Ouvrir le menu principal

Le vignoble du Mâconnais ou vignoble de Mâcon est une zone de production viticole située dans le département de Saône-et-Loire, qui s'étend de Tournus à Mâcon, soit sur une cinquantaine de kilomètres. Il s'agit d'une des subdivisions du vignoble de Bourgogne (avec la Basse-Bourgogne, la côte de Nuits, la côte de Beaune et la côte chalonnaise).

Les mâcons[1] désignent par extension les différents vins produits sur la côte, notamment sous l'appellation mâcon.

Sommaire

GéologieModifier

Les monts du Mâconnais ont pour origine l'effondrement de la plaine de la Saône : ils en marquent la limite occidentale, dans le prolongement des affleurements calcaires de la Côte d'Or (côte de Nuits et côte de Beaune) et de la côte chalonnaise.

Les couches penchent vers l'est et forment plusieurs blocs monoclinaux (c'est-à-dire non plissés). Par le jeu de l'érosion, cette disposition a mis en relief les parties les plus dures, tandis que les formations les plus tendres se creusaient en sillons orientés sud-sud-ouest nord-nord-est. Le Mâconnais est donc une succession de compartiments comportant la même série de formations géologiques de l'ouest vers l'est : Paléozoïque, puis le Trias, ensuite le Jurassique, pour finir par des formations tertiaires disposées en synclinal, le tout recouvert dans les fonds de vallée par des alluvions.

Le socle granitique apparaît d'abord le long de la bordure occidentale des monts du Mâconnais, formant les sommets du mont Saint-Romain et du mont de Mandé ; il réapparaît ensuite au mont de la Péralle (sur le territoire de Lugny) ; enfin il devient majoritaire au sud, au-delà d'une faille est-ouest empruntée par la rivière l'Arlois, qui fait limite avec le Beaujolais. Le granite est recouvert vers l'est par du grès du Trias, puis par des marnes et des calcaires du Jurassique (Roche de Solutré et Roche de Vergisson).

Vins et EncépagementModifier

Article détaillé : Mâcon (AOC).

La dénomination villages ou le nom de la commune d'origine ne peut être adjoint à celui de mâcon que pour les vins récoltés à l'intérieur de l'aire délimitée de la dénomination mâcon-villages sur le territoire de quarante-et-une communes. Il s'agit en général des meilleures expositions et des terrains argilo-calcaires.

Article détaillé : Mâcon villages (AOC).

Outre les mâcons, le vignoble mâconnais possède cinq crus situés pour quatre d'entre eux dans le sud de l'appellation :

Communes viticoles du MâconnaisModifier

HistoireModifier

Claude Brosse contribue à la renommée du MâconnaisModifier

Claude Brosse, viticulteur à Charnay-lès-Mâcon, est né en 1656, probablement fils d'André Brosse et de Pierrette Dubief[2] est celui qui, en vendant du vin de Mâcon à Louis XIV, aurait permis au vignoble du Mâconnais de bénéficier d'une grande renommée. Son histoire est ainsi résumée, en 1910, dans un rapport sur l'exposition franco-britannique[3] « C'était en l'année 1660, un dimanche, au cours d'une cérémonie religieuse célébrée dans la chapelle de Versailles : le roi ayant remarqué un homme qui semblait se tenir debout alors que tout le monde était agenouillé lui envoya un de ses officiers pour le rappeler à plus de piété ; mais l'officier constata que l'homme était agenouillé et cet incident fit désirer au roi de voir ce géant. Il lui fut amené à l'issue de la cérémonie : c'était un vigneron mâconnais nommé Claude Brosse, venu avec un char traîné par deux bœufs pour présenter des vins à la cour. Louis XIV s'empressa de goûter ces vins. Il les apprécia et fit de Claude Brosse son fournisseur. »

L'histoire est restée dans la mémoire collective. Elle est fréquemment citée, par exemple, dans le livre Journal de la Bourgogne des origines à nos jours ou l'article consacré à Claude Brosse, intitulé « un vigneron à l'assaut de la capitale »[4].

Un éco-lycée l'EREA-LEA de Charnay-lès-Mâcon porte le nom de Claude Brosse[5].

La propriété Brosse abrite toujours des caves voûtées situées dans la commune Charnay-lès-Mâcon[6].

La commune de Chasselas organise chaque année une fête du char à bœufs en hommage à Claude Brosse[7].

À la veille de la RévolutionModifier

Un siècle plus tard, au moment où éclate la Révolution, le Mâconnais possède un terroir qui est essentiellement viticole. Le vignoble, à cette époque, est plus étendu que de nos jours. Ses vins blancs sont déjà célèbres. La culture de la vigne est favorisée par la hausse générale du niveau de vie entraînant une plus grande consommation de vin. Quant à l'amélioration du réseau routier, il ouvre des débouchés nouveaux, et pas seulement en direction des villes de Paris et Lyon mais aussi vers les pays de la Loire[8].

Le phylloxéraModifier

« Autour de 1886, un minuscule insecte, le phylloxéra, venant d'Amérique, suçait les racines de la vigne, les ceps épuisés perdaient leur vigueur, devenaient improductifs, malgré l'utilisation de sulfure de carbone. Il fallut se résoudre à arracher. De cette triste période on garde le souvenir de nombreuses personnes obligées, pour subvenir aux besoins de leur famille, de partir dans le Midi, l'Algérie ou dans les grandes villes, dans les mines, partout où on trouvait du travail. Sont restés pourtant ceux qui possédaient en propriété quelques coupées de vigne, leur maison, de vieux parents, et ils ont réussi l'impossible. La Société d'agriculture et de viticulture détachée de l'Académie de Mâcon se pencha sur le problème, l'étudia. Il fallait remplacer l'ancien vignoble par des vignes greffées résistantes au phylloxéra. Un greffon gamay ou de chardonnay était fixé sur un porte-greffe de vigne américaine. Après de nombreuses réunions, on organisa des écoles de greffage. » a raconté un habitant de Saint-Gengoux-de-Scissé (en Haut-Mâconnais), Alphonse Grosbon[9].

Sources, bibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  2. Maurice Charnay, Charnay-lès-Mâcon et son passé, Imprimerie Buguet Comptour, 1980, 149 p.
  3. C. Charton et A.M. Desmoulins, Rapport sur l'exposition franco-britannique de Londres, vins et eaux-de-vie de vin ; Comité français des expositions à l'étranger, 1910, 195 p., p. 61 (consultable sur Gallica).
  4. Jacques Jacques Marseille, Journal de la Bourgogne des origines à nos jours, ed. Larousse, 2002, 356 p., p. 169.
  5. « EREA-LEA Claude Brosse », sur Académie de Dijon
  6. « Commune de Charnay-lès-Mâcon, mémoire de nos terres, domaine Claude Brosse. »
  7. « Chasselas, Claude Brosse et le char à bœuf », sur village-chasselas.fr
  8. François Nosjean, « Paysans mâconnais à la veille de la Révolution », revue Images de Saône-et-Loire, n° 113, mars 1998, pages 20 à 22.
  9. Alphonse Grosbon, Mon Saint-Gengoux, avec mes souvenirs et ceux qui m'ont été contés (textes transcrits par Noëlle Proutry), Société des amis des arts et des sciences de Tournus, 2006.

Articles connexesModifier