Ouvrir le menu principal

Bray (Saône-et-Loire)

commune française du département de Saône-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bray.

Bray
Bray (Saône-et-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Mâcon
Canton Canton de Cluny
Intercommunalité Communauté de communes du Clunisois
Maire
Mandat
Dominique Dehouck
2014-2020
Code postal 71250
Code commune 71057
Démographie
Gentilé Brailois
Population
municipale
127 hab. (2016 en augmentation de 3,25 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 15″ nord, 4° 43′ 19″ est
Altitude Min. 209 m
Max. 475 m
Superficie 9,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bray

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bray

Bray est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Bray, commune qui appartient au Clunisois, à la lisière du Tournugeois et du Haut-Mâconnais, est un village viticole du vignoble mâconnais. Mâcon se trouve à 34 km.

La commune est arrosée par la Grosne, affluent de la rive droite de la Saône.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

L'ancien nom de la commune est Briera[1].

La commune de Bray, du canton de Salornay-sur-Guye de 1790 à 1801, entrée à cette date dans le canton de Lugny, est passée dans le canton de Cluny en 1839.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Roland Chauvot   Artisan menuisier
mars 2008 mars 2014 Jacques Garnier    
mars 2014 en cours Dominique Dehouck[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 127 habitants[Note 1], en augmentation de 3,25 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
339360390395418325324333348
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
297303338338368328329285254
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270252244232200187199206215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
186147165155138127122121129
2016 - - - - - - - -
127--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Parmi les personnalités attachées à l'histoire de la commune figurent :

  • dom Claude Chovisse, ancien moine de l'abbaye de Cluny (d'abord à Cluny même puis, en tant que procureur, à la maison des Clunistes de Saint-Martin-des-Champs, à Paris, où il vit éclater la Révolution), desservant de Bray en tant que curé de Chissey-lès-Mâcon (la paroisse de Bray ayant été réunie à celle de Chissey après la Révolution, avec mise en place d'un service de binage), décédé le 30 décembre 1829 à Chissey-lès-Mâcon, après avoir été successivement nommé maire d'Igé (fonctions qu'il occupa de 1802 à 1807) et curé de la paroisse de Chissey-lès-Mâcon (de 1810 à sa mort, intervenue à la suite d'une chute qu'il fit au retour d'une messe célébrée à Bray)[7].
  • Henri Guillemin (1903-1992), critique littéraire et historien né à Mâcon, qui y a résidé chaque été jusqu'à sa mort, dans une maison du hameau de La Cour-des-Bois (dénommée Le Terrier), et qui y a sa sépulture[8].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Daniel Delattre, La Saône-et-Loire, les 573 communes, Grandvilliers, Delattre, , 256 p., p.33
  2. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 17 avril 2014, p.  2
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Les paroisses de Prayes et de Lys furent annexées à Chissey, et un service de binage fut établi à Bray. Le soin de cette paroisse, située à 5 kilomètres de Chissey, imposa de grandes fatigues à dom Chovisse. […] Un jour il perdit pied dans la neige et roula au fond d'un précipice dont il ne put qu'à grand'peine s'arracher. Ce fut le service de Bray qui causa sa mort. Il fut atteint d'une fluxion de poitrine et mourut quelques jours après […]. » Source : « Translation des ossements de dom Chovisse, religieux bénédictin de Cluny et curé de Chissey, de 1810 à 1829 », article paru dans la revue La Semaine religieuse d'Autun, Chalon et Mâcon datée du 22 janvier 1887.
  8. Sur sa tombe, une plaque rappelle la célébration du centenaire de la mort de l'historien, réalisée à l'initiative de l'association « Présence d'Henri Guillemin » : Centenaire d'Henri Guillemin, homme de lettres, 1903-1994.


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :