La Grande Guerre (film)

film sorti en 1959
La Grande Guerre
Description de cette image, également commentée ci-après
Alberto Sordi et Vittorio Gassman dans la scène finale du film

Titre original La grande guerra
Réalisation Mario Monicelli
Scénario Agenore Incrocci
Furio Scarpelli
Mario Monicelli
Luciano Vincenzoni (d'après son histoire)
Acteurs principaux
Sociétés de production Dino De Laurentiis Cinematografica
Gray Film
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la France France
Genre Comédie à l'italienne
Durée 130 minutes
Sortie 1959


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Grande Guerre (La grande guerra) est un film italo-français de Mario Monicelli, sorti en 1959.

SynopsisModifier

1916. Le Romain Oreste Jacovacci et le Milanais Giovanni Busacca se rencontrent dans un quartier militaire lors de l'appel aux armes. Le premier se promet de tromper l'autre en échange d'argent. Les deux se retrouvent sur le front : après la colère initiale de Giovanni, ils finissent par sympathiser et devenir amis. Bien que de caractère complètement différent, ils sont unis par l'absence d'idéal et le désir d'éviter tout danger afin de sortir indemne de la guerre. Après avoir traversé de nombreuses vicissitudes lors de l'entraînement, des combats et des congés rares, suite à la défaite de Caporetto, ils sont nommés agents de liaison, une tâche très dangereuse, qui leur est confiée car ils sont considérés comme les "moins efficaces".

Un soir, après avoir accompli leur mission, ils se couchent dans l'écurie d'un avant-poste non loin de la ligne de front, mais une brusque avancée des Autrichiens les fait se retrouver en territoire ennemi. Portant des manteaux de l'armée austro-hongroise pour tenter de s'échapper, ils sont capturés, accusés d'espionnage et menacés de mort. Dépassés par la peur, ils admettent avoir des informations cruciales sur la contre-attaque italienne sur le Piave, et pour se sauver, ils décident de les transmettre à l'ennemi. L'arrogance de l'officier autrichien et le mépris pour les Italiens, cependant, redonnent de la force à leur dignité, les conduisant à garder le secret jusqu'à l'exécution, l'un insultant hardiment le capitaine ennemi et l'autre qui, après la fusillade du compagnon, fait semblant de ne pas être au courant de l'information et est donc abattu peu de temps après.

La bataille s'est terminée peu de temps après, avec la victoire de l'armée italienne et la reconquête de la position tombée entre les mains des Autrichiens, ignorant le noble sacrifice de Busacca et Jacovacci, soupçonnés d'être des fugitifs, qui ont opté pour la mort afin de ne pas trahir leurs propres compatriotes.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Récompenses et distinctionsModifier

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier