Ouvrir le menu principal

Pierreclos

commune française du département de Saône-et-Loire

Pierreclos
Pierreclos
Le château et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton La Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Saint-Cyr Mère Boitier entre Charolais et Mâconnais
Maire
Mandat
Rémy Martinot
2014-2020
Code postal 71960
Code commune 71350
Démographie
Population
municipale
910 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 04″ nord, 4° 41′ 18″ est
Altitude Min. 245 m
Max. 746 m
Superficie 12,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pierreclos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pierreclos
Liens
Site web pierreclos.fr

Pierreclos est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

À 12 kilomètres à l'ouest de Mâcon, au sud de Cluny, dans le canton de Tramayes. Village viticole du vignoble du Mâconnais.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Pierreclos tire son étymologie de « petra clausa », qui signifie pierre fermée, autrement dit tombeau. C’était en effet jadis une nécropole consacrée aux hommes illustres de cette province romaine. On peut aussi interpréter le nom par « Clos de Pierre ». Le site aurait donc été une « sauveté », une terre d’asile pour les criminels dépendant d’une chapelle, délimitée par des pierres.

Sous l'Ancien Régime, l'histoire de la commune est intimement liée à celle du château.

 
Le village et le château.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1898   Philibert Myot    
1899   Joanny Juillard    
mars 1977 1984 Jean Fouilloux    
1984 mars 1989 ?    
mars 1989 en cours Rémy Martinot    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2016, la commune comptait 910 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2051 2701 3271 3521 4331 4501 4051 3541 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3051 2511 2411 1741 2051 1791 1971 1431 066
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0291 005982895788755722658644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
682689715762763812909915903
2016 - - - - - - - -
910--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Pierreclos est entouré de vignobles et produit un vin de qualité. Le Mâconnais situé dans le sud de la Bourgogne produit en majorité du Chardonnay qui fournit 85 % de la production et de grands vins blancs fruités[réf. nécessaire] : Mâcon, Mâcon-Villages, Saint-Véran, Pouilly-Fuissé, Pouilly-Vinzelles, Pouilly-Loché,....

Le principal employeur est une usine de production de saucissons.

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Martin.
Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.
  • Château de Pierreclos.
  • Églises : la première date du XIIe siècle, au château, détruite en 1562 (il n'en reste aujourd’hui que le chœur et elle sert de chapelle) ; la deuxième, à la place de l'actuelle quincaillerie, fut fermée vers 1735, car menaçant d’effondrement ; la troisième et dernière a été construite de 1771 à 1779, sur le modèle de la première. L'église de Pierreclos, qui ne disposait au début du XVIIIe siècle que d'une seule cloche (dont le poids était de 120 livres), fut dotée en 1729 d'une cloche plus grosse, fondue à partir de l'ancienne, dont le poids fut de 800 livres[5].
  • Château du Carruge.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Alphonse de Lamartine a eu un enfant avec Jacqueline de Pierreclos (Laurence dans Jocelyn) lors de ses visites dans le Mâconnais.
 
Plaque commémorative de Lamartine sur le mur du chateau de Pierreclos (Saône-et-Loire).
  • Ray Letellier (1921-2009), artiste peintre dont une part de l'œuvre paysagiste représente les vignobles de Pierreclos.

CulteModifier

Pierreclos appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Saint-Vincent en Val-Lamartinien, paroisse qui a son siège à La Roche-Vineuse et qui regroupe quinze villages du Mâconnais.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. « En 1729, Pierreclos veut une cloche sonore... », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 78 (été 1989), pages 22 et 23.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

.