L'Ombre de Darius apparaît devant la Reine

Auteur Eschyle
Genre tragédie grecque
Date d'écriture 472 av. J.-C.
Personnages principaux
  • L'Ombre de Darius, défunt roi des Perses
  • Xerxes, fils de Darius, roi des Perses
  • La Reine, femme de Darius et mère de Xerxès
  • Un messager

Les Perses (en grec ancien Πέρσαι / Persai) est une tragédie d'Eschyle jouée en 472 av. J.-C. au théâtre de Dionysos, sur les flancs de l'Acropole à Athènes.

La didascalie des Perses nous apprend que la pièce est la deuxième d'une tétralogie : les Perses étaient précédés d'un Phinée et étaient suivis d'un Glaucos de Potnies ; la trilogie tragique était elle-même suivie d'un Prométhée, drame satyrique[1]. Son chorège fut Périclès.

Les Perses est la plus ancienne pièce de l'histoire du théâtre dont on ait conservé le texte[2],[N 1], même si l'on a longtemps pensé qu'il s'agissait des Suppliantes (hypothèse invalidée depuis la publication du Papyrus d'Oxyrhynque 2256.3 en 1952, qui a permis de corriger la date des Suppliantes).

La pièce contient le plus ancien récit conservé de la bataille de Salamine[3],[N 2].

Genèse et histoireModifier

Cette tragédie fut écrite après les victoires grecques de Salamine et de Platées (Eschyle ayant participé à la première). Si ces échecs militaires n'atteignaient pas réellement l'Empire perse, l'année 480 av. J.-C. fut vécue par les Grecs comme la victoire d'un peuple moins nombreux, mais libre, contre un grand empire ; ou encore du monde hellénique contre les « barbares ». Sans doute, d'un point de vue historique, ce tableau paraît-il simplifié : certains peuples grecs avaient pactisé avec l'Empire perse, lequel n'avait rien de sauvage ; les échanges entre les deux civilisations entre les deux rives de la mer Égée étaient constants. Mais l'orgueil des Grecs, surtout celui des Athéniens, exalté par le rôle qu'avait joué leur cité, trouvait là matière à un enthousiasme que la poésie allait pouvoir magnifier.

RésuméModifier

PlanModifier

Les Perses ne comportent pas de prologue[5],[6] : le chœur entre en scène au début même de la pièce qui s'ouvre sur un chant du coryphée en dimètres anapestiques[7].

Le plan de la pièce est le suivant :

  • parodos : partie anapestique ; partie lyrique ; conclusion anapestique
  • premier épisode : la reine, le chœur ; le Messager : récit et kommos (lamentation)
  • intermède choral
  • deuxième épisode : la reine, le chœur
  • intermède choral
  • troisième épisode : l'ombre de Darius, la reine puis le chœur
  • intermède choral
  • exodos lyrique : le chœur, Xerxès.

ArgumentModifier

La pièce a lieu à Suse, la capitale de l'Empire perse, et s'ouvre sur un chœur de vieillards, bientôt rejoints par la Reine, mère du roi Xerxès. Tous attendent anxieusement des nouvelles de l'expédition de Xerxès contre les Grecs. Un messager arrive et annonce la défaite des Perses à Salamine, listant de nombreux généraux morts au combat. Il fait savoir que Xerxès est vivant et sur le chemin du retour. La Reine se rend à la tombe de son défunt mari Darius et invoque son Ombre. À la nouvelle de la défaite, Darius condamne l'hybris de son fils Xerxès qui l'a poussé à attaquer la Grèce. Avant de s'évanouir, l'Ombre de Darius prophétise une autre défaite à venir, celle de Platées. Xerxès arrive finalement, encore sous le choc de sa défaite cuisante. La pièce se conclut par des lamentations de Xerxès et du chœur.

PersonnagesModifier

Les trois personnages principaux sont, par ordre d'entrée en scène, la Reine, Darius et Xerxès[3].

La Reine n'est jamais nommée[3]. Le nom de Darius apparaît seize fois dans la pièce : treize fois sous la forme Daréios ; les trois autres sous la forme Darian[8]. Xerxès est ainsi nommé dix-sept fois dans la pièce[9].

AnalyseModifier

Le drame, dans les Perses, ne repose pas sur l'agencement des péripéties et des événements ; ceux-ci sont déjà passés, et on les raconte, ou à venir, et on les prédit ; au reste, le spectateur les connaît déjà et toute l'émotion réside en l'attente angoissée de la catastrophe. Nulle œuvre, à part peut-être les Sept contre Thèbes, ne reflète mieux l'union des deux éléments constitutifs de la tragédie grecque : la déploration lyrique et la narration épique[non neutre] ; le récit du messager d'une part, la prophétie de Darius de l'autre sont les points culminants qui émergent du crescendo choral. Le songe d'Atossa, reine et mère de Xerxès, et son dialogue avec le chœur préparent l'arrivée du messager. Ainsi l'émotion dramatique est obtenue non par un agencement des péripéties, mais par la création d'un climat continu d'attente et d'angoisse, se résolvant en une déploration du malheur consommé.

Adaptations et mises en scène notablesModifier

AntiquitéModifier

D'après un appendice à la Vie d'Eschyle[10] :

« Hiéron fit à Eschyle l'honneur de donner une nouvelle représentation des Perses en Sicile, où il fut grandement admiré. »

D'après le scholiaste des Grenouilles d'Aristophane, cette affirmation provient d'Ératosthène[10]. Hiéron est identifié à Hiéron Ier, deuxième tyran de Syracuse[11]. Le représentation aurait eu lieu en -470 et Eschyle aurait composé, à cette occasion, la tragédie des Aitnéennes (ou Etnéennes)[12],[13].

Histoire contemporaineModifier

Une adaptation française en téléfilm, ou plutôt en « théâtre filmé » nommé Les Perses est sorti en 1961 et est adaptée par Jean Prat pour la télévision[14].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le théâtre sanskrit apparaît au Ier siècle ; le théâtre chinois, au XIIIe ; et le théâtre japonais, au XIVe avec le [2].
  2. v. 353-471[4].

RéférencesModifier

  1. Deforge 1987, p. 30.
  2. a et b Scherer 1994, p. 127.
  3. a b et c Tourraix 1984, p. 124.
  4. Tourraix 1984, p. 124, n. 1.
  5. Bordeaux 2000, p. 6, n. 6.
  6. Irigoin 1982, p. 173.
  7. Aygon 2004, p. 294.
  8. Tourraix 1984, p. 127.
  9. Tourraix 1984, p. 131.
  10. a et b Taplin 2007, § 15.
  11. Taplin 2007, § 3.
  12. Édouard Will, Le Monde grec et l'Orient, Le Ve siècle (510-403), PUF, 1972, p. 244-245.
  13. Eschyle, tome 1, éditions Les Belles Lettres, 1966, Introduction p. IV.
  14. « Les Perses | Archive INA » (consulté le 22 mars 2021)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier