Ouvrir le menu principal

Sleepers (film)

film américain réalisé par Barry Levinson et sorti en 1997
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sleeper.
Sleepers
Titre québécois La Correction
Titre original Sleepers
Réalisation Barry Levinson
Scénario Barry Levinson
Acteurs principaux
Sociétés de production Baltimore Pictures
Polygram Filmed Entertainment
Propaganda Films
Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 147 minutes
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sleepers ou La Correction au Québec est un film américain réalisé par Barry Levinson, sorti en 1996. Inspiré de faits réels, il est adapté du roman éponyme de Lorenzo Carcaterra paru en 1995.

RésuméModifier

Début du filmModifier

En 1967, dans le quartier new-yorkais de Hell's Kitchen à Manhattan, quatre jeunes amis inséparables, Shakes, Michael, John et Tommy vivent dans les rues sous le regard bienveillant du père Bobby. Malgré l'attention de l'homme d'église pour maintenir les quatre copains sur la bonne voie, ceux-ci mènent une vie difficile, jusqu'au jour où leur destinée est bouleversée par une farce qui tourne au drame lorsque le chariot à hot dogs qu'ils viennent de dérober devient l'instrument d'un grave accident. Leur vie va soudainement basculer. Ils sont condamnés et envoyés dans une maison de redressement pour mineurs, Wilkinson Home For Boys, une des plus strictes de l'État de New York.

La violence rend les gens violentsModifier

Sur place, l'enfer commence, les geôliers sont sur le territoire où seules leurs lois comptent, en l'occurrence celles des petits plaisirs personnels. Ils battent et violent les jeunes garçons dont ils ont la garde. Les adolescents font alors un pacte qui les lie dans le silence.

Des années plus tard dans un bar, John et Tommy, devenus des criminels reconnus, croisent Sean Nokes, l'un des gardiens pédophiles, et l'abattent en public de plusieurs balles.

Second procèsModifier

À ce moment s'ouvre un nouveau procès. Mais Michael, devenu procureur, et Shakes journaliste, sont bien décidés de se venger de leurs bourreaux d'autrefois en éliminant, légalement ou non, les autres gardiens et en défendant leurs amis. Inspiré par le roman de son enfance Le Comte de Monte-Cristo, Michael s'arrange pour se voir confier l'accusation dans le procès, dans le but de le perdre tout en confrontant leurs anciens tortionnaires à la justice des tribunaux mais surtout à la justice de la rue, par l'intermédiaire de la pègre de Brooklyn qui, malgré ses activités illégales, n'en reste pas moins profondément morale quant à la protection de l'enfance et le châtiment de ceux qui la souillent.

Ralph Ferguson, un ancien gardien et le meilleur ami de Sean Nokes, venu témoigner en faveur de son ami mort, est finalement forcé d'admettre devant la Cour qu'il a pris part à des séances de tortures et de viols. Il perdra son emploi, sa femme et ses enfants.

Adam Styler, devenu policier, est toujours adepte des viols et brutalités sur les jeunes garçons qu'il arrête dans le cadre de son travail. Shakes remet le dossier à charge très complet constitué par Michael au fil des ans, à un policier honnête, neveu de King Benny, un parrain local de Brooklyn qui, regrettant de ne pas avoir pu faire plus pour les quatre garçons, met à contribution tout son réseau pour les aider à se venger. Styler sera arrêté.

Le dernier surveillant, Henry Addison, voit ses dettes rachetées par Little Cesar, un préteur sur gages, grand frère de Rizzo, un ancien détenu mort durant sa détention à Wilkinson par la faute d'Addison. Incapable de les rembourser, il sera abattu par les hommes de main de Little Cesar, vengeant ainsi la mort de Rizzo.

John et Tommy seront finalement innocentés grâce au père Bobby. Informé par Shakes des tortures qu'ils ont subies à Wilkinson, et après avoir longuement hésité entre ne pas se parjurer et laisser envoyer ses protégés en prison ou faire un faux témoignage en jurant sur la Bible pour les sauver, il optera lui aussi pour la vengeance…

La vengeance aura eu raison de la justice de l’État et les quatre amis, de nouveau réunis, pourront enfin vivre un court moment de paix intérieure.

DénouementModifier

Finalement, seuls Michael et Shakes sortiront indemnes de cette histoire. Tommy sera retrouvé criblé de balles avec son chapelet fétiche en poche et John sera lui aussi retrouvé mort, victime d'une bouteille de Gin empoisonnée. Michael choisit de vivre en Angleterre en travaillant comme menuisier. Shakes, lui, obtiendra une petite promotion dans le journal pour lequel il travaille.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Le film a été tourné à Brooklyn, mais aussi à Manhattan. L'Hôpital Fairfield Hills à Newtown dans l'État du Connecticut a servi de cadre pour la prison d'accueil pour garçons mineurs Wilkinson.

Le restaurant de McHale (7508th Avenue au 46 Street à Manhattan à New York City) a servi pour tourner la scène de l'assassinat.

AccueilModifier

CritiqueModifier

Sleepers reçut un accueil critique assez varié dans les pays anglophones, recueillant 73 % d'avis favorables sur le site Rotten Tomatoes, basé sur cinquante-deux commentaires collectés et une note moyenne de 6.610[3], mais recueillant un score de 49100 sur le site Metacritic, basé sur dix-huit commentaires collectés[4].

Box-officeModifier

Dès sa sortie en salles aux États-Unis, Sleepers est resté premier du box-office pendant les deux premières semaines à l'affiche, avec 29 533 356 $ de recettes engrangées[5]. Finalement, le film a rapporté 53 315 285 $ de recettes sur le territoire américain[5]. C'est dans les pays étrangers que le film rencontre un important succès, rapportant un total de 165 615 285 $ de recette au box-office mondial[5].

En Europe, le film a assez bien marché, totalisant 1 762 652 entrées en France[6], 1 901 544 entrées en Allemagne[7], 1 662 177 entrées en Espagne[7], 2 876 524 entrées au Royaume-Uni[7] et 1 351 969 entrées en Italie[7].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (fr) ProCinéma - Consulté le 22 octobre 2008 - Site de la société de distribution.
  2. (en) Sleepers sur l’Internet Movie Database
  3. (en) « Sleepers », sur Rotten Tomatoes.com, Flixster (consulté le 9 janvier 2013).
  4. (en) « Sleepers », sur Metacritic.com, CBS Interactive (consulté le 9 janvier 2013).
  5. a b et c (en) « Sleepers », sur Box Office Mojo.com (consulté le 9 janvier 2013).
  6. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=3680
  7. a b c et d http://lumiere.obs.coe.int/web/film_info/?id=25

Liens externesModifier